AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




La MAJ du 1er novembre est là ! Cliquez ici pour la découvrir !
Un event est en cours ! Venez lancer le dé ici pour découvrir l'état de votre personnage !
Tentez votre chance au Lucky Spin pour remporter des lots inédits !




 

 sick ; ft n.shiro







avatar
Vague : Deuxième vague
Nombre de victimes : 1
Coupons : 80
Contenu du sac : ► Une miche de pain
► Une barre de céréales
► Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
► Une carte de l'île avec ses zones
► Une boussole
► Une lampe torche (avec piles)
► 4 pastilles d'assainissements pour l'eau
► Bracelet
► Livre d’astronomie
►Porte clé laser
►Pot d’encre de chine
►Pinceau
►T-shirt de rechange
►Bouteille d’eau
►Photographie
►Epingle à cheveux
►Revolver (chargé de quatre balles)

Avatar : Jung Taekwoon (Leo)
Pseudo : MikaXIII - Mika
Messages : 234
Activité RP : 6

En ligne








   Jeu 3 Aoû - 12:58


12 juillet 2017
17h30
Hopîtal ; dortoirs


Depuis combien de temps était t’il allongé là, en fixant le plafond pour essayer d’ignorer les bruits qu’il entendait à longueur de journée et l’odeur de la mort flottant hasardeusement au dessus de son lit ?
Il n’arrivait plus à compter.
Il avait beau être horrifié par cet hôpital, celui ci avait un bon côté.

Il n’allait pas parler de vacances, parce qu’il savait que dans quelques heures, ils seraient tous relâchés dans la nature avec la consigne de s’entretuer, mais il pouvait parler de trêve.
Tous les habitants de l’île, malades ou non, avaient été rassemblés dans les grands dortoirs du sanatorium ou ils avaient pu dormir sur des lits de camps bien trop confortables après 11 jours à dormir dans la nature, ou ils avaient pu manger à leur faim et prendre des douches, ce qui faisait que la situation glauque en moins, Sin était en pleine forme.

Ce n’était pas tout à fait vrai, cependant. Quelques jours auparavant, quand la quarantaine avait été annoncée et que le jeune homme avait enfin compris pourquoi il se sentait fiévreux et qu’il avait un migraine carabinée, le jeune homme avait paniqué en se demandant si tout cela n’était pas un stratagème visant à mettre du piquant dans leur vision tordue du divertissement.
Il avait hésité à se présenter à l’examen, mais quand il avait compris que sa vie était en jeu de toute manière, il était l’un des premiers à s’être retrouvé devant les portes de l’hôpital après que l’interdiction de tuer avait été sonnée.

Le vaccin fut très désagréable le premier jour, le forçant à rester allongé une bonne partie de la journée. Mais ca aurait pu être pire, il le savait en écoutant certains des jeunes présents hurler de douleur ou sangloter.
Il n’avait pas voulu penser à ceux qui étaient éventuellement morts.
Être ici avec tous les autres jeunes amenés sur cette île était particulièrement étrange. Faute d’être locaces ou lié avec qui que ce soit, le jeune homme avait observé.
Certains d’entre eux n’avaient visiblement pas beaucoup plus de 15 ou 16 ans. Beaucoup semblaient apeurés à l’idée de faire ne serait ce qu’un geste déplacé, au début. Puis avec le temps, Thak avait remarqué un changement dans leur comportement : certaines personnes semblaient se connaître depuis assez longtemps et trouver du réconfort les uns en les autres, d’autres avaient commencé à aider les plus atteints. Certains pleuraient silencieusement au chevet d’un ami et Thaksin reprenait peu à peu foi en l’humanité parce que malgré leur situation, il savait maintenant qu’il était possible de rester humain et de ne pas se transformer forcément en tueur de sang froid.

A cette heure ci, seuls les patients les plus malades étaient couchés. Beaucoup de ceux qui commençaient à guérir déambulaient dans les couloirs en cherchant un peu de distraction, mais Thaksin n’était pas vraiment attiré par l’idée de se joindre à eux.

Il allait fermer les yeux quand un gémissement au fond de la salle le fit sursauter, se redressant sur ses coudes. Quelqu’un, quelques lits plus loin, semblait souffrir le martyr. Le jeune homme ne voyait pas son visage mais vit une tête remplie de cheveux blonds-gris dépasser des couvertures du lit d'où provenaient les bruits.

Il regarda autour de lui, cherchant de l’oeil une infirmière ou un médecin. Mais ils étaient seuls, à l’exception de quelques patients toujours alités. Inquiet, cependant, le jeune homme s’approcha du lit avec précaution, se demandant si son voisin ne faisait pas tout simplement un cauchemar (ce ne serait pas étonnant, ils avaient de quoi faire travailler leur imagination).
“Hum...Hey, est ce que ca va ?”
Il se sentit immédiatement idiot mais il tendit la main vers l’épaule du garçon, prêt à essayer de le réveiller.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

beautiful liar
I see myself in the mirror and I ask myself
Will it really make you happy if I let you go? Kim Thaksin


Dernière édition par Kim Thaksin le Lun 7 Aoû - 17:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 20 ans
Vague : Première vague
Amour : Entiché d'un certain Nippo-Coréen ~

Coupons : 146
Contenu du sac : • Gel super-fixant (plein)
• Trousse de maquillage : (palette de fard à paupière, poudre de riz blanche, petite bouteille de fond de teint, rouge à lèvres et eyeliner noir.)
• Parapluie pliable cassé
• Lentilles de couleur
• Vêtements de rechange
• Petit cristal de roche
• Petite boîte à musique
• Paire de faux-cils + colle
• Photo polaroid d'un bâtiment
• Boîte de médicaments antipsychotiques (24 cachets)

--------------------------------------------

• Une miche de pain
• Une barre de céréales
• Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
• Une carte de l'île avec ses zones
• Une boussole
• Une lampe torche (avec piles)

----------------------------------------

• Revolver

Avatar : Aki (Arlequin)
Statut RP : Indisponible
Pseudo : Dixy
Messages : 162
Activité RP : 3









   Ven 4 Aoû - 15:18



La pénombre qui l'entourait lui rappelait cette chambre, terne et triste où il avait passé son enfance. Des barreaux au fenêtre et la peur consente qu'il apparaisse … Seul ombre à son chevet pour lui parler, seul assassin et sujet de ses nombreux cauchemar. Parfois des électrochocs venaient lui brûler les peau le faisant se réveiller en sursaut durant la nuit, avant de réaliser qu'il était encore dans son cauchemar … Un rêve qu'il refaisait toujours dans les moments les plus effrayants, douloureux. Cette salle d'isolement dont il connaissait les murs par cœur, le sol ternis par la crasse et toujours cette noirceur … Ce monstre qui venait lui murmurer les pires vices à l'oreille et lui faisait mal au crâne. L'idée de se tailler les veines ou de se noyer aurait été trop simple, tuer une personne avant serait plus avisé … La folie qui était présente dans son esprit le torturait et les larmes n'était pas assez puissantes pour le guérir de cette difformité qui le hantait. Ses poings se serraient dans ses cheveux et son corps avait beau trembler de peur il était toujours là à l'observer dans la pénombre de son sourire difforme et de ses yeux jaunes.  

