AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



FERMETURE DU FORUM





 

 Savage instincts ft Hakuei







avatar
Vague : #3
Nombre de victimes : 5
Contenu du sac : ✓ Une tenue de rechange
✓ Un t-shirt
✓ Une paire de sous vêtements de rechange
✓ Un plaid
✓ Trousse à maquillage (Rouge à lèvre, mascara, eyeliner, fard à paupière, petit vernis rouge, 10 lingettes démaquillantes)
✓ Trousse de toilette de voyage (mini gel douche, mini shampoing, mini dentifrice, brosse à dent pliable, 5 lingettes déodorantes, une pince à épiler)

✓ Sachet de 5 lanières de viande séchée
✓ 3 petits paquets de viande séchée
✓ Sachet de fruits secs
✓ Des biscuits secs
✓ Une miche de pain
✓ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
✓ Un thermos

✓ Ipod touch + chargeur et écouteur
✓ Une carte de l'île avec ses zones
✓ Une boussole
✓ Une lampe torche (avec piles)
✓ Une paire de talkie-walkie sans piles

✓ Une dose de morphine (seringue scellée)
✓ Un couteau papillon

Avatar : Lee Hi (Hi Suhyun)
Pseudo : Frost
Multicomptes : Bae Se Jin - Baek Jin Hwan

Messages : 101
Activité RP : 1









   Sam 9 Sep - 15:44

Le 17 juillet, 16h53,
A l’église

Déjà deux jours. Et Ye Won a déjà pas mal bougé. Elle a visité une partie de l’île pour aller jusqu’au hameau de pêcheurs. Elle a visité chaque maison jusqu’à tomber sur un autre joueur. Littéralement. Puis, elle a repris sa route le matin même pour aller jusqu’à l’Eglise. Elle a marché tantôt à bon rythme tantôt plus doucement, essayant de repérer de la végétation qu’elle pourrait manger. Elle s’est penchée sur les plantes qu’elle a vues : les herbes, les mauvaises herbes, les différents buissons cherchant des baies, des pissenlits ou d’autres choses qu’elle pourrait manger. Elle a même cherché des plantes aromatiques comme la menthe ou l’eucalyptus dont elle aurait pu aussi se servir pour se soigner. Mais elle n’a pas trouvé grand-chose. Et elle doit bien dire qu’elle n’est pas vraiment enchantée à l’idée de devoir commencer à manger des feuilles de pissenlits… Mais bon, heureusement pour elle, elle a encore de quoi manger. Elle a même trouvé un paquet de biscuits secs dans l’une des cabanes du hameau. Alors elle l’a rangé précieusement. Ça ne sera pas hyper nourrissant mais cela lui donnera l’occasion de tenir un peu plus longtemps. Mais elle aura besoin d’autres aliments. Au moins des fruits ou des légumes. Et un peu de viande ou de poisson. Mais elle sait qu’elle n’aura pas l’équilibre alimentaire qu’elle avait avant lorsqu’elle pesait chaque aliment, qu’elle calculait les calories, régimes de sportive oblige. A défaut d’équilibre alimentaire, Ye Won a profité du paysage. L’île est vraiment jolie, l’océan au loin l’appelle. Elle voudrait rentrer, retrouver son fleuret et sa salle d’entraînement. Mais elle ne peut que le contempler lui et ses courants parfois traitre. Pour rentrer, elle devra le mériter. Mais elle s’en donnera les moyens.

Arrivée à l’église, Ye Won a exploré un peu, en restant prudente. Elle a trouvé une vieille planche probablement venue d’un banc, mais elle doute de la solidité de l’arme improvisé. Elle trouve deux bougies déjà à moitié brûlées qu’elle glisse dans sa poche. Elle prend le temps d’admirer les vitraux que personne n’a encore semblé vouloir profaner. Elle le ferait bien elle, pour récupérer un bout de verre qui serait bien pratique pour égorger les autres joueurs. Mais elle n’ose pas, elle se demande si les organisateurs ne seraient pas prêt à faire exploser son collier au moindre geste en direction des vitraux. Alors, elle recommence son exploration. Elle ne trouve pas grand-chose, si ce n’est quelques miettes de ce qui était surement une espèce de pain étrange. Elle pourrait les prendre et tenter d’attirer des oiseaux ? Mais elle n’en est pas sûre. Comment pourrait-elle bien les attraper puis les cuire ensuite ? Alors elle écarte cette idée et se faufile entre les bancs. Elle est en train de fouiller un autre coin de l’église quand elle entend du bruit dehors. Elle sort alors sans faire de bruit et aperçoit un jeune homme aux cheveux courts. Elle s’approche et abat la planche qui se brise. Comme elle s’en doutait, la planche n’avait aucune solidité et en plus elle n’a pas vraiment frappé avec force la victime de Ye Won. Alors le garçon n’est qu’en partie sonné. Très vite, il se tourne vers la coréenne pour se défendre. Surpris d’être face à une fille, il la détaille. Elle bat des cils histoire de le perturber encore plus puis ferme les poings et frappe. Une première fois du poing droit, une seconde fois du poing gauche, puis elle attrape ses épaules et donne un coup de genou dans l’aine du garçon qui recule en titubant. Elle se redresse et s’apprête à passer à nouveau à l’attaque froidement, quand elle entend du bruit. Elle tourne la tête et aperçoit quelqu’un d’autre qui semble vouloir s’interposer. Elle pince les lèvres et se contente de lui dire : « Écarte toi… »

