AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



FERMETURE DU FORUM




 

 Crying doll feat. Nae Lily







avatar
Âge : 17 ans
Vague : Classe originelle
Amour : Le coeur en émoi devant un certain compagnon de classe !

Nombre de victimes : 1
Contenu du sac : .
Une petite trousse de maquillage (deux vernis à ongle -noir et doré-, un gloss, un rouge à lèvres rosé, un mascara, un eyeliner brun)
Une chandelle parfumée
Un smartphone et son câble
Un livre (Le Trône de Fer #3)
Un savon en pain au parfum fleurit
Un dictionnaire français-coréen
Un Death Note avec le nom de Kim Yeong Jae inscrit un peu partout
Un manga (Bleach #52)


Un thermos plein de thé
Un briquet
Une tenue de rechange
Une couverture
Une carte de l'île avec ses zones
Une boussole
Une lampe torche (avec piles)
Une teinture blonde


Une boîte de 14 sachets de thé pomme et cannelle
Trois bouteilles d'eau
16 bonbons durs acidulés


Une fronde


Avatar : Choi Min Ki (Ren - NU'EST)
Statut RP : Indisponible
Pseudo : LaMarquise
Messages : 267
Activité RP : 2









   Sam 4 Nov - 4:16

Le 2 août 2017 || 21h20
Chantier en construction
Le solage

Haneul était posé contre un mur du solage pas encore terminé, dans ce chantier de construction qui aurait pourtant sûrement donné quelque chose d’intéressant. Des lits, des vivres peut-être, un abri… La nuit était chaude, un peu étouffante. Une atmosphère désagréable pesait sur l’île. La veille, une nouvelle vague était débarquée. C’était toujours comme ça le jour suivant un arrivage. Comme si l’ambiance changeait complètement. Comme si la tristesse, le désespoir et la rage étaient palpables pendant quelques jours. Il y avait plus de hurlements. Plus de coups de feu. Ils rencontraient plus de gens aussi parce que certains n’avaient pas encore compris que se cacher était primordial. Ce soir, Haneul et Jin Hwan s’étaient séparés. Mais ça ne serait que très bref. Jin Hwan voulait explorer brièvement la ferraillerie. Au cas où il y aurait vraiment quelque chose d’intéressant dans le coin. Haneul avait refusé d’y remettre les pieds pour le moment et il avait donc été convenu qu’il attendrait ici. C’était amusant… Le lieu où ils s’étaient retrouvés pour la toute première fois. Ça avait bien cliqué entre eux dès ce moment. C’était étrange, non ? Tout ce temps à être dans la même classe et ce n’était que dans un tel contexte qu’ils se trouvaient vraiment.

Mais l’endroit lui rappelait aussi Hyun Hee. Il se demandait si son ami allait bien. Ce qu’il devenait. Il s’ennuyait beaucoup du jeune homme et pas une journée ne passait sans qu’il n’espère lui tomber dessus par hasard. Ce n’était pas encore arrivé. Mais au moins, il n’avait entendu ni le nom de son meilleur ami, ni celui de son grand compagnon dans les haut-parleurs. Songeur, Haneul glisse une main contre son poignet, jouant inconsciemment avec le bracelet fin qui s’y trouvait. Il se laissait un peu aller à réfléchir sans faire très attention à ce qui l’entourait. Il n’était pas complètement idiot : il s’était caché dans un coin d’ombre malgré l’humidité du mur en construction -et à moitié détruit- mais il était fort songeur. Sauf qu’on le tire de ses pensées de la façon la plus inusité qui soit. Haneul tourne la tête. Derrière lui, il entendait… des sanglots. De l’autre côté du mur à moitié construit, oui ! Il se retourne lentement, sans faire de bruit. Posant une main contre le mur, il y colle son oreille. C’était bel et bien des pleurs. Et ils semblaient vrais. Un peu trop… Ça lui fendait le cœur. Celle à qui ils appartenaient ne devait pas être bien vieille.

