AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



FERMETURE DU FORUM





 

 Le pied dans la souricière







avatar
Vague : Classe Originelle
Nombre de victimes : 2
Coupons : 0
Contenu du sac : • Un dé anti-stress
• Un manwa
• Une crème pour les mains
• Trousse de toilette (Brosse à dent + dentifrice et pain de savon)
• Un Bracelet mala en jade
• Un Baume à lèvre hydratant
• Une plaquette de 12 aspirines 1g
• Des boules quiès
• Un masque pour la nuit
• Une paire de baskets
• 3 petites bouteilles d'eau
• Sachet de confettis multicolores


Avatar : Yan Aaron
Pseudo : MyPandaa
Multicomptes : Zhao Yuan & Park Hyun Hee

Messages : 39
Activité RP : 4









   Sam 25 Nov - 12:28



Le 7 août à 13h15,
Le Centre de Télégraphie




Lorsque Yeong Jae avait mit le pied dans le centre de télégraphie, il s’était attendu à y trouver éventuellement quelqu’un. Avec le nombre d’étudiants sur cette île, c’était jamais qu’une question de probabilités quoi. Et comme de fait il y avait effectivement trouver quelqu’un. Un étudiant. Enfin non : une étudiante. Lorsqu’il avait mit les pieds à l’intérieur il n’en avait vu que la culotte, sous les plis scolaire d’une jupe d’école. La raison ? La jeune fille qui se trouvait là avait un genoux à terre et tentait de ses deux mains de dégager son autre cheville prise entre deux lattes du parquet pourris.

Ça devait faire mal. Si elle s’en tirait sans entorse, elle aurait néanmoins sûrement un bon bleu près de la malléole et un souvenir un peu douloureux de ce moment. Si elle survivait, évidemment. Parce qu’ainsi positionnée de dos à la porte elle faisait une victime potentielle parfaite. Par chance pour elle : Yeong Jae était dans un bon jour. Il l’était plus souvent qu’on ne l’aurait cru d’ailleurs.

L’ayant probablement entendu arriver la petite biche avait tourné la tête dans sa direction… Et en l’apercevant, Yeong Jae n’avait pu manquer le redoublement d’efforts qu’elle avait soudainement mise dans sa libération. Vaine toujours, pour le moment. A son front quelques mèches de cheveux collait aux perles de sueur que l’effort provoquait… Et de manière régulière une sorte de couinement, de peur ou d’agacement, franchissait les lèvres fines et pincées. Il y avait quelque chose de bizarre dans son regard… Mais dans la situation présente, Yeong Jae ne parvenait pas à déterminer quoi.

« On dirait que tu es bloquée. »

Captain Obvious ouais. Mais c’était surtout une façon de commencer le dialogue sans avoir l’air d’être prêt à lui bondir dessus en vrai.

« Fais moins de bruit. On ne t’entend pas de dehors pour le moment mais... »

Si elle s’échinait trop fort et d’une mauvaise manière ça finirait par arriver. Puis histoire de montrer pattes blanches :

« Je n’ai pas l’intention de t’attaquer. »

Yeong Jae se déporte sur le côté, sans aller trop loin de la porte, au cas où… Parce que dieu seul savait ce que cette fille comptait faire lorsqu’elle réussirait à extirper sa cheville du piège de planches ! Mais bref, il se déporte histoire que la jeune fille puisse le voir quoi, pour être dans son champ de vision.

« Il faut faire attention où on met les pieds. »

Un conseil qui valait peu de choses… Parce que cette fille n’avait pas l’air d’être arrivé hier disons. Son uniforme en avait d’autre, sa coiffure aussi… Et les égratignures ici et là témoignait de plusieurs épisodes compliqués, sans lui en dire davantage sur leur nature.

« Tu veux que je t’aide ? »

Il ne fait néanmoins pas le moindre pas dans sa direction. Pas tant pour ne pas l’effrayer que parce qu’il se tâtait encore à savoir s’il allait lui demander quelque chose en retour de son aide… Ou bien plus tard, s’ils se revoyaient. Parce que si cette fille avait survécu jusqu’à aujourd’hui elle pouvait le faire encore. Brillait en plus, dans son regard, une flamme assez déterminée à ce sujet bien que de la peur et de la frustration liée à sa situation récente y brille de concert.

« Je m’appelle Yeong Jae. Je suis arrivé le 1er juin. »

Il ajoutait l’information du premier juin parce qu’en général ça faisait partit des deux questions qu’on lui posait toujours, avec la couleur de son collier. Mais il ne connaissait pas cette dernière… Et n’avait confiance en personne pour laisser jeter un coup d’œil !

