AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



FERMETURE DU FORUM





Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
 

 Starless night || Xiao Hua Feng






Invité

avatar








   Lun 28 Aoû - 12:42


21 juillet 2017 || 21h19
Planétarium, salle de projection



Il ne savait même pas pourquoi il s’efforçait encore à parcourir cette île de long en large alors qu’il n’était mû par aucun but. Il ne faisait que longer les côtes tout en évitant soigneusement de trop s’approcher de la mer. Cela lui faisait peur, inévitablement. Il se rappelait de la douloureuse brûlure qui avait éclaté dans ses poumons opprimés et de l’eau salée qui s’était frayée un chemin jusqu’à ses sinus. Il avait manqué de mourir : et ce, de la même façon qu’elle était morte. Cette pensée déclenchait de violents frissons dans sa nuque. Avait-elle entrevu la même horreur que lui, lorsqu’elle l’avait quitté ? Le lac semblait pourtant si calme, ce jour-là... Rien de semblable à la mer déchaînée dans laquelle il avait impitoyablement été poussé. Encore aujourd’hui, il avait du mal à croire que tout s’était effondré de cette manière. Et pourtant...il avait bien vu la petite main, cireuse, dépasser du drap blanc que les secours avaient déployé. Il avait été choqué par la blancheur morbide de ses doigts frêles, l’étrange crispation des phalanges... Hakuei prit une grande inspiration, tenta de se calmer. Y repenser, ressasser le passé de la sorte lui faisait encore bien mal. Il devait arrêter de le faire ; il le savait. Néanmoins, il ressentait cette ombre désagréable planer au dessus de sa tête, présageant quelques malheurs. Peut-être avait-il était maudit. Sûrement. Cela ne faisait même aucun doute ; il payait pour ses crimes.
Mais il était loin de se laisser abattre.

La nuit commençait à tomber, doucement. Il avait encore parcouru un petit bout de chemin avant de tomber sur un étrange bâtiment qu’il n’arrivait pas à nommer. En s’approchant, il parvint à lire quelques inscriptions sur une grande pancarte abimée par le temps et l’usure. Planétarium ? Il n’eut pas à chercher bien longtemps dans sa mémoire pour y retrouver tout un tas de souvenirs. Un planétarium. Que cela faisait longtemps qu’il n’en avait pas vu un !... La première fois qu’il avait mis les pieds dans un tel lieu remontait à son arrivée à Séoul. Sa mère les avait amenés, elle et lui, admirer une projection de la voûte céleste. Leurs yeux d’enfants avaient été ébahis devant tant de merveilles. En y resongeant, il revoyait encore les points lumineux danser dans une myriade de couleurs sur le dôme de la salle obscure. Cela remontait à si loin... A l’époque où les choses commençaient à s’adoucir. Juste avant qu’elles ne viennent à prendre un tout autre virage. Dramatique.
Alors, forcément, il y était entré. Il n’avait pu résister. A la nostalgie, à la sensation qui serrait étrangement son cœur dans sa poitrine. Hakuei savait parfaitement qu’il n’y retrouverait pas ce que ses souvenirs avaient laissé dans sa mémoire. Mais cela valait le coup ; le geste. D’autant plus qu’il ne voulait pas dormir dehors cette nuit. La dureté du sol laissait des bleus violâtres sur ses jambes et ses bras. La délicatesse du jeune homme ne s’arrêtait pas à ses traits ; son corps était, malheureusement, plus fébrile qu’il ne l’aurait voulu. Il dut forcer un peu la poignée pour entrer dans la grande bâtisse. Visiblement, ce lieu n’était pas des plus fréquentés et il se demande, un instant, si cela était aussi le cas pour les autres constructions de l’île. L’idée d’aller au centre, jusqu’aux portes de la ville, le dégoûtait passablement. Il préférait se trouver sur des espaces assez vastes, où les possibilités de fuite étaient nombreuses. Hakuei n’était pas lâche. Simplement prévenant. Et pour le moment, il savait qu’il devait s’abstenir de s’aventurer dans des lieux à risques. Sa jambe droite lui faisait encore un peu mal ; il était dans l’incapacité de s’enfuir rapidement si l’occasion se présentait. Il venait d’ailleurs à réaliser, un peu tard, que s’engouffrer dans les profondeurs du planétarium n’était pas la meilleure idée du siècle. Il tenta cependant de rassurer ses craintes : le lieu était vaste, plongé dans l’obscurité ; les cachettes ne manquaient pas.
Arrivé dans ce qui lui semblait être la salle de projection, il jeta son sac sur l’un des sièges à la moquette déchirée, soupira. S’il voulait se reposer un peu, mieux valait être prudent. Le métisse ne voyait vraissemblablement qu’un seul moyen. Il n’aimait pas l’idée, mais il n’avait pas le choix. Il s’agissait de la seule carte qu’il disposait ici, et il savait à quel point cela pouvait peser dans la balance. En ouvrant son sac, il inspecta le contenu. Cela semblait faire si longtemps qu’il ne s’était pas adonné à cela...et pourtant. Il sortit la longue perruque sombre, sa trousse de maquillage, le reste de ses vêtements. Etrangement, il se sentait honteux. Lorsqu’il revêtait cette apparence, c’était à l’intérieur des murs de l’hôpital. Enfin. Il avait déjà été amené à se travestir de la sorte pour d’autres situations, mais il ne voulait pas vraiment y penser. Il se sentait misérable lorsqu’il le faisait. Une fois qu’il se fut changé en silence, il vint s’installer sur un des sièges, jambes rabattues contre lui. Il voulait se reposer un peu, juste le temps de reprendre des forces. Puis, il s’en irait. Il ferma doucement les yeux, régulant sa respiration ténue. Surtout, ne pas s’endormir totalement...
Revenir en haut Aller en bas






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Amour : Le seul autre loup de cette île...

