AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



FERMETURE DU FORUM




 

 Vous me recevez ? | ft. Zhao Yuan







avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première Vague
Amour : Aucun

Nombre de victimes : 1
Coupons : 95
Contenu du sac : ➢ Un téléphone portable
➢ Un mini-kit de bricolage (mini tournevis, brucelles, petite rallonge 60cm et petite pince universelle)
➢ Un carnet et son criterium accroché
➢ Un baladeur audio
➢ Un chargeur solaire
➢ Un petit sachet d’élastiques
« presque invisibles »
➢ Un portefeuille avec une photo de ses parents
➢ Un déodorant
➢ Un briquet à son ami d'enfance
➢Un paquet d'allumettes
➢Un paquet de chewing-gum

➢ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
➢ Une carte de l'île avec ses zones
➢ Une boussole
➢ Une lampe torche (avec piles) et une autre cassé (avec piles)

➢ Une faucille
➢ Un rasoir coupe-choux et sa pierre d'affûtage

Avatar : Ahn Sohee (ex Wonder Girl)
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : Atae
Messages : 612
Activité RP : 0









   Lun 2 Oct - 1:27

Le 28 juillet 2017 || 10h18
Le Phare
Au sommet de la tour.



Sora pensait avoir trouvé un moyen de communiquer avec l'extérieur. Elle avait amassé tout un tas d'objets pour accomplir cela. Elle les avait grappillé principalement à la ferraillerie même si elle avait trouvé le plus utile au centre de télégraphie. Elle y était retournée lorsque son plan avait germé dans son esprit. Cela n'était pas venu tout seul. Elle avait dû recouper des choses qu'elle avait découvertes dans les vieux livres moisis et mangé par les bêtes de la bibliothèque avec le matériel à disposition qu'elle avait pu trouver. Pour plus de facilité, elle avait déchiré les pages des livres dont elle avait besoin. Même si c'était un déchirement de faire cela, elle ne leur avait pas fait plus de mal que ce qu'ils avaient déjà subi en restant dans la bibliothèque. Cette dernière était assez dégradée ce qui n'était pas le meilleur habitat pour les livres. Muni de ses pages, elle avait monté ses plans en recoupant les idées. Par la suite, elle avait fait plusieurs séjours entre la ferraillerie et le centre de télégraphie pour récupérer les objets nécessaires. Il lui avait fallu faire avec les moyens du bord. En effet, les objets étaient souvent trop usés, trop abîmé ou cassé. De plus, elle n'était pas particulièrement bien équipé. Lorsqu'elle avait été entraînée par les hommes qui étaient venus la cueillir dans sa chambre d'étudiante, elle avait pris avec elle un mini kit de bricolage. Cependant, on lui avait retiré quelques éléments de son kit. Elle devait donc se contenter de ce qu'on lui avait laissé pour pouvoir mettre au point son idée. Cela lui avait prit quelques jours. Le temps semblait filer trop vite maintenant qu'elle pensait avoir trouvé le moyen de partir d'ici. Ce n'était pas une mauvaise chose. De toute manière peu importait combien de temps se déroulait, ce qui comptait c'était le résultat. Si elle parvenait à partir d'ici, alors tout cela n'aurait été qu'une étape à franchir pour une plus grande finalité. Il y avait aussi autre chose : en mettant au point son plan, Sora retrouvait le plaisir de construire quelque chose. Cela lui avait manqué depuis qu'elle était arrivée sur l'île.

Sora avait toujours eu un don pour la construction. Elle partageait cela avec Min Su, son meilleur ami. Plus jeunes, ils avaient construis des barrages dans les ruisseaux près de chez eux, des châteaux de sable immense à la plage et des miniatures de monuments célèbres avec des bâtonnets de glace. Min Su avait décidé de continuer dans l'architecture en grandissant, quant à elle, son désir c'était plutôt tourné vers la mécanique, l'électronique et les robots. Pourtant au fond, cela restait à peu près la même chose. Une fois qu'elle se lançait dans un projet, elle était très concentrée sur ce qu'elle avait à faire. On lui avait appris le goût du travail bien fait. C'était très ancré dans son éducation. Tous ses travaux avaient été faits avec la même minutie. Il valait mieux prendre le temps de bien faire pour avoir un bon résultat, plutôt que de se dépêcher d'accomplir quelque chose et se retrouver avec une finalité négative. C'est en gardant cela à l'esprit que Sora avait décidé de mettre tout son cœur et son savoir-faire dans la construction de sa radio. La jeune femme essayait de construire l’objet de telle sorte qu’il puisse émettre sans rencontrer de résistance avec le système de brouillage que le gouvernement semblait utiliser pour les empêcher de communiquer avec l’extérieur. En fait, elle ne cherchait pas tant à communiquer qu’à faire entendre sa voix à l’extérieur. Il n’y aurait pas de communication, mais plutôt un échange d’informations. Elle voulait passer un message et qu’il puisse être entendu par le plus grand nombre. L’étudiante pensait sincèrement pouvoir y arriver. Elle avait bien lu tout ce qu’il y avait à savoir, elle possédait tout l’équipement possible et disponible, enfin elle comptait se placer sur le point le plus haut pour pouvoir émettre le plus loin. Le mieux serait que ce message soit entendu par une puissance étrangère. Sora pensait que si un autre pays pouvait découvrir les atrocités que commettait le sien, il essaierait d’y mettre fin par la pression. Par ailleurs, si cela pouvait être entendu par les gens du Nouvel empire coréen, alors peut-être qu’ils se révolteraient face à la situation.

Tout le monde avait déjà entendu parler de la loi BR et de ses survivants le jour où ils revenaient au bercail. Pourtant, personne n’y croyait vraiment. Tout ce qui se passait ici tenait plus de la fable ou de la légende urbaine. C’est comme si l’opinion publique ne se rendait pas vraiment compte de ce qui se tramait sous son nez. Pourtant, le gouvernement même aussi puissant qu’il pouvait sembler, ne pourrait réellement combattre une révolte de tout son peuple si ce dernier se soulevait. Il y avait déjà eu des précédents. Sora rêvait un peu.  Elle s’en rendait compte, mais c’était un espoir fou qui lui permettait d’avancer sur la construction de sa radio. Enfin, au bout d’un dur labeur, vient le temps d’aller tester son engin. C’était un pari fou et risqué ! Si elle parvenait à faire entendre son message elle n’y survivrait peut-être pas. Elle savait que l’organisation les surveillait tous et avec les colliers qu’ils portaient autour du cou, ils étaient tous à la merci de ceux qui avaient organisé ces jeux du cirque modernes. Longtemps, elle avait hésité à choisir cette solution. Elle n'était pas suicidaire et tenait à la vie. Pourtant, il lui avait fallu reconnaître qu'elle se battait contre quelque chose de plus grand qu'elle. Il y avait des idéaux pour lesquels il fallait accepter de mettre sa vie en jeu. Sora estimait à présent que c'était ce qu'elle devait faire. Cela n'avait pas été facile à admettre, mais maintenant qu'elle l'avait accepté, elle se sentait prête à soulever toutes les montagnes qui pourraient se dresser sur sa route. Nul doute que lorsqu'ils se rendraient compte de ce qu'elle faisait, ils déclencheraient son collier et elle mourrait. C'était assez horrible et elle préférait ne pas trop y penser. Elle s'était donc rendu au phare. C'était le plus haut bâtiment de l'île. Avant que la radio ne soit terminée, Sora ne s'y était encore jamais rendue. Elle l'avait aperçu de-ci, de-là, mais elle avait décidé d'attendre que tout soit terminé avant de s'y rendre. La jeune femme perdit quelques instants à contempler la bâtisse.

