AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



FERMETURE DU FORUM





 

 Yami ikusa | Ft. Izumi






Invité

Anonymous








   Mar 8 Aoû - 18:36

1 juillet 2017 à 3h49
Centre de la bibliothèque.





Déjà le mois de juillet … C’est fou ce que le temps passait à une vitesse folle … Et il était toujours là, vivant et bien portant. Ou presque, son bras était toujours dans son bandage mais grâce aux soins d’Haruto il sentait déjà un léger mieux. D’ici quelques jours cette blessure ne sera que de l’histoire ancienne. En refaisant un peu le point sur ce demi mois il se disait qu’il s’en était pas trop mal sortit pour être encore en vie. Pourtant il en avait entendu des noms de victimes, tous les jours, il aurait de nombreuse fois put être l’un d’entre eux, mais ce n’était pas le cas. Il n’avait pas vraiment de but pour aujourd’hui si ce n’était de continuer ses plans de bataille comme il aimait les appeler, établir des stratégies pour la survie et il n’y avait certainement pas meilleur endroit que la bibliothèque. Il était tôt dans la matinée, le soleil se levait à peine, il devait être aux alentours de trois ou quatre heures du matin. Des horaires parfaite pour aller faire un tour dans le centre-ville qui avait des chances d’être vide de ces heures-ci. Il n’eut aucun mal à trouver le grand édifice qui faisait auparavant office de bibliothèque sur l’île. Il décida de rester prudent en entrant histoire de ne pas faire d’autres mauvaises rencontres, il n’avait aucune envie de se battre aujourd’hui.

Pourtant le destin en avait décidé autrement … A peine le jeune Japonais eut-il dépassé le hall d’entrée qu’une bande était agenouiller au milieu de la pièce principale de l’accueil. Tous tournèrent les yeux direction du Japonais qui resta immobile un instant. Même si la pièce était à demi plongée dans l’obscurité, on y discernait parfaitement les formes des personnes présentes. Comme s’y attendait le Japonais les quatre silhouettes se redressèrent l’air menaçant. Un autre combat allait s’engager contre la volonté du Japonais. Mais si les étudiants avaient décidés de le chercher, dans ce cas-là ils allaient le trouver. Hiro se mit en position de défense repoussant de son pied le premier qui fonça sur lui. Avec l’élan le garçon recula brusquement contre ses autres camarades laissant le temps au joueur bleu de courir en direction de la pièce principale comportant toutes les étagères remplies de livres. Des cachettes à chaque recoin, le blond-brun ne mit pas longtemps à établir la manière dont il allait les tuer en évitant au maximum les dégâts. Il alla se réfugier derrière l’un des rayons en y collant son dos et se fiant aux bruits de pas autour de lui pour déterminé leur position à chacun. Le Japonais avait attrapé une lampe de bureau au passage qui lui servirait d’arme, ou du moins le câble qui y était rattaché. La première fille ne tarda pas à arriver dans le rayon où il était dissimulé. Arrivant derrière elle dans l’ombre il passa le fil électrique de la lampe autour de son cou et l’étrangla de toutes ses forces pour qu’elle ne fasse pas le moindre bruit. Au bout de quelques secondes son corps tomba à terre, sans vie.

Mais en faisant volte-face il s’aperçut qu’un de garçon allait abattre une arme lourde sur son crâne. Hiro l’évita de peu en recommençant sa course parmi les rayons. Une fois dans la ranger opposée de ses poursuivants, il poussa le lourd meuble maintenant les livres à l’aide de son épaule. Les étagères tombèrent sur deux étudiants les tuant sur le coup. Mais ce vacarme avait dût alerter le dernier garçon toujours à sa poursuite. Rapidement il se mit à courir en l’apercevant entre les rayonnages voisins. Mais très vite Hiro se retrouva dans un cul de sac, sans issue pour s’enfuir d’ici. L’autre homme commença à lui asséner des coups de points que le joueur bleu tenta de parer au mieux pour subir le moins de dégâts possible. Sans plus attendre, il prit sa nuque avec force tout en se décalant du mur pour venir y exploser le crâne de l’étudiant contre la paroi de briques. Une tâche de sang marqua l’endroit où avait cogné sa tête avant qu’il ne laisse retomber le corps sans vie de l’étudiant au sol. Le blond-brun était essoufflé de ce combat et regarder le cadavre de l’étudiant en tentant de reprendre son oxygène. Son torse s’élevait et s’abaissait rapidement aux rythmes de sa respiration agitée. Un autre bruit parvint à ses oreilles, et toujours sur ses gardes, le Japonais progressa en direction du son qu’il avait entendu. En appercevant une ombre qui passait, il attrapa la personne par le col et l’accula contre un mur le poing en l’air. Mais le Japonais arrêta tout de suite son geste en voyant qu’il s’agissait d’un visage bien connus.