Cela faisait deux jours que Shiro était à l'hôpital et il pensait vivre les pires heures de sa vie … Voir tout ces gens souffrir et hurler, la crainte de recommencer une nouvelle fois le schéma de son passé le transperçait. Il était atteins d'un virus issu d'une épidémie importante dont beaucoup eurent le malheur d'en hériter sur l'île. Le Japonais espérait que cela ne soit pas si grave mais les maux de tête, la fièvre élevée et les vomissements ne le rassuraient pas dans cette idée. Les médecins disaient qu'il avait atteint le pire stade de la maladie, ce qu'on lui a répété toute sa vie pour ses troubles psychologiques … Mais à part lui envoyer des électrochocs toute la journée, les infirmiers n'avaient jamais trouvés de réel remède pour le sauver … Il avait peur que toutes ces personnes ne soient pareil, qu'ils ne s'en servent que comme cobaye plutôt que d'essayer de sauver un patient. Sa réaction avait été des plus excessive à son entrée ici, cherchant à fuir à tout prix, suppliant les médecin de le laisser s'en aller. Refusant les médicaments qu'on pouvait lui proposer et résistant aux injections qui était censé le soigner. Les infirmiers avaient même été obliger de lui passait les lanières autour des poignets afin de pouvoir le piquer. La maladie qui le terrassait ne semblait pas le calmer, le fatiguer pour qu'il ne bouge plus, la peur étant tellement plus forte qu'il s'épuisait à lutter pour partir. Il se sentait encore plus faible que par le passé, physiquement comme mentalement, il était à bout. Tellement que pour la première fois depuis son incarcération au sanatorium il avait réussit à s'endormir. Abattu par la fatigue devenue beaucoup trop grande, il avait sombrer pour plonger à nouveau dans ses cauchemars.

L'autre était toujours là, alors qu'il pensait être seul dans cette salle d'hôpital ou du moins seul éveillé, il vit deux grands yeux l'observer dans la pénombre. Il essayait de fermer les yeux pour qu'il disparaisse. Mais en les rouvrant il était toujours là … Attendant le moment fatidique pour le tuer. Un clignement d’œil suffit pour qu'il disparaisse de son champ de vision et réapparaître près de son lit. Toujours aussi silencieux et cette lueur meurtrière dans ses yeux … Combien de victimes avait-il put faire pendant son sommeil ? Shiro n'eut pas le temps de lui poser la question qu'il le saisit par la gorge en serrant de toute ses forces pour lui couper le moindre souffle d'oxygène. Son rire résonnait dans l'esprit du Japonais qui se débattait et luttait pour sa vie. Son cri se fit entendre en dehors des rêves dans ce couloir du sanatorium remplis de lit de camps accueillant les malades de l'épidémie. L'un d'entre eux entendit ses appels au secours, alarmé sans doute par l'agitation du blond à pics, le joueur bleu s'était approché. Le front de Shiro était parsemé de perles de sueur et son corps remuait sur le matelas suppliant pour sa vie. Il voulait se réveiller, s'échapper de ce cauchemar et de cet hôpital. "Hum...Hey, est ce que ça va ?" tenta l'inconnu. La douleur était bien réel et son cauchemar ne faisait que la matérialisé par autre chose. Mais on dirait bien que rien ne pouvait le sortir de cette prison où il s'amusait à le torturer et a essayer de le tuer … Finalement le Japonais sentit une main sur son épaule qui envoya un signal de la réalité à son cerveau. Se réveillant en sursaut et le corps tremblant, Shiro essaya de s'éloigner de cette main étrangère.

« Ne me tue pas, je t'en prie ! » Hurla le Japonais sous la panique. Les nausées recommençait et il pensait que son crâne allait exploser … Sans parler de ce produit qu'ils lui avaient injecté étant censé le guérir qui lui faisait souffrir le martyr. Pensant que ses vaisseaux sanguins allaient explosé tellement la douleur était forte. « Laissez-moi partir, je ne veux plus que vous m'approchiez avec vos seringues ! » Continua de crier le Japonais qui n'était pas encore conscients que d'autres étudiants dormait à côté. Il n'avait d'ailleurs toujours pas réaliser que le brun qui l'avait sortit de son cauchemars était un étudiant et pas un médecin. Il s'agita toujours plus sous la peur et la souffrance qui le détruisait de l’intérieur. Après quelques minutes de lutte Shiro se stabilisa, seul son corps tremblait comme une feuille de manière incontrôlable tandis qu'il fixait cet étudiant. « Haruto ? » Demanda le Japonais au bords des larmes et en sombrant un peu plus dans le désespoir. Il réalisa en entendant la voix de l'autre joueur qu'il s'agissait d'une personne qu'il n'avait encore jamais vu auparavant. « Pitié sors-moi de là, je ne veux pas rester une seconde de plus ici avec lui ... » Errant dans une totale paranoïa le Japonais ne savait plus où il en était et ne demandait qu'à ce qu'on le sorte de là …

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-


I want to stay here ... A pathetic Paranoia ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Vague : Deuxième vague
Nombre de victimes : 1
Coupons : 80
Contenu du sac : ► Une miche de pain
► Une barre de céréales
► Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
► Une carte de l'île avec ses zones
► Une boussole
► Une lampe torche (avec piles)
► 4 pastilles d'assainissements pour l'eau
► Bracelet
► Livre d’astronomie
►Porte clé laser
►Pot d’encre de chine
►Pinceau
►T-shirt de rechange
►Bouteille d’eau
►Photographie
►Epingle à cheveux
►Revolver (chargé de quatre balles)

Avatar : Jung Taekwoon (Leo)
Pseudo : MikaXIII - Mika
Messages : 234
Activité RP : 6

En ligne








   Sam 5 Aoû - 16:14





Silencieusement, pour ne pas le faire sursauter, le jeune homme s’était approché du lien de son voisin, à quelques mètres du sien. Le thailandais n’avait pas été assez lucide pendant les premiers jours pour le remarquer. Les cris s’entremelaient alors tous dans sa tête et il ne voulait faire qu’une seule chose : dormir.
Aujourd’hui, le jeune homme se sentait mieux. Il marchait sans problème et donc ne pouvait pas laisser quelqu’un souffrir seul dans son lit.
Le coupable du cri qu’il avait entendu était un jeune homme d’apparence à peu près aussi âgé que lui. Thaksin ne put s’empêcher de voir que le patient semblait avoir pleuré et que du maquillage avait coulé sur ses joues.

De toute évidence, il faisait un rêve particulièrement agité. Pour Thaksin, c’était plus étrange que ca : il avait déjà vu ce genre de réactions pendant son stage en clinique psychiatrique. Cette façon de se recroqueviller et de se tenir dans ses bras pour se rassurer n’était pas anodine.
Après son stage, Thaksin avait alors décidé de se spécialiser en psychologie dans un cabinet, si toute fois il avait eu la chance de vivre assez longtemps pour reprendre ses études là ou il les avaient arrêtés : son expérience lui avait montré des conditions épouvantables pour les malades, et des médecins ne prenant pas en compte les besoins de leurs patients, qui devenaient des fois bien plus fous après quelques temps passés dans l’enceinte de la clinique qu’ils l’étaient dehors.

