AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




La MAJ du 1er septembre est là ! Cliquez ici pour la découvrir !
Un event est en cours ! Venez lancer le dé ici pour découvrir l'état de votre personnage !
Tentez votre chance au Lucky Spin pour remporter des lots inédits !




 

 Gomen nasai feat. Matsuda Hiro







avatar
Âge : 17 ans
Vague : Classe originelle
Amour : Le coeur en émoi devant un certain compagnon de classe !

Nombre de victimes : 0
Contenu du sac : .
Une petite trousse de maquillage (deux vernis à ongle -noir et doré-, un gloss, un rouge à lèvres rosé, un mascara, un eyeliner brun)
Une chandelle parfumée
Un smartphone et son câble
Un livre (Le Trône de Fer #3)
Un savon en pain au parfum fleurit
Un dictionnaire français-coréen


Un thermos plein de thé
Un briquet
Une tenue de rechange
Une couverture
Une carte de l'île avec ses zones
Une boussole
Une lampe torche (avec piles)


Une boîte de 14 sachets de thé pomme et cannelle
Trois bouteilles d'eau


Une fronde


Avatar : Choi Min Ki (Ren - NU'EST)
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : LaMarquise
Messages : 221
Activité RP : 11









   Sam 5 Aoû - 7:45

Le 10 juillet 2017 || 13h29
L'hôpital
Un couloir du troisième étage

Haneul courrait dans les couloirs de l’hôpital. Il courrait pour se sauver de deux garçons beaucoup trop fort pour lui. Oh, il savait pour l’interdiction de blesser ou de tuer. Et eux aussi le savaient. Mais ils avaient prétendu que le vol n’était pas puni, lui. Voulaient-ils vraiment flirter avec le danger à ce point ? Visiblement, oui… Parce qu’ils avaient commencé à parler de vol d’objets. Puis finalement, avec ce genre d’air de prédateurs qui ne laissaient rien présager de bon, ils avaient ajouté qu’ils pouvaient aussi voler autre chose. Quelque chose que Haneul n’avait probablement encore jamais consenti à donner à qui que ce soit. Il avait bien compris l’allusion, merci. Et Jin Hwan qui n’était pas là… Il aurait aimé pouvoir se sauver dans ces bras-là, disons ! Mais plutôt que de trouver Jin Hwan, alors que Haneul tourne un peu abruptement l’angle d’un couloir, il fonce à pleine vitesse dans un très petit homme. D’abord trop sonné pour remarquer qui il avait devant lui, Haneul essaie plutôt de se relever, agrippant ce qu’il y avait de plus près de lui : un de ces chariots roulants que les infirmières poussaient dans les couloirs de chambre en chambre.

Ce qui devait arriver arriva… la moitié de ce que le charriot tombe au sol en faisant un bruit de tous les diables… Haneul a un gémissement contrit. Ça ne lui ressemblait pas de perdre son sang-froid de cette façon-là, mais il s’était tellement (bêtement !) cru à l’abri pendant ce cessez-le-feu, tellement cru en sécurité, que ça l’avait pris par surprise et il était paniqué, à présent. Il se retourne vivement en entendant du bruit pile derrière lui. Même qu’on frôle une de ses fesses ! Sans faire exprès sûrement, parce que le type qu’il avait renversé se relevait à son tour. Mais ça fait quand même sursauter Haneul. Et ça le fait d’autant plus que bien que petit, cet homme-là avait un air vraiment très perturbant. Il lui rappelait Izumi… mais lorsqu’il avait rencontré ce Japonais-là, il était dans un état d’esprit très différent. Et surtout son singulier ami n’avait pas cet air lugubre peint sur le visage…

Le point positif, c’est que les deux garçons semblaient avoir abandonnés leur course-poursuite. Le problème, c’est que maintenant, Haneul faisait face à un autre problème. Où diable étaient les quelques hommes qui s’étaient plus ou moins alliés à lui ponctuellement quand il en avait besoin ?!

« Je n’ai pas fait exprès. Je fuyais… », commence Haneul, s’interrompant toutefois. Bien sûr. Les très courageux connards qui le poursuivaient s’étaient cassés avant même de se faire voir du garçon bizarre. Il a malgré tout un geste de sa main fine dans la direction d’où ils venaient jusque-là… comme si ça pouvait l’aider à plaider l’innocence. « Il y avait des types. Ils me poursuivaient. »

Ce n’était pas bien difficile à croire, non ? NON ?! Haneul recule un peu, mais son bassin rencontre le chariot qui, à nouveau, proteste en balançant le reste des trucs qui y gisaient au sol. Parfait. Maintenant, il avait sûrement vraiment énervé le type en face de lui…

« Je suis désolé. », murmure rapidement le jeune homme, un peu confus, mais ne sachant trop que faire pour s’éviter les foudres de cet homme-là. Et après une petite consultation avec lui-même, il ajoute en articulant le mieux possible, ne parlant pas japonais pour sa part mais croyant que c’était la langue maternelle de l’homme : « Gomen nasai… »

Et il ne pouvait vraiment pas faire mieux. Comme il l’avait déjà dit : il ne parlait pas japonais. Il espérait simplement que c’était une forme de politesse suffisante pour l’homme en face de lui…

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

KANG HANEUL
© FRIMELDA
« Close your eyes / Feel the ocean where passion lies / Abandon all defenses / Hold me near you so close I sear you / A place between sleep and awake / End of innocence, unending masquerade / That's where I'll wait for you / Sleepwalker seducing me / I dare to enter your ecstasy / Lay yourself now down to sleep / In my dreams you're mine to keep »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 21 ans
Vague : Première vague
Amour : No way

Nombre de victimes : 15
Coupons : 43
Contenu du sac : ▲ Zippo
▲ Paquet de cigarettes (28)
▲ Lunettes de soleil
▲ Brosse à dent
▲ Agenda
▲ Stylos
▲ Téléphone portable
▲ MP3
▲ Pansements infirmiers
____________________

▲ Une miche de pain
▲ Une barre de céréales
▲ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
▲ Une carte de l'île avec ses zones
▲ Une boussole
▲ Une lampe torche (avec piles)

▲ Un lot de 3 stabilos
▲ Tablette de morphine (10 comprimés)
▲ Pompe de bronchodilatateur (presque plein)
▲ Petite palette de fard à paupière (6 fards)
▲ Une montre
▲ Un éventail en papier et bois souple



Avatar : Yo-ka (Diaura)
Statut RP : Disponible
Pseudo : Dixy
Messages : 563
Activité RP : 11