« Izumi ? Qu’est-ce que tu fais ici ? » Demanda le garçon qui ne l’avait plus revus depuis cette fois au pub … Fois dont il n’avait plus beaucoup de souvenir, l’alcool était venu à bout de lui et quelques autres détails, en dehors de ça il ne se rappelait plus très bien de ce qui s’était passé … « Encore un peu et je t’en mettait une entre le deux yeux. » Il lui fit un sourire amusé avant de le lâcher et de tourner les yeux vers le bordel qu’il avait mis … « Heureusement, c’est pas moi qui range … »
Revenir en haut Aller en bas





Invité

Anonymous








   Dim 13 Aoû - 23:00


Rien de nouveau sous le soleil. Ou la canicule. En dépit des fortes chaleurs, Izumi se portait pour le mieux. Et pour cause. La température ne l’atteignait pas plus que cela, en raison de son épiderme totalement insensible. Peut-être était-il aussi habitué à ce genre de climat qui ne différait pas tant que cela de son pays d’origine. Il supportait bien mieux la chaleur que l’humidité, pour parler franchement, quand bien même l’hiver lui était la plus agréable des saisons. Le Japonais se demandait d’ailleurs quelles seraient les conditions sur l’île une fois le froid arrivé. Il avait comme l’impression que le jeu changerait du tout au tout. Enfin, pour voir cela, il fallait parvenir à survivre jusqu’à ce point. Ce qui restait incertain. Ce niveau de difficulté supplémentaire lui plaisait plus qu’il ne l’aurait fallu. Cela aurait été le meilleur moyen de tester sa pseudo insensibilité. Ressentir ou non, cela n’avait pas d’importance. L’hypothermie venait dans tous les cas. Quelle idée intéressante ~ ! Enfin, cela n’était pas dans ses priorités pour le moment.
En cet instant, Izumi avait une quête de la plus haute importance. Se vouer corps et âme à la bataille qui faisait rage au sein de l’île ? Non ~. Absolument pas ! Le Japonais tenait toujours à son idée d’adopter un serpent ; de l’apprivoiser. Avec toute la faune qu’abritait cet endroit, il était impossible qu’il n’y ait pas un seul reptile. Seulement...il ne savait pas comment s’y prendre. Et à défaut d’avoir de quoi se fournir ce qui ressemblait de près ou de loin à un accès à internet...il allait devoir la jouer « à l’ancienne ». C’était tout au moins ce qu’il avait pensé, stupidement. Ses professeurs, dédaigneux de la nouvelle technologie, lui avaient souvent rabâché qu’à son âge, leurs recherches se faisaient par le biais de lectures. D’aussi loin que remontait ses souvenirs, Izumi n’avait quasiment jamais ouvert un livre, si ce n’était que des albums pour choisir ses tatouages et leurs inspirations. Mais bon. Vu qu’il n’avait pas d’autres alternatives, peut-être était-ce l’occasion de remédier à cela ? L’étudiant restait quelque peu sceptique quant à cela, mais il ne voyait pas meilleure solution pour se renseigner sur ce qu’il désirait. Depuis le temps qu’il rêvait de trouver un compagnon de jeu à Rero ... Ces pensées s’achevèrent donc sur cette décision : il devait se rendre à la bibliothèque. A trois heures du matin ? Pas de soucis.

La nuit n’aidait pas vraiment sa quête. Le Japonais mit un certain temps à reconnaître la bibliothèque des autres bâtiments, plongé dans le noir complet : à son plus grand regret, il n’était pas nyctalope. Pas encore. L’espoir faisait vivre, cependant. Lorsqu’il pénétra dans l’immense bâtisse, un vacarme assourdissant se fit entendre. Il n’était vraisemblablement pas seul. Un air curieux passa sur son visage alors qu’il se glissait entre les rayons emplis de livres, s’enfonçant un peu plus vers le centre de l’endroit. D’après ce qu’il pouvait entendre, cela avait tout l’air d’une course poursuite. Une charmante prémonition lui venait à l’esprit. Un meurtre n’allait pas tarder à arriver. Et il serait aux premières loges pour contempler la scène. Il ne put retenir un long frisson. Il avait beau ne pas participer pleinement au jeu, il aimait particulièrement observer les massacres qui s’y déroulaient. Comme quoi, cela finissait par éveiller une part de lui qu’il ignorait. Dans l’obscurité, Izumi ne parvenait pas réellement à distinguer les silhouettes qui filaient à vive allures entre les étagères bondées. Il ne faisait que s’avancer un peu plus vers la confrontation finale, comptant les victimes au passage. Une fille venait de mourir, étranglée. Une étagère venait d’en écraser deux autres, faisant trembler le sol sous ses pieds. Et le dernier...venait de se faire littéralement exploser la tête contre le mur. C’était en tout cas l’impression qu’il donnait, alors qu’il s’écroulait sur le sol après un bruit peu engageant. Presque admiratif devant le meurtrier –ou le vainqueur, les avis divergeaient-il plissa les yeux, se demandant à quel genre de monstre il pouvait bien avoir affaire. Il faisait trop sombre pour qu’il parvienne à voir ce à quoi il pouvait bien ressembler. Enfin. Peut-être fallait-il partir avant d’être découvert ? L’idée n’était pas stupide ; il ne l’avait simplement pas pensé à temps. En une seconde, il se retrouva projeté contre un mur, un poing s’arrêtant à quelques centimètres de son visage. Il garda cependant les yeux grands ouverts, ceux-ci se dilatant sensiblement sous la surprise. Tiens donc.
Son poing se serra doucement alors qu’il n’écoutait déjà plus Hiro. Il lui en voulait encore, atrocement. Peut-être que l’autre étudiant avait été trop ivre pour s’en souvenir, mais cela restait bien gravé dans l’esprit d’Izumi. Leur dernière rencontre lui avait laissé sur une frustration sans nom. L’esprit embrumé par l’alcool ou pas, le Japonais gardait toujours cette rancune. Et il s’était promis que si jamais il venait à le revoir... Sans prévenir, il lui décrocha un puissant coup de poing dans la mâchoire, terminant le geste que son vis-à-vis venait de stopper. Il fit claquer ses phalanges alors qu’un sourire mauvais tordait ses lèvres. « Aaah~ je me sens mieux ! » Oui, c’était le cas de le dire. Depuis le temps qu’il rêvait de lui en coller une qu’il était en mesure de ressentir.  Il passa une main dans ses cheveux blancs, se détendit subitement. Maintenant qu’il venait de frapper Hiro, il pouvait revenir à son attitude habituelle. « Ce que je fais ici ? » demanda-t-il, l’air de rien. Il prit un air surpris. « Pourquoi est-ce que je viendrais dans une bibliothèque, à ton avis ? Je viens chercher un livre, c’est évident, non ? » Le pire était qu’il paraissait intimement convaincu de ce qu’il était en train de dire. Il s’étira avec flegme. « Et toi ? On a définitivement fini par prendre le goût au meurtre, d’après ce que je constate ~ ... » glissa-t-il sournoisement alors que son regard se portait sur le cadavre à l’autre bout de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas





Invité

Anonymous








   Mer 23 Aoû - 12:37





Depuis l'instant où il l'avait confondu avec un ennemi Izumi n'avait rien dis. Son silence était étrange lui qui n'aurait pas hésiter à placer une phrase cinglante après ça. A l'ordinaire il ne se gênait pas mais là il y avait quelque chose de bizarre avec lui … Hiro resta un peu sur ses gardes mais peut être pas assez car il commença à parler normalement avec lui. Ce qui se produisit était tout à fait inattendu de la part du plus jeune, tellement que le Japonais ne l'avais pas vu venir, il ne l'avait même pas calculé que ça se passerait comme ça … Izumi envoya son poing en plein dans la mâchoire du plus âgé qui tourna la tête sous la force du coup. Il resta un moment immobile, tout un tas de pensés meurtrières lui traversait l'esprit les secondes qui suivirent. "Aaah~ je me sens mieux !" Il sentait la colère monter peu à peu et pas la bonne colère, celle qui anéantie tout, celle qui ne permet plus d'avoir des réactions humaines, celles qu'on sans doute les tueurs en série … "Pourquoi est-ce que je viendrais dans une bibliothèque, à ton avis ? Je viens chercher un livre, c’est évident, non ?" Il n'avait même pas écouter la phrase de son interlocuteur, son sang pulsais déjà dans ses tempes et ses dents se serrèrent avant qu'il ne tourne un regard meurtrier en direction de son ancien ami. Oui ancien car avec ce coup sans véritable raison il venait de mettre Hiro dans le camps des ennemis et il promettait au Japonais une mort des plus lente et douloureuses. "Et toi ? On a définitivement fini par prendre le goût au meurtre, d’après ce que je constate ~ …" Il attendit à peine la fin de sa phrase que sans prévenir il lui décocha un coup tellement puissant dans la mâchoire que ça aurait put la lui briser. Il entendit d'ailleurs ses piercing s'entrechoquer avec ses dents au moment où il frappa. Si avant il faisait attention de ne pas le blessé maintenant c'était tout l'inverse, il avait qu'une seule envie, en finir avec lui une bonne fois pour toute.

« C'est les connards comme toi qui me donne goût aux meurtres. Tu seras sûrement le prochain si tu te casse pas vite. Je te ferais aucun rappel, je te crèverais de suite. » Même s'il ne criait pas on sentait la haine dans sa voix et cette avertissement sonnant comme une vérité.

Il avait éveiller la colère du joueur bleu qui avait déjà tuer pour moins que ça. S'il hésitait encore il y a quelque temps à lui donner sa confiance maintenant ce ne sera plus jamais le cas. Izumi avait par son geste décider de rentrer dans le camps des ennemis. Quel que soit la raison qui le motivait à faire ce geste, Hiro s'en tapait, il avait lever la main sur lui et ainsi signer son arrêt de mort. Même si son but n'avait pas était de déclencher une guerre entre eux c'est pourtant ce qu'il avait fait. Hiro le regardait maintenant différemment d'avant, s'il avait put décrocher un semblant de sourire à son contact ou qu'on avait put deviner la plaisanterie quand il lui parlait, désormais ça n'arrivera plus. Son regard perçant ne laissait voir que la haine qu'il éprouvait pour lui, sa voix faisait comprendre que sa seule intention envers le percé était de le tuer. Ils auraient put faire équipe avec le temps, mais maintenant il était officiellement contre lui, qu'il soit de la même couleur ou pas. Hiro n'apportait aucune importance à cela, ils étaient encore nombreux, il pouvait tuer un joueur de la même couleur que lui ça ne le dérangeait pas.

« T'as pas entendu ce que je t'ai dis ? Casse-toi avant que je te bute. » Lui répéta le Japonais qui était on ne peut plus sérieux avec ses propos. « La prochaine fois que je te revois je t'éclate. Je te tuerais de sang froid tu m'entends ? »

Au cas où le plus jeune n'aurait pas compris que ce n'était pas une blague. D'ailleurs s'il ne partait pas très vite tout de suite il le descendrait maintenant, ça ne le dérangerait pas d'avoir un meurtre de plus en une heure. Si pour l'instant le Japonais n'avait pas encore vraiment d'ennemis sur l'île, Izumi serait son premier. C'est celui dont il s'attendait le moins, mais comme quoi il avait bien raison de ne plus donner sa confiance à qui que ce soit, ce coup en était la preuve. Sans chercher dans son esprit ou à savoir la raison de ce coup de poing, il ne voulait pas chercher à comprendre. La colère était trop forte et la haine qui naissait pour cet étudiant était si forte, si clair que rien ne pourrait effacer ce qu'il venait de faire. Maintenant et à jamais la seule pensée qui tournait dans sa tête était que si Izumi recroisait sa route il était un homme mort … Alors il avait plutôt intérêt à déguerpir tout de suite avant que cette rencontre ne tourne au drame et finisse dans le sang …
Revenir en haut Aller en bas