Alors finalement, il prend sa décision. Le blondinet contourne avec précautions le mur. De l’autre côté, il aperçoit une petite blonde, elle aussi ! Mais toute frisée… et qui semblait avoir cette couleur naturellement, de son côté. Il ne voyait pas de repousse ou quoi. Il hésite. Les paroles de Jin Hwan lui revenaient en tête. Il lui avait fait promettre de ne pas prendre sous un aile les chiots abandonnés ! Et Haneul avait promis sans se forcer à ce moment-là mais… Oh et puis merde. Il pouvait toujours aller la voir et repartir ensuite ! Alors finalement, il enjambe un bout du mur qui s’était écroulé et va tout près de la jeune fille. Lorsqu’elle lève les yeux vers elle, il se laisse attendrir par ces grands yeux expressifs. Une caucasienne… Il avait vraiment rencontré beaucoup d’étrangers ici. Doucement, Haneul s’agenouille près d’elle.

« Eh… », murmure avec le plus de douceur possible le jeune homme. Levant une main, il essuie une de ses joues rebondies. Elle devait vraiment être jeune, plus que lui… Non ? « Tu viens d’arriver, n’est-ce pas ? »

C’était une question rhétorique, dans le fond… Parce qu’il le savait déjà. Il y a un petit moment de silence. Ça aurait pu être un piège. Il était un peu con. Mais si c’était le cas, elle était incroyablement bonne actrice, hein… Jin Hwan ne serait pas content, mais Haneul tranche avec lui-même… et attire finalement la petite contre lui pour la serrer tendrement. Il s’était occupé de Hyun Hee et ça lui avait fait du bien… Après être presque mort et avoir lui-même tué, il avait aussi besoin de se raccrocher à quelque chose.

« Shht… Ça va aller. Arrête de pleurer, ma puce. Ça va aller. », chuchote-t-il doucement tout en caressant son dos. « Je m’appelle Haneul. Parle-moi un peu de toi. Tu parles bien coréen, n’est-ce pas ? »

Il espérait… Sinon la conversation risquait d’être à sens unique…

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

KANG HANEUL
© FRIMELDA
« Close your eyes / Feel the ocean where passion lies / Abandon all defenses / Hold me near you so close I sear you / A place between sleep and awake / End of innocence, unending masquerade / That's where I'll wait for you / Sleepwalker seducing me / I dare to enter your ecstasy / Lay yourself now down to sleep / In my dreams you're mine to keep »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 16 ans
Vague : #4
Amour : Wut ?

Nombre de victimes : 0
Contenu du sac : ✓ Une tenue de rechange (Un pantalon, un tee-shirt, un culotte)
✓ Un pull noir à capuche frappé de l’écusson de Poudlard
✓ Un plaid
✓ Un coupe-vent imperméable
✓ Une trousse de toilette (une brosse à cheveux, une brosse à dent de voyage, un petit shampoing douche et un petit tube de dentifrice)
✓ Une deuxième petite trousse (petit flacon de crème hydratante, deux lingettes désinfectantes individuelles, une boite de 10 tampons et deux élastiques à cheveux)
✓ Son téléphone portable
✓ Sa PSP et un chargeur
✓ 3 jeux : Metal Gear Solid, GTA & Kindom Hearts
✓ Un carnet vierge (journal) et son stylo

✓ Une miche de pain
✓ Une barre de céréales
✓ La moitié d’un paquet de gâteau
✓ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
✓ Une carte de l'île avec ses zones
✓ Une boussole
✓ Une lampe torche (avec piles)

✓ Un fil à couper


Avatar : AnnaSophia Robb
Pseudo : Frost
Multicomptes : Bae Se Jin - Baek Jin Hwan - Lee Ye Won

Messages : 23
Activité RP : 0









   Lun 6 Nov - 22:27

Le 2 août 2017 || 21h20
Chantier en construction
Le solage

La deuxième journée en enfer s’achève. Elle se termine. Il faut chaud. L’endroit est inhospitalier, grand. Et je ne sais même pas lire une carte. Je n’ai jamais eu à le faire. On m’a toujours aidée alors quand je me suis retrouvée ici, sur la plage, je n’ai pas su quoi faire. Mais en voyant un garçon s’avancer vers moi, j’ai paniquée, alors j’ai couru. J’ai couru. Simplement, à en perdre haleine. Jusqu’à ce que mon collier ne se mette à clignoter. Alors j’ai changé de direction, mais il continuait. Alors j’ai changé à nouveau. Et encore. Jusqu’à ce qu’il n’arrête. Ça m’a semblé être une éternité, alors qu’en réalité, ça n’a duré qu’une seconde. J’ai survécu à tout ça. Aux deux premières journées. Dans une espèce de brouillard, un peu comme si j’étais dans l’un de mes nombreux cauchemars. Et voilà, je me suis retrouvée là, adossée à un muret au milieu d’un chantier abandonné. A pleurer. Je pensais être tranquille, mais non.