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-


Superkindness
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité

avatar








   Dim 10 Sep - 1:51


Cela faisait deux jours qu’il tentait de se convaincre que tout allait bien se passer. Deux journées entières qu’il se martelait le crâne de cette idée avec toute la force et l’énergie du désespoir. Il n’y avait pourtant rien à faire. ; en dépit de tous ses efforts, il ne pouvait adhérer à cette idée, tout bonnement stupide. Dès son arrivée ici, il avait manqué de se noyer : sa salvation tenait bien du miracle ! En de telles circonstances, comment pouvait-il penser, ne serait-ce qu’un seul instant, que son séjour ici n’allait pas être une catastrophe ? En toute honnêteté, il ne se donnait même pas une semaine. Quelqu’un comme lui, certainement plus faible que le commun des mortels, n’avait absolument aucune chance. Et pourtant. Il ne pouvait pas se laisser abattre. Hakuei gardait, étrangement, la tête froide. Pour l’instant. Il avait beau ne pas être très confiant quant à sa survie sur l’île, il n’était pas non plus prêt à baisser les bras sans même avoir cherché à se battre. Enfin tout était relatif.  Pour le moment, l’idée de tuer lui était impossible. Cela lui était presque plus terrifiant que le fait de mourir.

Il avait marché un bon petit moment ; le plus loin possible des côtes. Il savait que se rapprocher de l’intérieur des terres n’était pas forcément une idée lumineuse, mais il avait besoin d’effacer le souvenir encore trop présent de la noyade qui avait manqué de l’emporter. Plus il se trouvait près de l’eau et plus il se sentait mal. C’était difficile à expliquer. Presque chimique : instinctif. A croire que son être, son corps-même, savait que les zones aquatiques pouvaient lui être fatales. Et à vrai dire, plus il éliminait de choses « fatales » à sa longue liste, mieux il se portait. Le métisse se doutait bien que le plus gros danger de l’île n’était rien de moins que tous les autres étudiants. Ceci-dit, il ne négligeait pas pour autant les autres facteurs mortels, tels que les accidents et aléas naturels. Mieux valait être prudent. Quand bien même il était un homme, il savait parfaitement qu’il n’était en aucun cas avantagé sur le plan de la force physique : c’était plutôt le contraire. Il ne doutait pas un seul instant du fait que le jeu regorgeait de personnes bien plus puissantes que lui, filles et garçons sans distinction. Il fallait donc espérer de ne pas tomber sur eux. Ou, tout au moins, d’avoir l’occasion de fuir assez vite. L’idée lui déplaisait passablement, mais si c’était la meilleure attitude à adopter...
Marchant sans réel but, il ne tarda pas à s’approcher d’une église : il pouvait la distinguer de loin, avec son clocher reconnaissable et le signe distinctif qu’il portait. Il hésitait presque à s’y rendre. En période de crise, il était étrange de voir à quel point on pouvait ressentir un besoin de spiritualité. Il n’allait pas jusqu’à dire qu’il s’agissait de son cas, mais ne serait-ce que par superstition... Ses pensées furent cependant coupées par un craquement sourd, à quelques mètres de lui seulement. Par réflexe, Hakuei se dissimula derrière le premier bloc de végétation qu’il perçut, tentant d’observer ce qui se tramait non loin de lui, juste sur le perron de la fameuse église. D’un premier coup d’œil, la situation lui apparue clairement. Une fille venait visiblement de fracasser une planche de bois sur la tête d’un garçon ; situation fort sympathique. Il fut tenté de tourner discrètement les talons, feignant de n’avoir rien vu. Ce n’était pas ses problèmes, après tout. Et s’il pouvait éviter d’en avoir... Les cris étouffés qui parvinrent à ses oreilles firent cependant voler en éclat ses bonnes résolutions. Un étudiant était en train de se faire rouer de coups juste sous ses yeux, et lui était trop sensible –trop coupable- pour passer son chemin. Sans même réfléchir, il s’interposa entre eux, empêchant la jeune femme de lui porter un nouveau coup. « Arrête !... » cria-t-il un peu plus faiblement qu’il ne l’aurait voulu, son cœur tambourinant sourdement dans sa poitrine. C’était bien beau, de s’interposer, mais le regard de l’étudiante lui criait qu’il venait de faire une erreur. Elle était étrangement...impassible ? C’était particulièrement déconcertant, pour quelqu’un qui avait frappé à plusieurs reprises une autre personne. Même le ton de sa voix trahissait une neutralité qui l’effrayait. Le Sino-japonais avait comme la désagréable impression qu’elle était loin d’être une tendre. Peut-être avait-il fait une erreur, en fin de compte. Mais c’était plus fort que lui, pour qui la culpabilité était déjà un bien assez lourd fardeau. Il ne voulait pas avoir d’autres morts sur la conscience. « Je... non, je ne m’écarterais pas » parvint-il à articuler sans aucune assurance. Sur le moment, il se sentait incroyablement démuni. Visiblement, elle savait faire parler ses poings. Lui...un peu moins. « Il ne t’a rien fait... » Hakuei tentait de trouver des arguments qui n’avait certainement pas leur place dans le jeu. Il essayait malgré tout, plantant son regard dans le sien avec un air de défi qui ne lui ressemblait pas. Et la beauté féroce qui se dégageait de son opposante n’aidait en rien à lui redonner un semblant de confiance en lui.
Revenir en haut Aller en bas






