AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



FERMETURE DU FORUM





 

 Yuan, l'imposteur feat. Seo Amadeus







avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Amour : Le seul autre loup de cette île...

Nombre de victimes : 16
Coupons : 597
Contenu du sac : .
Son smartphone + écouteurs
Trois paquets de Mild Seven
Une paire de lunettes
Un hoodie
Un pantalon d'uniforme de rechange
La moitié d'un paquet de chewing-gums (pamplemousse)
Un foulard de femme
Une trousse de voyage rose (1 gel anti-bactérien, 1 brosse à dent, 1 petit kit d'entretien à lentilles cornéennes, 1 mini pot vide, une pince à épiler)
Une bible


Un zippo
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Une petite boîte de pansements adhésifs (18)
Une carte de l’île
Une lampe torche avec piles
25 allumettes
Contenant de 25ml d'essence à briquet
Un plaid


Deux petites bouteilles d’eau
Vitamines (25 comprimés)
Pot de café instantané (à moitié vide)


Couteau en céramique
Un revolver avec 4 balles dans son chargeur

Avatar : Wu Kris
Statut RP : Indisponible
Pseudo : LaMarquise
Messages : 2894
Activité RP : 5









   Dim 1 Oct - 19:49


Le 26 juillet 2017 || 2h17
Le pub
Le garde-manger

Pour Hua Feng, se trouver dans le pub cette nuit était très ironique. En partie parce que c’était ici qu’il s’était inquiété pour Yuan pour la toute première fois, ce qu’il n’avait finalement plus arrêté de faire depuis, presque, pour la simple et bonne raison qu’il était d’abord tombé gravement malade, puis qu’ils avaient pris des chemins séparés. Mais ça l’était aussi parce que Hua Feng avait presque l’air d’avoir bu un peu trop d’alcool, ce soir… ce qui n’était pas le cas, forcément. Son état présent, il le devait davantage à une bonne bataille en règles plutôt qu’à un abus d’alcool. Ils avaient été quatre à lui tomber dessus. Et cette fois, le Chinois n’avait rien vu venir. L’attaque avait été orchestrée d’une main de maître et bien qu’ils lui aient semblés plutôt jeunes de prime abord, ils avaient parfaitement l’air de savoir ce qu’ils faisaient. La lutte avait été chaude et si Hua Feng avait pu tous les terrassés, c’est parce qu’ils avaient eu beau le suivre pendant quelques heures sûrement, ils n’avaient pas vu qu’il était armé. Son précieux couteau l’avait sauvé. Incroyable qu’il ait acquis cette arme par le plus pur des hasard…

Ils avaient toutefois eu le temps de l’amocher un peu. Des griffures toutes féminines décoraient à présent ses avant-bras, lesquels auraient besoin d’être désinfecté. Un peu de sang maculait une de sa lèvre inférieure, la faute à une coupure à ce niveau suite à un coup de poing qui lui avait aussi bleuit une partie de la joue. Un coup dans le ventre allait laisser une bonne douleur et un bleu quelques jours, sans aucune doute, bien que ses abdos aient heureusement prévenus le pire. Mais la blessure la plus critique, c’était sa tête. Une pierre… près d’une tempe. Il sentait le sang se figer dans les mèches courtes de sa sombre chevelure. Ce dernier lui avait coulé sur le côté droit du visage et maculait le haut de son t-shirt. La conséquence directe ? Une petite commotion cérébrale. Lui-même s’en rendait compte. Il se sentait un peu nauséeux, avait du mal à faire le point, sa vision s’embrouillant d’un rien. Ses pas étaient indécis, tremblants. Et surtout, il délirait. À quel moment exactement l’avait-il remarqué ? Il ne savait pas. Peut-être quand il avait mis les pieds dans le pub en appelant Yuan…