Il y a un mouvement. Un mouvement non loin de moi. Je me raidis et je lève les yeux sur lui. Il n'a pas l'air très grand, ni très épais. Ni très méchant. Mais quand il s'agenouille près de moi, j'ai un mouvement de recul, de panique. Non, je crois que terreur serait plus juste. Mais il ne m'attaque pas, non, il essuie ma joue avec douceur. Sa peau est chaude contre la mienne. Il me pose une question. Mais je crois que je n'ai pas vraiment besoin de répondre. Ça se voit, non ? Je suis... je suis perdue, seule, terrifiée. Et heureusement pour moi, il faut chaud, sinon je serais probablement morte de froid. J'acquiesce simplement en réponse. Je me redresse un peu. Et contre toute attente au milieu de cet enfer, il m'attire contre lui. Je reste là, un peu raide, méfiante, sans savoir si je peux vraiment lui faire confiance. Mais il y a une partie de moi qui ne peut s'empêcher de se remettre à pleurer au moment ou mon visage rencontre son torse. Un peu comme un mécanisme incontrôlable. Et les sanglots que j'avais réussi à calmer en sentant sa présence reprennent encore plus violemment. Même si j'essaie de ne pas faire trop de bruit. Il commence même à me parler, à me réconforter. C'est étrange, mais ça fait du bien. Tellement de bien.

Alors je l'écoute et je sens sa main dans mon dos. Et je reste là, je profite simplement de son étreinte et de sa chaleur. Un humain gentil au milieu d'une île de tueur. Il se présente. Haneul. Je n'ai pas vraiment pris le temps de le détailler, mais cela sonne très asiatique, comme son accent pour tout dire. Et il me demande si je parle coréen. L'espace d'un instant, j'ai une série de hoquet à mi-chemin entre sanglots et hilarité. Ce foutu pays... Je grimace un peu et je me redresse un peu, essuyant mes larmes inspirant pour me calmer un peu. Je sais que ça ne durera pas. Mais pendant un instant, j'arrive à clarifier ma voix pour dire : « Je m'appelle Lily » je lui souris et je lui dis : « Et oui, je parle coréen... ». Je reste silencieuse un instant, réprimant quelques sanglots. Je ne sais pas si je pourrais vraiment réussir à avoir une conversation complète, cela me semble difficile. Je regarde autour de nous. Il n'y a personne. La nuit tombe progressivement, mais il fait encore assez clair pour pouvoir discerner les lieux. Je me tourne à nouveau vers lui. Il a des yeux en amande, un teint pâle, mais une très belle peau et des cheveux blonds. Une teinture surement, mais il est vraiment beau. Bien sûr, il est sale, nous le sommes tous, pas vrai ? Je finis par lui sourire et je lui dis : « Je vis à Incheon depuis 5 ans... Mais je suis née et j'ai grandi à Chicago, aux Etats Unis... ». Je marque une pause, courte, avant de lui dire : « J'étais tellement heureuse de découvrir un nouveau pays... Mais... Je regrette maintenant ». Je suis terrifiée. Je me sens seule. Cet endroit est horrible. Absolument horrible.

Je me blottis à nouveau contre lui. Je reste là, sans bouger. Puis finalement je demande : « Tu es là depuis longtemps ? » je lève le regard sur lui et je demande : « Tu es seul ? ». Ce n’est pas des questions stratégiques. Je ne sais même pas ce que je pourrais faire de cette information. A part m’enfuir plus vite, de peur de me faire piéger. Alors, je me contente d’essayer d’apprendre un peu à le connaître. Parce qu’il m’aide, qu’il a l’air gentil. Et que je suis trop perdue pour ne pas faire autre chose. Je suis surement trop gentille, n’est-ce pas ? Je retiens un soupire et je dis : « Merci, je… je… suis encore un peu perdue ». Un peu seulement ?