avatar
Vague : #3
Nombre de victimes : 5
Contenu du sac : ✓ Une tenue de rechange
✓ Un t-shirt
✓ Une paire de sous vêtements de rechange
✓ Un plaid
✓ Trousse à maquillage (Rouge à lèvre, mascara, eyeliner, fard à paupière, petit vernis rouge, 10 lingettes démaquillantes)
✓ Trousse de toilette de voyage (mini gel douche, mini shampoing, mini dentifrice, brosse à dent pliable, 5 lingettes déodorantes, une pince à épiler)

✓ Sachet de 5 lanières de viande séchée
✓ 3 petits paquets de viande séchée
✓ Sachet de fruits secs
✓ Des biscuits secs
✓ Une miche de pain
✓ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
✓ Un thermos

✓ Ipod touch + chargeur et écouteur
✓ Une carte de l'île avec ses zones
✓ Une boussole
✓ Une lampe torche (avec piles)
✓ Une paire de talkie-walkie sans piles

✓ Une dose de morphine (seringue scellée)
✓ Un couteau papillon

Avatar : Lee Hi (Hi Suhyun)
Pseudo : Frost
Multicomptes : Bae Se Jin - Baek Jin Hwan

Messages : 101
Activité RP : 1









   Dim 10 Sep - 21:18


Le 17 juillet, 16h53,
A l’église

Etre une fille de militaire qui a finalement réussi à montrer à son père qu'elle valait plus la peine d'avoir son attention que son frère aîné aura finalement eu quelques avantages. Si de toute évidence Ye Won est une fille qui ne s'encombre pas de certaines morales, elle sait cogner. Au lycée, elle a pu participer à quelques clubs de sports de combats jamais très longtemps mais assez pour connaître quelques mouvements. Dans leur garage, son père lui a appris des mouvements d'auto-défense pour être sure que sa fille serait toujours capable de se protéger et bien sûr, il lui a également appris à porter des coups et à utiliser toute sa force. Enfin, ses heures d'entraînement à l'escrime lui permettent de connaître quelques mouvements d'attaques et de défense au combat au fleuret. Alors elle compte bien jouer des poings ici pour rentrer chez elle. Alors quand quelqu'un s'interpose lui sommant d'arrêter, elle plisse les yeux et pince les lèvres irritée que quelqu'un l'empêche de terminer son œuvre de mort. Même sans arme, elle aurait pu le tuer. L'étrangler avec une clé de bras ou lui fracasser le crâne au sol, encore et encore. Elle serre les poings et lui demande de s'écarter. Mais celui qui lui fait face, bien qu'elle ne soit pas très sure qu'il s'agisse bien d'un garçon ne semble pas vouloir s'exécuter. Bien vite d'ailleurs, il confirme qu'il ne s'écartera pas. Il semble hésitant, et Ye Won en est très satisfaite, il a de toute évidence compris les risques auxquels il s'expose en restant en travers de sa route. Puis, il lui dit qu'il ne lui a rien fait. Ye Won ricane avant de demander : « Tu en es certain ? » elle le regarde d'un regard froid et perçant reprenant : « Qui te dit qu'il n'a pas tenté de me voler ou même pire, de me tuer ? ». Elle le regarde avec aplomb. L’étudiant qu’elle frappait bafouille qu’elle ment, essayant de rassembler son courage mais cela ne semble pas très concluant.