Mais tout cela n’était pas très important, parce que l’homme avait ouvert les yeux et le fixait à présent. Tout ce que Thaksin vit avant de devoir reculer, c’est une peur panique brillant au fond de ses prunelles brunes.
Le jeune homme remarqua que son voisin avait été beau : si toutefois on oubliait ses joues creusées et le maquillage qui avait coulé. De toute évidence, il était encore très malade et le vaccin le faisait délirer… Ou peut être était ce plus profond que ca encore ?

« Ne me tue pas, je t'en prie ! »
Surpris et effrayé, le jeune homme écarquilla les yeux. Il jeta un oeil vers la porte pour vérifier qu’ils n’avaient pas alertés des infirmiers, et leva ses mains en signe de paix, orientant son doux regard dans le sien.
“Hey...je n’ai aucune intention de te tuer.”
Il était de toute évidence encore impossible de dialoguer avec le jeune homme, qui était en pleine crise psychotique.

« Laissez-moi partir, je ne veux plus que vous m'approchiez avec vos seringues ! »
“Hey ! Non, calmes toi, je ne suis pas un médecin.” Le jeune homme repensa à sa propre expérience, et regretta de ne pas connaitre le nom du jeune homme, ce qui aurait pu retenir son attention. Il ne voulait pas le toucher et violer son intimité non plus. heureusement, le garçon se stabilisa, tremblant encore de peur.

« Haruto ? »
Thaksin ne connaissait pas d’Haruto. L’air réellement désolé, il secoua la tête et reprit.
“Non...je m’appelle Thaksin. Comment est ce que tu t’appelles ?”
Il s’assit sur le lit positionné en face du jeune homme, les mains toujours en avant pour montrer qu’il n’était pas armé, ni d’un couteau ni d’une seringue. Il sourit doucement au garçon, sa voix douce.
« Pitié sors-moi de là, je ne veux pas rester une seconde de plus ici avec lui ... »

Fronçant les sourcils, Le garçon regarda autour d’eux. Ils étaient seuls. Complètement seuls. Et pourtant, l’inconnu fixait un point dans le lointain…
Immédiatement, les symptômes d’une hallucination le frappèrent. Il y avait de quoi, car lui même subissait les mêmes. Mais les hallucinations du jeune homme semblait bien plus effrayante.
Il savait que démentir la présence d’une autre personne dans la pièce ne ferait que le braquer pour le moment.
“J’aimerais pouvoir t’aider mais je suis aussi coincé que toi ici…”
Il l’observa longuement.

“Si tu veux, je peux te protéger de Lui, si tu me dis à quoi il ressemble.”
Le mieux pour le moment était de protéger le jeune homme de lui même, le temps que sa lucidité revienne. Il déglutit légèrement, naturellement, il avait envie de l’approcher.
“Est ce que je peux venir plus près ? ou est ce que tu préfères que je reste ici ?”
Toujours lui donner le choix. Ils étaient des humains, comme lui. En fait, il leur ressemblait bien plus qu’il voulait bien le croire, et il n’avait qu’envie d’une chose, aider le jeune homme tout en le respectant. Parce qu’il le méritait.
Il attendit sa réponse patiemment.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

beautiful liar
I see myself in the mirror and I ask myself
Will it really make you happy if I let you go? Kim Thaksin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 20 ans
Vague : Première vague
Amour : Entiché d'un certain Nippo-Coréen ~

Coupons : 146
Contenu du sac : • Gel super-fixant (plein)
• Trousse de maquillage : (palette de fard à paupière, poudre de riz blanche, petite bouteille de fond de teint, rouge à lèvres et eyeliner noir.)
• Parapluie pliable cassé
• Lentilles de couleur
• Vêtements de rechange
• Petit cristal de roche
• Petite boîte à musique
• Paire de faux-cils + colle
• Photo polaroid d'un bâtiment
• Boîte de médicaments antipsychotiques (24 cachets)

--------------------------------------------

• Une miche de pain
• Une barre de céréales
• Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
• Une carte de l'île avec ses zones
• Une boussole
• Une lampe torche (avec piles)

----------------------------------------

• Revolver

Avatar : Aki (Arlequin)
Statut RP : Indisponible
Pseudo : Dixy
Messages : 162
Activité RP : 3









   Lun 7 Aoû - 15:32



Plonger dans un profond délire et emplie de panique, Shiro avait du mal à retrouver son souffle après ce brusque réveil. Au fond il avait souhaité sortir de ce cauchemar, mais pas pour succomber au suivant. L’oxygène venait à lui manquait mais ce n’était pas le plus important pour l’instant. Le fait qu’une ombre s’approche pour tenter de lui ôter la vie était secondaire à son problème principal. C’était lui qui lui faisait peur … Attendant un instant d’hésitation, un moment de panique pour reprendre le dessus, massacrer quiconque se mettrait en travers de sa route. Toutes ces heures passés à lutter pour sa survie et celle des autres ne servaient à rien, en proie à sa paranoïa le jeune homme délirait totalement. Le jeune qui c’était approché ne représentait pourtant pas de menace, moins que celle qui le guettait dans un coin sombre de la salle. "Hey...je n’ai aucune intention de te tuer." Avait tenté l’étudiant bleu pour lui faire comprendre qu’il n’avait pas à se méfier de lui. Mais la folie prenait le pas sur sa raison et la douleur l’empêcher de se concentrer. Il avait pensé aux médecins qui auraient pu revenir avec leur traitement inhumain qui torturait plus qu’il ne soignait. "Hey ! Non, calmes toi, je ne suis pas un médecin." Son corps se remit à trembler de plus en plus tandis qu’il bougeait la tête de gauche à droite comme espérant qu’on le laisserait tranquille.

« Non je ne veux pas, pitié … » Murmura faiblement Shiro dont le cœur faisait trembler ses entrailles à force de cogner avec violence dans sa poitrine. Comme un appel à l’aide, une prière intérieure à des divinités qui n’existait pas pour l’éloigner de ce cauchemar. Il ne lui restait plus que ça pour se rassurer et même cela ne suffisait pas.

Quelque part il aurait espéré qu’Haruto soit là à ses côtés, le sentir pas loin ou le voir à son chevet pourrait le rassuré. Mais en appelant le nom du médecin, l’autre homme fit une grimace d’incompréhension. "Non...je m’appelle Thaksin. Comment est ce que tu t’appelles ?" La question mit du temps à monter jusqu’à son cerveau et l’instant était beaucoup trop intense pour qu’il puisse mobiliser deux neurones pour se rappeler de son prénom … Comment il s’appelait ? Un éclair de lucidité envahit un moment son esprit avant qu’il ne replonge dans l’angoisse en voyant sa silhouette dans la pénombre.

« Sh … Shiro. » Annonça-t-il entre deux quintes de toux violentes. « Oui, je m’appelle Shiro … » Se présenta le Japonais comme pour se convaincre de sa propre existence.