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

Lost child, lost soul

On veut tous vivre des aventures. On espère tous qu'un jour, notre vie va changer. Mais je crois qu'on n'imagine jamais à quel point ces changements peuvent nous plonger dans l'horreur. Comment peut-on faire pour survivre dans un tel endroit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : Classe originelle
Amour : Le coeur en émoi devant un certain compagnon de classe !

Nombre de victimes : 1
Contenu du sac : .
Une petite trousse de maquillage (deux vernis à ongle -noir et doré-, un gloss, un rouge à lèvres rosé, un mascara, un eyeliner brun)
Une chandelle parfumée
Un smartphone et son câble
Un livre (Le Trône de Fer #3)
Un savon en pain au parfum fleurit
Un dictionnaire français-coréen
Un Death Note avec le nom de Kim Yeong Jae inscrit un peu partout
Un manga (Bleach #52)


Un thermos plein de thé
Un briquet
Une tenue de rechange
Une couverture
Une carte de l'île avec ses zones
Une boussole
Une lampe torche (avec piles)
Une teinture blonde


Une boîte de 14 sachets de thé pomme et cannelle
Trois bouteilles d'eau
16 bonbons durs acidulés


Une fronde


Avatar : Choi Min Ki (Ren - NU'EST)
Statut RP : Indisponible
Pseudo : LaMarquise
Messages : 267
Activité RP : 2









   Mar 14 Nov - 2:00

Lily. Haneul a un petit sourire aux présentations. C’était vraiment un joli prénom qui lui allait comme un gant, à cette adorable gamine. Et elle parlait coréen, ce qui allait grandement faciliter leur échange. Certes, Haneul était bilingue… mais pas en anglais, ce qui compliquait un peu les choses avec les étrangers en général ! La relâchant juste assez pour bien la voir, Haneul la laisse parler. Un voile de tristesse passe dans le regard en amande du jeune homme alors qu’elle manifeste tout haut ses regrets d’avoir eu la curiosité de découvrir le Nouvel Empire Coréen. Il aurait aimé que son pays ne provoque pas ce genre de sentiment, évidemment. Ça faisait mal à sa fierté d’être Coréen, fierté qui jusqu’à la formation de cette nouvelle dictature, n’avait eu aucune raison d’être ébranlée. Mais, des rumeurs circulaient de plus en plus. Pas juste à propos du Battle Royale, il va de soi. C’était autre chose. Quelque chose de violent, de gratuit. Des dirigeants qui s’en permettaient parfois un peu trop envers les citoyens trop bavards, par exemple…

« Tu aurais dû rester chez toi. », admet à contre-cœur Haneul, douloureusement. Ça lui arrachait un peu la langue de le dire mais il fallait être franc… Il ne mentirait pas. Elle aurait été bien mieux en restant à Chicago. Quoi qu’il en soit, le blondinet ne s’était pas trompé : la seconde langue qu’il maîtrisait ne l’aurait pas sauvé avec cette jeune étrangère. Sa langue maternelle était donc l’anglais. « Tu es toute jeune… Ce n’est certainement pas toi seule qui as fait ce choix, non ? Tes parents ont déménagé avec toi ? »

Le contraire eu été étonnant… Alors elle ne pouvait pas s’en vouloir complètement non plus. Dans un petit soupir triste, Haneul serre à nouveau l’enfant contre lui. C’est ainsi qu’il la percevait. En quelque part, ça lui faisait aussi du bien à lui. C’était difficile à expliquer. Il ne pensait pas ressentir ce genre de sentiment un jour. Comme s’il avait envie de prendre soin d’elle. Pourtant, c’était impossible. Jin Hwan ne voudrait pas… et pour les bonnes raisons. Ça le tuait de savoir qu’elle était vouée à une mort certaine s’il la laissait partir seule, toutefois. Parce qu’il ne fallait pas se mentir… ses chances de rester en vie semblaient bien minces, dans l’état…

