AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




La MAJ du 1er novembre est là ! Cliquez ici pour la découvrir !
Un event est en cours ! Venez lancer le dé ici pour découvrir l'état de votre personnage !
Tentez votre chance au Lucky Spin pour remporter des lots inédits !




 

 Ensemble dans l'adversité ★ Li Ren







avatar
Âge : 17 ans
Vague : 1ère vague
Amour : /

Nombre de victimes : 2
Coupons : 239
Contenu du sac : ★ Une photo de son frère
★ Son portable avec chargeur
★ Une écharpe
★ Un carnet et un crayon
★ Une tenue de rechange
★ Un plaid
★ Son nécessaire de toilette de voyage (1/4 d'un petit savon en bloc, 5 cotons démaquillant, un petit flacon de shampoing (1/4), une brosse à dent, un petit tube de dentifrice (1/Cool, un paquet de mouchoir, un spray nasal à l'eau de mer, 6 serviettes hygiéniques)
Une carte de l'île avec ses zones
★ Une boussole
★ Une lampe torche (avec piles)
★ Une casquette (trop d'utilité... merci)

★ Une bouteille d'eau (50cL)
★ Deux bouteilles vide (50cL)
★ Un sachet de pilules de drogue (12)
★ Deux caramels

★ Revolver 6 coups avec 5 balles
★ Canon d'une arme (Inutilité totale mais sac troué toussa)

Avatar : Kim Shin Yeong
Pseudo : Frost
Multicomptes : Baek Jin Hwan & Lee Ye Won

Messages : 531
Activité RP : 1









   Mer 12 Juil - 20:51


Le 22 juin, 21h20,
Dans les catacombes.

Le silence est oppressant mais en réalité, tout est oppressant sur cette île. Chaque pas est un enfer, chaque respiration une victoire. Et chaque nouvelle journée un défi. Je compte les levés et les couchers de soleil avec précaution, comme un naufragé sur une île déserte. Déjà huit jours. J’ai survécu à huit maudites journées sur cette île. Et j’en suis plutôt fière. Les catacombes sont plutôt sordides. Je ne sais pas pourquoi je suis venue ici. Peut-être pour prier un peu, enfin si je crois en une quelconque divinité qui écoute mes fameuses prières. Je ne suis même pas sure de croire encore en quelqu’un ou en quelque chose. Même pas en moi. Parce que je ne sais plus à quoi ça correspond. Je ne sais plus qui je suis. Les choses ont changé tellement vite que je n’ai pas vraiment eu le temps de comprendre et de voir venir les choses. J’ai été propulsée sur ce bateau puis sur cette île. Et en l’espace d’un battement de cœur, l’enfant innocente que j’étais est devenue une meurtrière. Et toute la noirceur en moi a comme explosé. Quand j’ai ouvert ce carnet de compte et trouvé la cachette de mon frère, ce n’était pas de mon fait, juste un hasard comme il en arrive parfois dans une vie. Mais c’est en mon âme et conscience que j’ai choisi de rendre cette drogue et d’en accepter un nouveau chargement. C’est en sachant sur quel chemin je m’engageais que j’ai décidé de revendre encore, et encore des cachets. Mais une partie de moi se voilait la face, fermant les yeux sur le mal que je faisais aux gens en vendant cette drogue et sur les risques auxquels je les exposais. Une partie de moi fermait les yeux sur la noirceur qui envahissait petit à petit mon innocence. Cette noirceur qui réduisait petit à petit mes chances de devenir médecin, de faire avec ma culpabilité. Mais ici sur l’île, il semblerait que toute cette noirceur se soit renforcée, se soit étendu sans que je ne m’en rende compte. Comme une force insidieuse ayant grandi sans attirer l’attention, alpaguant petit à petit tout le reste. Jusqu’à ce que je perde pieds et qu’elle s’impose à moi. Oui, elle est là cette noirceur depuis des semaines, elle est là et maintenant je suis obligée de faire avec. Et je n’ai pas le choix.

Mais je suis là. Je me suis glissée dans les couloirs des catacombes sans bruit, sans attirer l’attention. Je me suis nichée dans une alcôve sombre pour me reposer un peu. Hantée par mon crime, je n’ai pas été capable de fermer l’œil la nuit dernière. Épuisée, à bout de force, je suis descendue ici pour essayer de trouver un coin sombre pour me reposer.  Pendant un certain temps, je suis restée là, à ne pas savoir quoi faire de cette arme. M’en servir pour me défendre ou au contraire la lancer et m’enfuir le plus loin possible. Je suis restée à me demander si je pourrais m’en servir, si je pourrais faire quelque chose de cette arme pour tuer encore quelqu’un. Tuer quelqu’un… Finalement, j’ai réussi à fermer un peu l’œil et à mon réveil en sursaut, j’ai paniqué un peu. Il m’a fallu quelques instants pour me rendre compte que tout était calme et que j’étais toujours seule. Cependant, une fois remise de mes émotions, j’ai ramassé mon sac pour sortir de là, précautionneusement, un pas après l’autre. Jusqu’à tomber nez à nez avec une fille. Un instant, j’ai paniqué. Puis, je l’ai regardée et j’ai dit d’une voix posée, calme et assez basse : « Uhm… Salut… ». Oui, pourquoi pas, c’est une rencontre comme une autre, sur une île remplie de psychopathes qui veulent tuer tout ce qui bouge. Enfin, non, pas tous. Mais bon, certains sont quand même sacrément tordus. « Ecoute je… je vais juste passer et… ». Je suspends ma phrase quand je sens ce regard. Le regard de l’oppresseur. L’ombre de mon ombre qui me traque, sans que je ne sache qui elle est et ce qu’elle me veut. Il est là, l’inconnu est là, j’en suis presque sûr. Et du couloir d’où je viens, des bruits de pas se font entendre, puis des éclats de voix. Je panique à nouveau et j’attrape la main de la jeune fille pour l’entraîner en courant en direction de la sortie. Parfois, je ralentis pour ne pas faire de bruit, mais je la tiens toujours jusqu’à finalement trouver une cachette dans l’un des couloirs m’y engouffrant avec elle, je m’accroupis, un peu essoufflée et je la regarde. J’avoue, c’était stupide d’entraîner quelqu’un avec moi. Pourquoi j’ai fait ça ? « Ne me tue pas… ». Je la regarde un moment grimaçant. Je ne sais pas pourquoi mais sous le coup de la panique, je prends des décisions inconsidérées. « Je crois qu’il y a quelqu’un qui me suit depuis que je suis arrivée sur l’île… Enfin… J’ai l’impression d’être parano et de devenir un peu dingue… ». Ah ça, c’est une certitude.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

Fighting to survive in a war with the darkest horrors


Le monde change. Et nous sommes contraints de changer avec lui pour survivre. Peut-être que nous ne pourrons plus jamais nous regarder dans un miroir, mais si nous voulons avoir une chance de le faire, alors il faudra survivre. Et, je ne compte pas me laisser mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 18 petites pivoines
Vague : Première vague (15 Juin)
Amour : Trouvé l'amour n'est pas une priorité, contrairement à survivre...

Nombre de victimes : 2
Coupons : 126
Contenu du sac :
+ Deux bouteilles d'eau (1L5)
+ Une carte de l'île avec ses zones
+ Une boussole
+ Une lampe torche (avec piles)


+ Deux élastiques à cheveux noirs
+ Un pendentif militaire où le nom de son frère y figure
+ Un porte bonheur chinois
+ Une tenue de rechange
+ Des tampons hygiéniques (13)
+ Un coupe ongle
+ Un carnet + stylo quatre couleurs
+ Une trousse de toilette (un peigne, une bouteille de shampoing, un savon, un baume pour les lèvres, 10 lingettes démaquillantes, une brosse à dent et une crème pour les mains) Format Voyage
+ Une boîte d’allumette


[color=#ECB80F]+ 2 pochettes chauffantes
+ Un petit paquet de dragibus
+ Veste en cuir[
+ Une plaquette de 4 dolipranes./color]

+ Hachette
+ Kukri


Avatar : Dilraba Dilmurat
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MMix
Multicomptes : Yeo Ri Na



Messages : 514
Activité RP : 1









   Mer 26 Juil - 0:31

Huit jours s'étaient écoulée depuis que tu avais été larguée sur cette île de malheur. Huit jours où tu avais dû apprendre à survivre après deux agressions dont l'un t'avait valu une foulure au poignet qui grâce à ce jeune homme séduisant s'était plus ou moins bien soignée du moment que tu ne forçais pas trop sur celui-ci. Par chance heureusement qu'il s'agissait du bras que tu utilisais le moins, le gauche. Si cela avait été la droite, tu en aurais sûrement plus chier.  

Depuis ton arrivée, la carte gentiment plié dans ton sac avait été utile pour faire des petites croix dessus avec ton stylo quatre couleurs pour indiquer les différentes zones où tu étais déjà passé. Puis sur ton petit carnet à part tu y marquais quelques détails sur chaque lieu que tu avais visité. Pour le moment, tu avais visité six endroits différents et c'est dans le dernier que tu avais pu te ravitailler en eau à la piscine avant de quitter ce jeune homme répondant au nom de No Rae Won. Si tu avais pu te ravitailler en eau, en nourriture c'était autre chose, ta miche de pain n'était plus, les dernières miettes dures s'étant en volatilisées dans ton estomac. Heureusement, lors de ta rencontre avec Kagome tu avais pu faire la cueillette de quelques baies que tu avais mis dans une feuille de ton carnet soigneusement plier de façon à faire un petit cornet fermé. Des baies que tu avais encore sur toi et que tu avais mis soigneusement dans une pochette de ton sac pour qu'elles ne fassent pas écraser.

