AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



FERMETURE DU FORUM





 

 Rencontre obscure ft. Al Baghdadi Judas






Invité

avatar








   Mer 6 Sep - 18:20


Rencontre obscure

22 h 22 à la ferraillerie de l'île en G04 le 16 Juillet 2017.


Kilian avançait prudemment. Il était tard mais le brun n'avait put s'empêcher de se rendre à cet endroit, depuis que la voix dans les hauts-parleurs avait annoncé les zones interdites et que celle ci n'y figurait pas. De nuit c'est mieux pour effrayer les moins courageux et la plus part des gens se concentreraient peut-être au centre ville pour chasser. Ce n'est pas que ce soir le ténébreux n'avait pas envie de chasse mais Il voulait trouvait de quoi se défendre et peut-être qu'il trouverait un cadavre ou quelque chose d'utile... De plus ça ne coûte rien de visiter un peu l'île. En cas de blessure grave il est primordial d'avoir un endroit de replie stratégique et y rester terré jusqu'au rétablissement total. Le brun observa ce grand espace où plusieurs rats se faufilaient sous les morceaux de tôle et de fer rouillés... Kilian ne put réprimer un rictus dégoutté sur son visage. Il n'aimait pas vraiment ces bestioles, comme beaucoup d'ailleurs... Enfin ça fait toujours un bout repas si besoin. S'il arrive à en attraper pourquoi pas ? L'étudiant ne s'attarda pas poursuivant sa route. L'obscurité du lieux lui donner une sorte de protection mais aussi un danger... Ses pas dans les herbes, crissaient légèrement et il savait que cela pourrait lui coûtait de se faire repérer. Qu'importe il devait avancer. Le brun serra les poings et les dents. Il restait tout de même sur ses gardes l'air frais de la nuit venant le faire frissonner de froid. Kilian n'avait pas peur mais il s'attendait à ce quelqu'un vienne l'attaquer. C'est ce qu'il fait depuis qu'il est sur cette île et dort bien peu. La fatigue venait à pointé le bout de son nez, heureusement l'épidémie lui avait permit de totalement rattraper son sommeil et désormais il faisait attention et dormait plus longtemps.

Il était en forme mais ça ne l'épargnait pas pour autant d'une éventuelle attaque... Le brun arriva près d'un tas de fer entassés et releva un morceau et le reste tomba dans un fracas métallique. Kilian sursauta et fronça les sourcils en pestant, jurant entre ses dents. C'est pas vrai... Bon pour la discrétion on repassera. Foutu pour foutu, le jeune homme alluma sa lampe torche et observa autour de lui de façon bien plus attentif. C'est pas comme ça qu'il gagnera battle royal ça c'est sûr... Le brun fit des signes négatifs de la tête en se maudissant avant d'avancer de nouveau... C'est pas possible. Des assassins, il n'y a que ça ici et certains sont pire que d'autres. Pour gagner il doit les déjouer un à un. La difficulté était de rester jusqu'à la fin. Et dire que certains dorment tranquillement dans leurs lits, alors que eux meurent sur cette île loin de tout... Mais peut-être que ces mêmes personnes seront à leur place dans quelques mois, les rejoignant sur cette île de misère. Kilian tourna le regard vers un endroit où il cru entendre du bruit et dirigea son faisceau lumineux vers ce point disparaissant derrière la lumière aveuglante de sa lampe. Le brun avança doucement vers cet endroit pour vérifier que personne ne s'y trouve retournant avec violence un morceau de tôle. Mais bien sûr il n'y avait rien... Faire plus de bruit n'est pas une bonne idée mais là il était sûr que ses oreilles ne le trompaient pas, il y avait bien eut un bruit autre que lui... Il devait trouver l'individu avant qu'il ne le tue... Le brun observa à droite et à gauche ne bougeant que ses pupille de façon menaçante et gardant son corps immobile. L'étudiant se remit droit et eut un léger sourire presque invisible.