Mais l’idée même de délire s’évanoui d’un coup, alors qu’il passe dans le grand placard qui servait de garde-manger. Il avait cru que c’était la cuisine, mais la confusion avait guidé ses pas jusque-là. Et si elle s’accroît, c’est parce que soudainement, Yuan se tient bel et bien devant lui ! Hua Feng sent sa respiration s’accélérer. Quand exactement avait-il réalisé qu’il avait des sentiments pour le beau militaire aux traits délicats et à la poigne d’acier ? Peu importait, en réalité. Parce qu’il était là, juste devant lui. Le Chinois atteint le jeune homme en deux secondes pas plus. Il le prend dans ses bras, le souffle court. Épuisé autant psychologiquement que mentalement, ça ne lui prend pas beaucoup de volonté pour chasser de ses pensées le fait qu’il trouve que Yuan est bien plus court qu’il ne l’était. Dans la pénombre, il ne voyait qu’un regard de biche, sentait à présent la douceur de sa peau alors que ses larges mains glissaient sous la chemise d’étudiant…

« Yuan… », murmure l’homme, perdu, confus, presque vulnérable. Il en avait le cœur qui battait la chamade. Il ne voulait plus jamais laisser filer son loup alpha rien qu’à lui… Un alpha qui serait néanmoins implorant sous ses coups de reins dans l’intimité. Qu’il ferait siens lorsque personne ne regarderait dans leur direction… « Je l’ai laissé partir. Ce n’était pas comme toi. Je suis désolé… Pardonne-moi… Il n’était rien du tout… »

Il délirait encore. Des mots qu’au naturel, il ne prononcerait pas. Pas de cette façon-là, en tout cas. Il se penche, ses lèvres glissant contre la nuque du jeune homme qu’il avait forcé à se retourner. D’un mouvement brusque des hanches, il le pousse contre le mur pour le maintenir entre sa silhouette et ce dernier. Il sentait déjà la lave envahir ses reins, le faire frissonner de la tête aux pieds.

« Je le tuerai si tu me le demandes… »

Le tuer. Hyun Hee. C’était là une promesse qu’il n’aurait pas fait de lui-même s’il avait été dans son état normal non plus. Mais, ce que Hua Feng ne savait pas, c’est que sous ses mains chaudes, contre ses reins bouillants, les formes qui épousaient son corps étaient trop menues pour être celles de Yuan. Le minois, trop jeune. Son esprit malade, blessé, cherchait à se raccrocher à ce qui était le plus réconfortant pour lui.

Ce que Hua Feng ne savait pas, c’est qu’il allait mourir ce soir.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

THE SURVIVOR


« La vérité, c’est que quelques uns étaient déjà des monstres avant de venir ici [...] Puis, il y a des gens comme moi. Des gens qui ont déjà tués avant d’être envoyé sur cette île damnée… » © FRIMELDA


No one knows what it's like to LOVE the WOLF:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité

avatar








   Jeu 12 Oct - 10:52


Cette nuit, la faim et l’ennui avaient eu raison de ses décisions. Amadeus écoutait rarement son ventre, mais il ne perdait pas de vue qu’un estomac affamé pouvait considérablement amenuiser ses chances au combat et, plus encore, celles de victoires. Honnêtement, tout cela était une plaie. Chez lui, rivé derrière ses écrans plasma, il avait toujours haït ces conditions handicapantes : les besoins. Soif, sommeil, faim... Tant de contraintes qui le mettaient de fort charmante humeur. Les jeux avaient au moins eu le mérite de lui apprendre cet aspect qui était bien loin d’être une partie de plaisir. Enfin. La réalité, semblable sur beaucoup de principes théoriques, était cependant nettement moins sympathique. Chaque crampe qui agitait ses entrailles déclenchait un tic nerveux à la commissure de ses lèvres enfantines. Parfois, il venait même à se dire qu’il aurait dû emporter plus de provisions avec lui. C’était pourtant un aspect qu’il avait, à tort, négligé. Aspect qui le poussait, à cet instant même, à farfouiller le modique garde-manger de ce pub qui ne lui offrait visiblement rien de prometteur. D’un regard sceptique, ses yeux de félins détaillaient avec attention les étagères, allant de déception en déception. Evidemment, il n’était pas le seul à avoir eu une telle idée ; les étudiants des alentours devaient certainement faire la même chose que lui de façon régulière. Et il ne croyait pas si bien dire.
Il eut un bruit à l’entrée de la minuscule pièce. Amadeus se tourna vers l’origine du bruit dans un sursaut, tous poils hérissés. Quel idiot ! Pourquoi n’avait-il pas pensé à être plus vigilant ?! La faim lui faisait définitivement tourner la tête. Mais alors qu’il se tenait dans une position de défense, sur ses gardes, prêt à jouer la pauvre biche effarouchée s’il le fallait, un homme fit brusquement son apparition dans le garde-manger. Amadeus se tut. Il le regardait sans vraiment comprendre. Pas franchement effrayé, surtout intrigué. Par sa taille, son allure étrange, forte, mais paradoxalement brisée. Il distinguait à peine les traits de son visage. Il avait cependant l'air injustement beau. Mais l'air infiniment perdu. Triste, peut-être. Et il resta ainsi, quelques secondes à le contempler, presque fasciné malgré lui. La logique des choses aurait voulu le voir fuir. Lui ne marchait cependant pas selon ce régime. Quelque chose lui soufflait qu’il n’était, pour le moment, pas en danger de mort. Il le lisait dans les yeux étrangement clairs de son vis-à-vis, brillant d’un éclat qu’il ne connaissait pas. D’un bref coup d’œil, il vit des tâches sombres teinter le coin de ses tempes. Il était blessé, légèrement. C’était toujours une bonne nouvelle.
L'homme arriva à son niveau avec une rapidité folle, l'enlaça. L'adolescent se figea sur place, surpris avant tout autre chose. Ce n'était pas tous les jours qu'un tel spécimen vous tombait dans les bras ! Ses petits sourcils se froncèrent néanmoins alors qu'il sentait ses mains brûlantes glisser sous sa chemise. Il frissonna. Un peu. Puis il l'entendit appeler un nom d'une voix faible. Douloureuse. Et il comprit, réalisa la situation avec une limpidité effarante. L'autre étudiant se trompait sur son compte, son identité. Il semblait voir en lui un certain Yuan. Nom qui ne le parlait absolument pas. Ami ? ...amant ? Il penchait étonnamment pour la seconde hypothèse. Ou pas. Il l'écouta parler, sentit un sourire perfide étirer ses lèvres rosées. Le sourire malicieux d'un chat. Cet étudiant délirait totalement. Il ne savait trop ce qu'il y avait entre lui et cette personne mais son fond tordu brûlait de donner la réplique. C’était risqué. Mauvais. Il aurait très bien pu dire à cette personne –il aurait dû- qu’il faisait erreur. Mais il n’en avait pas envie. Son corps d'enfant vibrait sous ces gestes brutaux. Il ne sut trop comment, il se retrouva plaqué au mur, coincé entre ce dernier et le corps brûlant de l’autre jeune homme. Si Amadeus avait été correctement constitué, il se serait débattu. Se serait enfui bien loin d’ici.
Il étouffa un petit gémissement lorsqu’il sentit ses lèvres dans son cou. Ce Yuan, définitivement, ne ferait pas être quelqu’un d’anodin pour l’autre. C’était peut-être le moment de profiter de cet indéniable instant de faiblesse. « Pourquoi est-ce que je te pardonnerais ? » Les mots étaient durs, froids. Il avait veillé à donner cet effet. L’adolescent prononçait, non sans une certaine jubilation, ce qui lui venait sur le bout des lèvres. Il ne savait strictement rien de la situation. Mais l’autre étudiant était blessé, affaibli. Il agissait d’instinct quant à savoir ce qui pouvait le renforcer dans cette douleur. « Ce ne sont pas des paroles qui excuseront tout ... » murmura-t-il d’une voix calme alors qu’il gardait les yeux rivés contre le mur, brûlant néanmoins de voir encore une fois l’expression de son interlocuteur. Un sourire carnassier étira largement les commissures de ses lèvres délicates. « Prouve moi que tu es sincère » Amadeus jouait avec le feu. Il le savait. Mais tout cela était terriblement excitant pour qu'il s'arrête.
Revenir en haut Aller en bas






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Amour : Le seul autre loup de cette île...