Elle ne sait pas ce qu'il a vu, ou cru voir. Mais elle peut toujours essayer de l'intimider après tout. Puis finalement elle répond : « Il a fait du bruit… » elle darde un regard assassin sur l'étudiant qui a essuyé ses coups juste avant que l'autre fou ne s'interpose puis repose son regard sur lui complétant au cas où il ne l'aurait pas compris : « Ce qui pourrait potentiellement attirer d'autres joueurs, et nous mettre en danger tous les deux ». Oui, si d'autres joueurs viennent, ils pourraient s'en prendre à tous ceux déjà présents sur les lieux pour le jeu et leur voler leur bien. Ye Won le ferait en tout cas, mais elle imagine qu'il l'a déjà compris. Le vent vient agiter un peu ses cheveux, remuant quelques mèches au passage. Elle en replace une derrière son oreille, desserrant le poing au passage puis laisse à nouveau tomber son bras le long de son corps. Elle reprend la parole pour dire : « Maintenant, tu devrais me laisser finir ce que j'ai commencé avant que je ne décide de continuer directement sur toi ». Elle ne voile même pas sa menace. La coréenne n'est pas réputée pour sa patience. S'il continue à vouloir rester entre elle et sa proie, elle commencera par lui en faire passer l'envie. L'autre d'ailleurs, recule de quelques pas, inquiet de voir la jeune femme recommencer à le frapper. Elle se fiche bien de la beauté du lieu, de la majesté de l’église et du fait d’être sur une terre sainte. Ye Won ne croit qu’en elle-même et en ses poings.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-


Superkindness
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité

avatar








   Lun 11 Sep - 21:14


Le regard que l’inconnue lui jeta déclencha de violents frissons le long de son échine. C’était bien la première fois qu’il ressentait un semblant de peur envers une femme. Comme quoi, les choses prenaient une toute autre dimension, sur cette île. Homme ou femme, cela importait peu. Tout le monde était susceptible d’être l’ennemi de tout le monde : c’était bien ce que la situation était en train de lui apprendre. Son petit ricanement lui donna froid dans le dos. Cela présageait les ennuis à plein nez. Et, alors qu’elle lui posait une question, il sentit sa confiance défaillir davantage. S’il en était certain ? Presque. Mais il n’avait pas tout vu ... Il savait quelle mentait mais l’affirmer lui était impossible. Sa bouche devenait sèche, il éprouvait une certaine difficulté à trouver ses mots, réfléchir convenablement. « Je n’ai pas tout vu mais... Je suis sûr que c’est faux. » Dieu, pourquoi essayait-il encore d’être honnête ?! Il aurait pu mentir, dire qu’il avait bel et bien vu toute la scène. Mais Hakuei en avait assez de tous ces mensonges. Il finissait par en être lassé. Dégoûté. Néanmoins, on lui avait souvent répété que dissimuler la vérité pouvait-être une bonne chose, salvatrice. Il n’en savait trop rien.
L’autre étudiant paraissait soulagé. Ce n’était pourtant pas le cas de la jeune femme qui continuait de le fixer avec hargne. Ses yeux noirs l’intimidaient plus qu’il ne l’aurait cru. Jamais, il n’avait vu un regard si dur à son encontre. Il avait connu la folie, la douleur, mais certainement pas ce regard là, assassin. Il ravala sa salive. Le Sino-japonais secoua faiblement la tête, serrant ses petits poings. « Ce n’est pas une raison pour s’en prendre à quelqu’un. » Ce n’était clairement pas une raison, non ! Mais en fallait-il réellement une pour s’en prendre à quelqu’un, ici ? Il connaissait la réponse à cette question ; il voulait cependant se voiler la face encore un peu plus longtemps. Jouer les imbéciles. Il s’obligeait à ne pas baisser les yeux en dépit du malaise qui montait progressivement en lui. « C’est le bruit de la planche qui m’a attiré : et je sais que c’est toi qui a fait ce bruit en la cassant... alors... » Il tentait de gagner du temps. Son regard glissa vers l’autre garçon, le suppliant de partir. Clairement, il n’allait pas aider s’il restait planté ici à les regarder bêtement. Il tremblait toujours mais tenait bon. « ...alors ce serait aussi une raison de s’en prendre à toi. Mais c’est stupide ... » En ce moment, c’était bien son attitude qui était stupide. Si elle exposait les choses sous cet angle, cela montrait, d’une certaine façon, qu’elle réfléchissait de la sorte. Cela l’effrayait. Sur quel genre de personne était-il encore tombé ?...
Et puis tomba la menace, celle-ci n’étant même pas voilée. Ses yeux sombres s’écarquillèrent légèrement sous la peur. Que venait-il de faire ? Il n’était pas un héros, très clairement. S’interposer durant les conflits ne lui ressemblait pas. Et pour quelle raison cherchait-il à le faire, d’ailleurs ? Parce qu’il se reprochait la mort de sa sœur, qu’il n’était jamais parvenu à se pardonner ? Il savait pourtant pertinemment que mourir bêtement pour le premier venu ne parviendrait pas à laver son crime. Ce n’était pas de cette façon qu’il allait rendre hommage à la mémoire de Nozomi. Hakuei le savait, cela le peina plus qu’il ne l’aurait cru. Le mien était d’obtempérer et de s’écarter. Très vite, même. Il baissa un instant les yeux, l’ombre de ses cils faisant tomber un voile songeur dans son regard. Il hésitait. Parce qu’il avait peur. Peur pour lui. Et pourtant ... « Je ne peux pas ... Je ne peux pas te laisser lui faire du mal gratuitement. » Il releva la tête. Tant pis. Il ne pouvait pas laisser quelqu’un se faire battre sous ses yeux de la sorte sans qu’il ne fasse rien. Il espérait juste que l’autre étudiant allait en profiter pour se sauver et partir loin d’ici.
Revenir en haut Aller en bas