   Mar 8 Aoû - 18:36





Il ne manquait plus qu’une épidémie pour parfaire ce paysage de terreur et rendre les choses plus complexe … Comme si ça ne lui suffisait pas que la mort plane au-dessus de sa tête telle une épée Damoclès et que son épaule soit encore dans le bandage il fallait qu’il tombe malade … Après il se trouvait chanceux par rapport aux autres qui étaient dans un pire état que lui, à peine s’il avait eus de la fièvre et une quinte de toux … Il sentait qu’il n’était pas au mieux de sa forme et qu’un virus était là mais il ne se sentait pas plus fatigué que ça. Grâce aux soins d’Haruto le blond-brun sentait que l’état de son épaule s’améliorait, il n’avait plus du tout mal et recommençait à bouger la main et le bras normalement. Il ne pouvait pas encore faire de grands mouvements ou de geste brusque bien entendu, mais il sentait que d’ici deux ou trois jours il pourrait retirer son bandage et n’aurait plus rien. Ces trois jours de repos tombait à point nommé pour la guérison finale de son épaule. A l’annonce de l’épidémie le Japonais avait décidé de passer à l’hôpital afin de recevoir le vaccin pour ne pas que cela s’aggrave et de la profiter de la douche, la nourriture et le repos. Même s’il était beaucoup moins atteint que les autres autant profiter d’un peu de calme avant que le massacre ne reprenne.

Il n’avait pas vraiment l’envie de rester au lit à ne rien faire comme les plus malades, il n’en avait en aucun cas besoin, mais en même temps rester dans l’enceinte de l’hôpital lui apportait un peu de repos. Il monta les marche en direction du troisième étage où il croisa pas mal de médecin en train de discuter et certains étudiants qui comme lui profitait du cessez le feu pas plus atteint que ça. On pouvait dire que cette pause profitait à tout le monde, après le nombre de victime qu’avait fait Hiro et sa nouvelle façon de penser, il avait besoin d’un peu de calme pour se recentrer. En passant par les couloirs le garçon reconnu sa dernière mésaventure le mois dernier. Le sol et les murs gardaient les vestiges des luttes et des courses poursuite malgré qu’il ait un peu reprit vie avec l’épidémie. C’est là qu’il avait aussi tué quatre personnes … Il n’avait pas oublié le visage de chacune des personne qu’il avait exécuté, la dernière expression qui a marqué leur visage et la façon dont il les a tué … Il était toujours un peu confus d’avoir pu faire une chose pareil, mais maintenant il savait que les montres étaient les organisateurs, et certainement pas les étudiants. Plongé dans ses pensées il n’entendit pas les bruits de pas précipités derrière lui et ce n’est qu’au dernier moment qu’il se tourna heurtant de plein fouet un étudiant qui semblait des plus pressé … Il sentit des picotements dans son épaule qui avaient éviter le pire dans la bousculade mais Hiro perdit l’équilibre et tomba à la renverse se retenant au sol au dernier moment.

« Putain, mais tu peux pas regarder où tu vas ?!!! » Pesta le Japonais qui espérait que son épaule ne soit pas de nouveau en péril avec ces conneries. L’autre étudiant l’avait énervé rien qu’en lui rentrant dedans, il ne voulait pas chercher à comprendre si ça avait été fait exprès ou non, sa colère montait en lui. Rapidement le Japonais se redressa et s’avança de l’autre joueur toujours à terre, cherchant à fuir son sort. « Petit con, tu peux pas faire attention ?! » Dit-il en attrapant le plus jeune par le col et en plantant son regard noir dans le sien.

On dirait bien que cette seule réaction de la part d’Hiro avait suffi pour faire fuir les poursuivants de ce garçon. "Je n’ai pas fait exprès. Je fuyais…" Le Japonais serra les dents essayant de se calmer pour ne pas sortir de ses gonds inutilement après une telle explication. Il ne lâcha pas pour autant le col de l’autre garçon continuant de le dévisager de manière agacé. Fort heureusement son épaule n’avait pas eus l’air de subir plus de dégât que celui sinon il se serait charger que le plus jeune retienne la leçon pour la prochaine fois. "Il y avait des types. Ils me poursuivaient."

« J’en ai rien à foutre. » Annonça froidement le blond-brun quand le plus jeune tenta de lui expliquer la situation.

Un silence s’installa dans lequel l’adrénaline du plus âgé redescendit et que sa colère s’apaisa peu à peu. Il avait eus une pulsion de violence pendant un court instant en pensant à son épaule mais étant donné qu’elle n’avait rien inutile de faire preuve de méchanceté envers ce gamin qui n’avait rien demandé. Le Japonais soupira en desserrant peu à peu la prise de sa main sur le col du garçon. "Je suis désolé." Annonça-t-il d’une petite voix craintive. Le voir dans une telle panique suffisait à calmer Hiro qui réalisait peu à peu qu’il ne s’agissait que d’un stupide accident, rien de plus. Cela dis la peur dans les yeux innocent du jeune avait tendance à donner quelques idées au plus âgé. Il voulait instaurer sa domination et ses propres règles ? Alors pourquoi ne pas commencer tout de suite. Cette idée le fit sourire intérieurement mais il garda ce visage dur et froid face au joueur mauve toujours à terre.

« T’as dit quoi ? » Demanda Hiro dont la voix semblait s’être calmer mais gardait ce ton menaçant. « Répète plus fort j’ai pas entendu. »

"Gomen nasai…" Répéta le garçon dans sa langue ce qui le fit sourire en coin. Il relâcha le col du joueur en face et se redressa en croisant les bras. Pas que martyrisé les gens était son passe-temps, il avait horreur de ça, mais disons que donner une leçon profitable à ce jeune garçon lui ferait passé l’envie de recommencer et de faire plus attention à l’avenir. Il paraissait terrorisé et c’était parfaitement l’état d’esprit que voulait Hiro pour sa petite leçon. L’autre joueur avait pourtant répété plusieurs fois qu’il s’excusait mais le joueur bleu voulait être sûr que cela serait rendu à sa fierté pour avoir trébuché.

« Ça suffit pas, dogeza. » Il s’agissait là d’une pratique de son pays qui consistait à s’abaissait au plus bas pour s’excuser d’une faute qu’on avait commise. Il fallait se mettre en position à genoux, les mains à plats et le front coller au sol. Il n’était pas sûr que le jeune connaisse cela dans son pays. « A genoux. » Lui expliqua le plus âgé pour que cela monte à son cerveau. Il le fixa sévèrement attendant qu’il se mette en position pour pouvoir faire cesser la torture. Il voulait savoir si son autorité pourrait prendre forme peu à peu sur l’île et ce jeune étudiant craintif était son premier essai pour commencer.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

   
Hey loser, please take advantage of me. “I'm ruler.”Who is your master now ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : Classe originelle
Amour : Le coeur en émoi devant un certain compagnon de classe !