Nombre de victimes : 16
Coupons : 597
Contenu du sac : .
Son smartphone + écouteurs
Trois paquets de Mild Seven
Une paire de lunettes
Un hoodie
Un pantalon d'uniforme de rechange
La moitié d'un paquet de chewing-gums (pamplemousse)
Un foulard de femme
Une trousse de voyage rose (1 gel anti-bactérien, 1 brosse à dent, 1 petit kit d'entretien à lentilles cornéennes, 1 mini pot vide, une pince à épiler)
Une bible


Un zippo
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Une petite boîte de pansements adhésifs (18)
Une carte de l’île
Une lampe torche avec piles
25 allumettes
Contenant de 25ml d'essence à briquet
Un plaid


Deux petites bouteilles d’eau
Vitamines (25 comprimés)
Pot de café instantané (à moitié vide)


Couteau en céramique
Un revolver avec 4 balles dans son chargeur

Avatar : Wu Kris
Statut RP : Indisponible
Pseudo : LaMarquise
Messages : 2894
Activité RP : 5









   Jeu 26 Oct - 7:01

Il y a quelque chose qui ne collait pas. Quelque chose de faux. Peut-être est-ce dans la voix, plus aigüe que celle de son compagnon. Mais ce n’est pas assez pour faire décrocher Hua Feng. Le faire décrocher de l’état d’esprit dans lequel il était. Les mots à eux seuls auraient pourtant dû lui mettre la puce à l’oreille. Ils parlaient coréen. C’était ridicule. Depuis quand Yuan et lui utilisaient-ils, entre eux, une autre langue que le chinois ? Son esprit était malade. Malade de Yuan, au point de ne pas vouloir voir la réalité en pleine face. C’est pire, parce que mine de rien, il se fait encourager. On le pousse à en faire plus, dans l’ombre oppressante du placard à nourriture. Un placard… Ça lui rappelait Hyun Hee. Ses angles et ses courbes. Celles pour lesquelles il avait damné ce qu’il ressentait pour un autre homme. L’homme qu’il pensait avoir entre ses bras depuis qu’il l’avait plaqué contre un mur étroit. Homme. Étroit…

Des mots qui semblent vides, sans fond, ni surface. Et pourtant, ils sont probablement les plus importants, présentement. Ses mains parcourent un corps étroit. Pas d’homme, non. Certes, Yuan était fin, presque féminin sous certains angles. Mais il avait été façonné par le sport, l’entraînement, le karv maga, le parkour. Celui qu’il avait sous ses doigts tremblants était… différent. Trop petit, trop… immature. Ça n’en prend pas plus à Hua Feng pour relâcher vivement le garçon, comme s’il l’avait brûlé. C’était un peu le cas. Mentalement. D’ailleurs, alors qu’il recule, percutant douloureusement une étagère, il réalise que son regard s’est adapté à la lueur blafarde de la lune et il le voit… Un gamin. Rien qu’un gamin. Il en a un haut-le-cœur et s’il ne vomi pas, la réaction est néanmoins physique et visible. Il se dégoûtait plus que tout présentement… Et la commotion n’aidait guère, il fallait l’admettre. Il se sentait nauséeux.

« Qui… Qui es-tu…? », murmure l’homme, à bout de souffle sans avoir fait le moindre effort. Il réalisait bien que son état n’allait pas en s’améliorant. Mais il avait un peu de mal à comprendre ce qui lui arrivait très exactement, encore. Il aurait besoin d’un peu d’aide pour ça. Il était toutefois assez lucide pour comprendre qu’elle ne viendrait pas d’un type qui avait essayé de le pousser à… à quoi, au juste ? Il préférait ne pas mettre de mots dessus, surtout vu l’âge que devait avoir ce gosse… « Qu’est-ce que tu fous ?! »

Il prend une grande inspiration. Autour de lui, ça tourne heureusement un peu moins. Peut-être qu’il allait pouvoir s’en tirer, finalement. Suffisait d’agir avec grande prudence et… Il verrait. Il ne pouvait guère prévoir, présentement. Son regard s’assombrit, ses sourcils épais se froncent, donnant un air plus sévère à son visage déjà dur.