Ce matin avant de reprendre ton chemin alors que tu avais fait une halte sur le chantier de construction, tu t'étais changée, troquant ta jupe de ton uniforme contre un pantalon qui pour toi était bien plus pratique pour toi. Tu avais également profité de cette halte rapide pour regarder ta carte.  afin de trouver un point d'eau où tu espérais pouvoir nettoyer tes sous-vêtements actuels pour pouvoir les changer... Porter des habits pendant plusieurs jours devenaient désagréables. Toi qui avait l'habitude en tant général de prendre une douche tous les jours déjà à cause du sport, là autant dire que ça devenait gênant. Mais que pouvais-tu faire ? Peut-être qu'en même temps de laver tes vêtements au lac, tu y piquerais une tête pour te savonner un peu.  

Tes pas t'avaient mené jusqu'à cet endroit lugubre où l'atmosphère était plutôt inquiétant. Un endroit où après y avoir mis un pied courageusement avait réussi à te faire grimacer. Ça sentait la moisissure voir quelque chose en train de pourrir... Ou peut-être même quelqu'un lorsque tu avanças de plus en plus dans les couloir sombre que tu décidas d'éclairer à l'aide de ta lampe torche. Une fois éclairée, tu pus enfin mettre un nom à cet endroit. Les catacombes... Pourquoi de tous les endroits avait-il fallu que tu t'aventures dans celui-ci ? Bon avec un peu de chance tu espérais être seule et ne pas croiser un potentiel joueur. Dans ce genre de lieu, se perdre était très facile, tu décidas donc d'arracher la dernière feuille de ton cahier et te colorier de façon brouillon en rouge le papier. Rangeant tes affaires, tu poursuivis ton chemin tout en semant intelligemment un petit morceau de papier arraché rouge sur ton chemin.

Un petit bruit arrêta ton pas. Fronçant doucement les sourcils tu espérais que cela soit une souris ou même un rat plutôt qu'un être humain possiblement dangereux. Tu te tus, mais lorsque tu repris ton pas tu t'arrêtas alors qu'une silhouette surgit doucement devant toi. Resserrant ta poigne sur le manche fin de ta lampe torche, tu reculas en éclairant cette personne... ou plutôt cette demoiselle que tu ne quittas guère des yeux. Bien que son visage semblait celui d'une innocente, cela ne pouvait être qu'une façade. Après tout le volontaire lui même avait une gueule assez angélique et pourtant il était tout le contraire. Tu eus un moment de recul alors qu'elle attrapa ta main et t'emmena avec elle. Avait-elle entendu quelque chose ? Tu n'en savais rien, mais une fois à l'abri tu avais décidé d'éteindre ta lampe torche pour éviter d'attirer les potentielles personnes que cette demoiselle semblait avoir entendu.

Tu l'écoutas alors qu'elle semblait paniquer. « Je ne vais pas te tuer. » dis-tu tout simplement pour la rassurer dès maintenant. Etait-ce une bonne chose de lui dire cela tu n'en savais rien, peut-être jouait-elle tout simplement la comédie pour mieux t'avoir. « Tu as entendu quelqu'un pour qu'on se cache ? » Elle ne répondit pas directement à ta question, mais évoqua le fait qu'elle se sentait suivi depuis l'arriver sur l'île... Bizarrement, tu pouvais la comprendre même si personnellement tu ne te sentais pas réellement suivi. « Ce n'est pas dingue, mais sûrement normal, après tout sur cette île il faut faire constamment attention à nos arrières, à nos avant et à tout ce qu'il y a autour de nous. On a sans cesse l'impression d'être observé H24. » C'est d'ailleurs pourquoi tu faisais des nuits courtes et que ton sommeil était devenu très léger. Tu restas silencieuse quelques minutes, tendant l'oreille à la recherche d'un moindre son... rien. Cependant, tu décidas de ne pas bouger. « Je n'entends rien, les personnes ou la personne que tu as entendue se sont sûrement engouffrés ailleurs. » Ailleurs dans les catacombes, les pas précipités de la jeune demoiselle vous ayant attirés proche de la sortie. « Mais pour plus de sécurité, je pense qu'il est préférable qu'on reste là, si on sort et qu'ils sont juste derrière on va devoir courir pour leur échapper s'ils sont dangereux. » Et autant dire que là tu n'avais pas envie de courir, d'ailleurs tu décidas de t'asseoir le dos contre la façade non lisse du couloir où vous vous étiez cachées tout en gardant une distance de sécurité avec elle pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : 1ère vague
Amour : /

Nombre de victimes : 2
Coupons : 239
Contenu du sac : ★ Une photo de son frère
★ Son portable avec chargeur
★ Une écharpe
★ Un carnet et un crayon
★ Une tenue de rechange
★ Un plaid
★ Son nécessaire de toilette de voyage (1/4 d'un petit savon en bloc, 5 cotons démaquillant, un petit flacon de shampoing (1/4), une brosse à dent, un petit tube de dentifrice (1/Cool, un paquet de mouchoir, un spray nasal à l'eau de mer, 6 serviettes hygiéniques)
Une carte de l'île avec ses zones
★ Une boussole
★ Une lampe torche (avec piles)
★ Une casquette (trop d'utilité... merci)

★ Une bouteille d'eau (50cL)
★ Deux bouteilles vide (50cL)
★ Un sachet de pilules de drogue (12)
★ Deux caramels

★ Revolver 6 coups avec 5 balles
★ Canon d'une arme (Inutilité totale mais sac troué toussa)

Avatar : Kim Shin Yeong
Pseudo : Frost
Multicomptes : Baek Jin Hwan & Lee Ye Won

Messages : 531
Activité RP : 1









   Sam 5 Aoû - 23:26

Le 22 juin, 21h20,
Dans les catacombes.

Elle ne veut pas me tuer. Merci. Quelle soit l’instance supérieur qui veille sur nous, qui nous regarde ou s’amuse de nous voir ici, merci. J’adresse un sourire et un signe de tête à la jeune fille qui me fait face, rassurée et reconnaissante. C’est une bonne chose. « Oui. Des pas et des voix… ». D’un coup, je me demande si je ne les ai pas imaginés. « Tu n’as rien entendu toi ? ». Durant quelques secondes, je me dis que je deviens peut-être totalement folle. Surtout dans ce genre d’endroit que certaines rumeurs populaires disent souvent hantés. De quoi passé de bons moments entre amis. Mais nous ne sommes pas à une soirée durant laquelle un groupe d’amis veut passer un bon moment. Non… Là, ça serait plutôt l’endroit dans lequel un prédateur pousserait sa proie pour mieux pouvoir l’égorger. Heureusement pour moi, ce n’est pas cette fille qui m’a attirée ou poussée ici et ce n’est pas non plus elle qui semble m’espionner. Donc, à priori, j’ai plutôt de la chance.

Elle reprend la parole pour répondre à ma remarque le fait de devenir dingue. Oui, clairement j’ai l’impression de perdre l’esprit. Mais bon. Je suis rassurée de l’entendre me répondre. Soit cette fille est vraiment gentille, soit elle sait quoi dire pour rassurer les gens. Peut-être qu’elle cherchera à me trancher la gorge « Et c’est probablement vrai. Tous les joueurs n’attaquent pas ceux qu’ils voient passer alors je pense qu’on croise beaucoup de gens sans s’en rendre compte… ». Enfin… Quand je suis cachée, ça m’arrive de voir passer beaucoup de gens. Certains même s’arrêtent pendant plusieurs minutes dans mon champ de vision. Ils cherchent leur route, casse la croûte. Certains même se reposent. C’est plus gênant pour moi qui suis coincée un plus long moment. Ça fait une quantité potentielle de voyeurs embusqués. Même si à l’origine nous n’avions probablement aucun comportement de ce type, espionner les autres semble devenir une stratégie pour s’en sortir dans ce jeu horrible. Comment transformer tout un groupe de gamins en une bande de psychopathes pervers prêt à harceler, espionner, tuer et torturer les gens juste pour le plaisir. J’ai du mal à croire qu’ils renverraient toute une équipe de joueurs à la vie normale après avoir fait de nous des tueurs complètement tarés.

A la suite de ses dernières paroles, j’écoute le silence. Il n’y a effectivement plus de bruit de bas, plus de voix. Juste le silence oppressant de l’endroit. C’est un peu étouffant. Je n’aurais jamais dû venir ici. Je n’y remettrais probablement jamais les pieds. C’est trop sordide, trop flippant. J’acquiesce un peu. Elle s’installe à une certaine distance ce que je ne peux que comprendre. J’aurais fait la même chose. D’ailleurs, je ne cherche pas à me rapprocher. Je m’assois à mon tour, profitant du calme revenu pour me reposer. « Je crois qu’il vaut mieux attendre un peu oui… ». Je ne suis pas contre un peu de repos. Contre du calme. Et surtout contre la certitude que ce taré sera parti. Alors je vais attendre un peu avec elle. Elle n’a pas l’air méchante, au moins, elle sera de bonne compagnie. J’envisage juste de ne pas dormir. Garder les yeux ouverts et rester vigilante, juste au cas où. Depuis mon initiation au monde de la rue, la confiance n’était plus quelque chose d’inné chez moi. Mais depuis mon arrivée sur l’île, elle est quasiment inexistante. J’ai beaucoup trop peur qu’on me tue dans mon sommeil. Je ne sais pas comment on peut réussir à faire confiance, même aux joueurs de son équipe. « Et puis, définir la menace c’est toujours difficile… S’il y a vraiment quelqu’un qui me suis, il ou elle n’a jamais rien tenté. Alors peut-être que c’est juste quelqu’un de bizarre ? » je souris amusée à la suite de mes paroles en haussant les épaules. « Quant à ceux que j’ai entendu, ils faisaient du bruit, alors soit ils n’avaient pas peur d’être repérés, soit ils sont totalement inconscients… ». Le fait qu’ils n’aient pas peur d’être repérés semble indiquer pour moi un certain niveau de danger : une arme ou une certaine fougue dans les combats. Mais c’est difficile d’en être certaine.