Nombre de victimes : 0
Contenu du sac : .
Une petite trousse de maquillage (deux vernis à ongle -noir et doré-, un gloss, un rouge à lèvres rosé, un mascara, un eyeliner brun)
Une chandelle parfumée
Un smartphone et son câble
Un livre (Le Trône de Fer #3)
Un savon en pain au parfum fleurit
Un dictionnaire français-coréen


Un thermos plein de thé
Un briquet
Une tenue de rechange
Une couverture
Une carte de l'île avec ses zones
Une boussole
Une lampe torche (avec piles)


Une boîte de 14 sachets de thé pomme et cannelle
Trois bouteilles d'eau


Une fronde


Avatar : Choi Min Ki (Ren - NU'EST)
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : LaMarquise
Messages : 221
Activité RP : 11









   Mer 16 Aoû - 11:35

Haneul sursaute. Les mots durs que l’autre a à son encontre s’abattent violemment sur lui comme autant de coups de fouets. Sa pupille est dilatée par la peur, donnant à ses yeux une apparence bien plus sombre que leur jolie couleur noisette ne l’est habituellement. Ces mots, cette façon de l’invectiver… ça lui rappelait ces années où c’est ce qu’il vivait quotidiennement à l’école, avant de se hisser tout en haut de la chaîne de popularité du lycée. Et cette façon de le retenir par le col de sa chemise d’étudiant… Haneul lève rapidement ses mains, attrapant les bras de l’autre. Il était beaucoup plus grand du haut de son mètre soixante-dix-huit, mais ça ne semblait guère impressionner le Japonais, pour ce que ça valait ! Il doit mettre toute sa volonté et sa conscience pour ne pas planter ses ongles dans la peau tendre des bras de l’autre. Il ne savait pas si c’était considéré comme une agression. Par contre, ce qu’il savait…

« Si tu me fais mal, tu vas mourir ! », s’exclame Haneul, paniqué. On eût dit une menace. Il aurait aimé que ça en soit une… mais ce n’était pas le cas et le blondinet ajoute rapidement : « Ton collier va exploser…! Ce sont les règles… Et je ne veux pas être là quand ça va arriver ! »

Il ne savait pas du tout quelle portée avaient ces petits bidules… et ne voulait pas avoir une partie de son joli visage emporté par l’explosion ! Non, présentement ce qui arrivait à ce type horrible ne l’inquiétait guère… Comment aurait-il pu vraiment s’inquiéter pour lui ? À dire vrai, il réfléchissait déjà à la façon de lui remettre la patte dessus une fois le cessez-le-feu terminé, en compagnie d’un homme qui serait capable de lui refaire le portrait… Haneul n’était peut-être pas foncièrement mauvais, mais il avait malgré tout d’angélique que son visage… En tout cas, l’autre venait de mettre cartes sur tables en assurant qu’il se foutait de ce qui aurait bien pu lui arriver. Ou plutôt des raisons qui l’amenait là, dans ces conditions, mais ça revenait franchement au même pour Haneul qui serre très fortement les lèvres pour retenir un petit gémissement paniqué.

Mais il est relâché après ses excuses en japonais et un soupir soulagé franchit le seuil de ses lèvres. Toutefois pas idiot, il recule de plusieurs pas. Son talon se heurte une roue du chariot qui grince paresseusement en avançant d’à peine quelques millimètres avant de revenir à sa place, la rouille l’empêchant de rouler de façon fluide. Lentement, il pose une main sur la surface à présent débarrassée de ses instruments, sûrement tous inutiles vu le nombre de fois où l’endroit fut pillé en presque un mois et demi de jeu. Et c’est à peu près à ce moment, alors que Haneul pense s’en être tiré, qu’il s’arrête net de respirer, trop surpris pendant quelques secondes pour que même cette capacité innée et irréfléchie soit en action. L’air dans ses poumons bloque complètement… et lorsqu’il s’en rend compte et recommence à respirer, il n’a même pas encore pu comprendre pleinement ce qui venait de lui être dit.

Se… Se mettre à genoux ? Il ne comprenait pas le mot japonais qui lui avait été dit. Ou peut-être que si, en vrai. Mais il ne s’en souvenait déjà plus. Haneul était bien trop paniqué pour analyser correctement une autre langue. C’était un peu de sa faute, il avait ouvert la porte. Mais de toute façon, il oublie déjà que l’autre avait parlé dans sa langue natale. Parce qu’il lui avait demandé de se mettre à genoux… et vu ce que les types qui le poursuivaient avaient prévu lui faire s’ils lui mettaient la main dessus, non Haneul ne pense pas à un geste de politesse japonaise. Il pense plutôt à ce qu’on faisait quand on se mettait à genoux devant un homme habituellement et cette fois, ses poings se serrent, son regard devient noir mais non pas de peur et il attrape rapidement le chariot pour le faire rouler entre l’homme et lui. Il en tremblait… il tremblait de rage à présent, oui !

« Comment ose-tu… », murmure d’abord presque trop doucement Haneul pour être parfaitement intelligible. En fait, l’autre n’avait même pas dû comprendre tant il avait parlé bas. Mais ce n’était pas très grave. Parce qu’alors que son regard en amande s’empli de larmes de peur et de rage, surtout de rage à ce stade, le jeune homme reprend la parole… et hurle, cette fois… « COMMENT OSE-TU ?! »

On le prenait pour une pauvre petite chose parce qu’il était délicat. Pas petit niveau taille à proprement parler, mais visiblement les gens oubliaient rapidement ça à cause de sa féminité, probablement. Mais Haneul avait du caractère… et il était de ceux qui savaient lutter jusqu’à la toute fin. Si cet homme voulait avoir un mec à ses pieds, il fallait qu’il revoie un peu le genre de caractère qu’il voulait dominer. Celui de Kang Haneul n’était clairement pas fait pour ça… Et certainement pas pendant un cessez-le-feu ! Il lève une main, index pointé vers le jeune homme, gardant toujours le chariot entre eux même s’il ne sait pas pendant combien de temps encore. Lui, il ne sous-estimait pas celui qu’il avait en face de lui. Il était même presque certain qu’au jeu de la force, il gagnerait haut la main. Mais justement. Le jeu de la force n’était pas en vigueur présentement… Et cet index accusateur qui tremblait malgré tout de sa peur lui signifiait de bien faire attention…