Invité

Anonymous








   Dim 27 Aoû - 21:37


Izumi était plus ou moins sujet aux coups d’humeur. Il agissait surtout de façon très contrastée, ce qui, en règle générale, avait pour conséquence d’insupporter les autres. Mais que pouvait-il y faire ? C’était encré au plus profond de son être, dans sa nature-même. Il ne pouvait pas évoluer d’une manière constante. Il ne pouvait pas être régulier. De la même manière qu’il ne le désirait pas. Le Japonais se voulait rester fidèle à lui-même, en dépit de ce que voulait la morale et toutes autres règles qui lui passaient bien au dessus de la tête. Mais qui pouvait comprendre cela ?... Personne, certainement. Personne ne pouvait comprendre sa manière de penser, pour la simple et bonne raison qu’il ne pensait comme personne. Il avait essayé, pourtant. Mais la « logique » lui échappait. Comment pouvait-on être si...ennuyant ? Et ce juste pour rentrer dans un moule défini par la société. Définitivement, ce n’était pas pour lui.
Il ne s’attendait pas à ce qu’Hiro le comprenne, quand bien même il aurait apprécié cela. Néanmoins, il l’aurait pensé un peu plus composé que cela. A croire qu’il visait toujours à côté. Ce dernier ne sembla pas apprécier son coup de poing, si ce n’était pour dire qu’il venait d’entrer dans une colère noire. Ah ? Ce n’était pas vraiment ce à quoi il s’était attendu. Mais à quoi s’était-il attendu, d’ailleurs ?... Il ne le savait pas vraiment. A autre chose. Autre chose, oui. Le coup partit bien trop vite pour qu’il ne puisse l’éviter, le recevant en pleine mâchoire. Le craquement qui résonna dans sa bouche jusqu’à ses tympans ne l’enchanta guère. Au joli bruit de ferraille qui suivit, il conclut hâtivement que ses piercings s’étaient joyeusement entrechoqués sur ses dents. Un peu sonné par la violence du choc, il recula de quelques pas. En portant une main à sa bouche, il réalisa qu’il devait avoir la lèvre sacrément ouverte. Hiro n’était clairement pas allé de main morte. Il était cependant dommage qu’il ne puisse ressentir toute la douleur qui accompagnait ce geste. Il regarda distraitement les grosses gouttes de sang écarlate perler sur le dos de sa main tatouée. Bon. Avec la personnalité de l’autre joueur, il était normal que celui-ci ne se laissa pas frapper sans rien dire. Mais de là à mettre autant d’ardeur dans son coup...
Lorsqu’il ouvrit la bouche, Izumi ne put retenir sa surprise, arquant les sourcils. Oulah. Il parlait sérieusement ? Un seul petit coup et son interlocuteur se mettait à lui lancer des menaces de mort ? N’exagérait-il pas un peu trop la chose ? Le Japonais resta perplexe un petit moment, contemplant Hiro avec un air d’incompréhension. C’était une blague, ou ?... Ou non, pas du tout. Mais alors pas du tout du tout. Il semblait particulièrement sérieux. Voire un peu trop. Malgré lui, il sentit un tic agiter le coin de sa lèvre amochée. A la bonne heure. On l’avait souvent traité de bipolaire, mais il avait un cas plutôt extrême sous les yeux. Et cela, venant de l’autre joueur, l’irrita sensiblement. Ne cherchait-il même pas à comprendre pourquoi est-ce qu’il l’avait frappé ? En dépit de toute sa bonne volonté, Izumi se laissa emporter par les paroles de son vis-à-vis. Il avait beau être insensible sur bien des points, la provocation était quelque chose envers laquelle il avait bien du mal à rester indifférent. Surtout lorsqu’elle venait d’une telle personne. C’était presque malheureux. Il ne détestait pas le jeune homme, loin de là. Mais cela ne semblait pas être partagé. Et peut-être était-ce un instinct masochiste qui le poussait à agir de la sorte, mais il ne pouvait s’empêcher de vouloir jouer avec lui, maintenant qu’ils étaient tous deux en position pour.
Un feulement mi-amusé, mi-irrité, s’échappa de ses lèvres sanglantes. Comme si Hiro pouvait parvenir à lui faire peur. « M’éclater, rien que ça ~ » Il prenait une nouvelle fois son air de fanfaron, oubliant totalement ce pourquoi il était venu à la base. Il se permit quelques pas, déambulant tranquillement à travers le centre de la bibliothèque jonché de cadavres et de sang, comme si de rien n’était. Il se moquait de terminer comme les autres joueurs, après tout. Du moment qu’il s’amusait... Son regard perçant se posa sur le jeune homme alors qu’un air mesquin passait sur son visage. « Tu aboies beaucoup mais tu ne mords pas. C’est bien ce que tu m’as confirmé à notre dernière rencontre ... » Il le cherchait. Evidemment qu’il le cherchait. Car cela réveillait, subitement, sa vexation. Il n’avait pas oublié, lui, la manière dont il s’était finalement écroulé après son discours pour le moins prometteur. Alors forcément, Hiro perdait à ses yeux un peu de sa crédibilité.
Izumi vint se planter devant lui, à quelques mètres, le défiant du regard. S’il voulait le descendre, il n’avait qu’à le faire. Clairement, la force brute du jeune homme dépassait la sienne, inexistante. Le Japonais n’avait jamais tué. Et, en toute sincérité, ce n’était pas un besoin immédiat. Il se voyait mal tenter quelque chose contre son vis-à-vis. Mais il était curieux de voir jusqu’où il était prêt à aller. « Eh bien vas-y. Crève moi, éclate moi, tue moi ~ ... Je n’attends que ça » minauda-t-il d’une façon particulièrement suggestive. Il passa sa langue de vipère sur ses lèvres fendues, impatient des prochains coups à tomber.
Revenir en haut Aller en bas