Pour lui il était déjà mort, serait-ce un ange qui était venus s’asseoir près de lui pour lui parler une dernière fois avant de l’emmener au paradis ? Il avait alors des milliards de questions à poser. Est-ce que ça faisait mal de mourir ? Que se passe-t-il après la mort ? Il ne voulait pas pour autant connaître cela tout de suite, il avait encore tant à faire, tant à voir, tant à vivre … Lui laisserait il encore un peu de ce temps si précieux ? "J’aimerais pouvoir t’aider mais je suis aussi coincé que toi ici…" pourtant un ange ça vole non ? C’est capable de disparaître aussi ? Pourquoi ne pas l’emmener au-delà du monde des mortelles dans ce cas ? Shiro le regardait avec un air perdu dans les yeux et les larmes qui s’en réchappaient toujours. "Si tu veux, je peux te protéger de Lui, si tu me dis à quoi il ressemble." Comment lui décrire un tel monstre ? Si ce jeune étudiant était similaire à un ange, l’autre était le démon … Soudainement le petit blond à pics attrapa le bras du plus âgé en désespoir de cause.

« Non je t’en prie ! Il va te tuer ! » L’avertit le plus jeune, la folie l’ayant emporté dans les méandres. « Il est dangereux, c’est un meurtrier sans pitié capable de t’égorger pendant ton sommeil. » Poursuivit le petit blond qui lâcha sa prise pour se rallonger, sa tête commençait à tourner dangereusement. « Il  a des dents pointu comme ces clowns de films d’horreur, des yeux jaunes luisant dans la nuit … » Le Japonais arrêta son récit pour regarder au fond de la pièce. Il le pointa du doigt. « Il est derrière toi … » Bien entendu il n’y avait rien ni personne dans le coin de la pièce si ce n’est quelques meubles aménager pour l’épidémie … Comment ne pas avoir peur de lui avec un comportement pareil ? Et pourtant, même dans ces moments-là il ne serait pas capable de faire de mal à une mouche … « Il revient pour moi je le sais … » Dit-il éprit à nouveau de sanglots incontrôlable.

On peut dire que l’hôpital psychiatrique lui avait fait plus de dégât que de bien, mais il a pourtant longtemps cru en eux pour le débarrasser de ce mal qui n’avait fait que le renforcer. La douleur qui le rongeait ne pouvait être épongé que par lui-même et non pas par des médicaments ou des moyens drastiques tel que les électrochocs et autres méthodes barbares comme l’isolement. Il avait besoin de relations humaines, de parler à quelqu’un qui lui ferait réaliser que tout cela c’est dans sa tête. La présence bienveillante d’un être humain qui n’aurait pas peur de l’approcher. "Est ce que je peux venir plus près ? Ou est ce que tu préfères que je reste ici ?" Shiro resta silencieux, la bouche à demi ouverte en fixant le fond de la salle. Il posa ensuite ses yeux luisants sur l’autre étudiant qui semblait entouré d’une aura céleste, c’était peut-être son ange gardien en fin de compte ? S’il y a bien une personne à qui ouvrir les bras surtout au bord de la mort c’était lui non ?

« Je ne te fais pas peur ? » Demanda Shiro dont les sanglots se calmaient un peu. Il renifla et serra la mâchoire pour tenter de calmer ses tremblements qui ne faisaient que se renforcer à mesure que son souffle se faisait de plus en plus proche. « Oui … » Finit par opiner le petit blond en fixant l’autre garçon. Il attendit qu’il s’approche sans bouger comme s’il avait peur qu’au moindre mouvement il ne s’envole. Mais il n’en fit rien et s’approcha de Shiro. « Plus proche s’il te plaît … » Une fois le garçon assez proche il fit un mouvement rapide comme pour ne pas qu’il s’échappe et se colla à son vis-à-vis enfouissant sa tête contre lui pour ne plus avoir à le regarder. Il devait avoir la présence réconfortante de quelqu’un et la chaleur rassurante que dégageait l’inconnu suffit pour faire cesser ses sursauts de panique. Même si ce geste plutôt inconvenant à un parfait étranger ne se faisait pas, il ne contrôlait plus ses mouvements. Il avait besoin de ça et ne cherchait pas vraiment à comment s’y prendre, il agissait selon ce que son instinct de survie lui dictait. Sa respiration se stabilisa mais en se calmant réalisa la douleur du traitement qui le lacérait … « Reste un peu ici je t’en prie … »

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-


I want to stay here ... A pathetic Paranoia ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Vague : Deuxième vague
Nombre de victimes : 1
Coupons : 80
Contenu du sac : ► Une miche de pain
► Une barre de céréales
► Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
► Une carte de l'île avec ses zones
► Une boussole
► Une lampe torche (avec piles)
► 4 pastilles d'assainissements pour l'eau
► Bracelet
► Livre d’astronomie
►Porte clé laser
►Pot d’encre de chine
►Pinceau
►T-shirt de rechange
►Bouteille d’eau
►Photographie
►Epingle à cheveux
►Revolver (chargé de quatre balles)

Avatar : Jung Taekwoon (Leo)
Pseudo : MikaXIII - Mika
Messages : 234
Activité RP : 6

En ligne








   Lun 7 Aoû - 17:51





Thaksin ne s’était pas attendu à tomber sur un étudiant encore aussi atteint par la maladie : celui ci avait sans aucun doute du être dans un état particulièrement grave en arrivant, c’était la seule explication.
Cependant, ce n’était pas la seule chose qui frappa Thaksin et le poussa à se rapprocher lentement de son camarade. Cette peur, aussi légitime soit elle, n’avait strictement rien de rationnel. L’apprenti psychologue aurait put interpréter cet effroi le rongeant de l’intérieur n’importe ou : le garçon faisait une crise psychotique.
C’était à prévoir, vraiment. Il n’y avait qu’a voir comme Thaksin avait vu ses hallucinations augmenté ces derniers jours. Quelqu’un de plus faible psychologiquement encore ne pouvait que craquer sous la douleur du traitement et l’environnement anxiogène dans lequel ils étaient tous enfermés.

« Non je ne veux pas, pitié … »
Le jeune homme, encore une fois, se mit en retrait. Il n’avait strictement aucune envie d’effrayer le garçon plus que de raison. Et il était patient, vraiment patient. “Je ne suis pas là pour te faire du mal.”
Gardant ses mains tendues vers l’inconnu, il s'avança lentement. Il avait mal pour lui, qui avait l’air dans un tel état de détresse. Comment avait t’il pu ne pas s’en rendre compte auparavant ?


Thaksin n’espérait pas particulièrement de réponses à sa question, mais il sourit doucement quand le malade lui répondit.
« Sh … Shiro. » Thaksin acquiesça. « Oui, je m’appelle Shiro … » S'efforçant toujours de garder l’air très calme, le jeune homme s’approcha encore un peu, jusqu'à se trouver à quelques mètres de lui seulement.
“ Tu es japonais, c’est ça …? Oh mon dieu, tu dois être terrifié.”