Spoiler:
 

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

Fighting to survive in a war with the darkest horrors


Le monde change. Et nous sommes contraints de changer avec lui pour survivre. Peut-être que nous ne pourrons plus jamais nous regarder dans un miroir, mais si nous voulons avoir une chance de le faire, alors il faudra survivre. Et, je ne compte pas me laisser mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 18 petites pivoines
Vague : Première vague (15 Juin)
Amour : Trouvé l'amour n'est pas une priorité, contrairement à survivre...

Nombre de victimes : 2
Coupons : 126
Contenu du sac :
+ Deux bouteilles d'eau (1L5)
+ Une carte de l'île avec ses zones
+ Une boussole
+ Une lampe torche (avec piles)


+ Deux élastiques à cheveux noirs
+ Un pendentif militaire où le nom de son frère y figure
+ Un porte bonheur chinois
+ Une tenue de rechange
+ Des tampons hygiéniques (13)
+ Un coupe ongle
+ Un carnet + stylo quatre couleurs
+ Une trousse de toilette (un peigne, une bouteille de shampoing, un savon, un baume pour les lèvres, 10 lingettes démaquillantes, une brosse à dent et une crème pour les mains) Format Voyage
+ Une boîte d’allumette


[color=#ECB80F]+ 2 pochettes chauffantes
+ Un petit paquet de dragibus
+ Veste en cuir[
+ Une plaquette de 4 dolipranes./color]

+ Hachette
+ Kukri


Avatar : Dilraba Dilmurat
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MMix
Multicomptes : Yeo Ri Na



Messages : 514
Activité RP : 1









   Ven 11 Aoû - 19:03

« Non » lâchas-tu simplement face à sa question. Peut-être que cette jeune fille avait une meilleure ouïe que toi ou la distance entre vous avait suffi pour que tu n'entendes pas aussi bien qu'elle. En tout cas, tu n'avais rien entendu, mais par sécurité tu allais lui faire plus ou moins confiance à ce sujet. Il valait mieux être trop prudente que pas assez et le regretter... Enfin aurais-tu seulement le temps de le regretter si tu tombais sur ces personnes ? Sûrement pas.

Tu l'écoutas et tu te dis intérieurement qu'heureusement tout le monde ne se sautait pas à la gorge en se croisant. Finalement, parmi toutes les personnes que tu avais rencontrées ou même croisé, il y avait eu peut-être trois personnes qui avait essayé de te tuer. L'un avait décidé de te laisser une chance de t'en tirer, ce chien de volontaire. Les deux autres avaient clairement voulu te tuer en te tombant dessus, par chance Jayden t'avait aidé. Tu lui en dois une, car si ton poignet gauche va un peu mieux, c'est grâce à lui. « Cela prouve que tout le monde n'a pas perdu son humanité... » Même si parmi ceux avec qui tu avais pu échanger quelques paroles, certains ne t'avaient pas caché d'avoir déjà tué. Des informations qui te permettaient de savoir qui pouvaient être dangereux ou non, comme Hua Feng malgré vos deux couleurs de colliers similaires, il était difficile de savoir s'il fallait lui faire confiance ou non.

Tu tendis l'oreille. Aucun bruit. Peut-être ces personnes avaient filé ou bien ils s'étaient un peu plus enfoncés dans ce labyrinthe macabre que pouvait être les catacombes. Même s'il n'y avait plus aucuns sons, tu préféras ne pas bouger par précaution. Après tout peut-être qu'ils attendaient eux aussi silencieusement dans un coin prêt à vous sauter dessus au premier bruit émis par l'une de vous deux. Tu t'assis, dos contre la façade en relief du couloir tout en étendant tes longues jambes que tu massas légèrement. Tu souris amusé à ses premières paroles et tu gambergeas à ce sujet. S'ils faisaient du bruit au point de s'en foutre de se faire repérer, la probabilité qu'ils soient dangereux était donc énorme. « Il faut donc qu'on soit prudente. » Très prudente, surtout si ces personnes étaient des hommes, car même si tu savais te défendre en tant que judoka voir attaquer, ta force restait toujours minime par rapport à celle d'un homme.

« Si on est coincée là jusqu'à ce que l'on soit sûre de pouvoir partir sans craindre une attaque, autant papoter un peu, non ? » Parler n'était très certainement pas la meilleure chose à faire, car vos voix pouvaient très bien attirer l'attention de ces personnes s'ils étaient près de vous. Mais rester toutes les deux silencieuses ne feraient que rendre ce lieu encore beaucoup plus angoissant. C'est pourquoi tu décidas de bouger un peu pour te rapprocher d'elle afin de diminuer cette distance de sécurité que tu avais mis. À première vue, cette jeune demoiselle ne semblait guère dangereuse. « On va murmurer ainsi on nous entendra moins. Je m'appelle Fan Li Ren et toi ? » Commencer par les expressions te paraissaient naturel et cela te permettrait de mettre un nom sur cette fille, la deuxième que tu rencontrais depuis ton arrivée sur l'île. « Tu as quel âge ? » Des questions basiques, mais qui permettait de faire connaissance, chose que tu avais envie de faire comme tout être humain normal. « Je vais sur mes dix-neuf ans pour ma part et il semble bien que je vais devoir les fêter ici. Moche destin, hein ?! » Encore fallait-il que tu survives jusqu'au douze septembre. Tu avais encore trois mois à tenir. « Au vue de ton âge, tu es donc une lycéenne, je me trompe ? » Dans la logique non, mais après peut-être cette jeune femme avait une année d'avance qui sait.

« Je repense à ce que tu as dit un peu plus tôt. Cette personne qui semble te suivre, mais n'a jamais rien tenté... peut-être que cette personne est amoureuse de toi, non ? » Bizarre ou amoureux ou même les deux au choix. En tout cas, s'il y avait réellement quelqu'un qui la suivait sans jamais s'être présentée devant elle, tu voyais peut-être cette possibilité ou alors effectivement il s'agissait d'une personne bizarre obnubilée par cette jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : 1ère vague
Amour : /

Nombre de victimes : 2
Coupons : 239
Contenu du sac : ★ Une photo de son frère
★ Son portable avec chargeur
★ Une écharpe
★ Un carnet et un crayon
★ Une tenue de rechange
★ Un plaid
★ Son nécessaire de toilette de voyage (1/4 d'un petit savon en bloc, 5 cotons démaquillant, un petit flacon de shampoing (1/4), une brosse à dent, un petit tube de dentifrice (1/Cool, un paquet de mouchoir, un spray nasal à l'eau de mer, 6 serviettes hygiéniques)
Une carte de l'île avec ses zones
★ Une boussole
★ Une lampe torche (avec piles)
★ Une casquette (trop d'utilité... merci)

★ Une bouteille d'eau (50cL)
★ Deux bouteilles vide (50cL)
★ Un sachet de pilules de drogue (12)
★ Deux caramels

★ Revolver 6 coups avec 5 balles
★ Canon d'une arme (Inutilité totale mais sac troué toussa)

Avatar : Kim Shin Yeong
Pseudo : Frost
Multicomptes : Baek Jin Hwan & Lee Ye Won

Messages : 531
Activité RP : 1









   Dim 20 Aoû - 0:36


Le 22 juin, 21h20,
Dans les catacombes.

Non. Elle n'a pas entendue. Peut-être bien que je suis vraiment folle, que j'ai inventé ces bruits à cause du stress. Peut-être bien que je ne sais rien de tout ça. Mais c'est comme ça. Si je dois devenir folle, alors soit. De toute façon, qu'est-ce que je pourrais bien y faire ? C'est le stress, l'angoisse. C'est un sacré traumatisme tout ça. Cette île entière. Elle ne répond rien d'autre qu'une légère grimace. Je préfère ne pas m'attarder sur la question de la folie pour ne pas lui faire peur. Je regarde les galeries qui sont désertes pour le moment. La pierre n'est pas très engageante, foncée, couverte de champignons par endroit. Pas des champignons comestibles non. Plutôt de la moisissure. On sent l'humidité et le renfermé. Rien de très agréable mais voilà.

Elle répond ensuite que visiblement tout le monde n'a pas encore perdu son humanité. Alors j'acquiesce un peu. Et je souris un peu en lui répondant : « C'est plutôt bon signe. Ca nous laisse le temps de nous remettre entre deux mauvaises rencontre ». Même si je n'ai pas encore fait trop de mauvaises rencontres. Je peux encore en faire, je le sais très bien. Et il se peut que les gens que j'ai déjà rencontrés ne soient plus aussi gentil qu'avant. Alors il faut aussi que je sois prudente et que je ne fasse pas d'excès de confiance. Pour survivre, cela semble être la meilleure solution. Pouvoir faire attention et se méfier de tous. J'ai déjà pu croiser certains joueurs n'ayant pas l'air commode mais une chance, j'ai toujours réussi à les éviter et à me cacher. Mais les choses changent, le vent tourne. J'ai été bousculée ou attaquée, difficile à dire. J'ai gagné mais je ne suis pas sure de pouvoir le refaire. J'acquiesce ensuite à la prudence qu'elle invoque. Bien sur qu'il le faut. Il le faut toujours sur cette île. Et probablement tout particulièrement ici.