avatar
Vague : #3
Nombre de victimes : 5
Contenu du sac : ✓ Une tenue de rechange
✓ Un t-shirt
✓ Une paire de sous vêtements de rechange
✓ Un plaid
✓ Trousse à maquillage (Rouge à lèvre, mascara, eyeliner, fard à paupière, petit vernis rouge, 10 lingettes démaquillantes)
✓ Trousse de toilette de voyage (mini gel douche, mini shampoing, mini dentifrice, brosse à dent pliable, 5 lingettes déodorantes, une pince à épiler)

✓ Sachet de 5 lanières de viande séchée
✓ 3 petits paquets de viande séchée
✓ Sachet de fruits secs
✓ Des biscuits secs
✓ Une miche de pain
✓ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
✓ Un thermos

✓ Ipod touch + chargeur et écouteur
✓ Une carte de l'île avec ses zones
✓ Une boussole
✓ Une lampe torche (avec piles)
✓ Une paire de talkie-walkie sans piles

✓ Une dose de morphine (seringue scellée)
✓ Un couteau papillon

Avatar : Lee Hi (Hi Suhyun)
Pseudo : Frost
Multicomptes : Bae Se Jin - Baek Jin Hwan

Messages : 101
Activité RP : 1









   Mer 13 Sep - 21:40


Le 17 juillet, 16h53,
A l’église

Quelqu’un s’est interposé. A présent, sa victime est inaccessible. Il hésite à se sauver, se sentant surement reconnaissant d’avoir été sauvé par quelqu’un ou trop peureux pour prendre le risque de tourner le dos aux deux autres joueurs. Il lui répond également, semblant plutôt sûr de lui, en réponse, elle a un rictus amusé. Il a vu une partie de la scène de toute évidence, mais parfois tout est une question de conviction, alors elle dit : « Les certitudes ici sont relatives. Peut-être ne m'a-t-il rien fait aujourd'hui. Mais hier était un autre jour ». Elle le regarde simplement, posément, mais toujours aussi virulente. Elle est agacée d’avoir été interrompue, elle aurait bien voulu tabasser ce type à mort. Pas besoin d’arme pour cela, elle aurait cogné. Et ça l’aurait détendu. Mais là, sérieusement, on lui tape sur les nerfs. Vraiment. Elle ne veut pas perdre son temps. Elle pince les lèvres. Son regard passe de l’un à l’autre. Elle les tuerait bien tous les deux juste pour le plaisir. Et elle n’aura aucun regret, très clairement. Ye Won ne fait pas dans le caritatif.