À Incheon, il y avait pas mal de phares. Sora gardait surtout en mémoire le Palmido qui était le plus imposant. Enfin, c'était surtout le second qui avait été construit en 2003 qui était le plus imposant. En effet, il y avait deux phares Palmido. Le premier était une tour de béton cylindrique, rond de 8 mètres avec lanterne et galerie, peint en blanc. Il possédait même une corne de brouillard. Il se trouve juste en dessous et à droite du nouveau phare. C'était le premier phare de Corée, construit lorsque le Japon faisait pression sur la monarchie coréenne pour ouvrir ses ports pour commercer. Il est situé au point le plus élevé d'une petite île à environ 10 km au sud-ouest du front de mer d'Incheon. Le second Palmido est aussi une tour de béton cylindrique, rond, de couleur blanche, mais de 26 mètres, monté sur un bâtiment en béton vif en forme de vase. On pouvait le visiter et Sora s'y était rendue avec son père et Min Su. Elle s'en souvenait bien parce que Min Su n'avait pas arrêté de lui en décrire toutes les propriétés, qu'il avait glanées à la bibliothèque. Le phare de l'île était bien moins imposant que le Palmido numéro deux. Il était beaucoup plus proche du numéro 1.  Il semblait plus délabré aussi. Sora avait attendu de voir s'il y avait quelqu'un ou non, mais après quelques temps d'observation, force lui avait été de reconnaître qu'elle était la seule ici. Tant mieux ! Cela l'arrangeait. Elle ne tenait pas particulièrement à faire des rencontres maintenant. Elle entra dans le bâtiment et monta les marches jusqu'à atteindre le sommet. De là haut, on avait une vue imprenable sur l'île. C'était un point très stratégique. Cependant, au lieu de regarder l'île, le regard de Sora était perdu dans l'immensité de la mer. C'était par là qu'elle était arrivée ici. Elle resta un instant à contempler les vagues. C'était apaisant. Elle eut une pensée pour tous ceux qu'elle avait croisé sur l'île, notamment ceux qui lui avaient été les plus sympathiques. Peut-être qu'eux pourraient partir si son plan fonctionnait.

Elle eut une toute dernière pensée pour sa famille et ses amis qui ne la reverraient jamais. Son père qui devrait probablement pleurer à la fois sa femme et sa fille. Sora sortit de son sac une photo : on y voyait sa mère et son père. Ils étaient beaux et souriants dans leurs beaux habits. Une larme coula des yeux de la jeune femme. S'habituer à la mort c'est possible, mais s'habituer à sa propre mort, ce n'est pas la même chose. Elle repoussa la photo au fond de son sac et en sortit sa radio de fortune. L'heure de vérité approchait ! Son œuvre ne payait pas de mine, mais ce n'était pas l'apparence qui comptait. Les minutes semblaient se raccourcirent. Sora mit en marche l'objet… La radio grésilla et une odeur de grillé se fit rapidement sentir. Sora n'en revenait pas. Elle contemplait l'objet comme si c'était un rêve. Elle avait passé des heures à travailler dessus et la radio venait de griller alors qu'elle était enfin prête à l'utiliser. Ce n'était pas possible ! Sora avait envie de hurler de frustration. Ce qu'elle fit d'ailleurs. Il lui fallait expulser cette déconvenue par la voix. Elle oubliait que le danger n'était jamaisloin et qu'il valait mieux ne pas faire trop de bruit pour ne pas attirer l'attention. La jeune femme était trop énervée pour faire attention. Tout son travail avait été réduit à néant en un rien de temps. Elle n'avait même pas eu le temps d'enregistrer un message. Le projet était mort dans l’œuf avant même son exécution. Ce n'était pas croyable ! Sora essaya de chercher vainement où elle avait pu se tromper. Il allait falloir démonter la radio et retourner chercher du matériel. Tout ce qu'il y avait à faire semblait défiler dans son esprit.

« Merde, merde, MERDE ! » S’écria avec force la jeune femme énervée qui ne jurait pas tant d'habitude. « Pourquoi cet objet ne veut-il pas fonctionner ? » Demanda-t-elle tout haut pour elle-même.

Elle avait envie d’envoyer valser la radio dans le décor alors même qu’elle savait qu’elle en avait besoin. Elle essaya de se calmer, mais ce n’était pas possible présentement. Ce n’est qu’alors qu’elle se rendit compte qu’elle n’était plus seule.

« Comment ? » Fut le seul mot qu’elle prononça lorsqu’elle fit face au nouveau venu.

Trop prise par ses soucis de radio, elle n’avait pas entendu quelqu’un monter.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

    Moving forward

           
    And once the storm is over, you won’t remember how you made it through, how you managed to survive. You won’t even be sure, whether the storm is really over. But one thing is certain. When you come out of the storm, you won’t be the same person who walked in. That’s what this storm’s all about.©️endlesslove


Dernière édition par Song Sora le Sam 14 Oct - 15:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : Classe originelle
Nombre de victimes : 19
Coupons : 456
Contenu du sac : .
• Une tenue de rechange
• Un vieil uniforme + sous-vêtements
• Une casquette
• Une écharpe + bonnet
• Un briquet
• Une paire de chaussures de marche
• Une paire de gants de travail
• Un petit plaid
• Une montre à remontage automatique
• Dix analgésiques
• Un bandage et ses agrafes
• Flacon antiseptique format voyage
• Un thermos d'eau fraîche
• Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
• Deux bâtons de viande séchée
• Une carte de l'île avec ses zones
• Une boussole
• Une lampe torche (avec piles)
• Bracelet en paracorde
• 3 grenades lacrymogènes
• Un poing américain couvert de pointes
• Chapelet
• Lentilles bleues et produit à lentilles

Avatar : Luhan (Ex EXO)
Statut RP : Disponible
Pseudo : MyPandaa
Multicomptes : Park Hyun Hee & Kim Yeong Jae

Messages : 1498
Activité RP : 2









   Mer 11 Oct - 18:25



Spoiler:
 


On n’était plus très loin de la date fatidique. Celle à laquelle Yuan devait retrouver Hua Feng au niveau de l’observatoire. Pour le moment il se trouvait encore loin du dit centre. Pas du tout sur la bonne face de l’île… Mais s’y précipiter aujourd’hui était inutile. Non seulement le bleu n’y serait pas mais en plus il y perdrait au final du temps. Un regard sur sa montre avait permis à Yuan de comprendre que la zone où il se trouvait allait passer interdite si on en croyait le dernier briefing donné dans les hauts parleurs environs 4 heures plus tôt. C’est pour cette raison qu’il avait décidé de pousser jusqu’au phare où il s’était assez peu rendu jusque-là.