Thaksin sursauta légèrement, quand il sentit une main lui agripper le bras : mais si il fut horrifié de la peur qu’il vit dans les yeux du garçon, il n’en fit rien. Il s’empressa de s’agenouiller près de lui, posant sa main sur la sienne et la massant doucement jusqu'à ce que la pression qu’il exerçait sur son bras fin ne soit plus aussi douloureuse.
Thaksin vint tentativement poser une main sur son dos, commencant à le masser doucement pour l’aider à évacuer tout ce qu’il avait à évacuer. C’était encore plus pénible à regarder d’aussi près, et maintenant, le jeune homme était déterminé de ne pas le laisser seul.
« Non je t’en prie ! Il va te tuer ! » Thaksin ne cilla pas devant le regard alarmé du jeune homme. Il l’écouta simplement. « Il est dangereux, c’est un meurtrier sans pitié capable de t’égorger pendant ton sommeil. » Finalement, le jeune homme lâcha son bras, et Thaksin s’écarta, soucieux de ne pas entamer de son espace vital. « Il a des dents pointu comme ces clowns de films d’horreur, des yeux jaunes luisant dans la nuit … »

Le regard de Thaksin se fit doux, compréhensif. Il savait que des hallucinations pouvaient être particulièrement effrayantes. Les siennes étaient bien plus douces et innofensives, mais savoir que l’on a plus l’ascendant sur son esprit et ses sens, ca, c’était vraiment effrayant. Depuis combien de temps ce garçon était t’il plongé dans ce cauchemar ?
“Je comprends que tu sois apeuré…” murmura le thailandais, quand soudainement, son compagnon pointa son doigt vers un point invisible derrière sa tête. D’instinct, le jeune homme se retourna : l’endroit était évidemment désert.
« Il est derrière toi … » Au lieu de démentir, le jeune homme se pencha sur lui. « Il revient pour moi je le sais … »
Cela brisa le coeur du jeune homme d’entendre des sanglots aussi déchirants de la part d’un garçon qui n’avait rien demandé. Il devait se battre avec ses propres démons alors qu’on lui faisait subir mille morts sur cette île de malheur.
“Shiro. Shiro, regardes moi. Je te promets….Je te jure que tant que tu es avec moi, il ne pourra rien t’arriver, d’accord ? Je ne le laisserais pas faire.”
Il était sincère. Quoi que le garçon voyait, alors cela deviendrait sa propre menace à anéantir.


Quand Thaksin demanda à son interlocuteur, l’expression du garçon lui arracha presque un sanglot. Depuis combien de temps quelqu’un n’avait t’il pas pris le temps de s’asseoir près lui et de le soutenir ? Le thailandais avait peur d’entendre la réponse. Au lieu de se laisser submerger par les émotions, il sourit au garçon.

« Je ne te fais pas peur ? » Ce fut au tour du thaïlandais d’avoir l’air sincèrement surpris.
“Tu ne me fais pas peur, je te le promets” Et c’était vrai, Thaksin n’éprouvait aucune peur envers ce jeune homme qui semblait se battre avec de sérieux problèmes. Il avait simplement une douloureuse envie de le prendre dans ses bras et de lui dire qu’au final, tout irait bien.
Mais ca aurait été un gros mensonge.
« Oui … » Thaksin sourit encore une fois de toutes ses dents, et s’approcha. “Je vais m’asseoir sur le lit, hm ?” Quelque chose passa sur le visage de son vis à vis que Thaksin ne sut déchiffrer.
« Plus proche s’il te plaît … » Il acquiesça sans sourciller, et ne sursauta que lorsque Shiro se jeta littéralement sur lui, l'enveloppant de ses deux bras dans une étreinte de fer. Thaksin manqua de tomber sur le lit, mais put éviter le pire et il put s’asseoir, tenant gentiment le jeune homme contre lui. La soudaine proximité ne le dérangeait pas, au contraire : parfois une étreinte valait tous les mots du monde.
« Reste un peu ici je t’en prie … »
Sans réellement y réfléchir, le jeune homme acquiesça doucement. “Je ne partirais pas; à part si tu me le demandes.”
Il resta quelques secondes silencieux, caressant gentiment les cheveux blonds du garçon, ayant la sensation de réconforter un enfant plutôt qu’un adulte majeur. Son poids bien trop léger pour être normal y était aussi pour quelque chose.

Finalement, au bout de quelques minutes, Thaksin se pencha vers son compagnon.
“ Shiro, est ce que tu as des amis que tu aimerais que je trouve…?” demanda t’il doucement. “Quelqu’un a veillé sur toi jusqu’ici …?” Sinon, comment le garçon avait t’il bien pu survivre ?

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

beautiful liar
I see myself in the mirror and I ask myself
Will it really make you happy if I let you go? Kim Thaksin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 20 ans
Vague : Première vague
Amour : Entiché d'un certain Nippo-Coréen ~

Coupons : 146
Contenu du sac : • Gel super-fixant (plein)
• Trousse de maquillage : (palette de fard à paupière, poudre de riz blanche, petite bouteille de fond de teint, rouge à lèvres et eyeliner noir.)
• Parapluie pliable cassé
• Lentilles de couleur
• Vêtements de rechange
• Petit cristal de roche
• Petite boîte à musique
• Paire de faux-cils + colle
• Photo polaroid d'un bâtiment
• Boîte de médicaments antipsychotiques (24 cachets)

--------------------------------------------

• Une miche de pain
• Une barre de céréales
• Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
• Une carte de l'île avec ses zones
• Une boussole
• Une lampe torche (avec piles)

----------------------------------------

• Revolver

Avatar : Aki (Arlequin)
Statut RP : Indisponible
Pseudo : Dixy
Messages : 162
Activité RP : 3









   Jeu 10 Aoû - 14:18



Il voulait que tout s'arrête, il n'avait de cesse de se demander pourquoi est-ce que le sort s'acharnait sur lui ainsi. Peut-être avait-il fait quelque chose de mal qui lui fasse regretter ses erreurs. Mais il était bien trop mal pour pouvoir y réfléchir. La bête tapi dans l'ombre qui l'effrayait plus que tout continuait de regarder cette scène insolite entre Shiro et ce garçon au cœur pur qui avait décider de venir lui porter secours. Avoir quelqu'un à son chevet de cette manière le rassurait, même si la folie était plus forte, il sentait qu'ainsi rien ne pouvait lui arriver … Même si la crainte qu'il reprenne le dessus était toujours bien présente. "Je ne suis pas là pour te faire du mal." Le rassura le plus âgé. Il ne savait plus discerner le bien du mal et savoir qui était là pour le soutenir ou le couler encore plus était impossible dans ces moments. Malgré tout l'aura protectrice de ce garçon se ressentait face à la noirceur de l'autre. Sa plus grande angoisse c'était sans doute qu'il fasse du mal aux êtres pures comme lui … Shiro réussit à articuler son prénom malgré la quinte de toux abominable qu'il avait. "Tu es japonais, c’est ça …? Oh mon dieu, tu dois être terrifié." Le jeune homme hocha la tête à sa question concernant sa nationalité. Pour ce qui est de la peur elle ne le lâchait pas dans les moments où il voulait être tranquille. Et si par miracle il arrivait à calmer ses angoisses, c'est la douleur qui reprenait le dessus, quand aurait-il le droit à un peu de répit ?