Puis, il reprend la parole pour lui signaler que faire du bruit n’est pas une raison pour s’en prendre à lui. Un instant, elle le regarde comme s’il venait de mars. Un instant, elle se dit qu’ils n’ont pas entendu les mêmes consignes, que celui qui a sauvé l’autre joueur n’a peut-être pas très bien compris le but du jeu. Car oui, pour elle c’est un jeu. Un sport, une compétition. Et Ye Won est une très grande compétitrice. Combative à l’extrême, elle n’abandonne jamais. Elle le regarde et demande : « Tu plaisantes ? Ce n'est pas une raison ? » elle le regarde toujours comme s'il était fou et elle lui reprend : « Ici le silence est ton meilleur allié ». Bien sûr. Bien plus important que de savoir se battre, la discrétion est ce qu’il faut avoir en priorité. Il faut pouvoir se fondre dans le décor, se déplacer sans bruit, sans attirer l’attention. Parce que sinon, il faut pouvoir affronter ceux qu’on a attiré. En l’occurrence, le gamin auquel elle s’en prenait ne savait pas. Elle si. Faire du bruit ne la dérange donc pas vraiment. Elle pourrait même le faire volontairement pour attirer d’autres joueurs. Enfin, elle le fera. Mais pas tout de suite. Là, elle se contentait de tabasser quelqu’un. Juste pour le plaisir.

Finalement, elle concède : « Et oui, c'est vrai j'ai fait du bruit, après tout, il en avait déjà fait » elle sourit en coin, mauvaise « Mais allez-y, faites-vous plaisir, attaquez ». Étrangement, elle a l'impression qu'il ne le fera pas. Qu'ils ne le feront pas. Pourtant, elle aimerait bien qu’ils aient un peu plus de mordant, qu’ils cherchent à se défendre. Mais visiblement, ça ne sera pas le cas. En effet, il finit par dire qu'il ne la laissera pas lui faire du mal sans raison. Le garçon qui protège l’autre joueur semble plutôt gentil, probablement pacifique. Et s’il lève un peu la tête, s’affirmant un peu plus, il n’a quand même pas l’air bien sûr de lui. D’ailleurs, elle carre les épaules, se racle un peu la gorge et s’approche d’un mouvement vif vers lui. Une fois à proximité, elle l’empoigne par le tissu de son vêtement1 et demande : « Tu es sûr de vouloir t’obstiner dans cette voie ? » elle raffermit son étreinte et demande : « Qu’est-ce que ça va t’apporter selon toi de le protéger ? Tu comptes faire ça à chaque fois que tu verras un agneau se faire dévorer par un loup ? Non parce qu’ici, ça arrive plusieurs fois par jour. L’injustice fait partie de nos vies maintenant. A toi de choisir de quel côté tu veux te tenir ». Son regard est toujours aussi mauvais. Encore plus inquiétant maintenant qu’elle est si proche de lui. Elle pourrait bien le mordre, ou faire n’importe quoi. Elle est totalement imprévisible et complètement folle, cela semble avéré.

1. J’ai tenté l’action, si ça ne te convient pas n’hésite pas à me le dire je changerais. Et si Haku veut se dégager, il peut évidemment !