Il faut dire que cet endroit n’était pas vraiment pratique lorsqu’on parlait de se battre. La base était encore spacieuse même s’il ne fallait pas s’imaginer une salle de bal non plus mais les hauteurs étaient plus étroites. Les stratégies à déployer étaient différentes disons… Et Yuan avait préféré faire l’impasse jusque-là. Pas aujourd’hui.

Le volontaire était donc entré, non sans jeter un œil par-dessus son épaule. La zone était si bien dégagé qu’il n’aurait pas pu jurer être entré sans avoir été vu par personne… Mais il avait bien fallut prendre le risque à un moment. Et à peine avait-il mit le pied dans la structure que très haut –peut-être même tout en haut- il avait entendu un cri.

Yuan était monté vite… Mais pas trop pour ne pas avoir un pas d’éléphant dans l’escalier en colimaçon. Au moins la structure de l’édifice était taillée dans le solide, sûrement pour faire front en cas de mer déchaînée mais aussi pour continuer de se dresser dans le temps malgré l’érosion du vent et de l’air salin. En tout cas lorsqu’il était arrivé au sommet, essoufflé mais son poing américain bardé de points enfilé sur les doigts il n’avait pas trouvé ce qu’il s’attendait à voir… C’est-à-dire un étudiant en agressant un autre.

N’y avait là qu’une jeune fille, courte sur parte, un pan de sa chemise dépassait de sa jupe d’écolière et comme elle était penché sur une drôle de machine un bout de sa culotte était visible. Elle s’échinait avec colère sur l’appareil et ce n’est que tardivement que Yuan en comprend sa fonction. Il s’était approché… Et elle avait fini par le sentir dans son dos probablement parce qu’elle s’était retournée, ses jolis yeux noirs le dévisageant avec une certaine stupéfaction.

De sa gorge gracile ne sortit qu’un mot… Et Yuan vit ses yeux s’agrandir, peut-être de terreur, lorsqu’il prit appui sur une épaule mince pour se donner de l’élan, levant haut son poing armé au-dessus d’elle avant de l’abattre avec violence…. Sur la machine capricieuse.

« On dirait que je te reçois cinq sur cinq… »

Yuan la relâche et donne un coup de pied dans la radio qui part s’écraser contre un mur, perdant quelques pièces encore au passage. D’un second coup de pied il envoi le sac de la jeune femme plus loin lui aussi… Puis revient par-dessus elle pour la plaquer au sol, se débattant avec elle si nécessaire, cherchant à l’immobiliser.

« Tu croyais faire quoi exactement ? »

Yuan ne pensait pas qu’un signal quelconque puisse passer. Et quand bien même il passerait il avait la conviction profonde que personne ne s’y intéresserait. La loi Battle Royale était peut-être le bébé inavoué du gouvernement… Mais beaucoup de gens y voyaient une utilité sincère. Beaucoup faisaient avec… Beaucoup de famille, une fois le choc passé, s’enorgueillaient de leurs enfants partit se battre et s’ils revenaient, l’honneur était trop grand pour qu’on condamne ensuite le programme.

« Tu as de la chance. C’est sur toi que j’aurais pu abattre mon poing. »

D’une main sur la gorge de la fille, sous la ligne faite par le collier il la maintient avec force au sol, quitte à l’étrangler légèrement au passage et de l’autre il vient dégager ses cheveux de son beau visage pour l’observer correctement. Mignonne et intelligente.

« Tu es arrivé quand ? »

Savoir combien de temps ce projet lui avait volé pour rien, malgré tout…


-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

>> Mes RPs <<




SWEETDREAMS
Sweet dreams are made of this. Who am I to disagree ? I travel the world and the seven seas. Everybody' s looking for something. Some of them want to use you. Some of them want to get used by you. Some of them want to abuse you. Some of them want to be abused.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première Vague
Amour : Aucun

Nombre de victimes : 1
Coupons : 95
Contenu du sac : ➢ Un téléphone portable
➢ Un mini-kit de bricolage (mini tournevis, brucelles, petite rallonge 60cm et petite pince universelle)
➢ Un carnet et son criterium accroché
➢ Un baladeur audio
➢ Un chargeur solaire
➢ Un petit sachet d’élastiques
« presque invisibles »
➢ Un portefeuille avec une photo de ses parents
➢ Un déodorant
➢ Un briquet à son ami d'enfance
➢Un paquet d'allumettes
➢Un paquet de chewing-gum

➢ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
➢ Une carte de l'île avec ses zones
➢ Une boussole
➢ Une lampe torche (avec piles) et une autre cassé (avec piles)

➢ Une faucille
➢ Un rasoir coupe-choux et sa pierre d'affûtage

Avatar : Ahn Sohee (ex Wonder Girl)
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : Atae
Messages : 612
Activité RP : 0









   Jeu 19 Oct - 23:28

Le plus difficile en restant sur cette île, c'était de ne pas baisser les bras quand on a décidé de ne pas suivre la voie tracée qui consistait à éliminer ses opposants. Sora pouvait dire qu'elle en avait bavé. Ce n'était pas vraiment le chemin le plus simple que de vouloir éviter de causer la mort de quelqu'un quand tant de règles vous y incitait et quand l'organisation veillait à ce que l'on obéisse. Pour cela, il y avait plusieurs manières de le faire : mettre un tas d'étudiants sur une île, les contrôler par le biais de collier et créer une atmosphère de suspicion et peur permanente. Ils avaient fait un travail remarquable, dans le sens où ils avaient fait en sorte qu'il n'y ait pas beaucoup d'alternatives possibles. En vérité, il n'y en avait qu'une : se soumettre ou mourir. Dans cet été de fait, il était difficile de trouver la petite marche de manœuvre qui pourrait permettre à la jeune femme de sortir de ce bourbier sans nom qu'elle qualifiait, sans trop de difficultés, d'enfer. Pourtant, Sora avait décidé d'emprunter ce chemin ardu parce qu'elle pensait qu'il valait mieux mourir en défendant ses valeurs que de se soumettre à une autocratie qui réduisait en arme vivante les étudiants de son pays. Au départ, il s'agissait simplement de refuser de tuer. Elle était à la fois tenu par ses valeurs, mais aussi par la promesse qu'elle avait faite avant d'arriver sur l'île. Cette promesse lui permettrait de croire qu'elle n'était pas la seule à vouloir cela. Pourtant, il y avait eu des déboires et des pertes de confiance. Ce qui lui avait fait prendre conscience qu'il fallait absolument faire quelque chose, c'est quand elle avait tué cet autre étudiant dont elle ne connaissait rien. Sora n'avait pas vraiment souhaité lui faire du mal, mais elle ne comptait pas se faire tuer non plus, alors elle avait dû se défendre. De ce fait, elle avait accidentellement causé la mort de ce jeune homme. Le sang qu'elle portait sur les mains lui avait donné le coup de fouet pour chercher une solution.