« Je ne sais pas qui tu penses être pour me demander de me mettre à genoux devant toi, mais je ne suis ni docile, ni soumis. Je t’ai bousculé. Tu n’es pas l’empereur du Japon, à ce qu’il me semble... Il serait peut-être temps de reprendre ta place. », scande rapidement Haneul, la voix tremblante, toujours prêt à fondre en sanglots d’un moment à l’autre malgré tout. Il était outré, choqué, rageur… mais toujours effrayé. Mais sa force de caractère, c’était tout ce qu’il avait eu pour survivre ici jusqu’à présent et il comptait bien l’avoir jusqu’à sa toute dernière seconde sur Terre… « Ne me touche pas… Tu as rencontré Baek Jin Hwan, dis-moi ? Tu l’as rencontré ? Laisse-moi te dire quelque chose… je ne suis peut-être pas bien impressionnant, mais je n’en ai pas besoin. Cet homme le fait admirablement bien tout seul… »

Dieu, faites que Jin Hwan accepte de voyager avec lui après ce calvaire parce que s’il rencontrait ce type-là tout seul dans la forêt, il ne savait vraiment pas ce qu’il adviendrait de lui…

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

KANG HANEUL
© FRIMELDA
« Close your eyes / Feel the ocean where passion lies / Abandon all defenses / Hold me near you so close I sear you / A place between sleep and awake / End of innocence, unending masquerade / That's where I'll wait for you / Sleepwalker seducing me / I dare to enter your ecstasy / Lay yourself now down to sleep / In my dreams you're mine to keep »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 21 ans
Vague : Première vague
Amour : No way

Nombre de victimes : 15
Coupons : 43
Contenu du sac : ▲ Zippo
▲ Paquet de cigarettes (28)
▲ Lunettes de soleil
▲ Brosse à dent
▲ Agenda
▲ Stylos
▲ Téléphone portable
▲ MP3
▲ Pansements infirmiers
____________________

▲ Une miche de pain
▲ Une barre de céréales
▲ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
▲ Une carte de l'île avec ses zones
▲ Une boussole
▲ Une lampe torche (avec piles)

▲ Un lot de 3 stabilos
▲ Tablette de morphine (10 comprimés)
▲ Pompe de bronchodilatateur (presque plein)
▲ Petite palette de fard à paupière (6 fards)
▲ Une montre
▲ Un éventail en papier et bois souple



Avatar : Yo-ka (Diaura)
Statut RP : Disponible
Pseudo : Dixy
Messages : 563
Activité RP : 11









   Mer 23 Aoû - 12:43





Le Japonais pouvait lire la peur dans les yeux du Coréen en face de lui. Cette simple vision suffisait à satisfaire son ego, lui qui se disait qui pouvait instaurer un régime de terreur, cela commençait bien. "Si tu me fais mal, tu vas mourir !" Hiro haussa un sourcil à sa phrase sans cesser de le fixer. "Ton collier va exploser…! Ce sont les règles… Et je ne veux pas être là quand ça va arriver !" Oh mais il ne comptait même pas lever la main sur lui, apparemment les paroles suffisait avec ce petit. Ce serait stupide de sa part de directement attaquer, d'autant plus que ce n'était pas son intention, s'il devait y avoir un combat ou un meurtre ce ne serait jamais lui qui lancerait les hostilités. Hiro n'était pas un tueur, il était du côté de la justice, sans l'être totalement. Les choses telles qui les voyait était simple. Toutes personnes qui démarre le conflit avec lui entre en guerre automatiquement, mais les accidents comme celui-ci ou les rencontres peu avenantes ne sont pas une assez grande raison pour s'attirer les foudres du blond-brun. Il voulait voir jusqu'où il pouvait imposer son autorité par la crainte, c'est ce qui lui plaisait, diriger. Et avec son tableau de victimes pour le moment, il était en bonne voie pour se faire respecter.

Des excuses s'imposaient pour le Coréen et pas des moindres, des simples mots ne suffiraient pas à laver cette bousculade qui a bien faillis lui coûter son épaule une deuxième fois. Une idée lui passa par la tête et après un silence pesant il lui demanda de se mettre à genoux. Le Japonais put lire dans le regard de l'autre garçon qu'il n'allait pas ployer le genoux aussi facilement. Hiro s'attendait à cette réaction, mais s'il lui faisait juste assez peur pour qu'il ne recommence pas ça suffisait. Personne ne le touche sans son consentement, si ça devait arriver les conséquences serait terrible selon la portée du coup. "Comment ose-tu…" Hiro ne bougea pas de sa position continuant de fixer l'autre étudiant de ce regard sombre attendant toujours qu'il s’exécute. "COMMENT OSE-TU ?!" Le son de sa voix était maintenant différent, un élan de fierté ? Le plus jeune pointa sur le Japonais son index et sa voix tremblante semblait avoir prit de l'assurance. "Je ne sais pas qui tu penses être pour me demander de me mettre à genoux devant toi, mais je ne suis ni docile, ni soumis. Je t’ai bousculé. Tu n’es pas l’empereur du Japon, à ce qu’il me semble... Il serait peut-être temps de reprendre ta place." Le sourire en coin du Japonais se traça un peu plus visiblement sur ses lèvres tandis qu'il fixait le jeune homme. Il resta néanmoins silencieux, il avait donner son ordre et l'autre étudiant n'avait pas l'air de l'avis de lui obéir. La peur n'était pas assez grande sans doute ou Hiro trop rapide. C'était la première fois qu'il s'exerçait à cela, autant s'entraîner vers la voie de master.


Le joueur bleu suivit les yeux d'Haneul sur le chariot entre eux, s'il croyait que ce serait un obstacle qui maintiendrait Hiro éloigné il se trompait. De toute manière il ne comptait pas lever la main sur lui, mais ça le Coréen l’ignorer lui. Le Japonais s'avança dans sa direction et mit un pied sur le chariot dont les roues grincèrent à cet appuie. Il le repoussa sans douceur contre le mur faisant un vacarme métallique qui résonna dans le couloir de l'hôpital histoire de faire sursauter le cœur de la pauvre biche après que celle-ci ne se soit aperçus qu'il n'y avait maintenant plus rien qui les séparent l'un de l'autre. Il continua d'avancer pas à pas vers l'autre dans le plus grand des calmes. S'il y avait bien une chose qui pouvait accordé à l'autre joueur c'était son courage et sa force d'esprit, même s'il était effrayé il n'hésitait pas à donner son point de vu et son désaccord. Mais il sentait que l'autre jeune était prêt à fondre en larme d'un moment à l'autre, confirmant ses pensées. "Ne me touche pas… Tu as rencontré Baek Jin Hwan, dis-moi ? Tu l’as rencontré ? Laisse-moi te dire quelque chose… je ne suis peut-être pas bien impressionnant, mais je n’en ai pas besoin. Cet homme le fait admirablement bien tout seul…" Ce nom ne lui disait rien du tout, et ce ne serait pas le premier qui envoie un proche pour lui casser la gueule. Il songea de nouveau à son ex et son frère … Il chassa cette pensées fâcheuse de son esprit avant de se concentrer sur le Coréen. Il continua d'avancer dans sa direction dans le silence avant qu'un mur ne se mette en travers de la route du blond décrochant un sourire amusé de la part du Japonais. Ce dernier se mit à quelques pas de lui et s'accroupit lentement en face pour le regarder dans les yeux.