« Je ne sais pas à quoi tu joues, mais je ne suis pas comme ça… ! », grogne soudainement Hua Feng. Il ne savait plus trop s’il se défendait de pédophilie ou d’homosexualité. Sûrement plus le premier que le dernier, même si au final il ne complexait pas vraiment sur sa bisexualité. Disons juste qu’il aimait bien que certaines choses restent rien qu’à lui. « J’ai cru que tu étais quelqu’un d’autre. »

Maintenant, ça semblait clair qu’il se défendait par rapport à l’âge du garçon.

« T’as quel âge ? », demande-t-il, presque sauvagement. Il y avait un truc étrange chez cet adolescent. Quelque chose de pas net. Il n’était pas certain que dans son état, être pris dans un placard avec lui soit la meilleure des choses… « Je te ferai pas mal, sauf si tu essaies de faire un truc stupide. Auquel cas, je n’aurai pas le choix. C’est clair…? »

Au moins ce petit contretemps lui remettait de l’ordre dans les idées. Hua Feng avait l’impression d’avoir l’esprit plus clair. À savoir maintenant pour combien de temps…

Hors Jeu:
 

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

THE SURVIVOR


« La vérité, c’est que quelques uns étaient déjà des monstres avant de venir ici [...] Puis, il y a des gens comme moi. Des gens qui ont déjà tués avant d’être envoyé sur cette île damnée… » © FRIMELDA


No one knows what it's like to LOVE the WOLF:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité

avatar








   Dim 12 Nov - 0:27


Les caresses sur son corps s’arrêtèrent, trop rapidement à son goût. « Démasqué » pensa-t-il en claquant la langue d’une façon quelque peu irritée. Le jeu s’arrêtait visiblement plus vite que prévu, ce qui n’était franchement pas pour lui plaire. La réaction de l’étudiant était d’ailleurs un peu trop vive : il en fut presque vexé. Et cette espèce de haut le cœur qu’il crut deviner...n’était-ce pas un peu excessif ? Il gonfla un peu les joues, à la manière d’un enfant. Eh bien ! On pouvait dire que cet homme changeait d’humeur sacrément vite. En se tournant vers lui, il se massa un peu le bas du dos. C’était que cette position lui avait fait mal, en plus ! « Pas « Yuan », désolé » répondit-il avec un petit air enfantin. Désolé ? Non, il ne l’était pas le moins du monde. Du moins pas en ce qui concernait son mensonge. Ce n’était pas de sa faute si l’autre joueur s’était mépris sur son compte, non ?

Son interlocuteur, bien qu’ayant repris ses esprits, semblait pour le moins chamboulé. Amadeus se découvrit un certain plaisir à le regarder si désemparé. Voir un homme de cet acabit dans un tel désarroi...il était bien forcé d’admettre que cela avait son charme ! C’était précisément dans ce genre de moment qu’il sentait son sadisme revenir à la charge. Mais le ton finit par monter. Le garçon haussa les sourcils. Il n’aimait pas vraiment la façon dont il lui parlait. « Moi ? Je n’ai rien fais. » se défendit-il d’une voix calme, de laquelle perçait néanmoins une pointe moqueuse. « C’est toi qui m’a sauté dessus sans prévenir, pas l’inverse » Il avait raison sur ce point. L’autre s’était bel et bien jeté sur lui sans crier gare, il n’avait pas vraiment pu faire grand chose. Et pour le reste... « J’avais trop peur pour essayer de me dégager... » finit-il par conclure d’une voix fébrile. Amadeus savait parfaitement jouer les faibles créatures lorsque cela pouvait lui donner un certain avantage. Il se mit à croiser les bras contre son torse pour appuyer ce propos, dévisageant l’autre homme de ses grands yeux brillants.