L'idée de la radio et de ce qu'elle pourrait en faire, elle l'avait eu en trouvant refuge un jour au centre de télégraphie qui se trouvait sur l'île. A la base, elle s'y était rendu pour dormir et trouver quelque chose à manger. Elle avait trouvé le sommeil, mais la nourriture n'était pas présente. Par contre, elle pouvait volontiers admettre que l'idée avait germer là-bas. Sora avait su qu'elle pourrait monter quelque chose. Après tout, c'était de son domaine de compétence. Elle avait donc fait ce qu'il fallait pour rendre cette idée possible et faire en sorte qu'elle puisse réussir. Cela lui avait prit énormément de son temps. Pourtant, elle n'avait jamais eu autant d'énergie depuis qu'elle s'était trouvée sur l'île que pour rendre ce projet réalisable. Ni la faim, ni la soif, ne pouvait l'empêcher de se pencher sur la réalisation de la radio. La jeune femme avait pensé que ses compétences pourraient lui permettre de réussir. A aucun moment, elle n'avait imaginé faire face à un échec. Cela ne lui avait pas traversé l'esprit. En fait, elle avait davantage imaginé les conséquences tragiques qu'elle aurait à subir si elle réussissait son exploit que le simple fait qu'il ne puisse rien se passer du tout. Sora était monté tout en haut de ce phare, se préparant à devoir mourir dans les minutes prochaines et cela n'avait pas eu lieu. Au lieu de cela, elle avait une radio inutilisable et une odeur de grillé. La frustration avait été trop intense. C'était une vraie claque qu'elle recevait. Elle avait été un brin surprise puis agacé comme jamais. L'étudiante avait l'impression d'avoir gâché tant de temps pour rien. Un résultat aussi médiocre… Comment avait-elle fait pour en finir là ? Sora était pourtant certaine qu'elle avait tout fait correctement. Elle avait eu beau y repenser rapidement, elle ne trouvait pas. Alors qu'elle exprimait sa frustration, elle avait finie par se rendre qu'elle n'était pas seule.

Un instant, prise par sa frustration de ne pas avoir réussi, elle avait oublié qu'on n'est jamais vraiment seule sur l'île. Il y a toujours des oreilles pour vous entendre et elle n'avait pas particulièrement été discrète. Pourtant, sa surprise révélait à quel point, elle n'avait pas prévu du tout l'éventualité de croiser quelqu'un. Le nouveau venu lui semblait immense, mais c'était aussi probablement dû au fait qu'elle était plus ou moins pas rassuré. Sa première pensée lorsqu'elle rencontrait quelqu'un sur l'île était d'en avoir peur par principe. Après tout, même s'il y avait quelques bonnes âmes prisonnières comme elle dans un jeu meurtrier qui ne les ressemblaient pas, il y avait aussi ceux qui ne voyaient aucun problème à faire usage de la violence. Face à lui, elle se sentait minuscule. L'étreinte de la peur se distillait en elle, comme une traînée de poudre. Ce qui ne manqua de se manifester physiquement, alors qu'elle écarquillait les yeux. Cela ne fit que s'accentuer lorsqu'elle le vit prendre appuie sur son épaule, en levant son poing armée. Elle avait levé par réflexe son bras libre, comme pour se protéger le visage. C'était probablement vain, mais elle n'avait pas pu s'en empêcher. Le corps réagit parfois avant même que l'esprit ait pu lui donner un ordre clair. Il le fait parce qu'il est programmé pour survivre, malgré tout. Pourtant, le poing n'alla pas s'abattre sur elle, mais sur sa radio qui fit un dernier grésillement comme si elle protestait du sort qu'on lui faisait subir. Sora qui avait rouvert les yeux fermés par peur du geste à venir, ne put que constater cela avec tristesse alors même que l'étudiant lâchait quelques mots. Il finit par la relâcher et envoya valser la radio contre un mur. Sora constata avec impuissance que sa radio ne sort pas indemne de ce mauvais traitement. Pourtant, au lieu de profiter de l'instant pour fuir, elle resta là, hébétée, comme incapable de traiter la scène qui se déroulait devant elle avec la rationalité qui la caractérisait d'habitude. L'individu en profita alors pour éloigner son sac d'elle avec tout ce qui aurait pu lui être utile pour lui faire face, car il était plus que certain que ses intentions n'étaient pas charitables. C'est lorsque son sac heurte le mur qu'elle sembla se réveiller de sa torpeur.

« Mais qu'est-ce que ?! »

Elle tenta de se relever, mais Sora n'en a guère véritablement le temps. Il la plaque au sol et elle avait beau se débattre, elle ne parvient pas à faire grand-chose. Il était beaucoup plus fort qu'elle et il arrive facilement à l'immobiliser. Sora n'était pas une combattante, mais elle avait essayé de se démener du mieux qu'elle le pouvait. Ce n'était pas la première fois qu'elle était en mauvaise posture, mais c'était la première fois qu'elle pensait qu'elle ne pourrait pas s'en sortir. Ce qui était ironique, c'est qu'il y avait quelques minutes à peine, elle était prête à faire face à sa mort. Pourtant, en cet instant, elle voulait tout faire pour l'éviter. C'était le réveil de son instinct de survie. Tout à l'heure, elle était prête à mourir selon son choix, mais en cet instant, elle n'était maîtresse de rien et cela n'avait plus la même connotation. Il l'interrogea soudain sur ce qu'elle pensait faire en utilisant sa radio. Cela la déstabilisa et elle arrêta un instant de se débattre. Est-ce qu'il lui demandait vraiment cela pour comprendre ou bien faisait-il preuve d'une sorte d'humour noire ? Même s'il s'agissait de comprendre ce qu'elle faisait, son attitude ne lui donnait pas du tout cette impression. Il lui faisait sacrément peur, mais pourtant, elle lui répondit avec un certain mépris qu'elle aurait peut-être dû garder pour elle. Surtout que sa situation actuelle ne lui permettait pas vraiment de se sentir en position de force.

« D'après toi ?! J'essayais de faire quelque chose d'autre que d'aller assassiner des étudiants. Ce n'est pas bon pour ma santé mentale et j'ai toujours eu plus d'attrait pour les causes qui semblent perdus que pour l’hémoglobine. »

A peine eut-elle finit de prononcer ces mots qu'elle se traita d'idiote mentalement. Pourquoi avait-elle besoin de faire de l'esprit en cet instant ? Sora avait du mal à se reconnaître en ce moment. Elle partait un peu à la dérive. La peur aurait dû la retenir de dire cela et de faire la maligne alors qu'il n'y avait vraiment pas de raison de le faire. D'ailleurs lorsque l'inconnu reprit la parole ce ne fut pas pour la féliciter de sa raillerie, mais plutôt pour lui faire comprendre qu'elle avait eu de la chance jusque là parce que le poing qu'il avait abattu sur la radio aurait pu être sur elle. La jeune femme eut un frisson glacial qui lui traversa tout le corps. Presque d'instinct, elle voulut lever les bras pour se protéger à nouveau, mais cela ne servait à rien, elle était bien maintenu. Oui, elle n'en était pas passé loin et pourtant, elle avait voulu faire de l'esprit. Soudain, il lui apparaissait que le mot idiot n'était pas assez fort pour la décrire en cet instant. D'habitude, elle était une jeune femme discrète, mais aujourd'hui, elle échouait dans tout ce en quoi elle était douée habituellement. C'était un peu comme si elle avait perdu tous ses moyens. Elle sentit soudain la main de son agresseur remonter sur son cou et se loger sous son collier. Sora se mit à haleter plus rapidement. Ce type ne plaisantait pas lui. Il était probablement le plus effrayant des étudiants qu'elle avait croisés depuis qu'elle était sur l'île. De son autre main, il dégagea le visage de Sora de ses cheveux. Dans ses yeux à elle, il y avait une certaine terreur. Dans ceux de l'homme, elle n'arrivait à rien lire. Elle éait trop prise par sa peur de ce qui pourrait lui arriver. Pourtant, la question qu'il lui pose par la suite balaie un instant cette peur, tellement elle la trouve incongrue. Elle ne comprennait pas pourquoi il l'interrogeait à ce sujet. Dans la position où elle était, elle n'osait pas refaire preuve de sarcasme pour répondre. Idiote une fois, mais pas deux.