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-


Superkindness
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité

avatar








   Mar 19 Sep - 21:30


Les pensées fusaient à une vitesse folle dans son crâne ; elles étaient en ébullition, formaient un brouhaha inintelligible dont il n’arrivait pas à distinguer la moindre bribe, le moindre mot. Peut-être plus qu’à n’importe quel moment, il avait peur. Non, il était même terrorisé. Qui l’aurait cru. A force d’agir sous ses impulsions, il finissait par se mettre dans des situations tout bonnement périlleuses. Certes, s’affirmer avait toujours était un rêve qu’il n’avait jamais vraiment pu assouvir, jamais pu satisfaire. Enfermé dans l’identité factice de celle qui avait pourtant été une partie de lui-même –et qui, en soit, l’était toujours, le resterait jusqu’à la toute fin, l’ultime finalité- Hakuei n’avait jamais vraiment pu se laisser aller à ses envies, à son instinct. Mais son instinct tendait visiblement vers quelque chose de stérile : il finissait même par se révéler suicidaire. Peut-être était-il simplement aussi faible qu’on le lui avait toujours rabâché. Il voulait se prouver que non. Et pourtant...en agissant de la sorte, il n’avait pas grand espoir de survie. C’était précisément ce à quoi il pensait, son regard affrontant celui de l’autre étudiante, aussi sombre qu’un gouffre sans fond. D’où tenait-elle une telle ardeur ? Il ne comprenait pas. Ne parvenait à le faire. Pouvait-on réellement tuer de sang froid, par volonté, par choix ? C’était improbable. Imaginer le sang tâcher ses mains le révulsait : il l’était encore aujourd’hui, alors que le sang n’avait même pas coulé. Alors que cela n’avait rien été de plus qu’un bête accident –cela aussi, il essayait de s’en convaincre.
Et puis, le rictus qui vint fendre ses lèvres gracieuses le sortit de la transe dans laquelle il était plongé. Il était peut-être le seul à ne pas réfléchir « logiquement », sur cette île. Il ne comprenait pas sa logique, ne comprenait pas le sens des mots qui s’échappaient de sa gorge alors qu’il les entendait pourtant bel et bien. A croire que tuer n’était rien de plus...qu’un moyen de précaution ? Il l’écoutait parler en silence, le visage aussi livide que celui d’un mort. Plus la discussion avançait et plus il avait l’impression de ne pas se trouver dans le même monde qu’elle. Pouvait-on réellement réfléchir de la sorte ? Un frisson de terreur agita ses jambes. L’idée, furtive, qu’il puisse adopter cette même mentalité après plusieurs jours passés sur l’île, passa dans son esprit. Finissait-on par devenir aussi fou ? Ou...l’était-elle avant son arrivée dans le jeu ? Peu importait les réponses, quelque chose lui soufflait qu’il ne voulait pas les entendre. Il ne voulait pas savoir. Et pourtant. Il était confronté à l’horreur, la réalité, qui était là, juste devant ses yeux. Et elle lui souriait cruellement.
Le Sino-japonais secoua bien faiblement la tête, quelques mèches de cheveux sombres venant lui tomber devant les yeux. « Non...je ne veux pas t’attaquer. » souffla-t-il. Comme s’il en avait eu le courage : et plus encore, la force. Il était clair que ce choix aurait été stupide. Et il ne le voulait pas, de toute manière. Hakuei n’eut pas le temps d’esquiver alors qu’elle s’approchait de lui pour venir l’empoigner par le tissu de son vêtement. Il fut confronté à son regard dur. La pression se resserra. Une pensée, plus forte que les autres, le frappa avec certitude. Elle n’était définitivement pas « normale ». Peut-être complètement folle. Il eut un mouvement de recul, ne parvint pas à se dégager de sa poigne. Chaque parcelle de son corps criait sa peur, lui intimant de fuir. Et pourtant, il restait. Stupidement. Sa main bien trop peu virile vint se poser sur le poignet de la demoiselle alors qu’il le serrait de toutes ses forces pour lui faire lâcher prise. « J’en suis certain » grinça-t-il entre ses dents alors qu’il affrontait son regard, le sien se raffermissant un peu plus. C’était tout au moins ce qu’il disait, pour l’instant. « Je ne suis pas d’accord avec les règles de ce jeu, ni cette façon de voir les choses » Il reprit sa respiration, celle-ci s’étouffant à chacun de ses mots dans sa poitrine opprimée. « Nous ne sommes pas obligés de nous massacrer...mais c’est à cause des gens comme toi que l’île finit par devenir un véritable enfer » Il voulait le croire. Sincèrement. Et peut-être que le poids de la culpabilité faisait pencher ses réflexions dans ce sens. Le métisse voulait croire qu’elle était celle qui avait tord. Croire qu’il avait raison. Et qu’il pourrait s’en échapper vivant.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas






avatar
Vague : #3
Nombre de victimes : 5
Contenu du sac : ✓ Une tenue de rechange
✓ Un t-shirt
✓ Une paire de sous vêtements de rechange
✓ Un plaid
✓ Trousse à maquillage (Rouge à lèvre, mascara, eyeliner, fard à paupière, petit vernis rouge, 10 lingettes démaquillantes)
✓ Trousse de toilette de voyage (mini gel douche, mini shampoing, mini dentifrice, brosse à dent pliable, 5 lingettes déodorantes, une pince à épiler)

✓ Sachet de 5 lanières de viande séchée
✓ 3 petits paquets de viande séchée
✓ Sachet de fruits secs
✓ Des biscuits secs
✓ Une miche de pain
✓ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
✓ Un thermos

✓ Ipod touch + chargeur et écouteur
✓ Une carte de l'île avec ses zones
✓ Une boussole
✓ Une lampe torche (avec piles)
✓ Une paire de talkie-walkie sans piles

✓ Une dose de morphine (seringue scellée)
✓ Un couteau papillon

Avatar : Lee Hi (Hi Suhyun)
Pseudo : Frost
Multicomptes : Bae Se Jin - Baek Jin Hwan