Un lieu clos, peu de chance de fuite. Des couloirs sombres où les bruits se propagent très facilement. Rien à dire, c'est l'endroit idéal pour une retraite sptirituelle. Je devais vraiment être chamboulée pour échouer ici. Quel manque de tact et quel manque d'instinct de survie. Heureusement, maintenant je ne suis plus seule et à priori, elle ne veut pas me tuer et moi je ne veux pas non plus la tuer. J'ai déjà eu mon compte de meurtre.

Une fois abritées, elle reprend la parole. Alors bien sûr, je l'écoute avec attention. Quitte à attendre, elle propose de papoter. Et je dois avouer que ça me fait bien envie. Loin est le temps où je passais des heures sur mon lit à discuter avec mes amies ou entre deux salles de classe. Rire, glousser, s'amuser. Parler en toute innocence de jeunes filles. Et bien sûr, elle propose de chuchoter. Cela semble une sage idée. Li Ren. Je me demande quel âge elle peut bien avoir. Je guette un peu, la détaillant. De long cheveux noir, des yeux bridé et foncé, une peau de porcelaine. Elle est douce, elle semble fragile mais je n'en jurerais pas. Cela peut être une apparence, c'est certain. Elle est là, elle semble plutôt en bonne santé. Finalement, je lui dis : « Je m'appelle Se Jin. Et j'ai 17 ans... Oui, en terminale... ». De son côté, elle a dix-neuf ans. Elle a anticipé ma question et je ne peux m'empêcher de sourire tristement en disant : « Je suis désolée pour toi... C'est l'horreur de passer un jour pareil ici... Tu es née quand ? ». Je pourrais peut-être lui trouver un cadeau ? Un gâteau, un briquet, n'importe quoi qui puisse lui être utile. Pour essayer de la réconforter. Parce que franchement, ça ne doit pas être génial de passer son anniversaire en enfer. Dans mon malheur, j'ai de la chance qu'il soit déjà passé. Je retiens mon soupir et je lui demande : « Tu étais étudiante ? Quelle filière tu avais choisi ? ».

Finalement, elle revient sur celui qui me suit. Pourquoi je pense que c'est un garçon ? Je ne sais pas, c'est étrange. Je l'écoute et je reste un peu songeuse un instant. Amoureux ? Ou amoureuse, on ne sait jamais mais... « Je ne sais pas... Cela semble bizarre. Je suis de la première vague, je ne crois pas connaître quelqu'un de ma vague ou qui aurait été sur l'île... » je reste songeuse un moment et je demande : « Amoureux sans me connaître ? C'est encore plus effrayant je crois ». Et j'étouffe un gloussement nerveux. Il vaut mieux en rire qu'en pleurer je crois, mais cette histoire ne me rassure pas. Je ne suis pas tranquille je dois bien l'avouer. « Drôle d'endroit pour tomber amoureux ou se faire des amis... Tu t'en es fait toi ? ». On ne sait jamais après tout. Puisqu'on est censé jouer en équipe...

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

Fighting to survive in a war with the darkest horrors


Le monde change. Et nous sommes contraints de changer avec lui pour survivre. Peut-être que nous ne pourrons plus jamais nous regarder dans un miroir, mais si nous voulons avoir une chance de le faire, alors il faudra survivre. Et, je ne compte pas me laisser mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 18 petites pivoines
Vague : Première vague (15 Juin)
Amour : Trouvé l'amour n'est pas une priorité, contrairement à survivre...

Nombre de victimes : 2
Coupons : 126
Contenu du sac :
+ Deux bouteilles d'eau (1L5)
+ Une carte de l'île avec ses zones
+ Une boussole
+ Une lampe torche (avec piles)


+ Deux élastiques à cheveux noirs
+ Un pendentif militaire où le nom de son frère y figure
+ Un porte bonheur chinois
+ Une tenue de rechange
+ Des tampons hygiéniques (13)
+ Un coupe ongle
+ Un carnet + stylo quatre couleurs
+ Une trousse de toilette (un peigne, une bouteille de shampoing, un savon, un baume pour les lèvres, 10 lingettes démaquillantes, une brosse à dent et une crème pour les mains) Format Voyage
+ Une boîte d’allumette


[color=#ECB80F]+ 2 pochettes chauffantes
+ Un petit paquet de dragibus
+ Veste en cuir[
+ Une plaquette de 4 dolipranes./color]

+ Hachette
+ Kukri


Avatar : Dilraba Dilmurat
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MMix
Multicomptes : Yeo Ri Na



Messages : 514
Activité RP : 1









   Mer 30 Aoû - 12:11

Bien qu'il existait encore des lycées, des étudiants qui n'avaient pas encore perdu leur humanité, il fallait cependant rester prudente. Après tout, même le plus doux des agneaux pourraient devenir un redoutable prédateur. La folie, l'envie de sortir de cet enfer suffisaient pour passer à l'acte. Sans compter ceux jouant le jeu juste par envie de tuer. Une envie que tu ne comprenais décidément pas...

Tu ne savais guère si effectivement il y avait d'autres personnes en ces lieux comme Se Jin semblait l'avoir entendu, mais tu te décidas de lui faire confiance. Elle ne semblait pas mentir. Cependant, si vous étiez condamnée à rester ici pour un petit moment, autant parler un peu avec elle et ne pas laisser le silence angoissant prendre place. Doucement, tu te rapprochas d'elle afin que vous puissiez parler à voix basse. Se Jin. Dix-sept ans, elle était donc plus jeune que toi. « Tu n'as pas à t'excuser, tu n'y es pour rien. » Oui, elle n'y était pour rien si tu avais été envoyée ici, si ton numéro de carte d'étudiante avait été tirée au sort... « Je suis née le douze septembre. » Dans onze semaines et cinq jours tu souffleras tes dix-neuf ans... Enfin si tu étais encore vivante d'ici là. « J'étais en première année de sport, spécialité judo et toi tu étais lycéenne ? » Au vu de son âge c'est que ce que tu en déduisais après le fait qu'elle ait sautée des classes n'étaient pas à omettre.

Tu repensas à ses paroles précédentes sur cette personne qui semblait la suivre. Peut-être était-ce quelqu'un qui était tout simplement amoureux d'elle, même si ça semblait peu probable. Après tout, les chances restaient faible de tomber sur une personne qu'on connaissait sur cette île, bien que ce n'était pas impossible. « Ohhh, tu es de la première vague ? Comme moi. » En même temps difficile d'être d'une autre vague en sachant que les tous premiers arrivés sur cette île étaient ceux de la classe originelle. Une classe entière envoyée sur cette île. Ça faisait froid dans le dos. Ils se connaissaient tous et ils étaient destinés à se tuer pour sortir d'ici. Être à leur place était effrayant. Au moins vous, vous aviez la chance de ne pas vous connaître même si tuer pour survivre restait toujours un acte monstrueux.

Un petit rire que tu étouffas rapidement sorti entre tes lèvres. « Effectivement ça doit être effrayant d'être suivie par un stalker amoureux. » Se sentir épier et suivi étaient de loin des choses très agréables, surtout quand on était une fille. « Non, comme tu viens de le faire remarquer c'est assez étrange. Puis faire confiance est également très difficile. Sur toutes les rencontre que j'ai fait avant toi, une seule est de la même faction que moi... Cependant, je ne suis pas certaine de pouvoir lui faire confiance. » Même si vous étiez du même camps et que l'échange que tu avais pu avoir avec Hua Feng avait été très agréable, tu ne pouvais pas lui accorder ta confiance avec pour seule assurance qu'il soit bleu comme toi, ça ne suffisait pas. « Je ne pense pas que l'on peut faire confiance à quelqu'un facilement sur cette île, en tout cas pas lors d'une première rencontre. » Peut-être même pas au bout de la deuxième dans ton cas. Tout comme l'araignée qui tisse sa toile, la confiance avait besoin d'être tissée, consolidée pour devenir une corde solide.