« Je suis arrivé le 1er juin. », explique lentement Haneul, ne sachant guère si ça allait la rassurer ou, au contraire, l’effrayer. Ce n’était pas son but, indéniablement. « Je fais partie de la classe originelle. Celle qui… a ouvert le bal… »

Si on pouvait dire les choses ainsi. Oui. On le pouvait assurément. Quant à être seul, il secoue négativement la tête. Il repousse juste assez la jeune fille pour voir son joli visage rond. Levant une main, il chasse une larme d’une de ses joues tout en assurant dans un premier temps quelque chose qui n’avait rien à voir avec sa question.

« Tu as vraiment des cheveux magnifiques et des yeux perçants. Je suis jaloux. J’aurais aimé avoir ce joli blond naturellement. », taquine gentiment Haneul tout en complimentant franchement. Mais, il n’y reste pas, répondant finalement à sa question de façon plus claire. « Je voyage avec un camarade de classe. Il va probablement revenir sous peu, d’ailleurs. »

Ce disant, Haneul tourne la tête, levant les yeux pour scruter les alentours, songeur. Oui… Jin Hwan devrait revenir sous peu. Il l’espérait. Sinon, il s’inquiéterait franchement. Il était tard. Il faisait noir. C’était un mauvais moment pour être séparé. À nouveau… Finalement, le Coréen en revient à la petite étrangère, lui offrant un sourire qui se veut réconfortant.

« C’est normal d’être à côté de la plaque. », rassure Haneul sans même que ce soit un pieu mensonge. « Ce sont ceux qui ne sont pas perdus qui me font peur… Et il y en a. »

Ceux qui savaient un peu trop bien ce qu’ils faisaient…

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

KANG HANEUL
© FRIMELDA
« Close your eyes / Feel the ocean where passion lies / Abandon all defenses / Hold me near you so close I sear you / A place between sleep and awake / End of innocence, unending masquerade / That's where I'll wait for you / Sleepwalker seducing me / I dare to enter your ecstasy / Lay yourself now down to sleep / In my dreams you're mine to keep »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 16 ans
Vague : #4
Amour : Wut ?

Nombre de victimes : 0
Contenu du sac : ✓ Une tenue de rechange (Un pantalon, un tee-shirt, un culotte)
✓ Un pull noir à capuche frappé de l’écusson de Poudlard
✓ Un plaid
✓ Un coupe-vent imperméable
✓ Une trousse de toilette (une brosse à cheveux, une brosse à dent de voyage, un petit shampoing douche et un petit tube de dentifrice)
✓ Une deuxième petite trousse (petit flacon de crème hydratante, deux lingettes désinfectantes individuelles, une boite de 10 tampons et deux élastiques à cheveux)
✓ Son téléphone portable
✓ Sa PSP et un chargeur
✓ 3 jeux : Metal Gear Solid, GTA & Kindom Hearts
✓ Un carnet vierge (journal) et son stylo

✓ Une miche de pain
✓ Une barre de céréales
✓ La moitié d’un paquet de gâteau
✓ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
✓ Une carte de l'île avec ses zones
✓ Une boussole
✓ Une lampe torche (avec piles)

✓ Un fil à couper


Avatar : AnnaSophia Robb
Pseudo : Frost
Multicomptes : Bae Se Jin - Baek Jin Hwan - Lee Ye Won