« Tu n'es donc pas capable de te défendre tout seul ? » Demanda calmement le joueur bleu en le fixant de son regard perçant. « Comment tu vas faire quand tu seras seul ? Comme maintenant ... » Lui rappela le blond-brun. S'il pouvait être imposant, ce qu'il savait faire encore mieux c'est jouer sur le morale. User de la psychologie et des mots était une de ses armes, si pour certains cela ne servait à rien ici, il ne fallait pas sous-estimé l'importance de la stratégie dans les discours. « Dis-moi ce que tu vas faire pour m'empêcher de te faire le moindre mal s'il n'est pas là pour te protéger ? »

On ne pouvait pas lui enlever son sadisme, ça mêlé à son trait de caractère de leader le faisait agir de cette manière. S'il pouvait en profiter pour glisser là une leçon fort utile pour Haneul ça pouvait être bien pour lui. Hiro n'était pas un meurtrier, seul les personnes qui veulent sa mort risqueront un retour de flamme mortel. Le Coréen n'était de ceux-là, même en dehors de ce cessez-le-feu il ne l'aurait pas toucher, mais ça, actuellement Haneul ne pouvait pas le savoir, et c'est de là que le Japonais tenait sa puissance et sa torture mentale …

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

   
Hey loser, please take advantage of me. “I'm ruler.”Who is your master now ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : Classe originelle
Amour : Le coeur en émoi devant un certain compagnon de classe !

Nombre de victimes : 0
Contenu du sac : .
Une petite trousse de maquillage (deux vernis à ongle -noir et doré-, un gloss, un rouge à lèvres rosé, un mascara, un eyeliner brun)
Une chandelle parfumée
Un smartphone et son câble
Un livre (Le Trône de Fer #3)
Un savon en pain au parfum fleurit
Un dictionnaire français-coréen


Un thermos plein de thé
Un briquet
Une tenue de rechange
Une couverture
Une carte de l'île avec ses zones
Une boussole
Une lampe torche (avec piles)


Une boîte de 14 sachets de thé pomme et cannelle
Trois bouteilles d'eau


Une fronde


Avatar : Choi Min Ki (Ren - NU'EST)
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : LaMarquise
Messages : 221
Activité RP : 11









   Jeu 31 Aoû - 0:46

Le regard d’Haneul ne quitte pas son opposant une seule seconde. Il n’a besoin que de son ouïe pour conclure que le chariot qui venait d’être violemment repoussé avait terminé sa course contre un mur, puis carrément au sol. En fait, il entendait encore les roues tourner dans le vide, crinçant légèrement du manque de soin qu’elles avaient reçu ces dernières décennies. Le bruit, tout comme leur rotation, ralenti… puis arrête finalement dans un grincement désagréable, mais final. Ses fesses et son dos rejoignent soudainement le mur. C’est ainsi qu’il réalise que juste là, il reculait lentement, comme pour échapper inconsciemment à son adversaire. Ce qui n’aura pas été un franc succès, il fallait l’admettre… Il pose la paume de ses mains contre celui-ci, comme pour mieux en ressentir le froid.

« Je préfère ne pas me salir les mains. », réplique Haneul avec la rage du chat qu’on vient de plonger dans un bac d’eau glacée. Cet homme avait un effet hypothermique sur lui ! Des frissons parcouraient son corps, les rares poils blonds de ses bras se hérissaient. Mais, il n’était pas prêt à lui céder un seul centimètre de domination morale pour autant ! « Je joue intelligemment. Et toi ? À te faire des ennemis à tout va. Des ennemis que tu n’es même pas sûr de pouvoir gérer lorsque cette trêve sera terminée… »

Le Japonais avait en fait décidé d’utiliser une arme que certains sous-estimaient ici : la manipulation psychologique. Mais il ne savait pas encore que c’était celle de Haneul, qui n’était pas aussi idiot qu’on aimait le prétendre, souvent à cause de ses airs de princesse blonde et snob. Il n’avait pas sa langue dans sa poche, mais il ne parlait pas non plus pour dire des conneries… Il était un minimum posé. Et si Hiro soulevait bel et bien un bon point en parlant de son impossibilité à se défendre physiquement, Haneul n’en est pas déstabilisé pour autant. En un mois et demi sur cette île de malheur, il savait quelles étaient ses faiblesses. Rien de nouveau de ce côté-là ! Ça ne les rendait pas plus facile à défendre, néanmoins…

Il s’approche. Trop. Haneul doit baisser le regard sur le petit Japonais à cette trop faible distance. Il prend vraiment conscience d’à quel point son adversaire était petit comparé à lui à ce moment. Ça peut être un avantage. Mais pas le saint graal non plus, il en était conscient… Il fallait être prudent. Surtout avec l’interdiction. Il ne devait pas griffer l’autre sans faire exprès. C’eût été une erreur aux conséquences affreuses…

« Ne me sous-estime pas. Je vends ma peau chèrement. », réplique sauvagement Haneul, son regard humide lançant des éclairs à son vis-à-vis. Il prend une profonde inspiration. Il y a l’odeur de la poussière, celle de renfermé de l’endroit. Et aussi celle du gel douche du menaçant Japonais. Mais ça l’aide à reprendre un peu contenance. Il lève une main, en pose la paume froide contre le torse du jeune homme. Et lentement, il repousse. Pas pour blesser. Pas même pour bousculer. Juste pour qu’il prenne ses distances ; pour lancer un message. « Tu sais quoi ? C’est vrai. Je n’ai pas besoin de lui. Je n’ai besoin de personne. J’ai survécu seul pendant un mois. Je ne vais pas commencer à dépendre de qui que ce soit maintenant. Merci de me le rappeler. »

Sa voix naturellement douce reste néanmoins plus sèche, plus incisive. Si son regard pouvait lancer des couteaux, l’homme en face de lui ne serait plus que charpies de ce qu’il fut jadis. Ce n’était pas là des remerciements chaleureux et mérités. Ils étaient ironiques, cinglants. Et de toute façon, ce genre de choses pouvaient facilement se retourner contre le Japonais.