Messages : 101
Activité RP : 1









   Lun 25 Sep - 15:46


Le 17 juillet, 16h53,
A l’église

Lorsqu'il lui dit qu'il ne veut pas l'attaquer, Ye Won sourit. Bien sûr qu'il ne le veut pas, il ne le peut certainement pas même. Cependant, elle reste sur ses gardes, ils sont deux et elle est seule. En plus, elle n'est pas armée. Alors qu'eux le sont peut-être. Elle reste donc prudente même si elle est plutôt provocatrice. Elle est moqueuse, provocatrice, cruelle. Oui, Ye Won les trouve bien faibles tous les deux, de ne pas oser se rebeller plus que cela. Ils sont deux et elle est seul, ils pourraient faire tellement de choses s’ils s’en donnaient les moyens. Alors oui, il y a probablement un peu de mépris aussi dans ce sourire. Parce qu’ils sont faibles tous les deux et qu’elle est bien plus forte. Elle fera partie des survivants parce qu’elle l’aura mérité, elle aura arraché sa place. Et si elle doit mourir, elle ne mourra pas sans se battre, elle mourra avec honneur, pas comme ces deux attardés qui lui font face. Les environs sont toujours calmes, fort heureusement. Personne ne semble approcher, ce qui leur laisse un peu de temps encore pour discuter, puisque visiblement, il ne se passera que cela. Le saint père doit être heureux de voir que finalement, personne ne sera tué devant son église. Même si dans les faits, Ye Won se moque bien du bâtiment surement centenaire qui se tient là. Elle ne croit qu’en elle. Et les vieilles pierres du bâtiment, les magnifiques vitraux représentant des moments de la bible ne la feront pas changer d’avis.

Elle l'empoigne ensuite pour le questionner et le menacer aussi, un peu. Il pose sa main sur le poignet de Ye Won et commence à lui parler. Ye Won écoute bien spur, avec beaucoup d'attention. Il semble plutôt calme, mais elle peut lire la peur chez lui. Dans son regard un peu, dans son corps beaucoup. Quant à l'autre garçon, il est mort de trouille mais n'ose pas bouger pour le moment. Lorsqu'il a fini de parler, elle rit. Elle rit simplement. Oui. Parce que c’est drôle, vraiment très drôle. Pitoyablement drôle. De toute évidence, il n’a rien compris. Alors elle le relâche en le repoussant un peu pour lui expliquer : « Tu crois que ce sont les gens comme moi qui transforment l'île en enfer ? » elle appuie ses paroles d’un regard profondément mauvais rempli de haine et de mépris. Elle reprend la parole pour dire : « Comme tu es naïf... ». Elle laisse sa voix traîner un instant, les regardant à tour de rôle avant de reprendre la parole pour demander : « Admettons que personne ne joue le jeu, que nous soyons tous d'accord. Combien de temps crois-tu que l'organisation mettrait à faire exploser les colliers ? Combien temps crois-tu que toi et ton petit discours pacifique tiendraient face à l'explosif qui est vissé à ton cou ? ». A nouveau, elle se tait. Elle les laisse méditer sur sa question. Elle en connaît la réponse. Ils n’ont pas hésité a jeté une poignée de gamins sur une île pour qu’ils s’entretuent, ils ne se laisseront pas attendrir par l’esprit d’équipe. Cela leur fournirait peut-être des données psychologiques intéressantes, mais ils finiraient par déclencher eux-mêmes les hostilités.

Finalement, elle reprend la parole pour dire : « Sache que c'est grâce aux gens comme moi que les petits trouillards comme vous ont une chance de rentrer chez eux s'ils font partie de l'équipe gagnante ». Bien sûr que oui, Ye Won a raison, elle en est convaincue parce que c’est comme ça. C’est le jeu. Et Ye Won est très joueuse. C’est une compétitrice dans l’âme qui n’a aucun scrupule. Elle conclut ses paroles par : « Je vous laisse pour cette fois, mais n'oubliez pas que tôt ou tard vous serez obligés de rentrer dans le  jeu ». Et dans son regard, il ne fait aucun doute que si elle croise à nouveau leur route, elle les tuera. Elle ne leur laissera pas deux fois cette chance insolente. Et bon, sans arme, les tuer tous les deux va être difficile et elle risque de perdre de nombreuses plumes dans la bataille. Il est trop tôt pour cela. Elle se redresse, leur jette un dernier regard puis recule de quelques pas et de décale pour remonter le long de l’église. Un certain temps, elle ne leur tourne pas le dos, leur montrant ainsi qu’elle se méfie quand même suffisamment pour survivre longtemps dans ce jeu satanique. Puis, elle disparaît au détour du bâtiment et s’éloigne au pas de course, s’envolant vers d’autres aventures prometteuses.

Spoiler:
 

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-


Superkindness
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé









   

Revenir en haut Aller en bas
 

Savage instincts ft Hakuei

Page 1 sur 1