Messages : 23
Activité RP : 0









   Mer 15 Nov - 20:36

Il fait chaud. Une chaleur moite, totalement désagréable. Ce genre de chaleur qui colle à la peau, et il n'y a aucune brise pour la faire passer. Il faut juste supporter. Et à pleurer ainsi, à lutter contre ce nouveau coup du sort, je sens une bouffée de chaleur monter. Une bouffée de panique. Et je n'arrive pas à respirer. C'est difficile. Alors j'essaie de me détendre. Je me concentre sur lui, avec ses mèches blondes. Ses sourcils plus foncés m'indiquent que c'est une coloration, mais ça lui va bien. Il a des traits asiatiques très efféminés, amplifié par ses cheveux un peu plus long que la moyenne. Mais les siens sont raides. Je ne les envie pas. J'adore mes boucles, elles font partie de moi. Ses yeux sont foncés, mais très doux, presque tristes. Il a l'air tellement gentil. Trop surement. Est-ce que c'est un piège pervers ? Est-ce qu'il me tend la main, me réconforte pour que je me sente en confiance et qu'il me fera du mal ensuite ? Je ne sais pas. Il n'est pas très grand et pas très épais, mais je pense qu'il pourrait largement avoir le dessus sur moi s'il le voulait. Me concentrer sur lui, sur ses traits, sur les émotions très douces qu'il véhicule m'aide à me détendre. Il me répond que j'aurais dû rester chez moi. Oh ça oui... Même si notre ancienne ville était chargée de souvenir, au moins, j'y étais en sécurité. Contrairement à ici... Je le regarde alors qu'il me demande si mes parents ont déménagés avec moi. Alors je souris un peu et je lui dis : « Ma mère et mon beau-père oui... Un coréen. C'est pour ça qu'on s'est installés à Incheon, pour son travail... ». Peut-être que nous n'aurions pas dû l'écouter. Peut-être que je n'aurais pas dû accepter, que j'aurais dû résister, lui résister. Etre méchante, insolente, me rebeller contre cet homme qui voulait remplacer mon père dans le cœur de ma mère. Mais je suis trop douce, trop gentille. Et me voilà ici, moi le petit papillon tellement innocent... Ici, en enfer, à me demander où est la justice dans ce monde.

Il m'explique ensuite qu'il est là depuis le 1er juin, depuis le début. Il est arrivé ici avec sa classe. Je le regarde surprise, et impressionnée. Et terrifiée aussi. Il est là depuis si longtemps. Et si moi aussi je restais là aussi longtemps ? Je grimace et je lui demande : « Et tu as survécu tout ce temps ? » je suis ébahie et impressionnée. Vraiment impressionnée. C'est tellement étrange de survivre aussi longtemps, surtout pour lui qui a l'air plutôt frêle et fragile. Peut-être bien que je ne peux pas me fier aux apparences et que ma première impression était vraie : il pourrait me maîtriser sans aucun problème. Je l'écoute ensuite me répondre.

Il me complimente. Je cligne un peu des yeux et je rougis légèrement, touchée par ses paroles. Il est même jaloux de ma blondeur naturelle. L'avantage des occidentales paraît-il. Et encore, les filles des pays nordiques ont d'encore plus beaux cheveux. Je souris un peu et je lui dis : « Merci... » je le regarde un moment et je lui dis : « Vous, vous avez toujours de superbes cheveux » raides mais surtout soyeux. J'adore les miens, mais ils sont un peu secs, parfois même cassant et quand ils sont vraiment abîmés, j'ai l'air d'un épouvantail en paille. Autant dire que ça n'a rien de tellement joli au final. Mais bon, j'imagine que ce n'est plus vraiment ma principale préoccupation. On se fiche pas mal de mes cheveux ici, pas vrai ? Mais parce qu'un peu de douceur ne fait pas de mal je lui dis : « Ça te va bien le blond » je penche la tête, l'observe attentivement et je lui dis finalement : « J'ai du mal à t'imaginer en brun. Pourquoi tu as choisi cette couleur-là ? ». Je ne sais pas pourquoi je m'intéresse vraiment à ça. Mais je crois que cela m'aide à ne plus penser à l'horreur, que cela m'aide à ne pas être trop négative.