« En tout cas si tu continus d’aussi mal t’y prendre tu vas finir par te la fouler au mieux. Et peut être même par la casser. »

La tuile sur une île comme celle-ci, n’est-ce pas ?


-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

>> Mes RPs <<




SWEETDREAMS
Sweet dreams are made of this. Who am I to disagree ? I travel the world and the seven seas. Everybody' s looking for something. Some of them want to use you. Some of them want to get used by you. Some of them want to abuse you. Some of them want to be abused.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : 1ère vague
Amour : /

Nombre de victimes : 2
Coupons : 279
Contenu du sac : ★ Une photo de son frère
★ Son portable avec chargeur
★ Une écharpe
★ Un carnet et un crayon
★ Une tenue de rechange
★ Un plaid
★ Son nécessaire de toilette de voyage (1/4 d'un petit savon en bloc, 5 cotons démaquillant, un petit flacon de shampoing (1/4), une brosse à dent, un petit tube de dentifrice (1/Cool, un paquet de mouchoir, un spray nasal à l'eau de mer, 6 serviettes hygiéniques)
Une carte de l'île avec ses zones
★ Une boussole
★ Une lampe torche (avec piles)
★ Une casquette (trop d'utilité... merci)

★ Une bouteille d'eau (50cL)
★ Deux bouteilles vide (50cL)
★ Un sachet de pilules de drogue (12)
★ Deux caramels

★ Revolver 6 coups avec 5 balles
★ Canon d'une arme (Inutilité totale mais sac troué toussa)

Avatar : Kim Shin Yeong
Pseudo : Frost
Multicomptes : Baek Jin Hwan & Lee Ye Won

Messages : 540
Activité RP : 0









   Mar 28 Nov - 18:18

Encore une semaine sur cette île. 7 jours du mois d’août. Le temps passe, les jours s’écoulent et tout reste pareil. Une nouvelle vague est arrivée pour ramener des joueurs. Comment peut-on réussir à exterminer trois équipes s’ils envoient des joueurs de façon régulière ? Je n’arrive pas bien à le comprendre. J’explorais tranquillement le centre télégraphique à la recherche de stuff quand le plancher a cédé sous mon poids. Je me suis retrouvée le pied coincée dans le sol. J’ai pesté, et j’ai commencé à essayer de m’en extirpé. De longues minutes sont passées sans que je ne m’en rende vraiment compte. Et alors que la situation était déjà critique, quelqu'un entre. Je me tourne un peu. C'est un garçon. Difficile d'évaluer son âge, mais je dirais qu'il n'est pas beaucoup plus vieux que moi. J'ai les nerfs à vif. Je suis énervée, effrayée, et j'ai mal à la cheville. Et j'ai beau essayer dans tous les sens, mon pieds est toujours coincé. Et je dois avouer que j'ai peur de tirer trop fort parce que je ne veux pas aggraver ma situation en me blessant plus. Je grimace un peu lorsqu'il se met à parler. Pour dire quelque chose de très évident. Mais c'est bien sûr, j'avais de toute évidence peu conscience de ma passion pour passer de longues minutes le pied dans le plancher d'une foutue baraque au milieu d'une foutue île rempli de tueurs psychopathes dont je fais partie. N'importe quoi. Je ne réponds pas mais quand il recommence à parler pour me dire de faire moins de bruit, je pince les lèvres agacées. Sans rire. Si je pouvais lui arracher les yeux, je crois bien que je le ferais. Cette fois je réponds : « Bonne nouvelle, donc je ne me mettrais pas à hurler, c'est promis ». Je fais une pause dans ma tâche, poussant un soupire agacé pour évacuer la pression et l'agacement, puis je m'essuie un peu le front. J'ai chaud. Il fait trop chaud pour faire ce genre de choses. Il reprend la parole pour dire qu'il ne m'attaquera pas. Ce qui effectivement semble être le cas, il l'aurait probablement déjà fait. Sauf s'il préfère s'amuser un peu avec moi avant. Mais ça, ça pourrait se révéler mauvais pour lui aussi. J'acquiesce un peu pour lui faire comprendre que j'ai entendu et compris. C'est aussi une forme de remerciement bien que cela m'agace un peu de devoir le remercier de ne pas m'attaquer. Et lorsqu'il me conseille de faire attention où je mets les pieds je le regarde et remarque un peu ironiquement : « Non, sérieusement ? ». Comme si je ne m'en étais pas déjà rendue compte. Comme si on pouvait anticiper une planche pourrie à l'intérieur qui semble tout à fait normale à l'extérieure. Il y a bien des choses auxquelles ont peu faire attention sur cette île mais d'autres nous échappent et nous surprennent. Bien, est-ce que je peux lui arracher la langue pour lui éviter de me faire encore ce genre de remarque totalement inutile ?