« Depuis le 15… Je suis là depuis le 15 juin. » Finit-elle par avouer.

Sora essaya de calmer sa respiration, mais ce n'était pas simple. Probablement parce qu'elle était maintenu au sol et que la main de l'inconnu se trouvait sur son cou, quitte à l'étranger un peu. Ce n'était pas le genre de position confortable ou alors dans d'autres circonstances, mais ce n'était pas le cas présentement. Il fallait qu'elle réfléchisse à une issue. Sora était brillante et elle savait qu'il lui suffisait de se concentrer un instant pour trouver un moyen de se sortir de ce pétrin. Il lui apparut vite qu'il fallait qu'elle l'occupe. Rien de mieux que le faire parler. Elle espérait qu'il se laisserait suffisamment faire pour être un peu distrait. Après, il lui faudrait agir vite en escomptant que l'adrénaline lui servirait.

« Qu'est-ce que cela peut faire ? Pourquoi s'en être pris à la radio alors qu'elle n'est pas une arme ? »

Le deuxième point lui importait plus que le premier. Que pouvait penser ce type de son arrivé ? Ora ne voyait pas l'intérêt de cette information. Par contre, la deuxième lui importait davantage parce qu'elle ne comprenait pas la réaction violente. Au fond, elle espérait juste qu'il parlerait et qu'il finirait par retirer sa main de son cou. Elle se sentait comme une souris prise au piège qui, avec l'énergie du désespoir, essaie encore de croire qu'elle va s'en sortir.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

    Moving forward

           
    And once the storm is over, you won’t remember how you made it through, how you managed to survive. You won’t even be sure, whether the storm is really over. But one thing is certain. When you come out of the storm, you won’t be the same person who walked in. That’s what this storm’s all about.©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : Classe originelle
Nombre de victimes : 19
Coupons : 456
Contenu du sac : .
• Une tenue de rechange
• Un vieil uniforme + sous-vêtements
• Une casquette
• Une écharpe + bonnet
• Un briquet
• Une paire de chaussures de marche
• Une paire de gants de travail
• Un petit plaid
• Une montre à remontage automatique
• Dix analgésiques
• Un bandage et ses agrafes
• Flacon antiseptique format voyage
• Un thermos d'eau fraîche
• Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
• Deux bâtons de viande séchée
• Une carte de l'île avec ses zones
• Une boussole
• Une lampe torche (avec piles)
• Bracelet en paracorde
• 3 grenades lacrymogènes
• Un poing américain couvert de pointes
• Chapelet
• Lentilles bleues et produit à lentilles

Avatar : Luhan (Ex EXO)
Statut RP : Disponible
Pseudo : MyPandaa
Multicomptes : Park Hyun Hee & Kim Yeong Jae

Messages : 1498
Activité RP : 2









   Sam 28 Oct - 16:57



Yuan, bien qu’il ne l’avouerait jamais en cent ans, était moins intéressé par la beauté de la grâce féminine que par la masculinité et la force des hommes. Pourtant, à la voir là, couchée sur le sol, auréolée de ses cheveux en bataille, la peur lui pulsant tellement dans les veines qu’il sentait sa carotide vibrer sous ses doigts et les yeux dilatés de terreur, il la trouvait comme sublimée, superbe, belle, sculpturale. En fait, c’était comme vivre une sorte de coup de foudre, quoi qu’un peu morbide. Il ressentait peut être un peu d’amour à sa façon. Ce n’était pas vraiment ça, c’était plus une frustration qui ressortait mal… C’était peut être sentir son corps tremblant sous le sien, voir la naissance de sa poitrine menue par le col de sa chemise où un bouton avait sauté dans la bagarre…

Hua Feng l’avait vexé, frappé dans son orgueil, sa fierté et pire encore : dans ses sentiments. Ça lui donnait des envies de vengeance et un bref instant Yuan se penche sur Sora, glissant son nez contre ce fameux corsage légèrement découvert, goûtant même du bout de sa langue à la peau fine avant de se redresser, soupirant légèrement. Ça n’évoquait rien de réellement sexuel chez lui. Il se rendait compte que son action était vaine… Mais il en avait eu envie, juste pour voir… L’avoir trouvé si belle lui avait fait croire l’espace d’un instant qu’il pouvait oublié son camarade alors même qu’ils devaient se voir bientôt.

Mais ça sauve probablement la jeune femme d’une gifle tandis qu’elle fait de l’esprit. Elle n’en manquait de toute évidence pas. Il ne répond toutefois pas, se contentant de la toiser alors qu’à la peur qu’il s’en prenne à sa vie se mêlait peut être la peur qu’il s’en prenne à sa virginité, pour peu qu’elle soit intacte. Alors pour lever toute ambiguïté, pour peu qu’elle puisse le croire :

« Je ne vais pas te toucher comme ça. »

Enfin évidemment il l’avait un tout petit peu fait déjà. Disons qu’il ne recommencerait pas alors. Yuan acquiesce en tout cas à la date qu’elle lui donne. Ça faisait presque un mois et demi qu’elle était là donc.

« Et tu es sur cette histoire de radio depuis tout ce temps ? Tu dois être déçue. »

Il avait presque de la peine pour elle. Presque. Parce qu’il n’aimait pas trop l’énergie qu’elle avait mit dans cette situation alternative. D’ailleurs :

« Si tu mettais autant d’ardeur à tuer, tu pourrais sûrement gagner. »

Elle était fragile mais pas faible. Elle était sensée, terre à terre, logique… très humaine dans sa façon de s’affoler, de vouloir se débattre plus ou moins malgré elle… Qu’elle soit encore tout ça après tout ce temps était déjà un signe en soit, non ? Quant à la radio, qui n’émettrait plus quoi que ce soit à présent, Yuan a un mouvement d’épaule.

« Elle va à l’encontre des règles du jeu. Tu le sais déjà non ? »

De sa main libre Yuan vient lui faire tourner légèrement la tête, se tâtant à venir regarder la couleur de son collier, observant la petite zone sur la nuque ou la précieuse information pouvait se trouver sans pour autant aller la chercher pour l’heure.

« Est-ce que tu connais ta couleur ? »

Qu’il pose la question ne signifiait pas qu’il se proposait de la lui donner éventuellement. Mais il discutait, se renseignait… D’ailleurs à ce propos :

« Comment est-ce que tu t’appelles ? »

Aussi bien commencer par un minimum de présentation. Et de fait :

« Je m’appelle Zhao Yuan. Je suis arrivé le 1er juin. »

La classe originale oui… Même si ce n’était pas vraiment sa classe à lui. Ça avait tenu à peu de choses qu’ils arrivent sur la même navette.