Puis, il répond à ma question en m'expliquant qu'il voyage avec l'un de ses camarades de classe et que ce dernier va surement revenir sous peu. Je jette un regard un peu inquiet à la ronde à l'idée qu'un nouveau joueur nous rejoigne. D'autant plus un joueur de la classe originelle qui a survécu jusqu'à maintenant. Je déglutis un peu, nerveuse et je demande : « Est-ce qu'il est gentil ? Est-ce qu'il... il ne me fera pas de mal hein ? ». Sinon, je préfère partir maintenant. Même si j'apprécie beaucoup de parler avec lui, je ne veux pas prendre le risque d'être blessée. Je serais tellement plus fragile avec une blessure. Je suis déjà un boulet autant dire que je ne pourrais pas vraiment survivre si je suis blessée. Je fais la moue silencieusement. Cependant, je suis curieuse alors je demande : « Vous étiez amis avant ? Vous réussissez à rester amis ici, malgré tout ça ? ». Oui, j'aimerais bien le savoir, savoir si je pourrais me trouver une équipe, des gens en qui avoir confiance. Je retiens un soupir songeuse et je regarde attentivement les alentours. Le chantier à l'abandon est assez grand. Je me demande ce qu'ils pouvaient bien construire. Un hôtel ? Un bâtiment de bureau ? Autre chose ? Et autour de nous, tout est calme. Les arbres sont là, non loin. Mais la distance est énorme. Si je devais m'enfuir, je ne suis pas sure de réussir à courir assez vite pour aller me dissimuler dans les arbres.

Le fait d'être perdue semble normal. J'imagine que oui. Il ajoute que ceux qui ne sont pas perdus sont ceux qui lui font peur. Je frémis un peu à imaginer quelqu'un qui n'est pas perdu, qui n'est pas totalement apeuré. Quelqu'un qui sait ce qu'il veut, où il est et où il va. Quelqu'un qui serait capable de tuer s'il savait être d'une équipe différente de moi. Je grimace un peu. « Et tu en connais beaucoup ? Tu en as croisé beaucoup ? ». Je le regarde un instant, puis finalement, je demande : « Est-ce que tu as déjà tué quelqu'un ? ». J'aimerais bien savoir. Bien sûr, j'aurais peur, mais en même temps je crois que je voudrais savoir ce que ça fait. Parce que ça me terrifie. Et que je ne veux pas avoir le faire, jamais. Je n'ai jamais rien tué, pas même une bête ou un insecte. Je ne veux pas devenir un monstre.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

Lost child, lost soul

On veut tous vivre des aventures. On espère tous qu'un jour, notre vie va changer. Mais je crois qu'on n'imagine jamais à quel point ces changements peuvent nous plonger dans l'horreur. Comment peut-on faire pour survivre dans un tel endroit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : Classe originelle
Amour : Le coeur en émoi devant un certain compagnon de classe !

Nombre de victimes : 1
Contenu du sac : .
Une petite trousse de maquillage (deux vernis à ongle -noir et doré-, un gloss, un rouge à lèvres rosé, un mascara, un eyeliner brun)
Une chandelle parfumée
Un smartphone et son câble
Un livre (Le Trône de Fer #3)
Un savon en pain au parfum fleurit
Un dictionnaire français-coréen
Un Death Note avec le nom de Kim Yeong Jae inscrit un peu partout
Un manga (Bleach #52)


Un thermos plein de thé
Un briquet
Une tenue de rechange
Une couverture
Une carte de l'île avec ses zones
Une boussole
Une lampe torche (avec piles)
Une teinture blonde


Une boîte de 14 sachets de thé pomme et cannelle
Trois bouteilles d'eau
16 bonbons durs acidulés


Une fronde


Avatar : Choi Min Ki (Ren - NU'EST)
Statut RP : Indisponible
Pseudo : LaMarquise
Messages : 267
Activité RP : 2









   Dim 3 Déc - 6:40

Ah… ceci expliquait cela. Lily n’avait donc vraiment aucune racine coréenne. C’était une vraie étrangère. Mais, elle avait un beau-père Coréen, ce qui expliquait son arrivée inattendue en terre… hostile, malheureusement. Haneul aurait aimé avoir un autre avis sur son pays mais il ne pouvait plus se convaincre du contraire à présent qu’il avait sous les yeux les horreurs qu’il commanditait. Bref… la jeune fille semble surprise à la suite. Haneul n’allait pas le lui reprocher. Lui-même l’était d’être en vie depuis si longtemps. D’au moins ne pas avoir succombé à la tentation de sauter en bas d’une falaise. N’importe qui pouvait rapidement s’abandonner au désespoir, sur cette île. Et clairement pas tout le monde allait s’en sortir sain d’esprit, d’ailleurs. Il a un petit sourire triste, mais surtout bien las pour la demoiselle, sans apporter de réponse à ce qui était de toute façon une question rhétorique. Il n’avait aucun intérêt à mentir sur sa date d’arrivée.