Je baisse à nouveau mon regard sur ma jambe coincée dans le parquet. La position est inconfortable. J'essaie de tirer un peu sur ma jambe en penchant mon pied pour sortir mon talon. Je me dis que si j'arrive à retirer ma chaussure, je pourrais dégager mon pied et récupérer ma chaussure après. Mais pour le moment ça ne donne pas grand-chose. C'est un peu triste. Je ne me décourage pas. Il me propose de m'aider mais je dois avouer que je ne suis pas forcément très enchantée à l'idée qu'il ne s'approche de moi alors que je suis dans une position aussi handicapante. Oui, cette île me rend un peu paranoïaque. Je le remercie cependant d'un sourire et je recommence à tenter de sortir mon pieds. Il se présente, et je relève à nouveau les yeux pour lui répondre : « Enchantée... Se Jin, je suis arrivée le 15 juin... ». Je recommence un peu à jouer de mon pied pour le sortir de là. Et bien sûr, il reprend la parole pour me prévenir que si je m’acharne trop, je risque de me fouler la cheville voire même de la briser. J’acquiesce un peu et je réponds : « Je sais… » d’un ton moins ironique et plus calme que plus tôt. Je marque une pause et je reprends la parole : « Ce n'est pas mon but... ». Mais de toute évidence ma technique est plutôt mauvaise. Je me redresse un peu et je retire mon sac de mon dos, l’ouvre et sort un tube métallique. Ce qui devait appartenir à une arme à feu est inutile. Mais peut-être que je pourrais agrandir un peu le trou ? Alors j’appuie sur le bois, sans frapper, pour essayer de l’effriter un peu plus. Je fais le tour de ma cheville pour affaiblir le bois sans faire de bruit. J’essaie de ne pas trop m’énerver parce que plus je m’énerve et plus je risque de faire quelque chose de regrettable. Ou de crier au choix et il a raison, cela serait un risque de me faire remarquer. Alors que j’arrive de l’autre côté de ma cheville le tube s’enfonce dans le bois et je ferme les yeux soulagée. C’est un début. J’expire longuement et m’accorde une pause relevant le regard sur lui : « Qu’est-ce qui t’amène par ici ? ». Je n’ai pas été hyper gentille avec lui, même si pour le coup, j’ai des circonstances atténuantes alors j’essaie de me rattraper : « Tu cherchais quelque chose ? Ou quelqu’un peut-être ? Tu croises souvent les membres de ta classe ? ». Enfin ceux toujours vivant. Je grimace un peu en pensant qu’il a surement perdu des amis dans ce combat. Et je suis triste pour lui. Même si je déteste cet endroit, que je n’ai rien d’une prédatrice, j’ai le gros avantage de ne connaître personne ici. Et même si mes parents me manquent, la personne la plus importante pour moi est déjà morte alors j’imagine que dans mon malheur j’ai… de la chance. Si l’on peut dire.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

Fighting to survive in a war with the darkest horrors


Le monde change. Et nous sommes contraints de changer avec lui pour survivre. Peut-être que nous ne pourrons plus jamais nous regarder dans un miroir, mais si nous voulons avoir une chance de le faire, alors il faudra survivre. Et, je ne compte pas me laisser mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Vague : Classe Originelle
Nombre de victimes : 2
Coupons : 0
Contenu du sac : • Un dé anti-stress
• Un manwa
• Une crème pour les mains
• Trousse de toilette (Brosse à dent + dentifrice et pain de savon)
• Un Bracelet mala en jade
• Un Baume à lèvre hydratant
• Une plaquette de 12 aspirines 1g
• Des boules quiès
• Un masque pour la nuit
• Une paire de baskets
• 3 petites bouteilles d'eau
• Sachet de confettis multicolores


Avatar : Yan Aaron
Pseudo : MyPandaa
Multicomptes : Zhao Yuan & Park Hyun Hee

Messages : 39
Activité RP : 4









   Dim 3 Déc - 13:56



Elle répond de manière très agacée la petite fille et Yeong Jae se contente d’un petit sourire narquois, sans en rajouter. En vrai tant qu’elle évitait effectivement de hurler tout irait plutôt pas mal hein ! Mais si elle essayait il saurait lui bondir dessus pour refermer ses doigts sur sa jolie nuque gracile s’il le fallait. La voilà encore qui donne dans le sarcasme et Yeong Jae fait remarquer :

« Pour quelqu’un qui à un pied à travers le plancher, tu use facilement de sarcasme quand on te dit de faire plus attention. »

Parce qu’elle pouvait jouer à « merci pour l’évidence que je connais déjà » mais il n’empêche qu’elle était tombée dans le piège au moins une fois, de toute évidence !