Nombre de victimes : 16
Coupons : 597
Contenu du sac : .
Son smartphone + écouteurs
Trois paquets de Mild Seven
Une paire de lunettes
Un hoodie
Un pantalon d'uniforme de rechange
La moitié d'un paquet de chewing-gums (pamplemousse)
Un foulard de femme
Une trousse de voyage rose (1 gel anti-bactérien, 1 brosse à dent, 1 petit kit d'entretien à lentilles cornéennes, 1 mini pot vide, une pince à épiler)
Une bible


Un zippo
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Une petite boîte de pansements adhésifs (18)
Une carte de l’île
Une lampe torche avec piles
25 allumettes
Contenant de 25ml d'essence à briquet
Un plaid


Deux petites bouteilles d’eau
Vitamines (25 comprimés)
Pot de café instantané (à moitié vide)


Couteau en céramique
Un revolver avec 4 balles dans son chargeur

Avatar : Wu Kris
Statut RP : Indisponible
Pseudo : LaMarquise
Messages : 2894
Activité RP : 5









   Lun 4 Sep - 3:11

L’impatience. La colère. Elles s’élevaient en lui à la manière d’une haute tour qu’on bâtissait lentement, mais sûrement. Leur base était solide. Trop pour qu’on ne puisse les ébranler. Hua Feng sentait le changement. Il savait que ce n’était pas lui. Mais il savait aussi qu’il était parfois impossible de lutter contre les épreuves que nous amènent la vie et surtout, contre la façon qu’elles avaient de nous changer complètement. Il avait vaincu une fois. Il en était ressorti plus taciturne, mais c’était déjà un trait qui existait chez lui. Il avait désiré mettre un peu de distance entre les gens et lui-même, honteux de ce qu’il avait fait, n’ayant envie d’offrir cette malédiction à personne. Comment caresser avec des mains tachées de sang ? Mais on l’y avait renvoyé. La guerre. Une seconde fois. Et maintenant, il n’avait plus envie de faire d’efforts pour les autres. Ce n’était pas encore une idée profondément ancrée en lui, mais elle aussi se construisait tout doucement, sur des bases solides qui la rendaient encore plus terrifiante.

C’est sur ces pensées peu reluisantes qu’un Hua Feng passablement maussade entre dans le planétarium. Pas innocemment, non. Il avait vu qu’on y avait pénétré avant lui. Une figure frêle, délicate. Des cheveux un peu plus longs que courts, une démarche peu assurée. Peut-être une blessure ? Il ne savait pas. Mais cette petite brebis semblait bien égarée et sans savoir encore comment les choses se goupilleraient, Hua Feng avait décidé d’entrer à sa suite, non sans avoir attendu un certain temps pour ne pas être remarqué sitôt les deux pieds dans le grand bâtiment délabré. Il erre de façon peu systématique… mais pas imprudemment non plus. Il ne se sent pas pressé par le temps. Il serait étonnant que ce joueur soit rentré ici pour en ressortir aussitôt. S’il réussissait à rester silencieux, il pourrait le surprendre même en prenant son temps. Ainsi, la haute silhouette du Chinois se fond dans l’ombre alors qu’il marche lentement dans les couloirs, se guidant au toucher plus qu’à la vue, son regard d’un bleu électrique ne pouvait percer l’obscurité tant elle était épaisse. Mais peu importait… il l’avait déjà dit : il n’était absolument pas pressé.

Il ne savait même pas ce qu’il allait se produire lorsqu’il allait mettre la main sur celui qu’il avait aperçu. Il n’avait jamais chassé une proie ainsi… Il tuait toujours parce qu’on l’attaquait en premier. Ou… qu’on s’approchait en premier… Mais cette fois, il n’a pas le temps de se pencher sur cette réflexion. Parce qu’il débouche soudainement dans la salle de projection principale. Et il le voit. Enfin. Non… Il croit le voir.

« Qu’est-ce que… »

Hua Feng sent son sang ne faire qu’un tour dans ses veines alors que ce simple murmure franchit le seuil de ses lèvres, en chinois. Il a un regard vif par-dessus son épaule, craignant soudainement que le garçon ne l’ait doublé. Mais personne ne s’y trouve. Pour plus de sécurité, il s’adosse avec précautions au mur derrière lui. Puis il attend un instant, son regard ardemment posé sur ce qui était évidemment une jeune femme. Il croyait avoir poursuivi un garçon. C’était l’habillement, la coupe. Ça aurait pu être une fille. Mais pas celle-là. Elle avait de très longs cheveux noirs… Dieu merci, elle ne l’avait pas entendu. Elle dormait. Après un moment qui semble infini, Hua Feng va finalement fermer les portes, silencieusement. Puis, il s’approche du banc que la belle aux bois dormants occupait. Pour la réveiller, il a un sifflement… et n’affiche aucune émotion quand elle bondit. Il attrape néanmoins le sac qu’elle tenait pour le lancer plus loin, histoire de ne pas avoir à s’inquiéter d’une arme potentielle qui pourrait le tuer sans même qu’elle n’ait besoin de talent pour l’utiliser.

Quelques mots en chinois lui échappent. Sa langue natale lui manquait depuis qu’il ne voyageait plus avec Yuan. Pas que ça, mais… Peu importe. Hua Feng répète, de toute façon, cette fois en coréen. C’était la langue commune ici…

« Imprudente. Qu’est-ce que tu croyais ? Tu n’es plus chez toi, princesse… », murmure lentement Hua Feng. Il n’y a pas d’animosité dans sa voix. Ça ne rend pas son ton incroyablement neutre plus rassurant pour autant. Au mieux il semblait vide, ce qui n’était pas tout à fait faux. « Ton nom. Ta date d’arrivée. L’objet que tu as eu dans ton sac. »

Des informations qu’il voulait. Qu’il aurait.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

THE SURVIVOR


« La vérité, c’est que quelques uns étaient déjà des monstres avant de venir ici [...] Puis, il y a des gens comme moi. Des gens qui ont déjà tués avant d’être envoyé sur cette île damnée… » © FRIMELDA


No one knows what it's like to LOVE the WOLF:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité

avatar








   Mar 5 Sep - 4:52


La pénombre ambiante reposait ses yeux fatigués. Il était apaisé, ici, étrangement. Il n’avait plus à réfléchir. Simplement se laisser sombrer et... Un bruit inconnu le réveilla en sursaut. Dans un soubresaut désordonné, tous les muscles de son corps se tendirent. Il n’eut pas le temps de réaliser la situation qu’on lui arracha brutalement son sac des mains, l’envoyant valser à plusieurs mètres de lui. Battant plusieurs fois de ses cils alourdis par le mascara, encore étourdi, il releva les yeux vers l’homme qui se dressait devant lui. Intérieurement, il se maudit avec fureur. Quel idiot avait-il été de s’être endormi !... Lui qui avait simplement voulu se reposer quelque temps... Il payait sa bêtise, inévitablement. Maîtrisant les tremblements qui secouaient ses mains livides, il regarda l’autre étudiant avec une crainte qu’il ne parvenait pas à dissimuler. Il était grand ; bien plus que lui. Et dans l’obscurité, il parvint à capter quelques traits de son visage, durs, et l’étrange couleur de ses yeux clairs. Il semblait impassible : cela l’effraya.
Très vite, les mots tombèrent. Le ton était horriblement neutre. Le Sino-japonais fronça brièvement les sourcils, détectant l’accent du jeune homme. Chinois. Comme lui. Il n’eut cependant pas le temps de s’attarder sur ce fait, de nouvelles questions brisant le silence autour d’eux. Des sueurs froides se firent sentirent dans son dos, alors qu’il soutenait toujours son regard d’une neutralité absolue. Il n’y distinguait rien. C’était certainement ce qui l’inquiétait le plus ; il ne savait même pas sur quel pied danser. Il tenta de réfléchir, les pensées fusant dans son cerveau en pleine ébullition. Il fallait dire quelque chose, répondre. Vite. Mais quoi ? Un mot pouvait certainement tout changer. Il ne pouvait pas faire d’erreurs ; il fallait viser. Mais viser juste.
Sa bouche teintée d’un rose tendre finit par s’ouvrir, sans pour autant murmurer le moindre son. Le joueur le prenait pour une fille. Sous ses fards, Hakuei devait agir en tant que telle. Il tentait de penser, peut-être stupidement, que le jeune homme allait le traiter en conséquent. Mais, plus important encore ... « Liang » Il continuait de le fixer quand bien même il était effrayé. Le métisse était bien décidé à montrer une témérité qu’il n’avait pas réellement. « Liang...Nozomi » finit-il par répondre après un petit silence. Nozomi. Encore une fois, il allait être Nozomi. Il le devait.
Il baissa finalement les yeux au sol, sa frange sombre dissimulant son regard noir. Il ne pouvait pas deviner qu’il était en réalité un homme, si ? D’instinct, sa voix prenait des inflexions plus aiguës, légères. Le déguisement était parfait. Restait encore à savoir si cela pouvait suffire à lui sauver la peau. Il n’avait pas l’impression d’être tombé sur un tendre, dans le genre. Il prit une profonde inspiration, redressa la tête. « Quinze juillet » Il venait de s’exprimer dans sa langue maternelle, guettant les réactions de l’autre. Il savait que cela ne pouvait que l’interpeller. A présent, le ton était donné. A voir s’il s’agissait du bon. Mais maintenant qu’il s’était aventuré sur ce terrain, il ne pouvait plus faire marche arrière. Le jeune homme eu un air un peu perplexe alors qu’il réfléchissait à la dernière question. L’objet dans son sac ?... Parlait-il de ce que les organisateurs y avaient glissé ? S’il n’avait pas été aussi tendu, il en aurait ri. Amèrement. Mais la situation ne s’y prêtait pas. « J’ai reçu une poupée Barbie... » lâcha-t-il après un petit soupir agacé. Une satanée poupée, oui. Si cela était une blague, il la trouvait de bien mauvais goût. Il ferma les yeux un court instant, laissant ce problème de côté. Il avait plutôt intérêt à faire face à l’autre « problème », bien plus conséquent et imposant que cette broutille. Indécis quant à la marche à suivre, il se leva finalement, faisant face à l’autre étudiant qui le dominait de toute sa hauteur. Il ne parvint à ignorer totalement la pointe de jalousie qui vint le piquer. S’il avait pu être aussi masculin que lui... Il souffrait bel et bien d’une injustice sans pareille depuis sa naissance. Ce n’était certainement pas avec sa physionomie chétive qu’il aurait pu inspirer un tant soit peu de respect à autrui. Surtout sur cette île. Et cela, au fond, ne lui laissait pas vraiment de choix : il devait feinter un rôle pour sa survie.
Il croisa les bras contre son torse, signe de sa nervosité. Sous son chemisier de dentelle noire, il se sentit frissonner. Dieu que la situation avait le don de le mettre mal à l’aise... « Et tu es ?... » Il espérait, futilement, que pousser la conversation pouvait lui sauver la peau. L’intonation de sa voix n’était pourtant pas des plus assurée. Il se recula un peu sans pour autant le quitter du regard. Avec la chance qu’il avait, il était quasiment certain qu’il était plus tombé sur un loup que sur un agneau...
Revenir en haut Aller en bas






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Amour : Le seul autre loup de cette île...

Nombre de victimes : 16
Coupons : 597
Contenu du sac : .
Son smartphone + écouteurs
Trois paquets de Mild Seven
Une paire de lunettes
Un hoodie
Un pantalon d'uniforme de rechange
La moitié d'un paquet de chewing-gums (pamplemousse)
Un foulard de femme
Une trousse de voyage rose (1 gel anti-bactérien, 1 brosse à dent, 1 petit kit d'entretien à lentilles cornéennes, 1 mini pot vide, une pince à épiler)
Une bible


Un zippo
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Une petite boîte de pansements adhésifs (18)
Une carte de l’île
Une lampe torche avec piles
25 allumettes
Contenant de 25ml d'essence à briquet
Un plaid


Deux petites bouteilles d’eau
Vitamines (25 comprimés)
Pot de café instantané (à moitié vide)


Couteau en céramique
Un revolver avec 4 balles dans son chargeur

Avatar : Wu Kris
Statut RP : Indisponible
Pseudo : LaMarquise
Messages : 2894
Activité RP : 5









   Lun 18 Sep - 7:23

Liang Nozomi ? Ça ne semblait pas aller très bien ensemble… Encore une métisse, sans aucun doute possible. Ça laisse toutefois l’homme de marbre. Il pensait instinctivement que « Liang » annonçait des origines coréennes. Ce qui n’était visiblement pas le cas… parce que voilà que la jeune femme s’exprime dans sa langue maternelle. Son chinois est parfait et il n’y avait rien que Hua Feng aimait plus que s’exprimer dans cette langue, qui lui permettait plus de libertés face à ce qu’il disait. Il était limité en coréen et son accent était à couper au couteau. Sans même le savoir -ou peut-être qu’elle s’en doutait ?-, Nozomi venait de se mériter quelques points supplémentaires, lesquels n’auraient pu être récupérés d’une autre façon, lui semblait-il. Parce qu’en ce qui le concernait, le fait qu’il soit devant une fille ne changeait pas grand-chose. Hua Feng n’était pas à ça près… Mais ainsi donc, elle était là depuis à peine une semaine. Ça pouvait expliquer certaines choses. Le grain encore délicat de sa peau, l’air plus en forme que la majorité des gens qui erraient ici depuis juin. Tout en se faisant une petite liste mentale, Hua Feng laisse son regard descendre sur la silhouette de la jeune femme.

Puis, il en revient à ses yeux. Le silence n’était pas étranger au Chinois. Il s’y enfermait souvent sans même s’en rendre compte. On le disait taciturne et on n’avait probablement pas tort.