Au compliment sur ses cheveux, le jeune homme porte inconsciemment une main à ceux-ci, glissant ses longs doigts fins entre les mèches blondes et un peu sales. Il y avait une repousse noire aussi. Il avait trouvé un peu de teinture… Peut-être qu’il essaierait s’il ne craignait vraiment rien, une journée où ils passeraient au complexe hôtelier, Jin Hwan et lui. M’enfin, pas que ce soit vraiment important. Mais ce genre de petit geste banal pouvait l’aider à garder pied dans la réalité.

« Ils ont connus des jours meilleurs. », admet finalement l’adolescent tout en poussant un petit soupir, contrit. Quant à son choix en matière de couleur, il a un rire bref, haussant lentement les épaules. « J’admet… au départ c’était par amour pour Lady Gaga…! Mais finalement, c’est un peu devenu ma marque de commerce. Les jeunes de mon âge sont rarement teints. Ça fait tourner les têtes. Et j’ai fini par faire des critiques mon arme favorite. »

Sur son look. Sur sa sexualité. Sur toutes ces choses qui ne regardaient franchement personne. Par contre à propos de Jin Hwan, il perd son air léger et rieur. Haneul tique un peu à ce mot ; gentil. Pouvait-on dire de Baek Jin Hwan qu’il était gentil…?

« Non. », répond simplement Haneul, sérieux cette fois-ci. Il n’allait pas mentir là-dessus et faire passer son compagnon d’infortune pour la prochaine Mère Thérèsa. Quant à ne pas faire de mal à la gamine… « Je ne peux rien dire pour lui. Je ne pousserais pas ma chance, à ta place. Jin Hwan peut être redoutable. »

Il a un petit soupir, se désolidarisant finalement de la demoiselle. Il s’assoit sur sol, dos contre les fondations fraîches à moitié craquées et jamais terminées. Son air est songeur, mais sous ce silence se cache une raison : il tendait l’oreille pour tenter de savoir si Jin Hwan était revenu ou pas.

« Non, nous n’étions pas dans le même groupe de copains. Les siens étaient plutôt… rebelles. Et les miens plus populaires. Tu vois le genre ? », demande Haneul tout en tournant la tête vers Lily. On aurait dit un film américain, exposé comme ça. Mais c’était la pure vérité. Leur bande d’amis était très différentes l’une de l’autre, on ne pouvait guère le nier. « C’est plutôt cet endroit qui nous a rapproché, je crois. »

C’était peut-être la seule bonne chose qui se soit passée ici ! Ou au moins, grâce à l’île. De nouvelles questions fusent néanmoins des lèvres de poupée de la petite Caucasienne. Et l’Asiatique répond du bout des siennes en cœur dans un premier temps.

« J’en ai croisé quelques-uns. Certains que je connaissais déjà. J’ai aussi entendu le nom de certains aux haut-parleurs, parce que les fous ne restent pas en vie bien longtemps… », murmure-t-il lentement, songeur à nouveau. Certains avaient cru gagner ce jeu sans jamais douter et finalement, ils se retrouvaient à présent six pieds sous terre. Et lui, celui sur qui personne n’aurait jamais parié, était encore là pour raconter tout ça… Par contre, la prochaine question le fait désagréablement frémir. Il se souvient de Mi Sun. De son sang sur ses mains, chaud et poisseux… Et il s’entend répondre sur un ton étrangement léger : « Non. Jamais tué. J’ai eu de la chance. »

Celle d’être bon menteur, peut-être. Mais, Haneul n’avait aucune envie de tout partager avec Lily… Ni ses secrets les plus coupables, ni Jin Hwan, tant qu’à ça…

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

KANG HANEUL
© FRIMELDA
« Close your eyes / Feel the ocean where passion lies / Abandon all defenses / Hold me near you so close I sear you / A place between sleep and awake / End of innocence, unending masquerade / That's where I'll wait for you / Sleepwalker seducing me / I dare to enter your ecstasy / Lay yourself now down to sleep / In my dreams you're mine to keep »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Crying doll feat. Nae Lily

Page 1 sur 1