Invité

Anonymous








   Mer 6 Sep - 19:53





La colère du Japonais était telle qu’il ne détailla même pas la manière dont l’autre garçon se retenait la mâchoire, il ne se demandait même pas si ça lui avait réellement fait mal cette fois ou non connaissant sa particularité à être insensible à la douleur. Son sang ne fit qu’un tour, il était beaucoup trop remonté pour se poser la moindre question … Toute personne qui lui portait atteinte de cette manière ou qui levait la main sur lui sans son consentement était sujet à de gros risques et un danger sûr. Si ce n’avait pas été une personne qu’il connaissait il aurait sans doute passé l’arme à gauche rien que pour ça … Attisé la haine d’Hiro était facile mais ça en était d’autant plus dangereux de le faire, alors s’il n’y avait aucune raison valable, c’était tout à fait stupide de le faire … Mais on dirait bien que la droite qui venait de lui envoyer n’avait pas suffi à lui faire comprendre à quel point son geste était grave et qu’il mettait en péril ses chances de survies bêtement en restant ici. L’air amusé sur le visage de l’autre Japonais fit froncer les sourcils à Hiro qui serra le poing prêt à lui en renvoyer une au cas où il n’est pas bien enregistré le message. Cette fois il n’avait plus aucune pitié, sa confiance était d’or et pour la gagner il fallait faire un long chemin semé d’embûche sans jamais baisser les bras. Mais lorsqu’on l’a entamé et qu’on trahi ainsi le peu de crédit qu’il acceptait d’offrir, sachant ce qu’il a vécus, il ne laisse jamais de deuxième chance. "M’éclater, rien que ça ~"

« Ouais rien que ça, qu’est-ce que tu fou encore là ? » Sur la défensive et en proie à la moindre provocation il n’hésitait pas à faire preuve de rudesse dans sa voix grave.

Lorsqu’Izumi amorça un mouvement le blond-brun eut le réflexe de serrer le poing et d’avancer le bras, près à frapper à nouveau si l’autre Japonais se rapprochait une nouvelle fois trop près. Il ne lui laisserait plus d’échappatoire, s’il tentait d’approcher de trop près le coup partirait bien plus fort que précédemment. Mais il n’en fit rien puisque l’autre joueur s’en éloigna pour s’arrêter près d’un des cadavres jonchant le sol qui était à l’origine du massacre provoqué par Hiro. "Tu aboies beaucoup mais tu ne mords pas. C’est bien ce que tu m’as confirmé à notre dernière rencontre ..." Malheureusement il n’avait pas tort, le Japonais ne tuait jamais à moins que sa vie ne soit menacée, il avait une grande gueule mais ses actes néfastes ne venaient jamais sans qu’il soit en danger. Ce n’était pas le cas et de ce fait il ne le tuerait pas tout de suite malgré ses menaces précédentes … Cela prouvait qu’Izumi avait une bonne mémoire et un esprit assez fourbe pour se souvenir des informations qu’on lui transmettait … Une leçon de plus pour le Japonais qui tâcherait de ne plus donner aucune piste le concernant à qui que ce soit à partir de maintenant … Le blond-brun serra la mâchoire, la haine toujours visible dans son regard. Il resta silencieux et immobile, toujours sur le qui-vive au cas il où il faille décocher un nouveau coup.

Même si ça lui faisait mal de la part d’une personne qu’il voyait comme peut être un futur membre de sa team, ça lui apprenait à se relever toujours plus fort et infaillible. Il savait qu’il ne pourrait jamais faire confiance à personne et que pour former une équipe il allait falloir beaucoup de temps pour connaître les personnes qui lui serait d’une aide nécessaire ou non. Izumi était de ceux qui aurait pu lui faire des coups dans le dos ou le trahir des millions de fois même une fois son équipe intégrer. Au moins il savait qu’il n’était pas le bon élément à intégrer et que tous les autres seraient passés au peigne fin pour savoir s’il était digne du quart de confiance qu’Hiro pourrait donner. "Eh bien vas-y. Crève moi, éclate moi, tue moi ~ ... Je n’attends que ça" Le Japonais s’approcha d’Izumi d’une démarche énervé laissant entrevoir la suite des évènements pour l’autre joueur. Mais au lieu de ça il passa à côté pour se rendre plus loin et récupérer ses affaires. Il fit volteface pour ne plus jamais tourner le dos à un ennemi potentiel afin d’éviter toutes mauvaises surprise.