« Quinze juin. », répond néanmoins Hua Feng, son regard bleu planté dans celui d’un noir d’ancre de la nouvelle venue. C’était une façon de menacer. Ça devait transparaître dans son ton. Il était là depuis un mois de plus et il s’en sortait très bien… Il était même très bien portant. Compris ? Sûrement, oui… « Je te crois pour la poupée. On ne peut pas inventer ce genre de truc… C’est presque trop ridicule pour être vrai. »

Indéniablement. Elle avait dû avoir envie de jeter le machin au bout de ses bras. Elle aurait peut-être dû. Ça ne lui servirait même pas à brûler… Un petit sourire étire les lèvres de Hua Feng, sans joie, un brin moqueur. Pas que ça le surprenne toutefois qu’une fois debout, cette fille soit plus petite que lui. Elle était même plutôt grande pour une femme, non ? Mais ils avaient presque vingt centimètres d’écart. Alors combiné aux petits airs qu’elle essayait de se donner, ça l’amusait presque. Hua Feng n’allait toutefois pas la sous-estimer d’emblée. Il n’était pas assez idiot pour ça. Et il avait mieux à faire. D’ailleurs, les présentations devront visiblement se faire dans les deux sens.

« Xiao Hua Feng. », se présente donc l’homme. Cette fois, il ne ressent pas le besoin d’appuyer fortement sur chaque syllabe. Il est évident qu’elle va se souvenir de son nom plus facilement qu’un Coréen ou qu’un Japonais. « Je cherchais un garçon. À peu près ta taille, cheveux sombres mi-longs. Il est entré ici. Il nous observe peut-être à l’heure qu’il est et ça ne me plaît pas. Tu as vu quelqu’un ? Entendu quelque chose ? »

Hua Feng était sans savoir que la personne qu’il cherchait était juste devant lui. Il avait beau ne pas avoir de pitié supplémentaire pour les femmes, il n’en restait pas moins que le déguisement avait peut-être vraiment sauvé la vie de son vis-à-vis. Mais ça, il ne pouvait toujours pas le savoir. Alors il se contente d’attendre la réponse, son air grave ne quittant pas son visage. Il n’entendait pas à rire ces derniers temps. Sa vie avait pris un tournant affreusement frustrant. Ça se répercutait sur son moral… D’ailleurs, parlant de ça…

« Je cherche un autre homme. Il était sur ton bateau… », murmure lentement Hua Feng. Oui. C’était une bonne idée, en fait… « Il est assez grand, le teint mat, les traits durs. Très masculin. À votre arrivée, il a tué deux élèves. Du moins je pense qu’il les a tués. Il leur a fracassé le crâne l’un contre l’autre et ça m’étonnerait qu’il se soit arrêté là… »

Park Tae Hwan, le frère de Hyun Hee. Il avait pris la décision de les réunir. Et de ne pas rester dans le coin pour voir ce que cet homme avait planifié pour lui quand il les retrouverait. Hua Feng savait déjà qu’il voulait très probablement le tuer. Encore une fois, il ignorait beaucoup de choses. Notamment que « Nozomi » était auprès de Tae Hwan lorsque ce dernier avait tué ces deux élèves sur la plage…

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

THE SURVIVOR


« La vérité, c’est que quelques uns étaient déjà des monstres avant de venir ici [...] Puis, il y a des gens comme moi. Des gens qui ont déjà tués avant d’être envoyé sur cette île damnée… » © FRIMELDA


No one knows what it's like to LOVE the WOLF:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité

avatar








   Sam 23 Sep - 22:09


Adopter la langue de son interlocuteur semblait avoir fait mouche. Hakuei n’aurait su dire ce qui pouvait bien passer par la tête de son vis-à-vis en cet instant, mais il nota le très léger changement d’expression de son visage. Bonne ou mauvaise chose ? Il n’en savait rien. Mais il usait de toutes les cartes qu’il avait en main, sans montrer le moindre scrupule. Ce n’était pas de la manipulation ; le jeune homme n’y pensait pas encore. Il fallait simplement s’attirer le maximum de chance possible. Car les yeux clairs que l’autre étudiant posait sur lui n’avaient rien de tendre. Peut-être hésitait-il encore à l’attaquer ou non, il n’en savait rien. La respiration ténue, il soutenait son regard du mieux qu’il le pouvait, se forçant à garder un air impénétrable. La tension était pourtant à son comble.
Il eut un silence que l’autre joueur brisa après un petit moment. Hakuei écarquilla faiblement les yeux. Un mois. Cela faisait déjà plus d’un mois qu’il se trouvait sur cette île sans pour autant en donner l’impression. Clairement, il y distinguait un semblant de menace quine cherchait même pas à être voilé. Cela ne fit que confirmer ce qu’il craignait : il n’était pas tombé sur quelqu’un de son acabit. Loin de là. Lorsqu’il reprit la parole, il baissa piteusement la tête, ne pouvant s’empêcher de nouer ses mains entre elles. C’était ridicule, en effet. Il n’y avait pas d’autre mot que celui-ci. Il ne comprenait pas le sens qu’il y avait derrière la présence de cet objet, si ce n’était un mauvais goût poussé à l’extrême. Il se demandait d’ailleurs pourquoi il n’avait pas encore jeté cette horreur qu’il lui paraissait être d’une ironie folle. Elle ressemblait à celle que Nozomi avait lorsqu’ils étaient enfants : il en était tout autant écœuré qu’attristé. En redressant la tête, il vit son petit sourire. Cela lui déplut passablement.
Puis il se présenta sous le nom du Hua Feng. Le métisse hoche la tête. Ce nom sonnait bien à ses oreilles. Il éprouvait une certaine satisfaction à entre les sonorités de cette langue qui lui était toute particulière. Ce qu’il entendit cependant par la suite le fit pâlir. Le garçon qu’il cherchait...n’était-il pas en train de parler de lui ? Hakuei tenta de dissimuler l’expression de terreur qui passa dans ses yeux sombres. S’il n’avait pas eu l’idée de se changer... Il préféra ne pas y penser. Si cet homme le cherchait, cela ne pouvait être que mauvais signe. Un tremblement agita sa main qu’il ramena contre son torse. « Tu penses qu’il est en train de nous observer ?... » Sa voix flanchait légèrement. Oui, c’était bien le cas. Et il ne l’observait pas de très  loin. Le Sino-japonais priait pour que Hua Feng se méprenne quant à la raison de cette subite nervosité. Il avait beau tenter de la contenir, il se sentait soudainement bien vulnérable. Le déguisement était pourtant parfait, non ?... Hakuei secoua doucement la tête avant de glisser une mèche sombre derrière son oreille. « Je n’ai rien vu, ni entendu... » Et pour cause !...
Heureusement –et à son plus grand soulagement- le sujet changea. Il fronça faiblement les sourcils. Cet homme cherchait beaucoup de monde, à l’écouter. Et, à force de l’écouter, justement, le métisse se sentit une nouvelle fois défaillir. Il savait très –trop-bien de qui il parlait. Tae Hwan. Comment aurait-il pu oublier cette personne ?... Même s’il l’avait voulu, il savait parfaitement que cela lui était impossible. Il lui avait montré qu’il pouvait sauver la vie de quelqu’un et mettre un terme à celle d’un autre sans aucune hésitation et, de surcroît, dans la même foulée. Il ne put s’empêcher d’avoir une grimace alors qu’il repensait à la scène qu’il avait vu. Il baissa les yeux, réfléchit. Devait-il mentir une nouvelle fois ? Il n’en savait rien. Tae Hwan l’effrayait et ce peut-être même plus que le dénommé Hua Feng : il n’avait pas à ce soucier de ce qu’il pouvait lui arriver en fonction de sa réponse. Mais néanmoins...il lui devait la vie. Et c’était quelque chose qu’il ne pouvait pas ignorer totalement.
Il se décida à regarder de nouveau son vis-à-vis, le regard un peu moins hésitant. « Pourquoi est-ce que tu les cherches ? » demanda-t-il après un court instant de réflexion. Répondre à une question par une autre pouvait ne pas être une bonne idée. Non, cela n’en était définitivement pas une. Mais il voulait savoir. Et il espérait bien avoir des réponses.
Revenir en haut Aller en bas