Il pensait que cela pourrait être un rat ou encore un pauvre petit joueur effrayé. Dans les deux cas le brun était prêt à chasser. Cependant Kilian ne criait pas victoire trop vite, après tout lui n'avait que ses poings pour se défendre. C'est déjà pas mal mais il y a mieux... Le ténébreux fronça les sourcils. Il y avait quelque chose qui clochait... « Il y a quelqu'un ?! » Demanda t-il de sa voix roque et grave. Il voulait être imposant et le montrer, histoire de faire fuir un potentiel peureux. Mais il n'était pas tomber sur un joueur faible hélas. Dans l'ombre une menace bien plus grande était tapie attendant sans doute le meilleur moment pour le poignarder... Le brun resserra sa prise autour de sa lampe éclairant un coin puis se retournant immédiatement pour en éclairer un autre. Il fini par se stabiliser et cesser tout mouvement laissant son souffle puissant lui échapper prêt à parer en cas d'une éventuel attaque... Il se concentra sur ses sens, notamment son ouïe pour percevoir le moindre mouvement, la moindre respiration, n'importe quoi... La chasse demande de la discrétion et de la précision, hors Kilian se voyait en mauvaise posture pour être chasseur ce coup ci... C'est pourquoi il doit inverser la tendance mais d'abord trouver son adversaire. Ce dernier pouvait bien être en train de se moquer de lui ce qui ne serait pas étonnant car le brun aurait fait la même chose et cette pensée énerva plus le jeune homme qui serra les dents. « Montre toi lâche ! » Lui lança le ténébreux avec une certaine combativité et fixa tout autour de lui notamment ses arrières... Sait-on jamais... Cette fois dans l'air frais de la nuit Kilian savait qu'il venait de faire une mauvaise rencontre... Il fallait déterminer qui est la proie et qui est le chasseur désormais... Le brun n'avait pas dit son dernier mot et il comptait bien vivre encore un jour de plus...
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas






avatar
Âge : 20
Vague : 2ème vague
Amour : Capable d'aimer l'île entière

Nombre de victimes : 7
Coupons : 6
Contenu du sac : .
◂ 1 miche de pain
◂ 1 barre de céréales
◂ 2 à trois bouteilles d'eau (1L5)
◂ 1 carte de l'île avec ses zones
◂ 1 boussole
◂ 1 lampe torche (avec piles)

◂ 1 liseuse kindle avec 300 livres + chargeur
◂ 1 paquet de cookies
◂ 2 paquets de cigarettes (24/25)
◂ 2 briquets
◂ 1 petit bloc notes + 2 stylos noirs
◂ 1 tenue de rechange (t-shirt + pantalon + sous vêtement)
◂ 1 déodorant
◂ 1 parapluie pliable
◂ 1 trousse de toilette (Brosse à dents + dentifrice + peigne + shampoing + savon)
◂ 2 sucettes
◂ Un scalpel
◂ 1 boîte avec 8 tampons
◂ 1 mini spray désinfectant
◂ 1 feutre violet
◂ 4 dolipranes

Avatar : Lee Jun Ki
Statut RP : Indisponible
Pseudo : Venom
Multicomptes : Khan Dewei

Messages : 180
Activité RP : 1









   Sam 23 Sep - 20:52

C’était un bruit sourd qui avait sorti brutalement le brun ténébreux de ses pensées. Il avait trouvé refuge à la ferraillerie après avoir passé plus de quarante huit heures sans dormir. Il avait réussit à s’endormir… Quelque chose comme trois heures environ. Ça ne vaudrait pas une nuit de sommeil, mais sur cette île, avoir la chance de s’endormir et de se réveiller n’était pas à écarter. Ainsi, il privilégiait les petites siestes régulières que les grosses nuits complètes. Et il se rendait compte aujourd’hui que sa stratégie venait encore de lui sauver la vie. Il était dans un coin sombre de l’endroit, coincé sagement derrière des cartons près de la porte d’entrée, et de sortie.

Il était là, au milieu de la pièce, braquant son rayon de lumière un peu partout où il pourrait trouver quelqu’un. C’était même étonnant, aux yeux de l’irakien, qu’il n’ait pas pensé regarder là où il se trouvait en vérité. Mais c’était mieux comme ça après tout… Il le détaillait, observant et devinant un corps grand, musclé. Un beau visage fin, aux traits masculin et viril. Il était bien loin de ce à quoi ressemblait Judas. Ils ne partageaient pas grand-chose, à part la couleur de leurs cheveux. « il y a quelqu’un ?! » demandait-il, comme si quelqu’un allait lui répondre. Le brun n’était pas fou, car il se pouvait qu’ils ne soient pas que tous les deux, ici. Et si quelqu’un d’autre lui répondait ? Alors là, il aurait tout donné pour voir une telle situation. Mais il semblait n’y avoir personne… Personne à part eux deux. Sa voix est grave, et imposante ; la simple entente de celle-ci aurait pu faire fuir n’importe qui, et n’importe quoi. Mais Judas, ce n’était pas n’importe qui. Il n’était pas celui qui avait tué le plus de monde, et n’était peut-être pas le mieux armé. Mais il était cruel, et faisait sans doute parti des plus fous de l’île. Oh, il avait toute sa tête, et il est toujours conscient de toute chose. Mais il retire une certaine satisfaction des quelques morts. Il ne les avait pas exécutés non plus, ce n’était pas un bourreau ; c’était un chasseur. Il avait fait courir ses proies, les avaient faites fuir, avant de les anéantir, juste après avoir fini de jouer avec elles.