« Et toi tu as rencontré beaucoup de personnes ? Tu as réussi à te faire des amis ? Tu » Peut-être que Se Jin avait été plus chanceuse que toi et avait déjà trouvé des personnes fiables en qui elle pouvait avoir confiance... Ou peut-être pas après tout cela ne faisait qu'une semaine que vous étiez arrivé sur l'île. « Après ça ne fait qu'une semaine que nous sommes là. » Comment en une semaine pouviez-vous rencontrer les bonnes personnes et leur faire confiance ? « Tu as réussi à rencontrer des personnes de ta faction... Enfin est-ce que tu connais ta couleur ? » Forcément, il était logique que tu poserais cette question après tout c'est grâce à cela en soit que vous pouviez faire un premier tri. « Si ça peut te rassurer, même si ta couleur est différente de la mienne je ne t'attaquerais pas. » Tu levas ton petit doigt prête à faire une promesse si elle avait besoin pour être rassurée.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : 1ère vague
Amour : /

Nombre de victimes : 2
Coupons : 239
Contenu du sac : ★ Une photo de son frère
★ Son portable avec chargeur
★ Une écharpe
★ Un carnet et un crayon
★ Une tenue de rechange
★ Un plaid
★ Son nécessaire de toilette de voyage (1/4 d'un petit savon en bloc, 5 cotons démaquillant, un petit flacon de shampoing (1/4), une brosse à dent, un petit tube de dentifrice (1/Cool, un paquet de mouchoir, un spray nasal à l'eau de mer, 6 serviettes hygiéniques)
Une carte de l'île avec ses zones
★ Une boussole
★ Une lampe torche (avec piles)
★ Une casquette (trop d'utilité... merci)

★ Une bouteille d'eau (50cL)
★ Deux bouteilles vide (50cL)
★ Un sachet de pilules de drogue (12)
★ Deux caramels

★ Revolver 6 coups avec 5 balles
★ Canon d'une arme (Inutilité totale mais sac troué toussa)

Avatar : Kim Shin Yeong
Pseudo : Frost
Multicomptes : Baek Jin Hwan & Lee Ye Won

Messages : 531
Activité RP : 1









   Ven 8 Sep - 12:03

Le 22 juin, 21h20,
Dans les catacombes

Heureusement pour moi, une fois la panique passée, les choses semblent pouvoir se poser un peu. La jeune femme sur laquelle je suis tombée a l’air gentille et patiente, ce qui me permet de laisser ma panique de côté. Mon cœur s’apaise et mes idées se font plus calmes et surtout plus claires. Difficile de penser efficacement quand on est terrifiée. Enfin moi, je n’ai toujours pas trouvé comment garder mon sang froid dans certaines situations. Abritées dans un recoin tranquille, nous chuchotons pour discuter et meubler le silence un peu trop oppressant. Et faire connaissance avec quelqu’un qui semble civilisé est vraiment une bonne chose. Qui sait, peut-être seront nous amenées à nous revoir ? Je dois avouer qu’avoir une amie ici ne faisait pas partie de mes projets mais que cela pourrait être une bonne idée. Voyager avec quelqu’un de confiance. Même si j’imagine qu’on ne peut jamais totalement faire confiance aux autres. L’avantage de voyager seule c’est que je ne suis un boulet pour personne. Je ne suis pas toujours obligée de me dépasser. Si je devais voyager avec quelqu’un il faudrait que je sois toujours au maximum et que cela soit suffisant. Je ne suis pas sure de pouvoir le faire sur le long terme. C’est effrayant comme concept, non ? Le couloir est tranquille à nouveau. Il n’y a pas d’autres bruits que le sifflement des quelques courants d’air qui circulent dans les catacombes. Jadis ici devaient être enfermés des prisonniers. Certains pourraient peut-être même penser que ces longs râles tantôt aigus, tantôt graves sont en fait les voix de leurs esprits qui geignent de l’autre côté, esprits errants condamnés à ne jamais trouver le repos. Je ne suis pas sure de vouloir croire à ce genre de chose, surtout maintenant que je suis ici et que je vais devoir faire des choses horribles pour survivre. Définitivement, la paix de l’autre côté semble plutôt compromises pour nous.

Li Ren me répond que ce n’est pas de ma faute. Effectivement pas, mais ça n’enlève rien au fait que je sois désolée pour elle. Je lui souris et je l’écoute avant de répondre : « Le 12 septembre… » je répète surtout pour moi-même. Si nous nous recroisons j’essaierais de lui trouver un cadeau, histoire de rendre cette journée moins sordide qu’elle ne le sera. Elle m’explique ensuite qu’elle était en première année de sport, spécialité judo. Je souris un peu et je lui dis : « Un sacré avantage par ici… Ça t’a déjà servi ? ». Même si le judo n’a jamais servi à tuer, elle peut au moins résister et même avoir le dessus dans certain affrontement. Je souris un peu et je lui demande : « Pourquoi avoir choisi ce sport ? ». Je dois avouer que je suis curieuse. Je l’ai toujours été. Et j’aime rencontrer les autres, faire connaissance avec eux. Les gens sont fascinants, tous tellement différents. C’est toujours un plaisir de les découvrir, de découvrir leurs histoires, leurs origines. Même si depuis la formation du NEC croiser des étrangers est devenu impossible. Je retiens mon soupire. J’acquiesce à sa question du lycée. Puis je lui dis : « J’aurais voulu entrer en médecine après le lycée… ». Mais mes projets sont un peu chamboulés. Il ne semble plus réellement possible de faire cela, à présent. Si j’arrive à quitter cette île, je ne suis pas sure d’être capable de le faire. Et surtout, quelle confiance pourrait-on m’accorder pour sauver des vies alors que j’en aurais pris ici ? J’aurais probablement plus de chance à m’enrôler dans la mafia en devenant tueuse à gage.

Li Ren est de la première vague également. Je la détaille attentivement. Cheveux long, bruns, yeux foncés et asiatique comme l’atteste son prénom et ses yeux brisés. Mais je n’arrive pas à la visualiser dans les visages de ma vague. Il faut dire que je n’en remets pas beaucoup non plus. Je souris un peu plus et je lui dis : « Drôle de hasard hein… ». Mais je ne dis rien de plus parce qu’elle pourrait très bien me mentir que je ne m’en rendrais pas compte. J’aurais voulu être plus observatrice pouvoir mieux me rappeler des visages et des gens qui étaient présent. Mais je n’arrive qu’à me rappeler des consignes et des différentes explications prévues. Puis, la conversation dévie sur cette personne qui me suit. C’est plus qu’effrayant mais je n’ai pas vraiment le choix, n’est-ce pas ? J’essaierais de me débarrasser de lui, de le semer. Si c’est possible. Puis, elle me répond sur la question de l’amitié et de la question. Elle est plutôt d’accord avec moi sur le fait qu’accorder sa confiance n’est pas réellement facile ici. Puis, elle me demande si j’ai déjà rencontré beaucoup d’autres joueurs et si j’ai réussi à me faire des amis. Alors je réponds : « J’ai croisé quelques joueurs oui, de loin pour la plupart, certains avaient l’air agressifs, j’ai préféré ne pas trop m’approcher. Ceux avec qui j’ai pu parler, je ne les ai croisé qu’une fois alors difficile de dire si nous pourrions devenir amis. Mais je crois que je pourrais leur faire confiance, enfin au moins un peu… La méfiance reste toujours de mise ici, pour survivre… ». Je grimace. Je n’apprécie pas tellement cela. J’aimais faire confiance aux autres, j’étais naturellement confiante. Pas naïve mais je pouvais m’en remettre à certaines personnes et puis il n’y avait pas d’enjeux, non ? Ici, tout est différent. La promesse qu’elle me fait de ne pas m’attaquer si nous ne sommes pas de la même couleur me rassure un peu. Je lui souris en la voyant lever son petit doigt et je ne peux m’empêcher de faire le serment du petit doigt avec elle. C’est idiot, mais c’est réconfortant. Un moment de normalité au milieu de l’horreur. Puis je lui dis : « Une seule de ma faction, un garçon. Chinois. Il m’a rendu une photo et m’a donné quelques conseils. C’était plutôt sympa… » d’ailleurs, je reprends : « Je suis bleue enfin si ce qu’on m’a dit est vrai… Et toi ? ».

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

Fighting to survive in a war with the darkest horrors


Le monde change. Et nous sommes contraints de changer avec lui pour survivre. Peut-être que nous ne pourrons plus jamais nous regarder dans un miroir, mais si nous voulons avoir une chance de le faire, alors il faudra survivre. Et, je ne compte pas me laisser mourir.


Dernière édition par Bae Se Jin le Ven 13 Oct - 23:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 18 petites pivoines
Vague : Première vague (15 Juin)
Amour : Trouvé l'amour n'est pas une priorité, contrairement à survivre...

Nombre de victimes : 2
Coupons : 126
Contenu du sac :
+ Deux bouteilles d'eau (1L5)
+ Une carte de l'île avec ses zones
+ Une boussole
+ Une lampe torche (avec piles)


+ Deux élastiques à cheveux noirs
+ Un pendentif militaire où le nom de son frère y figure
+ Un porte bonheur chinois
+ Une tenue de rechange
+ Des tampons hygiéniques (13)
+ Un coupe ongle
+ Un carnet + stylo quatre couleurs
+ Une trousse de toilette (un peigne, une bouteille de shampoing, un savon, un baume pour les lèvres, 10 lingettes démaquillantes, une brosse à dent et une crème pour les mains) Format Voyage
+ Une boîte d’allumette


[color=#ECB80F]+ 2 pochettes chauffantes
+ Un petit paquet de dragibus
+ Veste en cuir[
+ Une plaquette de 4 dolipranes./color]

+ Hachette
+ Kukri


Avatar : Dilraba Dilmurat
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MMix
Multicomptes : Yeo Ri Na



Messages : 514
Activité RP : 1









   Sam 30 Sep - 11:41

« Je n'ai pas encore réellement utilisé mes compétences de judoka... Enfin seulement un peu pour me défendre face à un sale type qui m'a attaqué... Mais il a vite prit le dessus. » Vite prit le dessus, mais tu avais eu la grande chance qu'il t'épargne, sinon peut-être qu'aujourd'hui tu ne serais plus de ce monde à converser dans cet endroit lugubre. « Enfin comme tu dis... Cela reste tout de même un avantage. » Un avantage en terme de défense ce qui n'était pas négligeable, même si c'était l'attaque qui primait davantage sur cette île. « Pourquoi ce sport.... Hmmm... » Tu te mis à réfléchir, l'index collé contre tes lèvres tout en levant les yeux en l'air, une attitude que tu adoptais souvent quand tu pensais. « Quand j'étais petite, je suis allée voir une compétition de judo avec mon frère ainsi que ma mère et j'ai été fascinée de voir que même des femmes avaient la capacité de faire ce type de sport. J'ai donc commencé à mes sept ans à pratiquer le judo puis je n'ai pas cessé jusqu'à décider de poursuivre dans cette voie pour mes études. J'ai toujours aimé la sensation que me procurait un combat... Notamment en pleine compétition.  » Des compétitions que tu ne gagnais pas toujours, même si tu étais plutôt bien classé dans ta catégorie, mais en tout cas tu te donnais toujours à fond pour avoir la première place et donc la médaille.