« Tu n’en vaut même pas la peine. » Cracha le Japonais en le dévisageant sévèrement. « Me provoque pas trop, un accident est vite arrivé. » Le prévint-il sans la moindre pointe d’humour dans la voix. « Tu m’as donné une raison de me méfier encore plus des personnes qu’on croyait un tant soit peu sincère. » Même si le blond-brun avait émis quelques réserves à son sujet comme pour beaucoup de monde, il projeter peut-être de lui proposer de faire partie de son équipe de survivant chez les bleus, mais désormais il savait qu’il ne jouerait jamais dans son camps. « Hors de ma vue, je veux plus te croiser. Je ne suis pas un meurtrier, mais à ta première tentative contre moi, je n’hésiterais pas. »

La colère était un peu redescendue et on le sentait dans sa voix, mais il y avait toujours cette dureté dans la voix qui ne laissait pas entrevoir une nouvelle chance d’entente avec lui. Heureusement que la vie lui avait appris à se méfier, sinon le chute aurait été d’autant plus lourde que ça, mais le déchirement qu’on ait encore essayé de se jouer de lui était bien là, il la ressentait et ça lui avait assez flingué le morale pour le reste de la journée.
Revenir en haut Aller en bas





Invité

Anonymous








   Jeu 7 Sep - 2:09


La tension montait doucement. Exquise. Dans son corps sourd à la plupart des sensations, celle-ci sonnait comme un semblant de délivrance. Quelque part au fond de lui, dans les sphères les plus intimes, les plus primitives, bestiales, un besoin de violence se faisait sentir. Il voulait la confrontation qu’Hiro était en train de lui offrir. Il la cherchait. Ce pourquoi il répondait si volontiers aux paroles acerbes du jeune homme. Il n’avait pas peur. Loin de là. Un sourire étrange, singulier de par sa férocité, étirait largement ses lèvres si allégrement mutilées. Cette situation devenait bien saugrenue. Dire qu’il n’y avait même pas quelques jours de cela, les circonstances qui les réunissaient étaient tout autre. Un goût amer lui vint en bouche. La frustration originelle revenait. Il était frustré ; évidemment qu’il l’était. Mais, plus que tout –pire que tout-, l’autre étudiant avait réveillé en lui une frustration sexuelle qu’il avait énormément eu de mal à refreiner. Et cela l’avait vexé, inévitablement. Car, en dépit de ce qu’il croyait, en dépit de ce qu’il voulait, il n’était rien de plus qu’un banal humain. Un animal. Et c’était risible. Perdu dans cette constatation, un rire s’était échappé de sa gorge, alors qu’il passait sa main tatouée sur son front blême. Il se perdait.
Ses yeux félins se reportèrent sur Hiro qui était déjà sur le qui-vive, poing serré. Jolie image, pensa-t-il. Ils venaient de faire un gigantesque bond en arrière : même leur première rencontre avait été plus détendue que celle-ci. Alors pourquoi en étaient-ils arrivés là ? Bonne question ~ ! Izumi se demandait s’il avait changé, quand bien même il ne le pensait pas. Il avait toujours été si...irrationnel ; rien de plus que lui, en somme. Alors peut-être que le changement venait de son vis-à-vis ? Il ne savait pas. S’en moquait, un peu. Ami ou ennemi, tout devenait flou. Tout se fondait l’un dans l’autre pour ne former qu’une masse unique, convoquant à elle le genre humain dans sa plus large totalité. Un frémissement descendit le long de son dos alors qu’il voyait le jeune homme s’approcher. Allait-il enfin réagir d’une façon des plus divertissantes ?... Malheureusement, non. L’autre joueur passa à côté de lui en l’ignorant royalement, s’apprêtant à chercher ses affaires. C’était particulièrement décevant, concéda-t-il mentalement, laissant échapper un soupir irrité. Il ne l’écouta que bien distraitement, comprenant qu’il ne faisait que confirmer ses pensées premières. Hiro parlait beaucoup, agissait peu. A vrai dire, il se moquait plutôt pas mal du discours qu’il lui tenait sur sa sincérité et autres grandes idées. La vie n’était qu’un jeu qui se passait de règles , lui jouait selon les siennes. Effectivement, il avait été le premier à admettre qu’ils auraient pu –éventuellement- être coéquipiers. Mais il ne comprenait pas que ce titre aurait pu dispenser les coups et les injures. Il fallait bien se divertir, non ? Lui le faisait à sa manière.
Narquois, il vint se poster devant le Japonais, bras croisés contre son torse. « Yada ~ » décréta-t-il d’une voix suraiguë, imitant presque celle, naïve, d’une petite fille. Non, il ne voulait pas obtempérer, passer candidement son chemin. L’autre fuyait la confrontation alors qu’il avait été le premier à formuler les menaces. Cela ne tenait pas debout. Il ne demandait qu’à se faire cogner, maintenant qu’il avait entendu une palette d’injures plus intéressantes les unes que les autres.  « Ne compte pas sur moi pour fuir la queue entre les jambes comme tu es en train de le faire, Hiro » Il prenait un malin plaisir à faire traîner les syllabes de son prénom, donnant une certaine allure à sa phrase dont il était assez fier. Izumi avait des joies simples, il ne faisait que se le prouver à chaque instant passé sur cette île. Ses yeux sombres se plissèrent un peu plus, alors qu’il le regardait, moqueur. « Dé-gon-flé ~ » articula-t-il doucement, prenant bien le temps de décomposer le mot, chantonnant presque. Depuis bien longtemps, il était passé maître dans l’art de la provocation gratuite et stupide. Il avait le don de faire s’arracher les cheveux à n’importe quelle personne, encouragé par le fait qu’il était tout bonnement insupportable : imbuvable. Il se détourna finalement, levant les yeux au ciel. « Tiens, si tu préfères, on va jouer aux devinettes ! » lança-t-il sur un coup de tête, formulant la moindre idiotie qui lui venait à l’esprit. C’était amusant de jouer aux devinettes, non ? Et puis cela faisait passer le temps. Il allait finir par s’ennuyer, avec un interlocuteur aussi peu coopératif ! « Pourquoi, à ton avis, t’ai-je frappé ? » demanda-t-il avant de se retourner dans sa direction, tentant de donner un aspect théâtral à cette question. Il souriait à pleines dents, laissant entrevoir ses jolies canines blanches. « Tu as une minute ~ ... » Plus qu’à n’importe quel moment, le jeune homme témoignait de sa nature totalement fracturée. Il n’avait pas à suivre un cours logique. Il n’avait pas à être constant. Lucide.
Revenir en haut Aller en bas