L'autre étudiant lui proposa de lui dire à quoi il ressemble, et le voir se renseigner sur la créature pour mieux le repoussait ne lui disait rien qui aille. Il pourrait le blesser ou pire le tuer … Il était hors de question qu'une personne soit la proie de cette création démoniaque. "Je comprends que tu sois apeuré…" Mais même les sages paroles de l'autre garçon ne suffisait pas à lui enlever de la tête qu'il pourrait s'en prendre à lui. Il le prévint même de sa position et de ce à quoi il ressemblait. Mais pouvait-il le voir ? Dans son délire Shiro était pourtant sûr qu'il était bel et bien réel … La panique s'empara du plus jeune qui ne tenait plus en place, il s'agita de plus en plus voulant quitter cette chambre, cet hôpital, partir de ce cauchemar au plus vite et faire en sorte qu'il n'y ait plus de mort, plus de blessés … Le Japonais avait cramponné le bras de Thaksin dans l'espoir que ce simple geste puisse lui faire comprendre qu'il courrait un grave danger. "Shiro. Shiro, regardes moi. Je te promets….Je te jure que tant que tu es avec moi, il ne pourra rien t’arriver, d’accord ? Je ne le laisserais pas faire." Lui promit l'étudiant bleu. A entendre son nom prononcer de manière aussi douce et réconfortante, le petit blond se calma peu à peu ne laissant que son cœur cogner contre sa cage thoracique. Il voulait être sûr qu'aucun mal ne soit fait à personne, et surtout pas aux personnes comme Thaksin qui ne méritait en aucun cas de souffrir. Le Japonais effaça les vestiges de ses larmes sur ses joues mais plus il essayait de les essuyait plus d'autres perles venaient s’amasser dans ses yeux.

Ce qui étonna le plus le Japonais c'est que l'autre garçon n'ait pas peur de lui. Beaucoup de monde l'avait trouvé repoussant de par son style et sa manière d'agir. Il voulait savoir comment l'autre garçon le percevait, sinon il s'éloignerait pour sa sécurité, il voulait que les gens se sente à l'aise en sa présence. "Tu ne me fais pas peur, je te le promets" Cette simple phrase rassura le Japonais qui garda sa main autour du poignet de l'étudiant regardant cela comme s'il s'agissait de sa dernière attache à ce monde. Il avait peur que s'il le lâche, il ne meurt instantanément. Même si le monde dans lequel il avait atterris était cruel, il tenait à la vie, s'y raccrochait pour toutes les promesses de belles choses qu'il avait encore à vivre … La nuit était sa pire ennemie, elle réveillait ses peurs et les monstres de ses cauchemars, les passer seul sans lumière était chose difficile pour lui mais depuis que la maladie l'avait atteint c'était encore plus difficile … Le fait que quelqu'un soit à ces côtés balayait un peu cette phobie. "Je vais m’asseoir sur le lit, hm ?" Annonça le joueur bleu après que le Japonais lui ais donné l'autorisation pour se rapprocher. Mais cela ne suffisait pas, il se sentait encore trop seul et l'insécurité que cela créait lui était insupportable. Il lui demanda de se rapprocher encore ne voulant pas le faire fuir par un geste désespérer pour lui sauter dans les bras. La faiblesse dû à sa maladie n'allait pas le clouer au lit, c'est la peur qui lui donnait cette élan de force.  

Il sentait comme si un poids s'envolait de ses épaules lorsque le plus âgé acquiesça en s'approchant un peu plus de l'étudiant mauve qui n'attendit pas une seconde de plus pour lui sauter dans les bras. Le petit blond enfouit sa tête contre Thaksin profitant de l'étreinte réconfortante qu'il lui offrait. Il sentait son mal diminuer un peu et il oublia pendant quelques secondes l'autre dans la pénombre. Shiro demanda s'il était possible qu'il reste avec lui le temps qu'il se calme trouvant à cela un remède efficace contre ses angoisses. "Je ne partirais pas; à part si tu me le demandes." Le plus jeune repositionna un peu mieux son visage contre l'autre garçon et ferma les yeux pour ne plus avoir à regarder les ténèbres qui les entourait. Tel un véritable ange gardien, Thaksin était le seul bouclier qu'il avait contre sa folie, contre la maladie, contre ce monstre. Le blond sembla s’apaiser peu à peu, ses tremblements quelques minutes auparavant devenus incontrôlables se stabilisèrent en sentant les caresses rassurantes dans ses cheveux. Pendant un moment il leva les yeux vers le visage de l'autre étudiant pour le détailler, il ne l'avait pas fait à cause de la panique qui l'avait traverser mais en profitait pour reprendre un peu ses esprits.

« Tu es Coréen ? » Murmura presque le Japonais qui voulait connaître un peu plus l'identité de son sauveur. Shiro resserra ses bras autour de la taille du jeune homme espérant que cela puisse anéantir la douleur du traitement qui le lacérait de l’intérieur. Il ne restait plus que des larmes de douleur dans ses yeux mais il resta néanmoins silencieux et plus calme que précédemment.

Après un petit instant de silence l'autre étudiant attira de nouveau l'attention du blond qui réorienta son regard sur son visage. "Shiro, est ce que tu as des amis que tu aimerais que je trouve…?" Son cœur manqua un battement à sa question et l'image d'une personne lui traversa l'esprit pendant un moment … "Quelqu’un a veillé sur toi jusqu’ici …?" Il ne voyait qu'une seule personne qui pourrait le libérer de son mal dans cet hôpital, qui pourrait l'emmener loin d'ici … Cette conversation le forçait à réfléchir oubliant ses craintes et reprenant son souffle peu à peu. Il mit de côté le mal qui battait dans ses veines pour avoir la force de parler.

« Si tu rencontre un jour un Haruto ... » Commença le Japonais avant de tousser plusieurs fois en éloignant son visage de l'autre garçon. Lorsque la toux fut passé il replongea ses yeux dans ceux de Thaksin. « Tu pourras lui dire que j'aimerais lui parler de quelque chose … Et qu'on fasse équipe tous les deux ... » Il baissa un peu les yeux en repensant à la conversation qu'ils avaient eus il y a un petit moment. « Je t'en serais éternellement reconnaissant. » Lui avoua-t-il en reposant sa tête sur les genoux de l'autre étudiant. Il risqua un regard derrière lui et s'aperçut qu'ils étaient enfin seuls. Shiro souffla un peu, toute la peur semblant s'évaporer d'un seul coup. Il restait encore la nausée qui avait refait surface beaucoup plus forte, mais il se sentait déjà mieux. « Il est partie ... » Avoua-t-il dans un soupir ne lâchant pas pour autant le plus grand de peur qu'il s'en aille.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-


I want to stay here ... A pathetic Paranoia ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Vague : Deuxième vague
Nombre de victimes : 1
Coupons : 80
Contenu du sac : ► Une miche de pain
► Une barre de céréales
► Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
► Une carte de l'île avec ses zones
► Une boussole
► Une lampe torche (avec piles)
► 4 pastilles d'assainissements pour l'eau
► Bracelet
► Livre d’astronomie
►Porte clé laser
►Pot d’encre de chine
►Pinceau
►T-shirt de rechange
►Bouteille d’eau
►Photographie
►Epingle à cheveux
►Revolver (chargé de quatre balles)

Avatar : Jung Taekwoon (Leo)
Pseudo : MikaXIII - Mika
Messages : 234
Activité RP : 6

En ligne








   Jeu 10 Aoû - 22:11





Le pauvre blondinet semblait être contrôlé par une peur paralysante qui le faisait trembler de tous ses os. Et, quoi qu’il puisse voir avait au moins une part de vérité pour le garçon, qui semblait avoir un très bon fond. Peu de personnes se seraient préoccupés de son propre sort dans sa situation, et pourtant, il le prévint que si il approchait, alors l’étrange créature pourrait s’en prendre à lui.
Il n’avait jamais vu de patient atteint d’hallucinations aussi aiguës auparavant : lui même avait développé des méthodes lui permettant de différencier une hallucination de la réalité. Mais ce garçon avait visiblement vécu si longtemps en intériorisant ce mal qu’à présent, ses émotions ressemblaient à une bombe sur le point d’exploser.