« Je ne peux pas te laisser transgresser les règles, normalement. »

Alors il se tâtait encore à la tuer oui…


-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

>> Mes RPs <<




SWEETDREAMS
Sweet dreams are made of this. Who am I to disagree ? I travel the world and the seven seas. Everybody' s looking for something. Some of them want to use you. Some of them want to get used by you. Some of them want to abuse you. Some of them want to be abused.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première Vague
Amour : Aucun

Nombre de victimes : 1
Coupons : 95
Contenu du sac : ➢ Un téléphone portable
➢ Un mini-kit de bricolage (mini tournevis, brucelles, petite rallonge 60cm et petite pince universelle)
➢ Un carnet et son criterium accroché
➢ Un baladeur audio
➢ Un chargeur solaire
➢ Un petit sachet d’élastiques
« presque invisibles »
➢ Un portefeuille avec une photo de ses parents
➢ Un déodorant
➢ Un briquet à son ami d'enfance
➢Un paquet d'allumettes
➢Un paquet de chewing-gum

➢ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
➢ Une carte de l'île avec ses zones
➢ Une boussole
➢ Une lampe torche (avec piles) et une autre cassé (avec piles)

➢ Une faucille
➢ Un rasoir coupe-choux et sa pierre d'affûtage

Avatar : Ahn Sohee (ex Wonder Girl)
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : Atae
Messages : 612
Activité RP : 0









   Sam 11 Nov - 15:24

Y a-t-il un sentiment plus glacé que celui de la peur ? Ce que l'on appelle épouvante ou frayeur ne sont rien d'autres que des degrés différents de peur. Peu importait au fond l'intensité, car il y avait toujours ce sentiment prenant qui donnait l'impression de se retrouver pris dans la glace au plus profond de son être. C'était ce sentiment de froid mordant qui prenait la jeune femme à la gorge. Sora n'arrivait plus à s'en défaire. Tout son être était glacé de peur. C'était la première fois qu'elle était dans le rôle de la victime. Jusqu'à présent, la violence qui avait court sur l'île, elle n'en avait été que témoin. Cette violence elle n'en avait jamais été directement la victime. Oh, il était bien arrivé quelques fois qu'elle fasse face à des situations particulièrement dangereuses qui mettaient sa vie en danger, mais c'était un peu le lot quotidien de tous les étudiants prisonniers sur cette île de malheur. La situation présente était bien différente de toutes celles auxquelles elle avait été confrontée et la nouveauté n'était vraiment pas au goût de l'étudiante. C'était la première fois qu'elle se sentait pétrie d'horreur et qu'elle n'avait aucun moyen de répondant. Certes, elle s'était débattue, mais le résultat n'avait pas été probant. Sora était perdue ! Que faire ? Comment le faire ? Toute cette histoire de radio et de plan B n'avait été qu'un formidable fiasco et les choses ne s'amélioraient pas. Un instant, elle avait cru qu'elle allait perdre sa vie parce qu'elle aurait fait un geste d'une grande noblesse et d'une grande force morale, mais elle n'avait réussi à rien et voilà que la mort se présentait sous le visage d'un autre étudiant. Ce n'était pas du tout ce qu'elle avait imaginé. C'était cela que l'on ressentait lorsqu'on était acculé avec aucun moyen de s'en sortir ? Sora avait déjà dû faire face à des défis, mais sa vie n'était pas en jeu. La sensation était totalement différente, il n'y avait aucun point en commun avec ces expériences précédentes.

Mais ce n'était rien par rapport à ce qu'elle ressentit lorsqu'elle sentit l'étudiant inconnu se pencher vers elle. Son cœur se mit à battre à cent à l'heure et sa vitesse de battement semblait aller en s'augmentant. Il manqua un de ces battements lorsqu'elle sentit la pointe de sa langue sur sa peau. Elle eut un haut le coeur qu'elle eut beaucoup de mal à réprimer. Les événements ne se déroulaient pas du tout comme elle l'aurait pu imaginer. Elle n'avait vu aucun autres étudiants joués avec leurs victimes… surtout de cette manière. Il se releva soudain alors même qu'elle se tendait dans l'attente de la suite. Sora entendit distinctement son léger soupir. Il semblait résonner comme un chœur de mille voix dans sa tête. Ce soupir ne faisait rien pour calmer les battements de son coeur qui étaient repartis de plus belle ! Dans ces moments-là, il peut être normal de perdre un peu la tête et de faire des choses qu'on ne ferait pas en temps normal. Sora n'échappait pas à la règle. On peut très bien être quelqu'un de brillant, cela ne prévaut pas de faire des actes complètement stupides ou de dire quelque chose qu'on aurait mieux de garder pour soi. C'est ce qui fit Sora avant de se traiter d'idiote mentalement. C'est le problème quand on a tendance à se protéger des autres par le sarcasme. On oublie parfois de faire preuve de prudence. Même si Sora avait des circonstances atténuantes au vue de la situation, ce n'était pas vraiment le bon moment. Pourtant, d'une certaine façon cela prouvait qu'elle n'était pas entièrement figée par la peur. Il y avait encore un peu de cette flamme au fond d'elle. Pourtant, la peur était toujours présente. Seul l'effet glacial semblait s'être un peu atténué. Sora ne pouvait cependant se départir de l'effroi qu'il s'en prenne à elle de manière sexuelle autant que physique. Bien que Sora n'est jamais perdu sa virginité, elle n'était pas pour autant innocente. C'est juste qu'elle n'avait jamais franchi la dernière étape. Il n'y avait pas eu les bonnes conditions. Quelle tristesse cela serait-il de le perdre là maintenant avant de mourir ? Un frisson de peur la traversa.

Sur ce point-là pourtant, elle fut rapidement rassurée par son agresseur. Il ne comptait pas s'en prendre à elle de cette manière là. Malgré tout, cela n'excluait pas qu'il lui fasse du mal. C'est à ce moment-là qu'elle lui révéla depuis quand elle était sur l'île à sa demande. Même si sa demande semblait incongru dans la situation présente, elle n'avait pas souhaité réintégrer son trait d'esprit. Sora ne faisait jamais la même erreur deux fois… du moins elle essayait. L'étudiante avait vite compris combien il était important de mettre à profit les expériences passées pour progresser. Son interlocuteur continuait à l'interroger sur la radio, lui demandant si cela faisait aussi longtemps qu'elle travaillait dessus et qu'elle devait être déçue du résultat. La jeune femme pouvait ajouter la perplexité de tout ce qui se passait à la peur. Il faut dire qu'elle était toujours à la merci du jeune homme et qu'il l'interrogeait comme si de rien n'était. C'est vrai que le fait d'avoir échoué n'était pas réjouissant. Bien sûr, il y avait de la déception, mais ce n'était pas cela qui allait l'arrêter. Un échec n'est pas une fin en soi. Il permet de réfléchir autrement à un problème et de trouver la solution adéquate. L'être humain apprend en tâtonnant. Personne ne peut vraiment réussir du premier coup à chaque fois. Il faut parfois bien plus d'un essai pour terminer sur un succès. Certes, elle avait été horriblement frustrée lorsqu'elle s'était rendue compte que rien n'avait marché. C'était aussi parce qu'elle était dans une situation inconfortable sur cette île. C'était dur pour la jeune femme que de réussir à dépasser son environnement. Rien ici ne permettait de se consacrer à l'étude ou à la réflexion. Dans cet état de fait, il était facile de se tromper et d'échouer. Tout était fait pour les mettre dans un climat de suspicion et d'effroi permanent. Elle avait faim et n'avait pas dormi correctement depuis le séjour à l'hôpital. Ces facteurs pouvaient aisément expliquer pourquoi son projet avait échoué. Mais comment l'expliquer à l'étudiant. Il n'était clairement pas de ceux qui croyaient en une situation alternative à celle proposée par l'organisation. Pourtant, Sora se garda de rétorquer et préféra la prudence.