« Je m’appelle Kang Haneul. », lâche soudainement le blondinet, gardant toujours son regard bien ancré dans celui de l’autre. « Si tu veux faire de moi ta proie la moins facile, mieux vaut que tu saches au moins ça… »

Oh, il continuait de jouer. Il avait peur, toujours très peur. Mais céder à cet effroi, ce serait signer son arrêt de mort de toute façon…

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

KANG HANEUL
© FRIMELDA
« Close your eyes / Feel the ocean where passion lies / Abandon all defenses / Hold me near you so close I sear you / A place between sleep and awake / End of innocence, unending masquerade / That's where I'll wait for you / Sleepwalker seducing me / I dare to enter your ecstasy / Lay yourself now down to sleep / In my dreams you're mine to keep »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 21 ans
Vague : Première vague
Amour : No way

Nombre de victimes : 15
Coupons : 43
Contenu du sac : ▲ Zippo
▲ Paquet de cigarettes (28)
▲ Lunettes de soleil
▲ Brosse à dent
▲ Agenda
▲ Stylos
▲ Téléphone portable
▲ MP3
▲ Pansements infirmiers
____________________

▲ Une miche de pain
▲ Une barre de céréales
▲ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
▲ Une carte de l'île avec ses zones
▲ Une boussole
▲ Une lampe torche (avec piles)

▲ Un lot de 3 stabilos
▲ Tablette de morphine (10 comprimés)
▲ Pompe de bronchodilatateur (presque plein)
▲ Petite palette de fard à paupière (6 fards)
▲ Une montre
▲ Un éventail en papier et bois souple



Avatar : Yo-ka (Diaura)
Statut RP : Disponible
Pseudo : Dixy
Messages : 563
Activité RP : 11









   Mer 6 Sep - 19:58





"Je préfère ne pas me salir les mains." Evidement c’est ce qu’il disait maintenant qu’il se savait pris au piège, c’est ce qu’ils disent tous quand ils réalisent qu’ils n’ont aucune chance d’échapper à leur sort. Heureusement pour le Coréen il y avait un cessez-le-feu, mais ce qu’il ne savait pas c’est que le Japonais ne portait jamais atteinte à autrui en premier. Tant que l’autre jeune homme ne tentait rien, le sang ne serait pas verser, ni d’un côté ni de l’autre. C’était juste pour le plaisir de tourmenter un peu ce jeune garçon en proie à la peur. Malgré qu’il veuille paraître plus fort qu’il en a l’air, les signes de l’angoisse ne trompait pas, à savoir les tremblements de ses membres et son cœur qui tambourine tellement fort dans sa cage thoracique que le plus âgé avait l’impression de l’entendre pulser près de son oreille. Oui cette situation était jouissive, mais ce n’était pas non plus un psychopathe, il ne lui ferait aucun mal sauf si l’étudiant lui-même en décide autrement. "Je joue intelligemment. Et toi ? À te faire des ennemis à tout va. Des ennemis que tu n’es même pas sûr de pouvoir gérer lorsque cette trêve sera terminée…"

« Sachant qu’on ne peut compter sur personne ce n’est pas comme si on pouvait se faire autre chose que des ennemis n’est-ce pas ? » Demanda le blond-brun répondant par la même occasion à la question du plus jeune en ce qui concerne de jouer intelligemment. « Puis excuse-moi, mais si tu te mets directement dans le camps de mes ennemis, je pense parfaitement pouvoir te gérer, merci. » Dit-il sur un ton moqueur sans que ce sourire mesquin ne quitte ses lèvres.

Le blond en face de lui laissait des indices en ce qui concerne son caractère méthodique et un brin réfléchit. S’il n’avait aucune force physique il lui restait la force morale et c’est la seule chose qui pourrait le sauver s’il tomber en mauvaise posture. Tomber sur Hiro n’était pas dangereux si aucune tentative de meurtre n’a été exercée sur lui au préalable. Il n’était pas non plus un enfant de cœur et il ne cherchait pas à l’être. Dans la vie on n’avait rien sans rien alors pourquoi le Japonais donnerait gratuitement son aide ? Hiro continua de détailler l’autre étudiant repérant toujours plus d’indication de sa crainte rien qu’en l’observant. Pour sûr celui-là était inoffensif, même à la sortie de cette hôpital il n’y aurait pas de deuxième et dernier round, ils ne se reverraient même certainement jamais, qui avait-il de mal à profiter de la situation actuelle ? "Ne me sous-estime pas. Je vends ma peau chèrement." Personne n’était à sous-estimé, même les personnes les plus chétives peuvent se révéler de redoutables adversaires, mais le Japonais utilisait à son avantage les moyens qu’il avait pour s’en sortir et pouvoir étendre toujours un peu plus son influence.

« Ah oui ? Et à quel prix ? » Demanda le blond-brun en le fixant dans les yeux. « A ce que j’ai cru comprendre, je ne suis pas le seul avec qui tu as des ennuis n’est-ce pas ? » Surenchérit-il en faisant référence à ses poursuivants peut-être imaginaire ou non de ce que semblait prétendre le Coréen. « Le prix ne doit donc pas être si élevé que tu le prétends. »

"Tu sais quoi ? C’est vrai. Je n’ai pas besoin de lui. Je n’ai besoin de personne. J’ai survécu seul pendant un mois. Je ne vais pas commencer à dépendre de qui que ce soit maintenant. Merci de me le rappeler." Avoir des alliés ici pouvait être un véritable poison et quel que soit le point de vue, pour Hiro ça restait une écharde plutôt qu’une véritable aide. Cela pouvait s’avérer handicapant si en comptant toujours sur cette personne on se sente en sécurité, ce qui pourrait se révéler dangereux le jour où elle n’est pas là. Ou au contraire comme c’est cas pour Hiro, qu’on ne puisse compter sur personne d’autre que sur soit même. Même les personnes qu’on pense ses alliés pourraient nous poignarder dans le dos, et le Japonais en avait eus de nombreux exemple dans sa vie et sur cette île même. "Je m’appelle Kang Haneul." L’informa le plus jeune des deux sous le silence d’Hiro qui se contenta de fixer le blond. "Si tu veux faire de moi ta proie la moins facile, mieux vaut que tu saches au moins ça…" Le Japonais ne put retenir un sourire en coin aux répliques de son vis-à-vis. Même si leur conversation et les positions des deux hommes laissaient entrevoir sans doute un affrontement futur, il n’en était rien. Aucun des deux n’avait rien tenté sur l’autre et ce n’était certainement pas pour cette excuse du cessez-le-feu.