Et ce côté joueur s’éveillait en lui à ce moment précis, aux dernières paroles entendus. « Lâche ? » répéta à haute voix le brun, ses yeux noirs encre brillants dans la pénombre, comme s’ils captaient le peu de lumière capable de pénétrer les lieux. « Lequel de nous deux est le plus lâche ? Celui qui a passé du temps à dormir ici sans savoir s’il se ferait massacrer, ou celui qui pointe du doigt un probable fantôme à haute voix, qui pourrait le mettre dans le pétrin ? » Il l’observait toujours, l’autre n’ayant toujours pas eu le loisir de le trouver. « Enfin, lâche… Devrais-je plutôt dire crétin ? » L’endroit est si grand que leurs paroles résonnent, et son vis-à-vis ne peut pas deviner d’où elles viennent. La situation, excitante, permis à Judas de rire gravement, observant cette montagne de muscle le cherchait. « Comment est-ce que tu te sens ? Comment est-ce que tu crois que tu vas mourir ici ? » Il ne voulait pas le tuer, mais l’idée de récolter et de partager le dernier souffle d’un homme comme celui qui était perdu au milieu de la place rendait cette pensée délicieuse.

Sans bruit, il se dégageait des cartons et longeait lentement les murs, dans le but de se rapprocher de lui. Le but n’était pas de fuir, mais de s’amuser ; faire courir l’homme perdu, et pourquoi pas le tuer. Mais pas maintenant ; il avait besoin du danger, de la sensation d’être proche de la mort. Il avait besoin de se sentir exister, même si ce n’était que pour quelques secondes encore. Il attrapait dans son sac la figurine de Mickey Mouse, et la faisait rouler jusqu’aux pieds du garçon. Le temps que celui-ci ne l’observe arriver à ses pieds et ne se penche pour l’observer, ou la récupérer, Judas arrivait derrière lui et le poussait, pas trop fort, pour que ses genoux touchent le sol, le but étant de le stimuler, et pas de le blesser. « C’est toi le chat. » Après cette phrase, il quittait l’endroit par la grande porte de sortie, en courant aussi vite qu’il le pouvait. Il était très rapide, et très agile. Il se dirigeait au nord, vers le cimetière, la zone au dessus de celle dans laquelle ils sont actuellement. Il n’y avait jamais mis un pied, mais c’était un bon endroit à découvrir, surtout en si charmante compagnie.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

Tu me crois la marée, et je suis le déluge.
« You said you liked storms. So I let you in. Turns out you can only handle a little rain. I am the violence in the pouring rain. I am a hurricane. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité

avatar








   Sam 7 Oct - 2:39


Rencontre obscure
Kilian voulait être prudent mais vu le vacarme qu'il avait fait c'était mal partit pour lui... Le brun n'aimait pas du tout être dans ce genre de situation. Il préféré être le chasseur et non la proie. Il demanda s'il y avait quelqu'un et chercha autour de lui si le moindre mouvement, ou bruit pourrait le conduire à sa future proie. Dans le but de faire peut-être paniquer sa futur proie, ou du moins la faire réagir, pour voir à qui il avait à faire, il tenta l'intimidation. Le brun demanda à sa proie de sortir, le traitant aussi de lâche. Alors contre toute attente une voix lui répondit. Comme quoi l'intimidation n'était pas une mauvaise idée maintenant il savait qu'il avait intérêt à se méfier. Une voix joueuse répéta le mot lâche. Comme s'il s’interrogeait. Le brun fronça les sourcils tentant de se concentrer sur la source de la voix. D'où provenait cet écho ? C'est alors qu'il demanda lequel des deux était le plus lâche. Bonne question car Kilian savait que lui n'avait rien d'un lâche bien au contraire et c'est pourquoi ses sourcils se froncèrent. Le plus jeune se mit à décrire leur deux situations, lui dormant ici depuis un moment. Alors que Kilian tentait de le trouvait alors qu'il pourrait selon lui lui faire la peau. Le brun avait beau cherchait il ne voyait pas en quoi son comportement était celui d'un lâche... La voix marqua comme une pause avant de le traiter de crétin. C'est qu'il avait du cran son interlocuteur... Le plus grand serra les dent et se mit à rétorqué toujours d'une voix forte. « Pas lâche ? Tu te cache dans l'ombre. »Fit remarquer le prédateur en cherchant toujours l'individu face à lui.