Tu eus un petit rictus en coin, l'une de tes commissures se baissait à ses paroles. Tu avais de la peine et tu la comprenais. Son rêve de devenir médecin était compromis, tout comme le tien. Puis comment ferait-elle pour soigner des personnes, sauver des vies après en avoir peut-être enlevé ? Le destin était vraiment trop cruel... Pourquoi avait-il fallu que cela tombe sur vous ? Vous qui n'aviez fait de mal à personne, qui n'avait causé aucun tort, ou alors pas très grave au point que votre punition soit d'être sur cette île où vous deviez vous entre tuer pour survivre... Pourquoi vous et pas plutôt les cancres, les jeunes pourris jusqu'à la moelle, les délinquants sanguinaires qui étaient sûrement passé à travers les mailles du filet pour un bon paquet. Non ce n'était pas juste, mais la vie était faite ainsi... malheureusement.

Vous étiez toutes les deux de la première vague... En même temps les probabilités qu'elle ne le soit pas et donc qu'elle soit de la classe originelle ou de la deuxième vague, la plus récente, était d'une chance sur trois. Elle était donc sur l'île depuis aussi longtemps que toi, c'est-à-dire au moins trois semaines. Tu la questionnas sur ses rencontres, si elle avait réussi à tisser des liens avec d'autres personnes ce qui n'étaient pas aisé. « Tu as tout à fait raison. Comme moi tu n'as rencontré que des personnes une fois seulement. » Donc peut pour vraiment accorder sa confiance. « Tu as raison d'éviter de t'approcher des plus agressifs, au moins tu préserves ton énergie à ne pas courir pour défendre ta vie. » Tu précisas ensuite un peu plus ta question en évoquant la couleur des factions tout en lui promettant de ne pas l'attaquer par un serment du petit doigt qu'elle approuva. Tu l'écoutas et à l'annonce de sa couleur tes yeux la fixèrent et tu eus un doux sourire sur les lèvres. « Ce chinois ne se nommerait pas Hua Feng ? » Chinois plus bleu, tu ne voyais que lui puisqu'il était le seul que tu avais rencontré depuis ton arrivée. Un garçon qui t'avait rendu nostalgique de ta vie et des conversations que tu pouvais avoir avec ton père dans sa langue natale. « Si je te compte en plus de Hua Feng, ça fait deux personnes de la même faction que moi que j'ai rencontré. Je suis également bleue. » Enfin techniquement, mais avec les deux réponses que tu avais eues du chien et du chinois, les possibilités que cela soit faux s'amincissait. « Si tu n'es pas sûre, je peux toujours te le reconfirmer et tu peux en refaire de même avec moi. Il est toujours bon de collecter plusieurs réponses. Pour ma part, j'en ai eu deux et les deux m'ont dit que j'étais bleue, la dernière était ce chinois. » Qui n'aurait très certainement pas menti alors que lui-même se disait être bleu ou alors c'était une ruse pour mieux attaquer par la suite. Tu pris les devant et tu lui tournas le dos pour relever d'une main ta masse de cheveux et lui tendre ta propre lampe-torche pour qu'elle éclaire mieux l'arrière de ton cou et surtout la pastille du collier. « Je te laisse vérifier en premier. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : 1ère vague
Amour : /

Nombre de victimes : 2
Coupons : 239
Contenu du sac : ★ Une photo de son frère
★ Son portable avec chargeur
★ Une écharpe
★ Un carnet et un crayon
★ Une tenue de rechange
★ Un plaid
★ Son nécessaire de toilette de voyage (1/4 d'un petit savon en bloc, 5 cotons démaquillant, un petit flacon de shampoing (1/4), une brosse à dent, un petit tube de dentifrice (1/Cool, un paquet de mouchoir, un spray nasal à l'eau de mer, 6 serviettes hygiéniques)
Une carte de l'île avec ses zones
★ Une boussole
★ Une lampe torche (avec piles)
★ Une casquette (trop d'utilité... merci)

★ Une bouteille d'eau (50cL)
★ Deux bouteilles vide (50cL)
★ Un sachet de pilules de drogue (12)
★ Deux caramels

★ Revolver 6 coups avec 5 balles
★ Canon d'une arme (Inutilité totale mais sac troué toussa)

Avatar : Kim Shin Yeong
Pseudo : Frost
Multicomptes : Baek Jin Hwan & Lee Ye Won

Messages : 531
Activité RP : 1









   Sam 14 Oct - 0:55

Le 22 juin, 21h20,
Dans les catacombes

Li Ren répond à ma question sur le judo. Elle m'explique qu'elle a eu l'occasion de s'en servir une fois contre un autre joueur mais elle n'a pas réussi à prendre l'avantage. Je grimace un peu et l'écoute lorsqu'elle m'explique pourquoi elle a choisi de pratiquer le judo. Elle a vraiment l'air passionné. Je souris un peu, c'est réconfortant d'entendre ce genre de chose. « L'adrénaline du combat ? L'esprit de compétition ? ». Je la regarde simplement, un peu curieuse. La conversation est le moyen pour moi de pouvoir de ne pas me focaliser sur ces couloirs sordides, même si je les ai choisis il y a quelques heures. On ne m'y reprendra plus. Puis je demande : « D'après ce que j'en sais c'est un sport empli de valeurs ». Je ne sais pas exactement lesquelles par contre. Mais il semblerait que cela soit un sport noble.

Elle relève que j'ai raison de ne pas m'approcher de ceux qui semblent agressifs. De toute façon, raison ou tort, je me contente d'essayer de survivre, non ? Moi et mon oeil qui louche, on a l'air beaucoup trop innocent pour cette île. Il faudra bien qu'on arrive à s'endurcir même si ça me fait peur. Un peu trop. Je crois que dans le fond, j'ai peur d'y perdre une trop grande partie de moi. De me transformer en quelqu'un que je ne reconnaîtrais pas. Bien sûr, c'est hypocrite. Car à traîner dans les rues en dealant une drogue qui aurait tué des dizaines de jeunes, j'aurais aussi fini par me transformer. Mais le changement aurait été plus lent, je ne m'en serais sans doute jamais rendu compte. Et je crois que le résultat final aurait été différent. A Gusan, je serais devenue lui, une parfaite copie féminine de mon frère jumeau. Ici je deviendrais quelque chose d'autre. Quelqu'un d'autre. Je ne sais pas très bien qui ou quoi. « Je crois que nous sommes nombreux à ne croiser les gens qu'une seule fois. Après, il y a ceux qui font des alliances ». Je marque une courte pause. Cette histoire de couleur, ça me rassure et ça m'effraie en même temps. Je ne sais pas vraiment si on peut se fier à tout ça, si les gens joueront vraiment le jeu. Et si le collier se brise ? Si la couleur change ? Un joueur pour décimer toute son alliance ? Alors je demande : « Tu crois qu'on peut réellement faire confiance aux autres ici ? Même si on est dans la même équipe ? ».

J'en arrive à parler des joueurs bleus que j'ai croisés. Le joueur en fait. Je n'en ai croisé qu'un seul, à croire que les bleus sont difficiles à trouver ou très rare sur ce foutu caillou. Et elle me demande si ce joueur s'appelle Hua Feng. Je penche un peu la tête surprise. L'île est décidément moins grande que je ne l'aurais pensé pour qu'elle ne connaisse aussi. Elle continue en me disant qu'elle a croisé deux joueurs de sa couleur puisqu'elle est bleue également. Elle non plus n'en a pas croisé beaucoup. C'est étonnant et peu encourageant. Elle me propose de vérifier à nouveau. J'ai tendance à croire ce que Yuan et Hua Feng m'ont dit mais un troisième avis ne fait pas de mal n'est-ce pas ? Je souris un peu et la regarde me tourner le dos. Elle me tend sa lampe torche et du coup, je vérifie alors qu'elle m'enjoint à le faire. La pastille scintille sous la lumière et se révèle être effectivement bleue. Je suis rassurée. J'éteins la lampe pour ne pas gaspiller ses piles et je lui dis : « Effectivement, tu es bleue ». Je lui rends sa torche et je lui dis : « C'est bien Hua Feng que j'ai croisé oui. Il m'a fichu la peur de ma vie en me courant après… Alors comme ça tu l’as rencontré aussi ? ». Je grimace un peu à l'idée de ce souvenir un peu honteux. Il m'a rattrapée et trouvée avec une facilité déconcertante. Je reprends la parole pour dire : « Mais de toute évidence, on peut lui faire confiance. Enfin... Il semble plutôt sur ».

Je lui tourne le dos à mon tour pour la laisser vérifier ma pastille. Je lui tendrais bien ma lampe mais elle a déjà la sienne à la main alors. Nous utiliserons la mienne pour sortir quand il sera tant de bouger, pour équilibrer les choses. Je lui dis : « De mon côté, deux joueurs m'ont aussi donné ma couleur. Dont Hua Feng et j'ai tendance à le croire, du coup ». Je rassemble mes cheveux et les bascule sur mon épaule droite, pour dégager ma nuque. Et s'ils m'avaient mentis ? Pourquoi faire ? Je ne suis pas une menace loin de là. Alors quelle utilité ? Je ne sais pas. Non, je veux leur faire confiance. Alors j'attends simplement le verdict, un peu nerveuse. Qu'est-ce que nous pourrons bien faire de cette confirmation ?