Samy avait longuement travaillé en bénévole dans une clinique psychiatrique : celle ci était relativement nouvelle et bien entretenue, mais il se souvenait de s’être horrifié des conditions de vie des pensionnaires, traités à la plupart du temps comme du bétail et confinés dans des chambres ou ils étaient gardés seuls avec les voix dans leur tête, jusqu’à ce qu’ils deviennent encore plus fou à liés qu’auparavant.

Le traitement des déficients mentaux en Asie était en cause. Ceux ci étaient souvent abandonnés par leur famille, entassés dans des cellules pour innocents et effacés des radars des médias. Personne n’en parlait et la plupart des gens faisaient comme si ils n’existaient pas. Cela finissait par donner des personnes comme ce pauvre Shiro, qui aurait du être entouré d’une famille d’adoption aimante, pas sur ce lit, aux portes de la mort après donné tout ce qu’il venait de subir.
Aussi, Thaksin fit de son mieux pour l’apaiser, allant jusqu’à accepter que le garçon vienne l’entourer de ses bras. Thaksin n’avait pas peur. Shiro était de toute manière sans défense, un jeune homme que personne n’avait voulu venir voir à son chevet.

Après quelques secondes passées à l’écouter respirer plus naturellement, bien que toujours avec énormément de mal, le jeune homme reprit la parole. Peut être que le jeune homme, par miracle, aurait rencontré quelqu’un sur cette ile, quelqu’un qui l’avait peut être ammené jusqu’ici, oui quelqu’un qui pourrait trouver les bons mots pour ammener le jeune homme à se calmer.

« Si tu rencontre un jour un Haruto ... » Le pauvre garçon eut une quinte de toux et le jeune homme massa gentiment son dos jusqu'à ce que cela s’arrête. Les muscles et les os des plus malades étaient si endommagés, que la plupart avaient plusieurs côtes cassées et devaient être empêchés de faire des mouvements trop brusques pour éviter de finir de les casser, mais aussi de percer l’un de leurs poumons.  

« Tu pourras lui dire que j'aimerais lui parler de quelque chose … Et qu'on fasse équipe tous les deux ... » Le prénom était totalement inconnu, mais le jeune homme fut heureux de savoir que, sur cette île , Shiro semblait avoir au moins deux alliés, à présent. « Je t'en serais éternellement reconnaissant. » Le jeune homme le laissa reposer correctement sa tête avant de reprendre ses caresses, soulagé de le voir apaisé. Il n’osait qu’à peine bouger, de peur de voir les tremblements reprendre de plus belle. Il finit par acquiescer. Il ne devrait pas être impossible de retrouver un Haruto, étant donné que tous les joeurs seraient réunis dans un endroit aussi étroit pendant trois longs jours.
“Je te promets que je vais essayer de le retrouver. Et si je le croise, je lui dirais de venir te retrouver.” Mais l’attention du jeune homme semblait être reporté sur le coin de la pièce ou la créature devait être assise, entrain de les observer, attendant la première occasion pour les attaquer. « Il est partie ... » La déclaration le fit se redresser, et d’instinct, il regarda autour d’eux.
Personne, ils étaient seuls.
“Je te l’avais dit… tant que je suis avec toi, rien ne peut t’arriver.” Il lui offrit son plus beau sourire quand il releva les yeux vers lui.

Quand il sentit le jeune homme calme et plus lucide, il se pencha légèrement sur lui, et lui demanda d’une voix douce, le genre de voix qui pourrait rendre n’importe quel genre de phrases apaisantes.
“Shiro...est ce que tu peux me dire depuis quand cet homme te suit…? Est ce que… il apparaît dans des situations en particulier ?”
Les hallucinations pouvaient être un effet des médicaments et de la fatigue, bien que son mal être semblait bien trop ancré en lui pour être aussi récent.
“Tu peux me parler ci tu veux… tu me parler de Lui, de Haruto...ou encore de ton enfance;..”

Il continua à passer sa main dans ses cheveux, en rythme. Peut être qu’en lui parlant, il trouverait un moyen de l’apaiser sur le long terme.
“Ou est ce que tu allais en cours…?” Murmura t’elle. “Tu viens du Japon, non…? Quelle ville ?”
Heureusement Sin connaissait bien le Japon et tout ce qui avait un rapport, de près ou de loin, avec la culture japonaise.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

beautiful liar
I see myself in the mirror and I ask myself
Will it really make you happy if I let you go? Kim Thaksin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 20 ans
Vague : Première vague
Amour : Entiché d'un certain Nippo-Coréen ~

Coupons : 146
Contenu du sac : • Gel super-fixant (plein)
• Trousse de maquillage : (palette de fard à paupière, poudre de riz blanche, petite bouteille de fond de teint, rouge à lèvres et eyeliner noir.)
• Parapluie pliable cassé
• Lentilles de couleur
• Vêtements de rechange
• Petit cristal de roche
• Petite boîte à musique
• Paire de faux-cils + colle
• Photo polaroid d'un bâtiment
• Boîte de médicaments antipsychotiques (24 cachets)

--------------------------------------------

• Une miche de pain
• Une barre de céréales
• Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
• Une carte de l'île avec ses zones
• Une boussole
• Une lampe torche (avec piles)

----------------------------------------

• Revolver

Avatar : Aki (Arlequin)
Statut RP : Indisponible
Pseudo : Dixy
Messages : 162
Activité RP : 3









   Mar 15 Aoû - 13:59



Cette nuit d'enfer, Shiro s'en souviendrait encore longtemps, comme la plupart qu'il avait passé là bas … Elle entrait dans les pires nuits qu'il avait eus mais ne sera pas celle qui le hanteras le plus grâce à l'apparition de cet ange … C'était bien la première fois quand il avait une crise qu'il était soutenue par quelqu'un … Étant jeune c'est sa mère qui se chargeait de ça, mais depuis son enfermement il l'avait affronté seul, personne n'était venus l'encourager, le rassurer … C'était bien la première fois qu'une personne n'avait pas peur de lui pour l'approcher ainsi pendant l'une de ses crises. Il n'avait pas eus le temps de prendre le dessus, de le faire céder à la panique grâce à cet étudiant au cœur pur qui c'était avancer vers lui et lui avait tendu la main, ce que peu on fait jusqu'à présent. Il devait y avoir tellement d'autres personnes dans son cas et rien que le fais de penser qu'eux sont encore seul alors que lui a le soutiens et l'appuie d'une personne bienveillante lui faisait mal. Il resserra Thaksin entre ses bras à cette pensées tout en essayant de penser à autre chose. Ses tremblements avaient cessés peu à peu à mesure qu'il discutait avec l'autre garçon. Sa respiration était redevenu presque normal et il ne paniquait plus, profitant seulement de cet étreinte que peu lui aurait offert, de parler avec quelqu'un, ce geste si simple arrivait à l’apaiser.