Le brun ne parvenait pas à trouver la provenance de la voix et cela l'agaça assez mais c'est alors qu'un rire grave raisonna et le plus grand se mit à respirer doucement pour se mettre en condition prêt à se servir de sa force au besoin. Si ce type avait un revolver, il se savait fini... Selon s'il visait correctement du moins. La voix de l'inconnu raisonna de nouveau en écho dans les lieux, lui demanda comme un psychopathe comment il se sentait et comment il pensait mourir. Le brun fronça les sourcils et pencha un peu la tête. Il n'aimait pas les questions que posait le jeune homme qui se trouvait non loin. « Je n'aime pas du tout le ton que tu prends avec moi, qu'importe qui tu es ! Quoi qu'il en soit, je ne compte pas mourir. Et je te ferais la peau. » Lui apprit le brun en faisant quelques pas sur sa gauche puis sur sa droite. Comme prêt à frapper mais sans savoir où, cela l'énerva. Puis il eut comme un flash, la personne face à lui jouait c'était évident il reconnaîtrait cette intonation d'amusement entre mille, l'ayant lui même trop utilisé. Puis il sentit comme du mouvement... Kilian redressa immédiatement la tête. Il ne pouvait prendre le risque de bouger et aller lui même dans l'ombre sans savoir où était le jeune homme et s'il avait une arme. C'est alors qu'un bruit l'alerta bien plus faisant braqué sa lampe dans une autre direction mais c'est une figurine qui sortit de l'ombre. Le brun fronça les sourcils sans comprendre penchant légèrement la tête sur le côté curieux. Il se pencha pour ramasser l'objet et se redressa en l'observant. Juste la figurine d'une sourie célèbre... La signature de sa proie ?  C'est alors qu'on le poussa de derrière lui, le faisant légèrement vaciller et il faillit lâcher sa lampe de poche. Il entendit alors un « c'est toi le chat » Un jeu rien de plus... Et pourtant... Le brun se tourna vivement et donna un coup de poing mais dans le vide. Le plus grand lâcha comme un grognement et couru en direction de l'ombre s'évaporant sous ses yeux clairs. Le voyant se diriger vers le cimetière il savait que l'expression du fantôme avait  maintenant un sens.

Peut-être que l'un d'eux finirait vraiment par devenir un ectoplasme ne laissant ainsi derrière lui qu'un corps se refroidissant peu à peu dans cette nuit de juillet. Le brun ralentit et eut un sourire bien plus amusé et mauvais. « Très bien allons dans ta dernière demeure Casper... Tu as intérêt à courir vite ma petite sourie, j'arrive ! » Dit-il avec amusement marchant de plus en plus vite avant de se remettre à courir.

22 h 42 au cimetière de l'île en F04 le 16 Juillet 2017.