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

Fighting to survive in a war with the darkest horrors


Le monde change. Et nous sommes contraints de changer avec lui pour survivre. Peut-être que nous ne pourrons plus jamais nous regarder dans un miroir, mais si nous voulons avoir une chance de le faire, alors il faudra survivre. Et, je ne compte pas me laisser mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 18 petites pivoines
Vague : Première vague (15 Juin)
Amour : Trouvé l'amour n'est pas une priorité, contrairement à survivre...

Nombre de victimes : 2
Coupons : 126
Contenu du sac :
+ Deux bouteilles d'eau (1L5)
+ Une carte de l'île avec ses zones
+ Une boussole
+ Une lampe torche (avec piles)


+ Deux élastiques à cheveux noirs
+ Un pendentif militaire où le nom de son frère y figure
+ Un porte bonheur chinois
+ Une tenue de rechange
+ Des tampons hygiéniques (13)
+ Un coupe ongle
+ Un carnet + stylo quatre couleurs
+ Une trousse de toilette (un peigne, une bouteille de shampoing, un savon, un baume pour les lèvres, 10 lingettes démaquillantes, une brosse à dent et une crème pour les mains) Format Voyage
+ Une boîte d’allumette


[color=#ECB80F]+ 2 pochettes chauffantes
+ Un petit paquet de dragibus
+ Veste en cuir[
+ Une plaquette de 4 dolipranes./color]

+ Hachette
+ Kukri


Avatar : Dilraba Dilmurat
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MMix
Multicomptes : Yeo Ri Na



Messages : 514
Activité RP : 1









   Jeu 19 Oct - 22:29

« Je dirais les deux, mais peut-être avec un penchant pour la compétition quand même. » C'était indéniable tu aimais la compétition et surtout sortir vainqueur de celle-ci. « Effectivement, comme tous les autres arts martiaux. » Beaucoup d'autres avaient de noble valeur en-dehors du fait qu'il s'agissait aussi de sport de combat.

La tête se reposant contre le long mur, tu réfléchis à son questionnement. Tu n'étais pas du genre à donner de faut espoir en inventant une réponse que tu ne croyais même pas toi-même. « Pour le moment, je ne pense pas qu'on peut réellement faire confiance aux autres et quand bien même ils font partis de notre équipe. » Peut-être existait-il d'autres personnes comme ce volontaire. Lui qui avait décidé de venir sur cette île pour tout simplement faire durer ce jeu macabre. « Après c'est mon avis à ce jour... » Peut-être évoluera-t-il... Mais pour l'instant tu pensais ainsi.

Tu l'écoutas, curieuse de cette personne faisant partie de sa même faction. Un garçon chinois. Dans ta tête bien évidemment, une seule personne vint à ton esprit. Hua Feng et quand elle annonça sa couleur, cela ne fit que confirmer l'identité de la personne dont elle parlait. Tes yeux s'étaient posées sur elle, alors que tu te répétas sa couleur. La même que la tienne. Tu ne cachas pas ta couleur et annonça également que tu étais bleue, ce qui pouvait très certainement la détendre autant que toi. Au moins vous n'aviez aucune crainte à avoir sur le fait que peut-être l'une de vous attaquerait l'autre.

Bien qu'elle semblait avoir déjà eu des avis, tu proposas de lui en fournir un autre et pour la mettre en confiance tu commenças en te retournant doucement tout en lui tendant la lampe torche. Elle reconfirma ce que le volontaire et Hua Feng t'avait dit. Il n'y avait donc plus de doute. « Je n'ai donc plus aucun doute. » Tu te retournas pour pouvoir lui répondre face à face. « Je l'ai rencontré très tard à ce qui semblait être un temple. J'ai pu parler avec lui dans ma langue natale calmement... Ça m'a fait un bien fou, même si j'ai été un peu nostalgique. » Même très nostalgique. « Il a l'air... Après j'avoue que je garde toujours un petit doute. » Tu étais une personne méfiante et être sur cette île ne faisait que la renforcer. Même si le chinois t'avait paru sympathique aux premiers abords, tu ne pouvais pas lui faire une confiance aveugle même s'il était bleu comme vous.

À son tour, elle se tourna et tu observas la pastille. « Il ne t'a pas menti non plus, tu es bien bleue. » Au moins, ils ne vous avaient pas menti. « Qui est la deuxième personne qui te l'a donné ? » Oui, tu étais curieuse. Comme toujours enfaîte. C'était plus fort que toi, puis tu avais bien envie de savoir quel genre de personne la jeune Se Jin avait bien pu croiser sur cette île.

« Même si je ne sais pas si on peut faire une confiance aveugle en notre équipe, c'est tout de même agréable de rencontrer quelqu'un de la même faction que nous. » Surtout une fille. Il faut dire depuis ton arrivée, tu n'en avais rencontré que très peu... En faîte Se Jin était la toute première, tout le reste n'avait été que des hommes.

Doucement tu tendis l'oreille et tu étiras une dernière fois tes jambes, avant de t'accroupir doucement. « Je ne sais pas toi, mais moi je n'ai pas spécialement envie de rester trop longtemps dans cet endroit lugubre avec cette odeur de renfermé qui nous torture les narines. Je pense qu'on va pouvoir y aller, je n'entends plus rien. » Tu te levas et lui tendis même la main pour l'aider. « On va essayer de sortir le plus silencieusement possible. » Histoire de ne pas attirer l'attention de potentiel visiteur qu'ils soient bien ou mal attentionnés. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : 1ère vague
Amour : /

Nombre de victimes : 2
Coupons : 239
Contenu du sac : ★ Une photo de son frère
★ Son portable avec chargeur
★ Une écharpe
★ Un carnet et un crayon
★ Une tenue de rechange
★ Un plaid
★ Son nécessaire de toilette de voyage (1/4 d'un petit savon en bloc, 5 cotons démaquillant, un petit flacon de shampoing (1/4), une brosse à dent, un petit tube de dentifrice (1/Cool, un paquet de mouchoir, un spray nasal à l'eau de mer, 6 serviettes hygiéniques)
Une carte de l'île avec ses zones
★ Une boussole
★ Une lampe torche (avec piles)
★ Une casquette (trop d'utilité... merci)

★ Une bouteille d'eau (50cL)
★ Deux bouteilles vide (50cL)
★ Un sachet de pilules de drogue (12)
★ Deux caramels

★ Revolver 6 coups avec 5 balles
★ Canon d'une arme (Inutilité totale mais sac troué toussa)

Avatar : Kim Shin Yeong
Pseudo : Frost
Multicomptes : Baek Jin Hwan & Lee Ye Won

Messages : 531
Activité RP : 1









   Ven 27 Oct - 19:18

Le 22 juin, 21h20,
Dans les catacombes

J'apprends donc que Li Ren fait du judo. Elle me répond qu'elle apprécie l'adrénaline du combat et la compétition. Avec un léger penchant pour la compétition. Et je veux bien la croire. Ça doit être vraiment génial. Je dois avouer que je suis plutôt d'accord avec elle. La compétition c'est vraiment génial. C'est stimulant, c'est entêtant. Cela permet de se concentrer de se ressourcer. Mais le sujet est clos je crois. J'aurais bien aimé faire un sport de combat. Mais je n'en ai pas vraiment fait. En dehors des sports pratiqués au lycée. Peut-être que c'est mieux, je me serais sans doute fait dévoré par mes adversaires. La pauvre petite Se Jin toute frêle, toute menue. Je retiens mon soupir. Je ne veux plus être faible. Je ne veux plus avoir peur. Elle me répond ensuite sur la question de la confiance. Elle dit qu'elle ne pense pas pouvoir faire confiance aux autres même si ils sont de la même couleur. Et je suis plutôt d'accord. Cela me fait peur. Un peu. Je veux dire que j'ai l'impression d'être plus seule que jamais. Même si je rencontre des gens, que je parle avec eux, j'ai peur. Je me demande ce qui se passerait si on se revoyait, dans quels pièges je tomberais. Je soupire un peu et je lui dis : « Je crois être d'accord avec toi mais... » je marque une pause et poursuit : « ... j'aimerais qu'il en soit autrement. Cela sera tellement agréable de se sentir moins seule et moins vulnérable... ». Mais je crois que ça n'arrivera jamais. Que je suis condamnée à rester seule. Et les probabilités que je meurs sont plus importantes que celles que je survive.

J'avise sa couleur et la lui donne. Elle me dit qu'elle n'a donc plus aucun doute sur sa couleur. J'imagine que trois avis différents qui donnent la même couleur c'est une certitude. Elle m'explique qu'elle a rencontré le chinois aux abords d'un temple et qu'ils ont pu parler dans leur langue natale. Je souris un peu. Je ne peux pas comprendre ce qu'elle ressent, je suis coréenne, je l'ai toujours été. Mais qu'elle ait pu se sentir bien un moment c'est une bonne chose pour elle. Malgré tout, elle dit avoir des doutes sur lui. Mais je crois que ce n'est pas seulement lui mais plutôt sur tout le monde. Je lui dis : « C'est une bonne chose que tu aies pu te sentir bien. Je crois que c'est ce qu'il faut retenir ». Puis c'est à son tour de regarder la mienne. Je ne réponds pas sur la question de la confiance parce que j'ai envie de croire à la gentillesse de Hua Feng qui m'a rendu une photo très importante pour moi. Elle me confirme que je suis bleue. Alors de mon côté aussi c'est la même chose. Je suis sure d'être bleue. Mais une couleur ou une autre ne m’importe guère si je ne peux pas faire confiance aux gens de mon équipe. A quoi bon connaître cette foutue pastille s'il faut continuer à redouter tout le monde ? Elle me pose une question et me répond : « Un garçon. Une connaissance de Hua Feng. Yuan. ». Encore un chinois. Je ne dis pas qu'ils voyagent ensemble parce que je ne sais pas si Li Ren est au courant et que je ne veux pas donner des informations à tout le monde de cette façon. Cela serait bien trop facile et je ne veux pas trahir leur confiance. Si on peut appeler ça comme ça. J'ai des doutes quand même mais soit. Je fais attention à ce que je dis, juste au cas où. Je demande à mon tour : « Et toi ? Qui est-ce ? ».