« Je mentirais si je disais que je ne suis pas déçue. J'ai le goût du travail bien fait. L'idée de la radio est récente. Les radioamateurs ont déjà prouvé que la transmission et les liens radios peuvent être à la portée de n'importe qui avec un peu de travail. Faire un DX en QRP n'est pas une opération simple, c'est normal d'échouer…. »

Sora s'interrompit. A quoi cela servait-il d'expliquer tout cela ?! Elle doutait que cela puisse avoir un quelconque intérêt pour l'étudiant et mieux valait garder pour elle les détails techniques. Elle pouvait très bien avoir affaire à quelqu'un qui maîtrisait très bien cela et dans ce cas-là mieux valait garder quelques secrets pour elle, si elle parvenait à se sortir de cette situation. Peut-être qu'il finirait par être distrait et dans ces cas-là, elle comptait bien le pousser et courir le plus loin possible de lui ! Sora était déjà en train d'échafauder toutes sortes de portes de sorties. La peur était toujours là, mais elle parvenait un peu à calmer son coeur. L'inconnu lui affirma que si elle mettait autant d'ardeur à tuer, elle pourrait gagner. Cette pensée lui faisait horreur. Elle avait promis ! Elle ne tuerait point si elle n'avait pas besoin de se défendre. Elle avait déjà le sang d'un étudiant sur les mains et elle ne pouvait dormir sans revoir son visage sans vie dans ses cauchemars. Cette image la poursuivait à jamais. La grimace qu'elle eut sur le visage ne pouvait qu'être une réponse suffisante à ce qu'elle pensait de cette affirmation. Il rappela aussi que c'était contre les règles que ce qu'elle avait essayé de faire. Nul besoin de le lui redire. Elle était bien au courant. Il lui attrapa le visage et lui fit légèrement tourner. Sora essayea de se dégager et plongea ses yeux dans les siens. Un reste de folie continuait à substituer en elle.

« Je le sais bien ! Est-ce que s'ils te demandent de te jeter du haut de ce phare tu vas le faire ? Le châtiment est toujours la mort, autant que je décide moi-même de comment je veux qu'elle arrive. Un type a un jour dit : La règle d'or, c'est qu'il n'y a pas de règles d'or. Ils disent que la vie humaine des autres étudiants n'est pas importante et ce n'est rien d'autre qu'une règle. Puisqu'il n'y a pas de règle, la leur ne fonctionne pas non plus. »

Oui, Sora était une femme de conviction et ses convictions lui donnaient la force de surpasser les épreuves, même si tout n'était pas toujours aussi rose ou simple. Au départ, elle avait cherché un moyen de rentrer tout en restant en vie. Elle croyait pouvoir retourner chez elle et changer les choses de l'intérieur, mais elle avait vite compris combien cette pensée était risible. Les chances pour qu'elle rentre chez elle était proche de zéro. Le seul moyen était de s'astreindre aux règles et la principale c'était que l'on pouvait rentrer chez soi, si on avait assassiné toutes les personnes qui ne portaient pas la même couleur que la sienne sur leurs fichus colliers. Comme s'il lisait dans son esprit, le jeune homme lui demanda si elle connaissait sa couleur. Sora fronça les sourcils. Sa couleur, elle ne la connaissait toujours pas. Elle se souvenait d'avoir eu cette conversation avec Jayden. Elle n'aurait pas imaginé que ce serait la dernière fois qu'elle le verrait. Pourtant, elle restait honnêteté avec elle-même. L'étudiante refusait de savoir sa couleur. Elle ne voulait pas juger de ses alliés simplement parce qu'ils avaient la même couleur qu'elle. Si ce type avait la même couleur de qu'elle, elle n'en voudrait pas comme allié. Il était trop effrayant et il transpirait la force brute capable de violence. Non, c'était mieux de rester ignorante. Parfois, c'est la meilleure solution. Pourtant, était-ce une bonne chose de le lui révéler. Il en savait déjà assez sur elle.

« Qu'est-ce que ça change ? Tu comptes m’épargner si nous avons la même couleur ? » Lui demanda Sora, estimant qu'une réponse sous forme de question lui permettrait d'éviter de répondre.

Enfin, il finit par la surprendre en lui demandant son nom. Sora resta un instant sans voix. Elle ne comprenait plus ce qui se passait. De toute manière, elle n'avait jamais réussi à s'habituer à ce genre de demande abrupte dans le contexte particulier de l'île. Min Su répondrait qu'elle n'avait jamais été une as des relations sociales. Ce qui n'était pas faux. Elle avait bien envie de l'envoyer bouler, mais elle se rappela qu'elle devait l'occuper assez pour qu'il soit distrait et qu'elle puisse s'échapper. Sora consentit alors à lui répondre.

« Je suis Sora, Song Sora. »

La surprise ne la quitta pas quand il lui donna son nom et le moment où il était arrivé. Elle pouvait mettre un nom sur son visage. Cependant, l'information vraiment importante c'était la date de son arrivée. Sora savait qu'elle faisait partie de la première vague, mais lui était arrivé avant… Ce qui voulait dire qu'il était de la fameuse classe originelle. Sora avait fini par croire que les étudiants de cette classe étaenit une sorte de mythe créé pour faire peur aux nouveaux arrivés. Elle avait eu du mal à croire en leur existence, mais si Zhao Yuan était arrivé le premier juin alors cela voulait dire qu'il était l'un d'entre eux et qu'ils étaient bien réels. Enfin, peut-être qu'il les avait déjà tous supprimés… ou qu'il se moquait d'elle. La jeune femme ne savait plus comment démêler le vrai du faux. Elle préféra jouer la curiosité. C'était sa carte favorite après tout.

« Vraiment ? Je croyais que la classe originelle était une chimère. Un truc qu'ils auraient inventé pour nous faire davantage peur. »

Avec toutes ces surprises, Sora avait un peu repris du poil de la bête, mais toute cette confiance récupérée, s'éteignit comme neige au soleil, quand il reprit la parole pour lui dire qu'il ne pouvait lui laisser transgresser les règles. Cependant, elle nota le normalement et décida de le reprendre avant qu'il ne lui vienne à nouveau en tête de lui faire du mal. C'était quelqu'un qui ne perdait pas de vue son objectif. Elle s'en rendait bien compte.