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Amour : Le seul autre loup de cette île...

Nombre de victimes : 16
Coupons : 597
Contenu du sac : .
Son smartphone + écouteurs
Trois paquets de Mild Seven
Une paire de lunettes
Un hoodie
Un pantalon d'uniforme de rechange
La moitié d'un paquet de chewing-gums (pamplemousse)
Un foulard de femme
Une trousse de voyage rose (1 gel anti-bactérien, 1 brosse à dent, 1 petit kit d'entretien à lentilles cornéennes, 1 mini pot vide, une pince à épiler)
Une bible


Un zippo
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Une petite boîte de pansements adhésifs (18)
Une carte de l’île
Une lampe torche avec piles
25 allumettes
Contenant de 25ml d'essence à briquet
Un plaid


Deux petites bouteilles d’eau
Vitamines (25 comprimés)
Pot de café instantané (à moitié vide)


Couteau en céramique
Un revolver avec 4 balles dans son chargeur

Avatar : Wu Kris
Statut RP : Indisponible
Pseudo : LaMarquise
Messages : 2894
Activité RP : 5









   Jeu 28 Sep - 16:40

Il semble à Hua Feng que la peur qui s’installe soudainement chez son interlocutrice est différente de la précédente. Peut-être parce qu’elle s’était légèrement détendue entre le moment où il l’avait trouvée et maintenant. Et qu’à nouveau, une vague de terreur la submergeait à l’évocation d’un autre étudiant dans les parages que ni lui, ni elle n’avaient vu ou entendu. C’était quand même particuliers... D’ailleurs, Hua Feng observe à nouveau les environs, grave, silencieux. Il écoute, aussi... Fais même un signe de la main pour que Nozomi ne se taise. Mais rien d’autre que le silence ne lui répond. Il devait s’être caché loin de cette salle. Si ça se trouvait, il ne savait même pas qu’il n’était pas la seule âme qui vive en ces lieux. Ça l’arrangeait. En partie parce qu’il pourrait le surprendre un peu plus tard si l’envie était encore là. Mais surtout parce que si c’était le cas, ça ne serait pas à leur tour de devenir les proies sans s’en rendre compte... Finalement, Hua Feng en revient à la jeune fille qui semblait réellement perplexe face à cette nouvelle menace qu’elle n’avait pas pris en compte.

« Je ne sais pas. », répond d’abord simplement le Chinois à sa question parce que c’était vrai : il ne savait absolument pas si c’était le cas et ne voulait éliminer aucun possibilité sans preuves. C’était la meilleure façon de se faire descendre. Il fallait avoir de l’assurance. Mais pas au point d’en être stupide non plus. « Si c’est le cas, il n’a pas encore frappé. Alors il n’a probablement pas d’arme de distance ou ne sait pas l’utiliser. Il ne payait vraiment pas de mine, d’après ce que j’ai cru voir. Le genre plus dangereux pour le coeur que pour la vie. Mais qui sait... Il ne faut sous-estimer personne. »

Sous-entendant qu’il semblait plutôt très mignon, ce garçon ! Mais bon, de loin, tout ça... Il pourrait être bien déçu lorsqu’il le verrait de près, si seulement ça arrivait un jour. Bref... peu importe au final. Parce que la suite l’intéresse bien davantage. S’il reste attentif à ce qui l’entoure, Hua Feng accorde néanmoins presque toute son attention à Nozomi, pour le coup. Et il fait bien... parce que à nouveau, son expression change. Et le Chinois n’en manque pas une miette.

« Tu le connais. », déclare-t-il gravement. Il ne voulait pas dire par là qu’il croyait qu’elle le connaissait personnellement. Mais elle l’avait au minimum vu et d’après son air, elle avait peut-être vu la même chose que lui. Il sent son pouls s’accélérer. Avec un peu de chance, ça allait être dans la journée et il allait vraiment pouvoir orienter ses recherches. Retrouver ce type, c’était bien la dernière chose qu’il voulait faire... mais il avait promis. La dernière promesse qu’il ferait à Hyun Hee, sans aucun doute... « Je dois lui rendre... quelque chose qui lui appartient. »

C’était sorti un peu mal. C’est-à-dire qu’il semblait considérer Hyun Hee comme une monnaie s’échange. Mais le jeune homme avait limite été clair à ce sujet... Lui-même semblait presque le croire. C’était désolant. Malsain. Méprisable. Mais Hua Feng avait depuis très longtemps -et pas juste sur cette île !- décidé que les affaires des autres ne le concernaient pas.

« J’ai son frère. Et ils veulent se retrouver. Je compte leur donner ce qu’ils veulent et ne plus jamais croiser leur chemin si possible. Tu devrais en faire de même. », grogne finalement Hua Feng, sa mauvaise humeur presque palpable. Cette histoire avait tapé bien fort dans sa fierté. Mais pas que. C’était dangereux. Ce type était un cinglé. « Tu sais où je peux le trouver ? »

Et après un moment de silence, il ose même demander, sévère :

« Tu sais quelle couleur est son collier ? »

Si ça se trouvait, il conduisait Hyun Hee à l’abattoir... Mais c’est ce qu’il lui avait demandé malgré ses mises en garde. Alors quoi qu’il arrive, il le ferait. Il ne voulait plus prendre part à tout ça. Il voulait Yuan.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

THE SURVIVOR


« La vérité, c’est que quelques uns étaient déjà des monstres avant de venir ici [...] Puis, il y a des gens comme moi. Des gens qui ont déjà tués avant d’être envoyé sur cette île damnée… » © FRIMELDA