« T’as du caractère je te l’accorde, mais c’est pas ça qui te sauveras tu le sais ça ? » Plus un avertissement qu’une véritable menace. Contrairement à ce qu’avait l’air de penser le plus jeune, même à la sortie de l’hôpital s’il le croisait, il ne comptait pas le prendre pour cible. En vérité il n’en avait aucune, si ce n’est lors des combats à mort où il donnerait tout pour le remporter. « Alors Haneul, si ton but est de survivre, apprend qu’il va te falloir bien plus qu’une grande gueule pour sauver tes petites fesses. » Il est vrai que la parole et l’art de la manipulation était une arme efficace, l’intelligence n’était pas à négliger, mais s’il n’y a pas un minimum de force derrière, les chances de mourir sont plus grande. Hiro n’avait pas autant de force qu’un autre ou d’intelligence que la plupart des étudiants, mais il avait un peu de tout, en cela il était complet et c’est l’équilibre des deux qui pourras lui permettre d’aller le plus loin possible. « Qu’est-ce qu’on fait ? On continue de se regarder dans le blanc des yeux ou tu vas te décider à te bouger ? » Demanda le Japonais. Bien sûr qu’il aurait aimé un dogeza en bonne et due forme, des excuses presque suppliantes auraient été même jouissive, mais il n’avait pas encore assez de notoriété pour inspirer assez de crainte.

Il ne renonçait cependant pas à cette idée et s’il parvient à se détacher de l’idée de rester solitaire pour le manque de confiance qu’il a en l’être humain il pourrait peut-être arriver plus rapidement à son objectif de master. Mais la vie l’avait assez tabassé pour le rendre plus lent dans ses objectifs. Le plus âgé se redressa le premier restant en face d’Haneul, les bras croisés. Hiro lui fit un signe de tête pour qu’il se remette debout à son tour histoire que cette scène ne passe pas trop pour un début de viol ou une agression …

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

   
Hey loser, please take advantage of me. “I'm ruler.”Who is your master now ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : Classe originelle
Amour : Le coeur en émoi devant un certain compagnon de classe !

Nombre de victimes : 0
Contenu du sac : .
Une petite trousse de maquillage (deux vernis à ongle -noir et doré-, un gloss, un rouge à lèvres rosé, un mascara, un eyeliner brun)
Une chandelle parfumée
Un smartphone et son câble
Un livre (Le Trône de Fer #3)
Un savon en pain au parfum fleurit
Un dictionnaire français-coréen


Un thermos plein de thé
Un briquet
Une tenue de rechange
Une couverture
Une carte de l'île avec ses zones
Une boussole
Une lampe torche (avec piles)


Une boîte de 14 sachets de thé pomme et cannelle
Trois bouteilles d'eau


Une fronde


Avatar : Choi Min Ki (Ren - NU'EST)
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : LaMarquise
Messages : 221
Activité RP : 11









   Mer 20 Sep - 4:31

Cet homme-là était bien catégorique. Le genre à probablement ne pas trop souvent se remettre en question. À croire que tout est blanc ou noir, jamais ces nombreuses teintes de gris qui coloraient pourtant largement leur univers. Haneul le jauge un long moment du regard sans rien dire, mâchoire crispée, ses petits poings resserrés. Il le sous-estimait. Pas en analysant son comportement. Pas en cherchant à savoir à quel point il pouvait être futé, intelligent. Pas en réfléchissant au fait que Haneul était visiblement là depuis longtemps déjà et toujours étrangement bien portant. Juste en le regardant. Et soudainement, le blond réalise que cette situation n’avait rien de bien différent de ce qu’il vivait au lycée avant de s’affirmer, de se soulever tout en haut de l’échelle sociale. Grâce au Japonais, il comprenait enfin que cette île et le lycée n’avaient de différents que cette règle primordiale : ici, on peut tuer. Ce qui signifiait... que lui aussi. Quelle nouveauté rafraîchissante. Effrayante, certes... mais qui agissait vraiment comme un vent de fraîcheur.

Il n’allait pas être facile à terrasser s’il fallait vraiment le combattre, celui-là. Mais Haneul n’avait plus aussi peur. D’ailleurs, après une profonde inspiration qui lui insuffle plus de calme et de selfcontrol, il cesse de trembler. Sa mâchoire se décrispe un peu. Ses poings aussi. Paniquer ne l’aiderait en rien. C’était certes plus facile à dire qu’à faire, mais ça restait primordial de ne pas s’emporter.

« Tu me sous-estime. », déclare soudainement Haneul, alors que le Japonais continue de narguer en parlant des types qui le poursuivaient un peu plus tôt. Le regard du jeune homme se tourne lentement en cette direction, songeur. Pourquoi avaient-ils abandonné la partie si rapidement ? Ils n’avaient peut-être même jamais voulu lui mettre la main au col. Ils avaient voulu lui faire peur et ça avait fonctionné. Il leur en voulait amèrement. Il se sentait humilié... Mais il allait passer par-dessus. De fait, son regard en amande en revient à son vis-à-vis. « Continue, s’il-te-plaît. Tu me rends un fier service. »

Quant à son petit caractère, Haneul relève le menton, fier, mais pas piqué non plus cette fois. Parce que dans le fond, il n’avait rien à prouver à ce type, même s’il en avait très envie ! Et il devait continuer à faire en sorte de garder à l’esprit ce principe simple et pourtant si facile à oublier. Parce qu’au moment où il commencerait à vouloir prouver quelque chose à quelqu’un, il montrerait ses faiblesses... et il ne fallait pas que ça se produise. Sa vie en dépendait ! Ça ne l’empêchait pas de vouloir faire ravaler ses paroles au Japonais, bien sûr... mais même à ça, il n’aurait pas encore osé. Il le considérait trop comme un élève dangereux, celui-là.

« Pourtant, je suis ici depuis le premier juin. Je crois que peu de joueurs peuvent s’en vanter. Peut-être qu’il te manque quelques données pour m’analyser correctement... », fait simplement remarquer Haneul. Jusque là, son caractère l’avait bien servi. Et s’il ne suffisait pas de grogner très fort pour survivre, peut-être que c’était parce qu’il avait d’autres qualités intéressantes, n’est-ce pas ? Quoi qu’il en soit, l’autre n’avait pas vraiment répondu à ses présentations. Et de fait, cette fois Haneul fait remarquer, un brin plus cinglant : « C’est que tu n’as pas de nom ou pas de savoir-vivre, dis-moi ? »

Mais voilà qu’une invitation à partir est lancée... Le blond n’est pas assez idiot pour la refuser. Toutefois, il s’approche. Très, très près. C’était son tour. Et se penchant sur la courte silhouette de son vis-à-vis, il murmure à son oreille en un souffle chaud :

« Ne parle pas de ce que tu ne pourras jamais maîtriser. Mes fesses, par exemple... »

Lui aussi pouvait jouer. Il ne voulait pas se plier devant cet homme-là. Il avait su le pousser à bout... et voilà que Haneul rebondissait. C’était essentiel. C’était sa survie qui en dépendait.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

KANG HANEUL
© FRIMELDA
« Close your eyes / Feel the ocean where passion lies / Abandon all defenses / Hold me near you so close I sear you / A place between sleep and awake / End of innocence, unending masquerade / That's where I'll wait for you / Sleepwalker seducing me / I dare to enter your ecstasy / Lay yourself now down to sleep / In my dreams you're mine to keep »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 21 ans
Vague : Première vague
Amour : No way