Kilian arriva au beau milieu des pierres tombales et prit la décision d'éteindre sa lampe et la ranger dans son sac. Il comptait voir sa proie à la lueur de la lune. Cela tombait bien une ombre se détacher des pierres tombales. La taille du cimetière était impressionnante. Le brun regrettait un peu d'avoir éteint sa lampe. La probabilité de tombé dans un trou qui aurait était creusé dans le but de fouiller une tombe n'était pas mince et l'idée d'être enterré vivant ne réjouissait pas vraiment le plus grand... Le brun avança malgré tout à grande enjambé dans la nuit. Il suivit alors à la trace son petit fantôme et surgit de derrière une grande pierre tombale. Il attrapa alors l'inconnu et le plaqua au sol comme au rugby. Cette fois il le tenait. Le brun se mit à califourchon sur sa proie et abattit son poing dans l'herbe à côté de sa tête. Le brun se pencha vers lui avec un sourire joueur. « Je te casse quoi en premier ? » Lui demanda t-il jouant alors le même jeu que le plus jeune. C'est là qu'il pu enfin observer sa sourie. Il s'agissait d'un jeune homme d'une vingtaine d'année environ et ce qui marqua le brun furent ses yeux. Ils étaient sombre comme de l'encre de chine, mais pourtant brillant à la lueur de la lune. À ce constat le sourire hautain du plus grand ressortit le regardant un peu de haut avant de lui faire une expression joueuse. Kilian retint alors les poignets du plus jeune au sol et serra un peu. Sur sa peau un peu basané l'étudiant en photo put remarquer des cicatrices sur son avant bras gauche. Ce n'est pas bien de faire ça... Pensa le brun avec un léger sourire amusé. Le visage du jeune homme était plutôt fin avec des pommettes saillante, ses mèches sombre lui donnant un air mystérieux. Il devait en cacher des choses ce petit fantôme. Son corps était fin et élancé. Il était plutôt grand et il avait l'air agile comme un chat. Un garçon bien intriguant en somme. La lumière de la lune éclairé de sa lumière argenté sa peau légèrement basané un beau contraste. « Alors tu as donné ta langue au chat ? » Se moqua un peu le plus grand en fixant les yeux de l'autre garçon.

« Tu sais quoi petite sourie j'ai pas envie d'en finir comme ça... » Lui dit-il en se levant amusé. « Battons nous à la loyal. » Lui dit l'adepte des combat de rue en le fixant d'un regard amusé et déterminé. « Ah et je t'avertis si tu t'enfuis encore je continuerais de te suivre... Je te traquerais jusqu'à ce que je puisse t’abattre... » Lui dit-il avec un regard entendu. « Ah et je crois que ça t'appartiens. » Lui dit-il en lui jetant sa figurine qu'il avait glissé dans sa poche. Une chose est sûr cette nuit il prendra son temps qu'importe l'issue il profitera pour une fois de cette prise de risque, de ce jeu toujours plus intéressant au fil du temps.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas






avatar
Âge : 20
Vague : 2ème vague
Amour : Capable d'aimer l'île entière

Nombre de victimes : 7
Coupons : 6
Contenu du sac : .
◂ 1 miche de pain
◂ 1 barre de céréales
◂ 2 à trois bouteilles d'eau (1L5)
◂ 1 carte de l'île avec ses zones
◂ 1 boussole
◂ 1 lampe torche (avec piles)

◂ 1 liseuse kindle avec 300 livres + chargeur
◂ 1 paquet de cookies
◂ 2 paquets de cigarettes (24/25)
◂ 2 briquets
◂ 1 petit bloc notes + 2 stylos noirs
◂ 1 tenue de rechange (t-shirt + pantalon + sous vêtement)
◂ 1 déodorant
◂ 1 parapluie pliable
◂ 1 trousse de toilette (Brosse à dents + dentifrice + peigne + shampoing + savon)
◂ 2 sucettes
◂ Un scalpel
◂ 1 boîte avec 8 tampons
◂ 1 mini spray désinfectant
◂ 1 feutre violet
◂ 4 dolipranes

Avatar : Lee Jun Ki
Statut RP : Indisponible
Pseudo : Venom
Multicomptes : Khan Dewei

Messages : 180
Activité RP : 1









   Lun 16 Oct - 1:41

Judas avait couru si vite qu’il avait eu l’impression de fendre l’air sur son passage. Lorsqu’il pratiquait le sprint, il y avait de la compétition avec les autres. Il était le plus rapide malgré tout. Mais ici… Il l’était encore plus, poussé par l’excitation de la mort. Il avait ouvertement provoqué un jeu avec un inconnu qui devait faire deux fois sa masse musculaire. Il ne se défendait pas mal non plus, étant bien loin d’être un maigrichon chétif et à peine capable de tenir debout. Si l’équitation est un sport capable de muscler l’ensemble du corps, imaginez les résultats sur un garçon descendant d’une grande famille de cavaliers et conquérants mongole.