No one knows what it's like to LOVE the WOLF:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité

avatar








   Mar 3 Oct - 20:17


Il l’observait toujours avec un semblant de crainte par dessous ses les cils recourbés, le visage blême. Hua Feng lui inspirait une émotion qu’il n’arrivait pas à définir totalement. De la peur ? Peut-être, oui. Ou quelque chose de plus complexe. De plus profond ; difficile à exprimer. Il forçait presque le respect, quelque part, avec cette autorité naturelle qui lui coupait le souffle. C’en était presque effrayant. Sans utiliser de réelles menaces –quand bien même, Hakuei en entendait quelques unes, implicites- il le faisait trembler. Sa respiration devenait un peu plus ténue. S’il découvrait qu’il était en réalité le garçon qu’il avait vu entrer dans le planétarium, un peu plus tôt...il ne voulait même pas y penser. Une voix étrange, sortie de nulle part, lui glissait qu’il n’avait pas la tête de l’homme qui appréciait qu’on se joue de lui d’une telle façon. Et pour cause.
Le métisse tiqua néanmoins intérieurement. Il « ne payait pas de mine » ? En d’autres circonstances, il se serait certainement offusqué avec ce commentaire, plus pour la forme que pour le fond. Clairement, à côté de ce géant, il faisait pâle figure. Mais quand même !... Il se retint cependant de faire le moindre commentaire, opinant de la tête avec un sérieux qu’il feignait à moitié. Ce n’était pas le moment de trahir sa couverture avec ce genre de réaction qui faisaient appel à sa fierté mal placée.
La voix grave de l’homme le fit presque sursauter. Comme il l’avait imaginé, ce sujet semblait des plus sérieux. Il n’aimait pas vraiment ça. Ce Tae Hwan lui causait des soucis même lorsqu’il n’était pas avec lui !... Mais Hakuei avait déjà décidé, malgré lui, des positions qu’il devait prendre. Il n’avait peut-être pas réellement le choix, au fond. Il se mura dans le silence, le regard sombre. Pour le moment, il ne comptait pas lâcher le moindre mot sans obtenir quelques réponses. Dérouté, il ne savait plus véritablement sur quel pied danser : il fallait donc attendre. Analyser, réfléchir. Et réfléchir un peu plus qu’il ne l’avait fait jusqu’à lors. Il arqua un sourcil, peu convaincue par la réponse que lui donnait son vis-à-vis. Lui rendre quelque chose, mais encore ?... Cela sonnait étrangement. Et, peut-être à cause de son air sceptique, l’autre étudiant se décida à expliciter un peu plus. Le Sino-japonais restait toujours autant silencieux, mais il enregistrait avec attention tout ce qu’il entendait. N’avait-il jamais entendu parler de ce frère, déjà ?... Il retint le rire désespéré qui manquait de lui monter à la gorge. Ne pas croiser son chemin ? Il l’aurait bien voulu...s’il l’avait pu ! Mais malheureusement pour lui, les choses ne tournaient jamais dans son sens : cela finissait par devenir une habitude. Il avait comme la certitude qu’il finirait par retomber sur l’autre joueur rouge, qu’il le veuille ou non.
Hakuei finit par se détendre un peu plus, son anxiété pourtant toujours peinte sur son visage. Plus il en apprenait sur la situation et plus il pouvait s’extirper de ce mauvais pas. Il rendait son regard à Hua Feng, ne détournant pas les yeux quand bien même il adoptait une expression sévère. Il y avait peut-être moyen de tirer quelque chose à tout cela, maintenant que les pièces du puzzle s’imbriquaient doucement les unes dans les autres. Il joua un instant avec une longue mèche de cheveux noirs, prenant un air distrait. « Je ne sais pas où le trouver » Sa voix, rendue un peu plus douce, plana un instant dans l’air. Il ne répondait pas à la première affirmation de l’étudiant, celui-ci ayant bien vite tiré ses propres réponses. Hakuei partait à présent du principe que moins il en disait, plus il protégeait sa vie. Il avait une information intéressante, à présent. Cela ne l’obligeait pourtant pas à répondre à la dernière question. Car le métisse connaissait bien sa couleur, oui. Il avait certainement été le premier à la voir. Et il s’agissait de la même que lui. Rouge. Une couleur qui lui inspirait, inexplicablement, un certain dégoût. C’était pourtant « grâce » à elle qu’il avait eu la vie sauve. Ses yeux en amande se plissèrent légèrement alors qu’il réfléchissait quelques instants. Il pouvait toujours essayer de voir, ce qu’il pouvait tirer en lui donnant cette information. Encore une fois, le pari pouvait être risqué... « Que gagnerai-je à te le dire ? » demanda-t-il effrontément sans détourner le regard, ses grands yeux noirs rivés vers les siens. Si le jeune homme avait bien compris une chose –et ce à ses dépends- c’est que tout se monnayait sur cette île.
Revenir en haut Aller en bas






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Amour : Le seul autre loup de cette île...

Nombre de victimes : 16
Coupons : 597
Contenu du sac : .
Son smartphone + écouteurs
Trois paquets de Mild Seven
Une paire de lunettes
Un hoodie
Un pantalon d'uniforme de rechange
La moitié d'un paquet de chewing-gums (pamplemousse)
Un foulard de femme
Une trousse de voyage rose (1 gel anti-bactérien, 1 brosse à dent, 1 petit kit d'entretien à lentilles cornéennes, 1 mini pot vide, une pince à épiler)
Une bible


Un zippo
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Une petite boîte de pansements adhésifs (18)
Une carte de l’île
Une lampe torche avec piles
25 allumettes
Contenant de 25ml d'essence à briquet
Un plaid


Deux petites bouteilles d’eau
Vitamines (25 comprimés)
Pot de café instantané (à moitié vide)


Couteau en céramique
Un revolver avec 4 balles dans son chargeur

Avatar : Wu Kris
Statut RP : Indisponible
Pseudo : LaMarquise
Messages : 2894
Activité RP : 5









   Lun 16 Oct - 2:59

Il n’est pas surprenant que Nozomi ne sache pas où trouver Park Tae Hwan. C’eût été une chance tellement grande… Hua Feng ne croyait pas à la chance. Alors il ne tique pas, mais il est vrai qu’il aurait été bien agréable de réaliser qu’il discutait avec une quelconque alliée de ce type. Sûrement bonne à jeter après usage. N’était-ce pas ce que les psychopathes faisaient ? Hyun Hee lui avait bien dit que son frère avait été diagnostiqué officiellement. C’était à prendre en compte dans tout ce qu’il faisait concernant ce cinglé. Mais Nozomi le savait-elle ? Si elle mentait, elle se mettait dans les problèmes jusqu’au cou. C’était un homme à craindre et il valait mieux ne pas jouer avec lui… De ça, Hua Feng était certain. Avec Hyun Hee, ils avaient commencés à trouver un peu partout des gravures qui venaient immanquablement de Park Tae Hwan. Il avait donc un couteau, lui aussi… On aurait presque dit que Hua Feng avait trouvé sa Némésis en ce psychopathe. Et il n’avait pas l’intention de le lui laisser savoir. Ce genre d’information ne pourrait qu’exciter son esprit malade, n’est-ce pas ? Et cette fille délicate, dans tout ça… Qu’était-elle exactement ? Pourquoi semblait-elle tant savoir de qui il parlait ? Hua Feng a un regard autour de lui, nerveux. Était-il là ? Prêt à bondir au moment le plus opportun ? Lentement, l’homme glisse une main sous sa veste pour en sortir le couteau en céramique qu’il avait trouvé fin juin sur un corps inanimé.