C'est étonnant quand même les similitudes que l'on se découvre toutes les deux. Y'en aura-t-il d'autres ? Je l'espère. C'est une étrange façon de le faire, mais cela nous rapproche un peu. D'une certaine façon. Encore quelque chose d'illusoire mais j'ai besoin de choses auxquelles me raccrocher, aussi idiotes puissent-elles paraître. Elle reprend la parole et je l'écoute. Et bien sûr je ne peux qu'être d'accord avec ce qu'elle dit. Je souris et je lui dis pour compléter : « Surtout une fille... C'est bête mais... Jusqu'à présent je n'ai fait qu'en croiser. Tu es la première avec laquelle je discute et ça fait du bien. Enfin... ». C'est idiot peut-être mais c'est agréable de se retrouver entre filles. Je ne sais pas vraiment comment l'expliquer. Tout ce que je sais, c'est que je suis heureuse de pouvoir passer du temps avec une autre fille.

Elle me propose ensuite de sortir d'ici. Et elle n'a pas tort, cet endroit empeste, je risque d'être imprégnée. Je suis un peu apeurée encore de me retrouver nez à nez avec celui qui me suit. Mais bon, il faut bouger. Alors j'acquiesce et je lui dis : « Allons-y. Nous serons plus en sécurité dehors en plus ». C'est vrai qu'ici, se cacher est toujours difficile, une fois engagée dans un tunnel il est difficile d'en sortir et surtout de s'y cacher. Alors je vérifie que j'ai bien tout et une fois sûre, je me redresse silencieusement. Je sors ma lampe de poche pour avoir de la lumière au besoin et je commence à avancer dans la direction de la sortie. Dans ma précipitation tout à l'heure j'ai quand même pris la peine de retenir les directions que nous avons pris pour pouvoir sortir. J'avance silencieusement sans allumer la lumière, sur le qui-vive prête à partir au quart de tour au besoin. Les minutes s'allongent alors qu'on avance jusqu'à arriver dans le couloir de la sortie. La lumière est au bout non loin. J'avance tranquillement sans bruit. Et finalement une fois aux abords de la sortie je m'arrête et je guette de voir s'il y a quelqu'un qui attend. Je regarde partout, et je finis par sortir quand je suis sure qu'il n'y a pas personne. Je me tourne vers Li Ren lui souriant un peu et prend la direction de la lisière des arbres pour que nous puissions nous y mettre à l'abri. « On est tellement mieux à l’air libre ! » je fais attention à ne pas parler trop fort quand même ; mais mon enthousiasme se voit et mon sourire s’élargit.


-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

Fighting to survive in a war with the darkest horrors


Le monde change. Et nous sommes contraints de changer avec lui pour survivre. Peut-être que nous ne pourrons plus jamais nous regarder dans un miroir, mais si nous voulons avoir une chance de le faire, alors il faudra survivre. Et, je ne compte pas me laisser mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 18 petites pivoines
Vague : Première vague (15 Juin)
Amour : Trouvé l'amour n'est pas une priorité, contrairement à survivre...

Nombre de victimes : 2
Coupons : 126
Contenu du sac :
+ Deux bouteilles d'eau (1L5)
+ Une carte de l'île avec ses zones
+ Une boussole
+ Une lampe torche (avec piles)


+ Deux élastiques à cheveux noirs
+ Un pendentif militaire où le nom de son frère y figure
+ Un porte bonheur chinois
+ Une tenue de rechange
+ Des tampons hygiéniques (13)
+ Un coupe ongle
+ Un carnet + stylo quatre couleurs
+ Une trousse de toilette (un peigne, une bouteille de shampoing, un savon, un baume pour les lèvres, 10 lingettes démaquillantes, une brosse à dent et une crème pour les mains) Format Voyage
+ Une boîte d’allumette


[color=#ECB80F]+ 2 pochettes chauffantes
+ Un petit paquet de dragibus
+ Veste en cuir[
+ Une plaquette de 4 dolipranes./color]

+ Hachette
+ Kukri


Avatar : Dilraba Dilmurat
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MMix
Multicomptes : Yeo Ri Na



Messages : 514
Activité RP : 1









   Jeu 2 Nov - 21:19

Effectivement ça serait agréable d'avoir des personnes sur qui compter. Des personnes qui vous donneraient de la force à vivre, surtout survivre, vous vous protégerez mutuellement. Même si être solitaire permettait d'éviter toute trahison ou toute action contre soi en utilisant ces personnes. Toute façon seule ou en équipe, dans tous les cas il y avait des avantages et de désavantages, mais quittent à choisir n'était-il pas préférable de faire équipe ? Tu commençais doucement à te poser la question, toi qui au début ne pensait pas spécialement t'associer à d'autres personnes, bien trop peur qu'ils deviennent des boulets, des points faibles.

Tu lui donnes sa couleur et elle te donne la tienne. Ou plutôt vous vous confirmez mutuellement la couleur qu'on vous avait dit. Bien évidemment c'était un soulagement de savoir que tu étais de la même couleur que cette demoiselle. Cela impliquait donc que jamais vous ne vous confronteriez. Enfin normalement. En tout cas, ça ne viendrait pas de toi, car jamais tu ne porterais le premier coup pour ouvrir les hostilités.

Tout comme toi, Se Jin avait rencontré ce chinois répondant au nom de Hua Feng. Cette nuit là, l'homme avait été une certaine bouffée d'air frais. Tu avais pu parler dans ta langue natale, celle de ton père. Cela t'avait rendu aussi mélancolique puisque les minutes qui avaient suivi tu n'avais fait que penser au tien... Ton père, ta mère, puis ton grand-frère. Ils te manquaient de plus en plus chaque jour au point que tu en venais à regretter certains jours où tu n'avais pas été très sympa avec eux.

Curieuse, tu lui demandas qui était cette personne. Une connaissance de Yuan dont le nom ne te disait absolument rien et pourtant cette personne tu la connaissais. Elle faisait partie des premiers participant que tu avais rencontré et que tu aurais d'ailleurs aimé ne pas croiser. Bien évidemment elle te retourna la question puisque toi aussi tu avais eu deux réponses identiques. « Je ne connais pas son nom, mais tout ce que j'espère c'est de ne pas recroiser cette personne. » L'île était grande, les chances que vos chemins se rencontrent restaient faible, mais bien sûr pas improbable. La chance n'a pas toujours été spécialement de ton côté depuis que tu étais ici, même avec ton porte-bonheur chinois sur toi. « J'espère que tu ne le croiseras jamais. Il a une gueule d'ange, mais c'est faux. C'est juste un loup déguisé en agneau. » Oui c'est ainsi que tu voyais le volontaire.

Son soulignement te fit sourire même rire légèrement. « Oui. » Effectivement, c'était agréable de rencontrer une fille parmi tous ces hommes que tu avais rencontrés. « Tu es également la première fille avec qui je parle. Toutes mes autres rencontre ont été avec des garçons. » Donc effectivement c'était agréable de pouvoir parler avec quelqu'un du même sexe que soi dont la voix était douce et avec qui tu semblais partager quelques petites similitudes. Déjà de part votre rencontre avec Hua Feng et votre couleur.

Tu bougeas légèrement. Tu n'avais pas envie de rester plus longtemps dans cet endroit humide ou l'odeur nauséabonde ne faisait que torturer tes narines. Tu n'avais pas envie de te faire cueillir avec Se Jin dans ce genre d'endroit lugubre. Tu proposas donc de sortir quitte à courir à la sortie et se séparer. Debout sur tes deux jambes, ton sac à dos sur le dos et tu suis Se Jin qui illumina votre chemin, décident donc de protéger ses arrières, tandis qu'elle le faisait à l'avant. Bien vite, la sortie s'offrit à vous et vous ne perdiez guère de temps pour vous en éloignez. « J'approuve, l'air est bien meilleur ici que là-bas. » Tu lui offris un sourire et tu pus la détailler un peu plus du regard. Elle ressemblait à une poupée. Une très jolie poupée avec une belle chevelure même si le temps passé sur cette île les avait sûrement abîmés.

« Je pense qu'on devrait se séparer maintenant. Rester trop longtemps même si on est loin et assez discrète, mieux vaut être prudente. » Très prudente et si d'autres personnes vous repéraient sous un autre angle où vous étiez visible. Tu avais besoin aussi de faire ta route même si ce fût une agréable rencontre.« J'étais enchantée de te connaître Se Jin. J'espère qu'on aura la chance de se recroiser. » Tu lui adressas un dernier sourire, puis tu guettas si la voie était libre avant de filer rapidement loin de cet endroit. Laissant derrière toi la jeune demoiselle qui fit sûrement de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ensemble dans l'adversité ★ Li Ren

Page 1 sur 1