Nombre de victimes : 15
Coupons : 43
Contenu du sac : ▲ Zippo
▲ Paquet de cigarettes (28)
▲ Lunettes de soleil
▲ Brosse à dent
▲ Agenda
▲ Stylos
▲ Téléphone portable
▲ MP3
▲ Pansements infirmiers
____________________

▲ Une miche de pain
▲ Une barre de céréales
▲ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
▲ Une carte de l'île avec ses zones
▲ Une boussole
▲ Une lampe torche (avec piles)

▲ Un lot de 3 stabilos
▲ Tablette de morphine (10 comprimés)
▲ Pompe de bronchodilatateur (presque plein)
▲ Petite palette de fard à paupière (6 fards)
▲ Une montre
▲ Un éventail en papier et bois souple



Avatar : Yo-ka (Diaura)
Statut RP : Disponible
Pseudo : Dixy
Messages : 563
Activité RP : 11









   Hier à 15:30





Le pousser à bout et déclencher la peur en lui, c'était ce qu'il cherchait à faire. S'amuser faisait aussi partie de l’objectif de cette petite altercation mais ce n'était qu'un bonus. Il en profita pour détailler l'autre étudiant et jauger son pique de stresse pour savoir un peu où il en était. S'il pouvait continuer de jouer avec sa peur ou commencer les menaces … Hiro n'était pas un taré qui tue la moindre personne qu'il rencontre, mais ça le blond en face ne le savait pas, alors il allait le laisser s'imaginer le pire au lieu de rectifier. Il voyait bien les tentatives du plus jeune pour essayer de se calmer et le travail qu'il faisait pour contrôler son angoisse. Est-ce qu'il essayait de lui montrer qu'il était capable de l'affronter ? "Tu me sous-estime." En effet, c'était bien ce que recherchait le Coréen on dirait. Hiro haussa un sourcils pour le pousser à poursuivre dans ses explications. Peut être qu'il n'était pas si frêle qu'il n'y paraît, c'est possible. Mais à savoir qui des deux sera le plus apte à survivre en duel la réponse était déjà toute formé. Cela dis Hiro savait bien qu'Haneul n'était pas stupide au point de l'attaquer directement, il avait un cerveau plus efficace que ça et c'est là qu'était sa force. "Continue, s’il-te-plaît. Tu me rends un fier service."

« Toutes les bonnes choses ont une fin pas vrai ? » Demanda le plus âgé avec un regard mauvais et joueur. « Sans parler de ton sale caractère, il y a bien des choses qui pourrait te coûter la vie. Je n'aurait même pas à m'en charger, les autres le feront. A moins que tu ne t'en charge très bien tout seul. »

Depuis son arrivée ici Hiro laissait les choses se dérouler, il savait que les gens continueraient de s'entre-tuer que ce soit pour suivre la règle ou par accident. En partant de ce principe il n'aurait même pas la moitié à faire. Il comptait bien sortir vivant d'ici. "Pourtant, je suis ici depuis le premier juin. Je crois que peu de joueurs peuvent s’en vanter. Peut-être qu’il te manque quelques données pour m’analyser correctement..." Difficile à croire que ce petit gars soit de la vague originelle. Pourtant ça pourrait être possible. Hiro ne préférait pas s'avancer sur le sujet, l'autre ayant l'air d'être un manipulateur aguerri, il pourrait très bien lui mentir. Même si cela ne le sauvait pas d'être de la vague originelle, cela signifiait qu'ils connaissaient le terrain mieux que les autres et avait un train d'avance sur tous les autres joueurs. Le Japonais pesa le pour et le contre pour déceler le mensonge dans la vérité.

« C'est pas pour ça que les gens vont pas chercher à te buter, au contraire. » Que l'information soit fausse ou non, le blond-brun énonçait une vérité et ce n'était certainement pas la vague originelle qui lui faisait peur. Même si parmi eux il y avait des volontaires.

Leur conversation était tendue mais en rien elle ne dérapera, le Japonais en était même sûr. Déjà il y avait ce cessez-le-feu qui planait au dessus de leur tête mais en voyant que c'était deux cerveau qui s'affrontaient, aucun des deux ne sauterait sur l'autre en premier. Le Coréen se présenta alors sous le nom d'Haneul. Un nom Coréen sans l'ombre d'un doute. Cependant le plus âgé ne déclina pas son identité pour autant. Il était hors de question qu'il livre la moindre information à qui que ce soit. Il avait apprit il y a peu que moins on en dis, mieux c'est. Cela évite de tisser des liens qu'ils soient amicaux ou non. "C’est que tu n’as pas de nom ou pas de savoir-vivre, dis-moi ?" Lui reprocha le blond face au manque de réponse de la part du Japonais.

« T'as pas à connaître mon nom, c'est tout. » Répliqua-t-il avec froideur. « Mort toutes les personnes que tu auras rencontrer ici, leur nom et tout ce qui s'en suit ne te sera d'aucune utilité, je me trompe ? » C'est un peu comme s'ils étaient déjà mort, à partir du moment où ils ont mit les pieds ici, ils sont condamnés à mourir.

Cependant le Japonais sentait qu'il avait atteint les limites de la distraction, avec cet interdiction de tuer il ne pouvait pas en jouer plus que ça, il sentait donc que cette conversation touchait à sa fin. Hiro lui laissa l'occasion de partir, l'autre ne saisit pourtant pas cette chance et s'approcha du Japonais qui ne broncha pas pour autant. "Ne parle pas de ce que tu ne pourras jamais maîtriser. Mes fesses, par exemple..." Ce gamin avait du caractère, c'était même pas besoin de le marquer sur son front pour le savoir. Mais combien aurait profiter de cette occasion pour arracher ses jolies yeux de leur orbites juste par cette simple phrase.

« Quant à toi ne fait pas de conclusion trop hâtive quand tu ne sait pas qui tu as en face. » Il est vrai que le Japonais ne s'avancerait jamais sur un terrain où il n'est pas sûr d'avoir le dessus. Il n'était pas inconscient, mais lorsqu'il voulait quelque chose, il mettait tous les moyens en œuvre pour l'obtenir même si cela devait prendre du temps. « Bouge de là avant que je te prouve le contraire de ce que tu avance. Ils ont interdit le meurtre, pas le viole. Alors décampe. » Dernière avertissement avant la sentence et mieux valait que le Coréen s'en aille rapidement s'il ne voulait pas qui lui arrive malheur ...

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

   
Hey loser, please take advantage of me. “I'm ruler.”Who is your master now ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Gomen nasai feat. Matsuda Hiro

Page 1 sur 1