Qu’elle le prenne pour une menace si elle le voulait. Lui, il assurait simplement ses arrières. On ne savait jamais… Elle joue, mais son regard ne revient qu’à elle que quelques secondes pendant lesquels il se fait plus grave. Nouvelle inspection des lieux. Et finalement, les billes bleu électrique en reviennent pour de bon à son interlocutrice.

« La vie. », souffle Hua Feng, presque trop calmement pour ce que ça pouvait bien signifier. « Tu gagnes la vie. Tu l’as déjà perdue au moment où nous parlons… tu ne t’en es juste pas rendu compte. »

Hua Feng n’était pas homme à marchander, Nozomi allait l’apprendre à ses dépens à vouloir trop avoir. Et puisqu’elle n’était pas de sa couleur, il pourrait toujours se convaincre que c’était un meurtre qui servait au jeu… Si seulement il ne voyageait pas avec un joueur rouge et n’en aimait pas un à la pastille mauve, n’est-ce pas ? Mais Hua Feng prend une profonde inspiration. C’était peut-être le bon moment pour demander…

« Tu as rencontré d’autres Chinois, sur cette île ? », demande-t-il soudainement. L’inflexion particulière de son ton aurait prouvé à quiconque était attentif qu’il accordait plus d’importance à ce sujet-là qu’au précédent. C’eût été tellement plus facile et moins enrageant de chercher Park avec Yuan. Le ferait-il avec lui s’il le lui demandait ? Hua Feng tournait en rond depuis qu’ils s’étaient séparés, comme un loup loin de sa louve… « J’en cherche un. Un mètre soixante-dix-huit, fin, des épaules solides, un teint pâle, un regard de biche… Il porte des médailles militaires et s’appelle Zhao Yuan. C’est mon partenaire. Je le cherche aussi. »

Il passait sa vie à chercher des gens. Il aurait bien eu besoin d’un Facebook pour l’île, hein… Connerie de merde !

« Quoi que tu décides, fais gaffe à Park. C’est un psychopathe. », déclare soudainement Hua Feng, revenant brièvement sur le sujet précédent. Qu’elle sache finalement un minimum à qui elle avait affaire… « Et s’il apprend que tu lui as mis des bâtons dans les roues pour retrouver son petit frère, il va t’adorer… »

C’était sarcastique, il va de soi…

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

THE SURVIVOR


« La vérité, c’est que quelques uns étaient déjà des monstres avant de venir ici [...] Puis, il y a des gens comme moi. Des gens qui ont déjà tués avant d’être envoyé sur cette île damnée… » © FRIMELDA


No one knows what it's like to LOVE the WOLF:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité

avatar








   Mar 7 Nov - 18:15


Sa respiration se faisait ténue. Hakuei jouait un jeu auquel il ne pouvait pas gagner : il en avait bien conscience, le savait d’avance. Il n’était pas « comme ça ». Peut-être trop fébrile, trop fragile. Il avait déjà fait les frais de violences gratuites venant de la part d’autres étudiants qui, eux, n’hésitaient pas devant leurs objectifs. Il ne faisait malheureusement pas partie de ceux là. Et lorsqu’il vit Hua Feng sortir un couteau de ses vêtements, il sentit son visage perdre de ses couleurs sous ses quelques couches de fards colorés. Quelle idée avait-il eu, de lui tenir tête ! Il était bien trop maladroit pour parler sur ce ton. Il déglutit avec difficulté, fixant le regard de son interlocuteur qui revint vers lui, l’électrisant de la tête au pied. Les mots ne tardèrent pas à tomber, grave. Une crispation nerveuse agita le coin de ses lèvres délicates. Le message était on ne peut plus clair. Fini de jouer, il ne faisait pas le poids face à cette personne : tous deux le savaient.
Il tordit nerveusement ses mains. Tant pis pour Tae Hwan. Si l’étudiant pouvait se débarrasser de lui d’une quelconque façon, ce n’était peut-être pas plus mal. Il lui faisait si peur !... Mais d’un autre côté... « Rouge. Tae Hwan est rouge » les mots sortirent tous seuls de sa bouche tremblante. « C’est moi qui lui ai donné sa couleur, dès l’instant où on est arrivé sur l’île » Hakuei faisait peut-être une erreur. Il tentait cependant de ne pas y penser. Si son « sauveur » apprenait qu’il avait donné ce genre d’information à quelqu’un d’autre, il ne donnait pas véritablement cher de sa peau. Il fera les yeux. Il n’avait pas le choix : surtout pas dans une telle situation. Hua Feng avait l’air bien plus « stable » que l’autre jeune homme, mais il ne doutait pas un seul instant de sa capacité à le descendre sur place, de sang froid. Pourquoi ne tombait-il que sur des joueurs d’un tel acabit !...
Les questions continuèrent. Croisant les mains contre son torse, le métisse regardait l’autre joueur d’un air tout aussi perplexe que craintif. Combien de personnes cherchait cet homme ?...et pourquoi devait-il se sentir obligé de lui poser un tel interrogatoire ? Hakuei ne se sentait pourtant pas d’humeur à répondre sur ce ton. Il avait bien compris qu’on ne marchandait pas avec lui.  « Non, personne d’autre que toi, pour le moment... » Il se sentait obligé de rajouter cela, peut-être pour se donner la vaine illusion qu’il survivrait assez longtemps pour qu’un tel événement se produise. Il n’y croyait qu’à peine, mais il s’agissait là d’une manière de conjurer le mauvais sort. Le Sino-japonais réfléchit quelques instants alors qu’il écoutait la description qu’on lui faisait du fameux « Yuan ». Il pinça ses lèvres rosées, se retenant à nouveau de commenter. Visiblement, Hua Feng portait une attention toute particulière à son fameux « partenaire ». A se demander la relation qui pouvait bien se cacher derrière cela. Y avait-il réellement des joueurs qui parvenaient à tisser de tels liens au beau milieu de cette pagaille ?... Hakuei n’était plus sûr de rien. Plus le temps passait et plus il se surprenait à perdre foi en leur pseudo humanité. Ici, il n’aurait pas été surprenant de voir des familles s’entretuer pour garder la vie sauve. Il revint cependant à la discussion et fit un signe négatif de la tête. « Je suis désolée, je ne l’ai pas rencontré » répondit-il d’une voix un peu plus détendue.
Le sujet revint vers Tae Hwan. Il n’aimait pas que la discussion revienne vers lui. Il ne put s’empêcher de laisser échapper un petit rire, tout aussi désespéré qu’irrité. « Je l’ai bien remarqué... » grinça-t-il. Oh que oui, il l’avait remarqué !... Hua Feng se faisait sarcastique. Mais il avait pourtant raison, Hakuei avait bien vu que son « sauveur » vouait une obsession à son frère. Il décida de ne pas répondre directement à cela. « Mais toi aussi, tu auras sûrement des problèmes si tu traines avec son frère... » glissa-t-il d’une voix presque compatissante, alors qu’il glissait une longue mèche noire derrière son oreille, braquant sur lui son regard félin.  Croiser la route de Tae Hwan, en soi, était déjà un problème.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Amour : Le seul autre loup de cette île...