« Les planches les plus pourries sont les plus foncées. Parce qu’elles ont commencées à emmagasiner toute l’humidité. En général elles commencent même à partir en copeaux sur le dessus. »

Enfin ce qu’il en disait, lui… Évidemment c’était pénible de devoir regarder où on mettait les pieds mais c’était aussi le but du jeu et dans un endroit tout en bois ça en faisait probablement deux fois plus partit. Bref. Elle ne veut pas d’aide ou en tout cas elle n’en demande pas et Yeong Jae ne le lui reproche pas. C’était un comportement qu’il pourrait lui-même avoir. Il n’avait confiance en personne. Jamais. Il ne se faisait déjà pas confiance à lui-même à cause de la folie qu’il soupçonnait lui ronger de mieux en mieux le cerveau alors…

De toute façon, la jeune femme ne semblait pas avoir besoin d’aide. Peut être que c’était sa présence qui avait changé son état d’esprit bien malgré eux… Mais elle avait cessé de vouloir s’acharner sur sa cheville pour s’attaquer plutôt au bois avec un outil que Yeong Jae n’identifiait pas. Quant à ce qui l’amenait jusqu’au centre de télégraphie :

« Rien en particulier. Je fais le tour. Statistiquement quelqu’un m’a dit que c’était plus dangereux de rester dans un seul endroit que de tourner. Alors je tourne. »

Il avait rencontré pas mal de monde comme alors il ignorait si cette donnée statistique était réellement si fiable mais il ne comptait pas non plus s’arrêter pour vérifier qu’elle ne l’était pas !

« Et toi ? »

Qu’avait-elle espéré y trouver ? Est-ce que ça valait de se retrouver le pied sous le plancher ? D’ailleurs dans un silence qu’ils font un bruit se fait entendre, à quelques pas d’eux, sous le plancher.

« Ho ho... »

C’était rien de dangereux et c’était pas « la petite bête qui allait manger la grosse » mais de toute évidence il restait quelques rongeurs dans le coin.

« On dirait qu’il y a des rats sous ce plancher moisit. »

De quoi motiver encore plus Se Jin non ?

« J’ai croisé assez peu de personne de ma classe en fait, si on excepte le séjour à l’hôpital. »

Cette fois là il avait vu plusieurs d’entre eux. Et dans les haut-parleurs, il avait entendu le nom de beaucoup de ses anciens camarades. Il existait peut être quelques homonymes mais il ne pouvait pas y avoir que ça.

« Tu as été malade toi ? Tu te sens mieux ? »

Son côté un peu hypocondriaque préférait se renseigner. Avec le recule il regrettait ne pas l’avoir fait AVANT de proposer son aide. Heureusement qu’elle avait refusé en silence, du coup ! Ça courre encore un peu sous le plancher plus loin… Et de manière réellement songeuse, il s’enquiert :

« Ils ne viendraient pas essayer de croquer un orteil alors que nous sommes là à faire du bruit, n’est-ce pas… ? »

Pour être honnête… Cette idée l’horrifiait un peu. Il ne se figurait pas du tout à quoi pouvait ressembler des rats qui devaient avoir un régime alimentaire assez spartiate. Mais ça véhiculait toutes sortes de maladie ces trucs. Valait mieux pas qu’ils tentent de bouffer un morceau de Se Jin ! Du coup, se montrant très beau joueur pour une fois Yeong Jae retire son sac pour fouiller dedans, en retirant le pain de savon qu’il avait dans sa trousse de toilette pour le faire glisser jusqu’à Se Jin.

« Tu devras me le rendre hein ! Tu as bien de l’eau n’est-ce pas ? »

De quoi savonner un peu sa cheville pour qu’elle glisse mieux entre les morceaux de planche. Valait mieux quelques égratignures en forçant un peu, finalement… !


-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

>> Mes RPs <<




SWEETDREAMS
Sweet dreams are made of this. Who am I to disagree ? I travel the world and the seven seas. Everybody' s looking for something. Some of them want to use you. Some of them want to get used by you. Some of them want to abuse you. Some of them want to be abused.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé









   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le pied dans la souricière

Page 1 sur 1