Il était arrivé au cimetière très vite, talonné par l’inconnu. Il n’avait pas perdu de temps, mais savait pertinemment qu’il ne pourrait pas se cacher ici. Avançant à travers les tombes comme une ombre dans la nuit, ses doigts glissaient sur la rigidité des pierres. Depuis combien de temps étaient-elle là ? Dix ans, vingt, voir trente ans, si ce n’est plus ? Il ne voulait surtout pas penser qu’un jour, lui aussi retournerait à la terre. « Car il est poussière, et que son corps retournera dans la poussière. » Il chuchotait ces mots en hébreu, l’une des langues de sa mère, en se glissant derrière une tombe plus grande. Il retirait son sac à dos, et de la poche de ce dernier, il en retirait son scalpel qu’il glissait dans sa poche de pantalon. Il ne pouvait pas attaquer avec ça, mais il pouvait menacer, et c’était tout aussi intéressant dans le cas précis…

Il avait eu de la chance, car ses mains étaient vides quand l’autre s’était jeté sur lui. Ça avait été rapide, et Judas n’avait comprit que son poing ne se trouvait écrasé dans le sol, à côté de son visage, que lorsqu’il ré-ouvrit les yeux. Ce qu’il devait lui casser en premier ? « Avec un sourire comme le tien, tu peux me casser tout ce que tu veux. » répondit-il au plus fort, ses longs doigts caressant l’herbe froide sous son corps. La situation se prêtait mal à la provocation, mais le comportement joueur de l’autre éveilla dans l’esprit de l’oriental une envie de jeu. La lune brillait derrière lui, rendant la scène un peu plus fantastique, comme dans ces romans où le loup-garou attrape le vampire. Ils n’avaient rien à voir l’un avec l’autre, mais quelques ressemblances pourtant pouvaient leur laisser voir qu’ils avaient des origines communes. C’est à ça, que pensait Judas lorsque le garçon lui adressa de nouveau la parole, lui posant une nouvelle question. Il ne répondait pas quand l’autre se redressait, préférant étirer un sourire, dévoilant ses jolies dents blanches.

Il restait allongé au sol quand l’autre lui annonçait vouloir se battre à la loyal. Se battre ? Ce terme fit germer dans la tête du brun une idée bien plaisante. Elle le serait pour tous les deux, il en était sûr. Comment ne pas apprécier la provocation ? Une provocation perverse qui amenait peu à peu l’odeur de la mort vers eux. Mais ils ne mourraient pas ce soir ; ce n’était là que de vagues démonstrations de force pour déterminer à quelle catégorie l’autre en face appartenait. Et… Judas devait bien avouer que tout ça lui plaisait beaucoup. « Si tu me tuais ce soir, tu ferais plaisir à un tas de gens… » Murmurait-il avec son accent. Un accent qui roulait comme des vagues sur la mer. La sensation de l’air glacé à travers ses cheveux noirs ramenait de la vigueur au sang qui coulait dans ses veines. L’air froid glaçant ses poumons lui donnait une nouvelle force. Il attrapait la figurine de la souris à la volée, en se mordillant la lèvre inférieure. « Tu sais autant que moi que tu ne me tueras pas. Pas ce soir en tout cas… » Parce qu’il aimait leur échange. Parce qu’ils faisaient partis de ces gens qui rendaient une situation terrible en un échange exaltant. Et parce qu’ils avaient déjà trop discutés pour pouvoir se massacrer ; ça ne ressemblerait à rien. Ils s’amusaient, d’une manière peu commune, mais c’était le cas. Seulement un jeu.

« Aller, attrape ! » dit-il en jetant de nouveau la figurine vers le brun, mais cette fois-ci, en plein visage. Alors que l’autre faisait un rapide geste pour éviter de se la prendre dans les yeux, Judas s’était jeté sur lui à son tour, après avoir sorti de sa poche son scalpel, renversant son corps sous le sien. Il appuyait la lame contre sa pomme d’adam, l’autre s’étant glissée dans ses longues mèches de cheveux noirs, lui maintenant la tête un peu sur l’arrière. Il est magnifique, et il ferait un excellent trophée à ajouter à sa liste de victimes. « Famah yushid Allah, washuquq yadah. » la phrase en arabe fut murmurée près du visage du beau Killian, sa dernière syllabe se perdant dans un sourire. « Sa bouche loue Dieu, et sa main égorge. » traduit-il au non arabophone. « Je ne pensais pas qu’une citation populaire pourrait prendre tant de sens ici. Tu veux toujours me poursuivre si je te fuis ? » Murmurait-il en retirant la lame de la peau claire, glissant l’arme de nouveau dans sa poche. Il espérait que l’autre lui dise oui. Il maintenait toujours ses cheveux en laissant un petit rire lui échapper. « Tu es superbe. Dire que quelqu’un va sans doute te tuer… Que ton corps va pourrir sur cette île. C’est du gâchis. » Il se relevait lentement de son corps, laissant sa crinière brune tranquille. « C’est quoi ton prénom ? Depuis quand tu es sur cette île ? » ça n’avait pas vraiment d’importance, sauf s’il voulait l’appeler un jour, après l’avoir aperçu. Qu’est-ce qui pourrait les empêcher de remettre ça à plus tard ? « Est-ce que tu connais la couleur de ta collier ? » Il revenait contre lui à la charge, si rapidement que Judas lui-même cru défaillir. Son genou appuyait sur la cage thoracique de l’inconnu, sa main s’étant glissé sur sa nuque, ses premières phalanges sous le métal du collier. « Peut-être que je devrais regarder moi-même, après tout… » S’ils bougeaient tous les deux, ils étaient morts. Le collier se déclencherait et exploserait. Mais la situation était trop excitante pour passer à côté. Il savait que ses provocations allaient pousser l’inconnu à lui renvoyer l’ascenseur quand il le pourrait, et ça, selon l’irakien, ça n’avait pas de prix…