Nombre de victimes : 16
Coupons : 597
Contenu du sac : .
Son smartphone + écouteurs
Trois paquets de Mild Seven
Une paire de lunettes
Un hoodie
Un pantalon d'uniforme de rechange
La moitié d'un paquet de chewing-gums (pamplemousse)
Un foulard de femme
Une trousse de voyage rose (1 gel anti-bactérien, 1 brosse à dent, 1 petit kit d'entretien à lentilles cornéennes, 1 mini pot vide, une pince à épiler)
Une bible


Un zippo
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Une petite boîte de pansements adhésifs (18)
Une carte de l’île
Une lampe torche avec piles
25 allumettes
Contenant de 25ml d'essence à briquet
Un plaid


Deux petites bouteilles d’eau
Vitamines (25 comprimés)
Pot de café instantané (à moitié vide)


Couteau en céramique
Un revolver avec 4 balles dans son chargeur

Avatar : Wu Kris
Statut RP : Indisponible
Pseudo : LaMarquise
Messages : 2894
Activité RP : 5









   Mar 14 Nov - 3:52

Une réponse. Enfin. Il aura été obligé de la lui arracher, mais ce n’était pas étonnant. Nozomi avait raison : tout se monnayait dans un tel contexte. Elle aurait été bien folle de ne pas essayer. Mais, elle l’aurait été encore plus d’insister alors que la situation devenait clairement dangereuse. Hua Feng appréciait sa subtile intelligence. Il se demandait si elle serait assez forte pour l’aider à survivre, d’ailleurs. Bref… Park était donc rouge. Un petit soupir de soulagement franchit le seuil des lèvres de Hua Feng. Parce que Hyun Hee était rouge, lui aussi. Alors… peut-être qu’il avait vraiment plus de chances de s’en sortir, ou au moins de rester en vie plus longtemps, s’il retrouvait son frangin.

« Si tu le revois, dis-lui que son frère est rouge. Et qu’il le cherche. », confie finalement Hua Feng, espérant que le message allait être fait correctement. Par contre, l’histoire de la rencontre de Nozomi avec Park le fait légèrement grimacer. « Toute une arrivée sur l’île… »

Il la plaignait presque. Non, en fait, il était vraiment désolé pour elle. Malheureusement, son aide était limitée. Nozomi ne pouvait l’aider pour retrouver Yuan. Hua Feng a un petit soupir, glissant une main dans ses cheveux. Les choses auraient été tellement plus simples en étant encore aux côtés du volontaire… Parfois, il s’en voulait d’apprécier beaucoup trop Hyun Hee pour ne pas le laisser en plan. Il en était bien incapable. Finalement, son regard en revient à la Japonaise, laquelle lui signale que lui aussi risquait d’avoir des ennuis.

« Je le sais. », déclare gravement Hua Feng. Mais il n’avait pas peur. C’était là toute la différence. « Mais j’en ai déjà rencontré, des Park Tae Hwan. Tu ne devrais pas croire qu’il est unique ou meilleur simplement parce que lui-même le croit. Les psychopathes se croient tous spéciaux… et sont très doués pour en convaincre le reste du monde. Joue son jeu. Rencontre-le le moins possible. Ça suffira dans ton cas. Moi… S’il m’attaque, je m’occupe de son cas… »

Et si Park voulait bien continuer à le sous-estimer, ça ne ferait que bien lui servir dans un éventuel combat. Bref… après un nouveau regard autour de lui, le Chinois fait finalement quelques pas pour s’éloigner de la jeune femme. Il lui semblait avoir tiré tout ce qu’il pouvait de cette fille. C’était inespéré… et il allait confier certains de ces renseignements à Hyun Hee tout en en gardant d’autres pour lui-même. C’était encore la meilleure façon de procéder, à son avis. Il ne pouvait plus avoir confiance en lui à 100%.

« Tu devrais quitter cet endroit. On n’est probablement toujours pas seuls. », déclare finalement Hua Feng. Lui, il n’allait plus faire la chasse à ce garçon, finalement… C’était probablement plus sage ainsi. « Merci. Tu m’as aidé. Je m’en souviendrai… »

Hua Feng a un regard pour la jeune femme. Quelque chose sonnait faux chez elle. Il ne savait pas quoi. Mais soudainement, il avait un air un peu méfiant malgré tout…

« Mais ne crois pas que je baisse ma garde pour autant… Nozomi. », ajoute l’homme en signe de mise en garde. Il ne voulait pas qu’elle croit pouvoir lui passer n’importe quoi parce que ce n’était pas le cas. Il se méfiait… « Bonne nuit. »

Sur ce, après un dernier regard autour d’eux pour s’assurer de ne pas être pris en traître, Hua Feng s’élance, sa grande foulée le conduisant rapidement en dehors de la salle de projection. Elle ferait bien ce qu’elle voulait avec ses conseils. Il n’avait pour sa part plus rien à faire ici.

Hors jeu:
 

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

THE SURVIVOR


« La vérité, c’est que quelques uns étaient déjà des monstres avant de venir ici [...] Puis, il y a des gens comme moi. Des gens qui ont déjà tués avant d’être envoyé sur cette île damnée… » © FRIMELDA


No one knows what it's like to LOVE the WOLF:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé









   

Revenir en haut Aller en bas
 

Starless night || Xiao Hua Feng

Page 1 sur 1


Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.