Invité

Anonymous








   Dim 10 Sep - 14:53





Rien que le fait de croiser son regard faisait monter sa colère, il connaissait un peu l’autre étudiant maintenant pour savoir qu’il allait profiter de son état pour l’irriter encore plus. Hiro sortait facilement de ses gonds c’est vrai, mais encore plus pour un geste comme celui-ci, c’était sans doute la meilleur des choses à faire pour le mettre en colère et de surcroit se le mettre à dos. Le blond-brun n’avait maintenant plus aucun espoir d’un jour former une team, il ne sera jamais le master et leader d’un groupe comme il l’avait rêvé mais il ferait route seul et en garderait les allure. Puisque c’est les actions qui comptent le plus le jeune homme allait montrer de quelle matière il était fait. Hiro ne répondit pas aux provocation du plus jeune sachant parfaitement que cela lui ferait trop plaisir, alors il passa simplement à côté sans rien dire récupérant ses affaires, prêt pour le départ, rester plus longtemps ici avec les cadavres de ses victimes ainsi que l’autre étudiant ne l’enchantait guère … "Yada ~" Mais c’est bien entendu sans compter sur l’intervention du blond en face de lui qui n’avait pas l’air de vouloir lâcher l’affaire … "Ne compte pas sur moi pour fuir la queue entre les jambes comme tu es en train de le faire, Hiro" S’attendant à ce genre de provocation le plus âgé s’efforça de garder son calme malgré que la haine refasse peu à peu surface …

Il connaissait la particularité d’Izumi d’apprécier se faire détester et malmener mais Hiro ne lui donnerait plus ce plaisir. Ne plus avoir à recroiser sa route serait même préférable … Il n’était jamais allé jusqu’à agresser une personne qui ne lui avait rien fait, mais il avait peur de franchir ces limites et de ne plus se contrôler … Il savait qu’il avait tué toute ces personnes pour une bonne raison, il ne l’aurait pas fait en l’air … Mais il s’imaginait déjà exécuté quelqu’un parce qu’il était allé trop loin et Izumi commençait à dangereusement pencher sur cette voie … "Dé-gon-flé ~" Dans son esprit Hiro savait que ce n’était pas le cas, s’il était réellement un dégonflé comme le prétendait l’autre joueur, il n’en serait jamais arrivé là, n’aurait jamais fait autant de victime et n’aurait jamais garder la tête haute. C’était même afficher dans l’esprit de beaucoup, il savait pourquoi il faisait cela, pour ne pas donner satisfaction à Izumi qui tentait le tout pour le tout pour le faire sortir de ses gonds. Ça aurait pu marcher mais Hiro avait fait un long chemin depuis le début et avait beaucoup apprit, il ne se laisserait pas avoir comme ça. "Tiens, si tu préfères, on va jouer aux devinettes !" Le blond-brun leva les yeux au ciel en secouant la tête négativement se chargeant de regarder une dernière fois ses victimes pour voir s’il n’avait rien oublier. Jouer avec lui était une perte de temps et vu le coup qu’il venait de lui faire il n’avait plus du tout envie de lui faire plaisir. "Pourquoi, à ton avis, t’ai-je frappé ?"

« Je m’en bats les couilles … » Annonça directement le plus âgé en continuant de fouiller les cadavres l’air presque absent comme s’il ne l’écoutait déjà plus. Il n’y avait que cela qui pouvait soit énervé l’autre soit le faire abandonner, l’ignorance totale. « En revanche je ne regrette pas de t’avoir mis un pain pour réponse. »

Il alla plus loin pour récupérer sa lampe torche tombée dans la panique. Ce serait regrettable qu’il parte en la laissant là, sachant que c’était presque vital d’en avoir une par ici … Si on lui avait dit un jour que toutes les personnes qu’il pensait en bonne voie de devenir proche de lui l’auraient trahi il n’aurait pas pensé ça faisable. La raison en est qu’il ne se serait lié à personne pour commencer, alors le fait que ce soit arrivé est déjà un miracle. Mais l’ironie du sort voulait que la vie répète le même schéma inlassablement et ce n’était pas parce qu’il était coincé sur cette île que ça devait changer apparemment … Depuis la mort de son meilleur ami Shota il n’avait plus rencontré de personne digne de confiance, c’était bien le seul sur qui il pouvait compter et il était certain que s’il n’était pas mort ce serait le seul à toujours le rejoindre même sur cette île. "Tu as une minute ~ ..." Insista Izumi derrière lui.