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

Tu me crois la marée, et je suis le déluge.
« You said you liked storms. So I let you in. Turns out you can only handle a little rain. I am the violence in the pouring rain. I am a hurricane. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité

avatar








   Sam 25 Nov - 17:59


Rencontre obscure
Kilian avait poursuivit son inconnu jusqu'au cimetière. Il avait retrouvé sa trace et c'est une chance qu'il ait un peu ralentit sa course car le joueur mauve était vraiment lent parfois même lorsqu'il y mettait toute sa force... Le brun décida de ne pas perdre une seconde et sauter sur l'inconnu. Ce dernier fini à terre un poing à côté de la tête. Il avait fermé les yeux s'apprêtant sans doute à accuser le coup. Mais ce dernier ne vint jamais et le sourire de Kilian s'élargit en observant cela. En bon combattant le joueur mauve demanda à son opposant ce qu'il désirait qu'il lui casse en premier. Le jeune homme joueur lui répondit une phrase qui ne manqua pas de surprendre le brun. Il lui dit qu'avec un sourire comme le sien il pouvait lui casser ce qu'il voulait. Kilian l'observa avec un regard plus intimidant. « Je ne parlais pas de cette partie là et tous les compliments du monde ne te sortirait pas de là ma sourie tu es cerné. » Lui confia le brun qui répondait toujours aux provocations. Il se redressa en lui demandant s'il avait donné sa langue au chat ce qui fit sourire l'oriental. L'étudiant en photo le fixa et le voir rester ainsi à terre le faisait se méfier. Il lui dit alors vouloir se battre avec lui. Son interlocuteur lui confia que s'il le tuait ce soir il aiderait beaucoup de gens. « Ouais peut-être mais je ne suis pas charitable, je ne le ferait que pour ma propre satisfaction. » Lui avoua alors le joueur mauve en tentant de montrer au jeune homme qu'il ne l'impressionnait guère. Bien au contraire plus il était fort mieux c'était.

L'autre joueur rattrapa alors la sourie que lui envoya le joueur mauve. Ce dernier nota que son interlocuteur se mordillait la lèvre inférieur. Hésitait-il ? Il ne voulait plus jouer ? Ça n'avait pas l'air d'être son genre et Kilian le nota assez rapidement et haussa un sourcil à sa phrase. Il n'y avait pas vraiment réfléchit il agissait c'est tout. Mais il est vrai que s'il avait voulu juste le tuer il l'aurait fait y a un instant à peine. Mais le joueur mauve n'est pas du genre à se prendre la tête avec ce genre de sujet. Il ne se prend pas la tête tout court d'ailleurs il se contenta de fixer son interlocuteur avec un regard remplit de mystère. « Qui sait ? » Lui demanda le brun un tantinet joueur. Il voulait laisser planer le doute quant à ses intentions car lui même ne les prévoyait pas. Soudain son interlocuteur le surprit en lui envoyant en pleine figure la sourie qu'il lui avait rendu plus tôt. Kilian se mit de profil et se pencha légèrement vers l'arrière pour que l'objet ne l'atteigne pas. Seulement il avait détourné son regard du jeune homme qui lui sauta à la gorge avec une vitesse folle. Il lui retint les cheveux d'une main pour lui tenir la tête vers l'arrière et de l'autre il appuyait une lame sur son cou le faisant serrer les dents et prendre un regard noir presque menaçant. C'est alors que Judas lui murmura quelque chose dans une langue inconnue au brun. Ce dernier perdit son air menaçant un peu surprit. « What ? » Il n'avait pas pu se retenir, s'il y a bien une chose qui l'énervait c'est ne pas comprendre et pourtant ça lui arrivait assez souvent étrangement. L'oriental avait un sourire que le joueur mauve fixa en fronçant de nouveau les sourcils. C'est qu'il le cherchait beaucoup là...