Il ne savait d’ailleurs pas trop de quoi se défendait l’autre, mais l’idée qui germait peu à peu dans son esprit ne lui plaisait pas vraiment. Et lorsque ce dernier lui demanda son âge, il sentit une légère colère tendre les traits de son visage. Qu’essayait-il de sous entendre, lui qui ne devait pas avoir plus de quatre ans de plus que lui ?  « Seo Amadeus, quinze ans » répondit-il le plus tranquillement du monde, faisant de son mieux pour conserver une attitude affable. « Toi ? » De premier abord, le jeune homme lui était apparu comme plutôt plaisant. Maintenant, il l’énervait. S’il détestait quelque chose, c’était définitivement qu’on le regarde de cette manière. Le garçon n’avait beau être qu’un frêle agneau aux yeux de son interlocuteur, celui-ci venait pourtant de faire une erreur. Il ne comptait pas laisser les choses comme cela. D’autant plus que l’étudiant paraissait bien affaibli. L’occasion était trop belle. Amadeus prit une voix un peu plus douce. L’autre joueur était visiblement toujours sur ses gardes. « Je ne vais rien te faire, ne t’en fais pas » lui affirma-t-il dans un sourire. Enfin, il ne promettait rien. « Tu es vraiment pâle...je pense que tu devrais au moins t’asseoir quelques minutes » Il affichait un air faussement inquiet. Amadeus mentait comme il respirait. Il se moquait bien de voir l’autre se rétablir ou non ! Si ce dernier lui tombait une nouvelle fois dans les bras suite à un vertige ou autre, il ne se ferait pas prier pour l’étouffer aimablement. Il avait stupidement manqué sa chance en voulant jouer avec le feu : il ne ferait pas deux fois la même erreur.

Un air espiègle prit néanmoins place sur son visage lorsqu’une idée lui vint en tête. « Dis moi... ce Yuan, la personne avec qui tu m’as confondu...il s’est passé quelque chose avec lui ? » demanda-t-il d’une petite voix. Il avait bien vu que cette personne était au centre du délire qui l’avait pris quelques instants plutôt. « Tu n’arrêtais pas de t’excuser... » Peut-être que rajouter du sel sur la plaie allait faire son effet ? Amadeus voulait revoir son expression brisée, se délecter de sa faiblesse.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Amour : Le seul autre loup de cette île...

Nombre de victimes : 16
Coupons : 597
Contenu du sac : .
Son smartphone + écouteurs
Trois paquets de Mild Seven
Une paire de lunettes
Un hoodie
Un pantalon d'uniforme de rechange
La moitié d'un paquet de chewing-gums (pamplemousse)
Un foulard de femme
Une trousse de voyage rose (1 gel anti-bactérien, 1 brosse à dent, 1 petit kit d'entretien à lentilles cornéennes, 1 mini pot vide, une pince à épiler)
Une bible


Un zippo
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Une petite boîte de pansements adhésifs (18)
Une carte de l’île
Une lampe torche avec piles
25 allumettes
Contenant de 25ml d'essence à briquet
Un plaid


Deux petites bouteilles d’eau
Vitamines (25 comprimés)
Pot de café instantané (à moitié vide)


Couteau en céramique
Un revolver avec 4 balles dans son chargeur

Avatar : Wu Kris
Statut RP : Indisponible
Pseudo : LaMarquise
Messages : 2894
Activité RP : 5









   Lun 20 Nov - 22:56

Hua Feng cligne des paupières quelques fois, cherchant à chasser le brouillard de son regard. Il sentait ses lentilles lui brûler les yeux. Il commençait à craindre une infection s’il les gardait plus longtemps. Les lentilles bleues allaient finir au sol dans très peu de temps si l’impression ne passait pas. Ses lunettes étaient dans son sac. Mais, Hua Feng avait d’autres inquiétudes pour l’heure. Notamment ce singulier garçon qui ne s’était absolument pas défendu de caresses qu’il n’aurait jamais dû avoir pour lui, voire même pas pour Yuan dans l’état. Mais c’était compliqué, toute cette situation les entourant, le volontaire et lui. Et il n’allait pas bien. Il le savait. Les mots « commotion cérébral » battaient en échos incessants dans sa tête. Il savait que c’était le cas. Et pouvait-on vraiment lui reprocher son dégoût de lui-même lorsque soudainement, sous la colère, le garçon a un comportement presque caricatural qui trahit en partie sa jeunesse. Encore une fois. Ça le rendait dingue… Comment avait-il pu croire que c’était Yuan ? Jamais en mille ans le volontaire ne se comporterait ainsi. C’était de l’aegyo à ce stade et ça ne ressemblait guère à Yuan. C’était d’ailleurs un comportement que jamais il n’aurait.