« Et toi tu as une minute pour disparaître de ma vue. » Répliqua le blond-brun qui se sentait mieux de l’ignorer de la sorte. La colère ainsi ne remontait pas et perdu dans le fil de ses pensées il n’avait pas l’incontrôlable envie de l’égorger sur place. « On a plus rien à se dire Izumi, je ne veux plus te revoir. » Annonça le Japonais pour qui tout était clair à présent, finis de jouer, passer du temps avec l’autre joueur ne lui disait plus rien. La rancune est une chose que pas mal ont en leur cœur avant de regretter leur acte mais pas Hiro. En effet lorsqu’il y avait conflit cela ne s’était jamais arrangé et le blond-brun n’avait jamais le moindre regret, s’il en voulait définitivement à une personne ce n’était pas pour revenir en arrière. « Maintenant va jouer ailleurs, tu me dérange. » Dit-il sans aucune douceur et sans la moindre pointe de plaisanterie dans la voix. Lorsqu’il était sérieux de cette façon il n’y avait rien à en tirer, les jeux étaient faits …
Revenir en haut Aller en bas





Invité

Anonymous








   Lun 11 Sep - 1:13


Malheureusement pour lui, Hiro se fermait totalement. Il avait beau faire de son mieux pour tenter de le faire réagir, rien ne marchait. Il fut quelque peu déçu, lui qui se complaisait à utiliser –abuser- la provocation verbale comme il le souhaitait. Il y avait presque quelque chose de jouissif dans le fait de se faire profondément mépriser : insulter. Il avait retrouvé cela avec Keith. Mais...Keith n’était plus là. Ses yeux noirs ne s’assombrirent que davantage alors que cette pensée passait furtivement dans son esprit. Il la chassa bien vite. Penser à cela était stérile : sans importance. Présentement, il avait une situation bien trop intéressante sous les yeux. Les réponses de l’autre étudiant le faisaient rire, même s’il se désintéressait totalement de lui. Quelle tristesse ! Il mourrait d’envie de venir le secouer un peu, lui demander, gentiment, de se remettre à le frapper une nouvelle fois. Son corps ne vibrait que par la violence des émotions, des sensations. Clairement, Izumi cherchait le conflit. Et il était bien déçu de ne pas le trouver dans le personnage d’Hiro, cette nuit-là.  « Ne me parle pas si durement, tu vas me faire pleurer ~ ... » Nouvelle voix enfantine. Il maniait ses intonations contrastées tel un véritable virtuose. Rie n’était trop beau pour attiser l’exaspération. Cependant, son interlocuteur était bien décidé à passer son chemin, coupant cours à toute possibilité de discuter davantage. Izumi arqua les sourcils, feignant un air désolé alors qu’il s’éloignait de lui. « C’est tellement triste... Je ne demande qu’à te revoir, moi, tu sais ? » Il était à moitié sérieux. Le ton sur-joué qu’il employait le faisait cependant rire. Il aimait bien Hiro, lui. Il savait toujours le distraire, peu importait la situation, ce qui était inestimable à ses yeux. Izumi haussa les épaules. Soit. L’autre Japonais n’avait qu’à le détester : cela ne changerait pas grand chose à sa vie, après tout. Il réajusta doucement ses cheveux blancs qui étaient dans une sacrée pagaille. « Tu sais bien qu’on se retrouvera très bientôt. Nos chemins sont amenés à se croiser encore et encore. C’est...le destin ~ ? » L’autre étudiant savait tout aussi bien que lui qu’il avait raison. Il ne pouvait pas en être autrement : même si, visiblement, ils n’étaient pas des alliés, son chemin longeait le sien. Cela faisait partie du jeu : de leur jeu. Et quelque chose, une force invisible, ironique, les poussait à se rencontrer. Encore et encore. Jusqu’à ce que l’un d’entre eux ne vienne à tomber. Il se félicita un bref instant de cette pensée particulièrement mélodramatique : il avait toujours su qu’il avait un don pour les images philosophiques ! « A la prochaine, Hiro-chan~ ! » cria-t-il à son encontre alors que ce dernier s’éloignait déjà pour s’enfoncer dans l’obscurité de la bibliothèque. Izumi souriait à pleine dents, effrontément. Il s’était bien appliqué à employer un suffixe affectif propice à lui donner de l’urticaire. C’était amusant, d’appeler l’un des plus grands tueurs de l’île de la sorte ~. Amusant, oui. Il n’y avait que cela qui comptait à ses yeux, après tout. Rire des autres, rire de la morale, du monde entier. Rire de tout. Sans aucun état d’âme, sans aucune arrière pensée. Porter un regard rieur sur le moindre événement, écourter ce long et pénible fleuve qu’était la vie. Quitte à faire un voyage, il préférait que celui-ci se déroule rapidement ; il employait sa manière pour y parvenir. Manière qui n’était certainement pas la bonne. Mais qu’est-ce qu’il pouvait s’en moquer.
Un soupir franchit ses lèvres ornées de piercings alors qu’il entendit la porte de la bibliothèque claquer sourdement, signe qu’Hiro venait définitivement de quitter l’endroit. Il pensa, brièvement, que cette rencontre avait été trop courte. Se promenant parmi les cadavres, il se rappela subitement de son but premier. Trouver ce fameux livre ! Il se redirigea sans plus attendre vers les étagères, sortant sa lampe torche de son sac pour commencer sa recherche. « Serpents, serpents, serpents ~ ... » siffla-t-il joyeusement alors que ses prunelles gorgées d’obscurité parcouraient avec avidité les rayons remplis d’écrits en tout genre.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé









   

Revenir en haut Aller en bas
 

Yami ikusa | Ft. Izumi

Page 1 sur 1