Judas lui traduit enfin sa langue exotique en lui récitant un proverbe. Il lui avoua qu'il ne pensait pas qu'un proverbe prendrait autant de sens. Il lui demanda alors s'il voulait toujours le poursuivre s'il le fuyait maintenant... Même en sachant qu'il avait une arme ? La question est difficile mais le voyant retirer l'arme le brun se prêta au jeu pensant que prendre des risques était sur le moment permis. « Encore plus maintenant. » Lui répondit-il de sa voix grave avec une certaine fermeté qui se retrouvait dans son regard. L'oriental eut un légers rire qui fit froncer les sourcils de l'américain-coréen. Judas lui dit alors que ce serait du gâchis car il serait sans doute tuer. Un fin sourire apparut sur le visage de Kilian toujours un peu hautain. « Ne vends pas la peau de l'ours avant de l'avoir réellement tué... » Lui intima le brun en le fixant dans les yeux. Le joueur mauve tira quand même pour se libérer de son emprise. Le joueur le laissa alors tranquille en se redressant. Killian releva son buste se maintenant à l'aide de ses coudes pour l'observer. L'oriental le prit de court par une question. Son nom ? Sa date d'arrivée ? « Je suis arrivé depuis un certains temps et mon surnom est demon king je sème la mort sur mon passage c'est tout ce que tu dois savoir. Tant que je n'aurais pas ton nom tu n'auras que mon surnom. » Lui précisa le brun en appuyant son coude sur son genoux redressé. Il était dans une position décontracté mais s'apprêtait à se redresser.

Seulement une autre question suivie. Lui demandant s'il connaissait la couleur de son collier. « Laisse tombé sourie je te dirais rien de plus. » Lui exprima le joueur mauve prêt à se redresser pour se battre à son tour mais avant même qu'il n'ait pu esquisser un mouvement Judas alla à une vitesse encore plus hallucinante que tout à l'heure mettant son genoux sur sa cage thoracique. Pour déjà le faire basculer mais aussi le bloquer. Il avait été si rapide... Kilian fronça les sourcil en touchant de nouveau le sol laissant un légers souffle s'échapper de ses lèvres. Il en fallait bien plus pour blessé la bête sauvage qu'était Kilian alors il pouvait y aller sans soucis. L'irakien mis ses doigts sous le métal du collier et à cette sensation le joueur mauve ne bougeait plus la tête... Judas prononça alors qu'il n'avait qu'à vérifier par lui même. « Tu es vraiment sûr de toi ? Tu risque d'amèrement le regretter. » Lui apprit le joueur mauve qui mit sa main dans le dos de son adversaire pour se rapprocher afin d'être sûr que le collier n'explose pas par inadvertance. Une fois fait le brun bascula vers l'avant pour que Judas se retrouve sur le dos et il se saisit à son tour de son collier. Le corps musclé de Kilian maintenait l'oriental dans cette position. « Alors et toi quel est la couleur de ton collier ? » Lui renvoya t-il en le fixant dans les yeux avec le sourire appuyant bien plus pour que le joueur bleu ait son genoux contre son propre torse. Killian ne voulait pas trop bouger pour que les colliers n'explosent pas, ce serait idiot. Le brun fixa dans les yeux Judas pour y déceler son émotion. Il avait l'air de bien s'amuser.

« Alors dis moi combien de victimes une sourie comme toi a pu faire ? » Lui demanda le jeune homme avec un sourire remplis de malice. Mais l'envie d'action et de se libéré de cette position le poussa à enchaîner. « Laisse mon collier et avoue toi vaincu maintenant. » Lui demanda le joueur mauve avec une certaine détermination. Un jeu certes grisant mais Kilian voit ça comme un moyen de se défouler et ça ne lui déplaît pas vraiment. Juste à voir où ça les mène.
Codage par Libella sur Graphiorum


Hors rp:
 
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé









   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre obscure ft. Al Baghdadi Judas

Page 1 sur 1