« Arrête de faire ça ! », s’exclame Hua Feng, grimaçant brièvement. « Arrête d’exacerber tes comportements enfantins ! »

C’était encore plus perturbant. Et qu’il arrête de jouer avec lui. Hua Feng était confus, mais pas stupide… Il y avait eu réponse à ses avances. Des réponses nettes qui ne laissaient guère place à l’interprétation.

« Je ne sais pas quel genre d’expérience en la matière tu as… et je ne veux pas savoir ! », s’exclame rapidement Hua Feng, prévenant le coup vu l’étrange créature qu’il avait sous les yeux. Il déglutit avec difficulté, battant à nouveau des paupières, douloureusement cette fois. Autant à cause des yeux secs que de la migraine qui lui vrillait le crâne. « Mais pour ma part je sais quand un corps réagit positivement au miens. Ne te fous pas de ma gueule… »

Mais il avait eu raison. Le garçon au prénom tellement bizarre qu’il ne s’en souvenait plus du tout quelques secondes après lui admet avoir 15 ans. Ça aurait pu être pire. Ou pas ? C’était quoi déjà l’âge limite ? Quinze ans. C’était quinze ans… Concentre-toi, Hua Feng !

« Xiao Hua Feng. », se présente-t-il… mais il a un moment de silence perplexe, se demandant s’il l’avait déjà fait. Il ne savait plus. Ça ne changeait probablement rien, n’est-ce pas ? Au pire il aura deux fois l’information… « J’ai 19 ans. »

Mais au moins, après l’irritation initiale, le garçon semble soudainement revenir à de meilleurs sentiments. Il lui propose même de s’assoir. Hua Feng glisse une main derrière lui. Ce n’est pas très prudent, mais il ouvre la porte sans même regarder derrière lui. Heureusement, il n’y a vraiment personne dans le pub. Il sort finalement du placard. C’était préférable, forcément…

« Ailleurs. Pas dans un espace aussi réduit… », murmure lentement le jeune adulte. Il était nettement à côté de ses pompes, mais pas complètement stupide non plus. Il avait vraiment besoin de s’assoir mais pas aux pieds de l’étranger. En sortant, il en profite pour ajouter dans un murmure : « Excuse-moi. Je suis… confus. Tu ne méritais pas ce traitement. »

De se faire sauter dessus par un animal… Par contre le sujet très délicat « Yuan » est soudainement abordé… et un voile de tristesse passe soudainement devant le regard bleu de l’homme.

« C’est une très longue histoire… », explique-t-il simplement, ce qui ne voulait pas dire grand-chose au final. Mais Hua Feng était comme ça : très peu bavard sur sa personne, voire même carrément dissimulateur. Il prend une petite inspiration. Et le sujet « Yuan » lui faisant forcément penser au fait qu’on n’est pas toujours seul, même sur cette île, il demande : « Tu voyages avec quelqu’un, toi ? Quinze ans, c’est trop jeune pour la classe originelle… Tu es arrivé quand ? »

Il ne savait même pas s’il pourrait retenir toutes ces informations, mais faire parler l’autre semblait être le plus simple dans l’état présent.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

THE SURVIVOR


« La vérité, c’est que quelques uns étaient déjà des monstres avant de venir ici [...] Puis, il y a des gens comme moi. Des gens qui ont déjà tués avant d’être envoyé sur cette île damnée… » © FRIMELDA


No one knows what it's like to LOVE the WOLF:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé









   

Revenir en haut Aller en bas
 

Yuan, l'imposteur feat. Seo Amadeus

Page 1 sur 1