« Pourquoi ne peux-tu pas me laisser transgresser les règles ? Ce n'est pas toi qui les as écrites. Tu n'es pas non plus tenus de les faire respecter. C'est ton choix personnel ou bien alors c'est que tu estimes que tu n'as pas de réflexion personnelle à émettre et que tu considères que l'obéissance est la seule réponse. » Commença la jeune femme, mais elle n'était pas certaine que cela soit le bon angle d'approche, alors elle se concentra davantage sur la dernière partie de sa réponse. « Que veux-tu dire par normalement ? »

Sora espérait que cela voulait dire qu'elle n'allait pas perdre la vie de sa main. Elle se sentait particulièrement épuisée par cette rencontre. Le choc des réactions et des émotions la vidaient littéralement de ses forces.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

    Moving forward

           
    And once the storm is over, you won’t remember how you made it through, how you managed to survive. You won’t even be sure, whether the storm is really over. But one thing is certain. When you come out of the storm, you won’t be the same person who walked in. That’s what this storm’s all about.©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : Classe originelle
Nombre de victimes : 19
Coupons : 456
Contenu du sac : .
• Une tenue de rechange
• Un vieil uniforme + sous-vêtements
• Une casquette
• Une écharpe + bonnet
• Un briquet
• Une paire de chaussures de marche
• Une paire de gants de travail
• Un petit plaid
• Une montre à remontage automatique
• Dix analgésiques
• Un bandage et ses agrafes
• Flacon antiseptique format voyage
• Un thermos d'eau fraîche
• Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
• Deux bâtons de viande séchée
• Une carte de l'île avec ses zones
• Une boussole
• Une lampe torche (avec piles)
• Bracelet en paracorde
• 3 grenades lacrymogènes
• Un poing américain couvert de pointes
• Chapelet
• Lentilles bleues et produit à lentilles

Avatar : Luhan (Ex EXO)
Statut RP : Disponible
Pseudo : MyPandaa
Multicomptes : Park Hyun Hee & Kim Yeong Jae

Messages : 1498
Activité RP : 2









   Sam 18 Nov - 11:17



Il y avait tant d’émotion, dans ces jolies prunelles sombres… Tant de questions qui se bousculaient… Et Yuan n’était décidément pas assez bon dans ce domaine pour les comprendre toutes. Pas avec une simple expression faciale en tout cas. Mais la jeune fille semblait empreinte d’une peur si forte qu’il se demandait presque si elle craignait plus qu’il plonge une lame quelconque dans son joli corps ou tout son être entre ses cuisses rondes. Il n’avait pas spécialement prévu ni l’un ni l’autre… Mais il se garderait bien de le dire, surtout que concernant la première des deux rien n’était encore officiel, pas même dans sa tête.

La voilà qui disserte sur son projet… Et Yuan n’y entend pas grand-chose. Contrairement à elle il n’avait que très peu été sur les bancs de l’école et certainement pas pour de hautes études. Le B-A-BA comme on dit. Le reste de son temps était utilisé à un entraînement et une éducation militaire qui ne faisait, à son avis, pas de lui quelqu’un de moins bien qu’elle. Chacun ses atouts… Même si ça ne faisait pas plaisir d’être prit à se faire dire un truc qui ne faisait aucun sens pour nous !

En tout cas elle semblait avoir des idées très arrêtées et, d’une certaine façon, le coeur à la bonne place. Son désire de ne pas tuer, le haut-le-cœur qui semblait se prendre d’elle, amenant ce même coeur au bord de ces lèvres, c’était un témoignage assez frappant de son idéologie avant même qu’elle ouvre la bouche. Sora semblait scandalisée, choquée… Peut être même qu’elle allait se mettre à pleurer rageusement de n’être pas comprise si la conversation se poursuivait.

La suite est un verbiage pseudo philosophique aux oreilles de Yuan. Bien moins intéressant que le reste.

« Le fait qu’il n’y ai pas de règle d’or ne signifie pas qu’il n’y ait pas de règle du tout. Juste qu'il n'y a pas de règle par dessus les autres règles. »

Et d’ailleurs après un moment, Yuan demande :

« Est-ce qu’un homme peut réellement décider tout seul de dire qu’il n’y en a pas de règles et mériter que tu ne crois qu’à ça ? »

Lui ne croyait pas à un monde sans règle et de facto le discours certes joli de l’étudiante ne pouvait pas heurter ses propres convictions. Et puis même, si elle voulait tellement se casser la tête :

« Si tu décides qu’aucune règle ne fonctionne, est-ce que ce n’est pas imposer une règle en soit ? »

La question qui suit est intéressante toutefois. Pas parce qu’elle concernait les couleurs en elles-mêmes… Mais parce que Sora savait déjà qu’une couleur similaire de collier ne lui assurait pas la vie sauve. C’était le concept de la trahison sur cette île. Ou de l’ignorance, au choix. Et ça prouvait que quoi qu’elle dise elle s’adaptait, petit à petit. Pouvait-elle assuré que ça n’irait pas jusqu’à adopter le concept de meurtres par équipe ? En tout cas :

« Non. Si ton collier est de la même couleur que moi, ça te met dans une position très dangereuse au contraire. »

Yuan jouait selon ses règles et elles étaient différentes de celle des autres joueurs. De fait, un fin sourire passant subrepticement sur ses lèvres, il convient :

« Tu vois finalement il y a plusieurs règles. »

Mais lui n’essayait pas d’imposer les siennes à la jeune femme ! Quant à la classe originelle, c’était un raisonnement intelligent et ça aurait pu être la vérité. Sauf que non, il l’avait vu de ses propres yeux.

« Non, ce n’en est pas une. Il y a bien une classe toute entière. Enfin... »

Elle ne l’était plus à présent. Bon nombre d’entre eux étaient déjà passés de vie à trépas. Et plus le temps passait, plus la chance des survivants de cette classe de terminale s’amoindrissaient. Parce que psychologiquement autant que physiquement : ce jeu était dur.

En revanche, Sora essai de monnayer un peu son droit à la transgression des règles et Yuan a presque de la peine pour elle alors qu’il se doit de rétablir une vérité :

« Je ne les ai pas écrite mais je me dois de les faire respecter. »

Parce qu’elles reflétaient des valeurs, des causes, des buts… Et qu’il croyait fermement en chacun d’eux. Un jour sa volonté vacillerait, un jour le doute viendrait, sûrement… Mais pas encore. Pas aujourd’hui en tout cas.

« C’est mon choix personnel. Et je te conseil d’arrêter d’insulter à demi le type qui est assit sur ton abdomen, si je peux me permettre. Ce n’est pas parce que les gens ne pensent pas tous comme toi qu’ils sont dans l’erreur. Peut être que c’est toi qui te trompe. Tu es très intelligente de toute évidence mais on est toujours le con de quelqu’un d’autre. »

Elle qui aimait les « quelqu’un à dit que... » ! Quant à ce normalement… Avec détachement il répond à la question qu’elle venait de poser, avec espoir ou crainte :

« Ça veut dire que je devrais te tuer. »


-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

>> Mes RPs <<




SWEETDREAMS
Sweet dreams are made of this. Who am I to disagree ? I travel the world and the seven seas. Everybody' s looking for something. Some of them want to use you. Some of them want to get used by you. Some of them want to abuse you. Some of them want to be abused.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Vous me recevez ? | ft. Zhao Yuan

Page 1 sur 1