Maintenant que la peur panique avait disparu la douleur du traitement et les nausées se firent ressentir pour le patient qui ne bougea cependant pas. Ce ne serait jamais pire que ce qu'il venait d'essuyer à l'instant avec l'aide de l'autre joueur. Il ferma les yeux resserrant un peu le haut de Thaksin dans sa main pour que la douleur qui le rongeait s'estompe. Il essayait de ne pas y penser, de se dire que ça allait passer pour ne pas que ce mal ne vienne les déranger. Puis le Japonais parla d'Haruto, il demanda si l'autre étudiant pouvait lui faire passer un message important, il avait quelque chose à lui dire … "Je te promets que je vais essayer de le retrouver. Et si je le croise, je lui dirais de venir te retrouver." Shiro eut un faible sourire sur le visage mais ce dernier n'en était pas moins sincère. La maladie le terrassait mais il gardait toujours un signe affectif pour les personnes qui se montrait avenant et généreux avec lui. Le petit blond posa sa main sur celle du joueur bleu avant de la prendre doucement. Il caressa le dos de sa main de son pouce en signe de remerciement avant de replonger les yeux dans les siens.

« Merci … Tu es vraiment un ange tombé du ciel, j'en connaît peu qui aurait perdu leur temps pour un fou ... » Annonça-t-il avec ce sourire remplie de loyauté.

Il n'avait encore jamais rencontrer quelqu'un avec un cœur aussi pur. Quelle personne viendrait en aide à une personne qu'il ne connaît pas, surtout un fou comme lui qui en effraie la plupart. Qui serait aussi patient pour rester à ses côtés et veiller sur lui alors qu'il venait à peine de le rencontrer ? C'est les personnes comme Thaksin qui redonnait à Shiro foi en cette humanité qu'il croyait sombrer à jamais dans les ténèbres. Il avait l'espoir que les choses s'arrangerait grâce à des personnes comme lui. En regardant dans le fond de la pièce le sourire du Japonais s'élargit un peu plus en annonçant qu'il n'était plus ici. "Je te l’avais dit… tant que je suis avec toi, rien ne peut t’arriver." Il releva un regard touché vers son interlocuteur avant de reposer sa tête sur ses genoux et s’allonger un peu mieux sur le lit. Il garda tout de même la main de son interlocuteur dans la sienne se sentant invincible de cette manière. Il sentait qu'il ne reviendrait pas de sitôt tant que son ange gardien serait dans les parages.

« Tu avais raison … Tu es incroyable … Comment tu as fait ça ? » Demanda le Japonais d'une faible voix. Il était sûr que c'était comme une manifestation divine pour avoir fait disparaître ce monstre.

Beaucoup de choses intrigantes chez cet étudiants qui lui avait fait l'honneur de le choisir pour le réconforter ce soir. Beaucoup d'autres personnes devaient être dans un état bien pire que le sien et pourtant il était à ses côtés … "Shiro...est ce que tu peux me dire depuis quand cet homme te suit…? Est ce que… il apparaît dans des situations en particulier ?" En entendant la voix réconfortante de son interlocuteur le blond à pics replongea ses yeux dans les yeux en resserrant un peu sa main dans la sienne. D'habitude il n'en parlait à personne, il essayait d'éviter le sujet mais il l'avait vu en pleine manifestation et mieux il l'avait soutenu. Il sentait qu'il pouvait lui faire confiance et que grâce à lui ça lui permettrait de faire la lumière sur quelques choses qui lui échappent … "Tu peux me parler si tu veux… tu me parler de Lui, de Haruto...ou encore de ton enfance;.." Le Japonais marqua une petite pause en se lovant un peu plus à son interlocuteur en ramenant un peu plus les couvertures à lui, se préparant à raconter les événements qui l'effrayait sans doute le plus …

« Je crois que la première fois que je l'ai vu, c'était quand j'avais cinq ans ... » Lui expliqua le plus jeune, du moins c'est aussi loin que remonte ses souvenirs de lui. Il déglutit en essayant de prendre du courage que lui transmettait son interlocuteur pour dire tout cela. « Lorsque je suis très en colère, il viens pour se venger, quand j'ai très peur, il se manifeste aussi et quand je suis très triste, il s'en prend directement à moi. » Lui expliqua-t-il en se souvenant de cette fois à l'asile où on l'avait mit en salle d'isolement, et que son chagrin était tellement fort qu'il était venus … Il l'avait retrouvé avec des marques inquiétantes sur le corps lui attribuant des tendances suicidaires … Mais ce n'est pas lui qui avait fait ça, il l'avait vu faire … « Mes émotions négatives sont une ouverture pour lui et il s'en sert à sa guise … J'arrive pas à l'arrêter … Je ne veux pas qu'il blesse les autres ... »

Il tenait à le lui dire, il essayait de lui expliquer en espérant que Thaksin l'aide à trouver une solution pour au moins le canalisé ou canaliser ses émotions si c'était possible … Son enfance était mêler entre bons et mauvais souvenir, beaucoup trop douloureux pour s'en rappeler. A chaque fois qu'il y repensait il voyait le visage aimant de sa mère qu'il ne reverrait sans doute plus jamais. Cela lui décrocha quelque larmes qui roulèrent silencieusement le long de ses joues. Est-ce qu'il pourra au moins lui dire une dernière fois qu'il l'aime avant ? Il savait que non, s'en était fini … Il essuya ses larmes d'un revers de main et renifla un peu en essayant de se calmer. Pour ce qui est de lui il avait peur qu'en en parlant cela le fasse revenir, un peu comme dans les cauchemars de tous les enfants … Il savait qu'en parler ne lui ferait pas du bien et ferait resurgir de mauvais souvenirs passés à l'asile. Et puis Haruto … Il aimerait vraiment en parler des heures, lui demander des conseils sur comment expliquer à quelqu'un qu'on tiens à lui plus qu'il ne le faudrait, mais Thaksin n'était pas là pour perdre son temps de cette manière … Il avait déjà fait beaucoup pour lui et Shiro se sentirait trop mal de lui confier autant de choses en une nuit qu'il aurait put passer à se reposer …

« Tu en fais beaucoup pour moi et j'aimerais vraiment pouvoir te rendre ce que tu m'offre. Personne n'avait fais ce geste avant toi. Qu'est-ce qui te pousse à le faire, alors que tu ne me connaît pas ?... » Cette question lui brûlait tellement la langue qu'il n'avait pas put s'empêcher de la poser.

Thaksin était quelqu'un d'atypique, de vraiment gentil et jamais Shiro n'aurait imaginer tomber sur un ange tel que lui. Il en aurait des choses à lui demander, à lui parler, à partager avec lui. Cela le faisait oublier qu'il était différent des autres pendant un petit moment. "Ou est ce que tu allais en cours…?" Demanda alors l'autre étudiant faisant replonger le Japonais dans la réflexion. "Tu viens du Japon, non…? Quelle ville ?" En repensant à son pays il sourit un peu en se disant que les dernières image datait d'avant ses dix ans … Quand il était encore autorisé à aller où bon lui semble sans être enfermé entre quatre murs …

« Juste avant d'arriver sur l'île j'étudiais à Séoul. » Répondit le plus jeune. C'est les seuls vrais cours qu'il ait eus, il avait été renvoyé de son école en étant jeune et c'est l'hôpital psychiatrique qui avait prit en charge son éducation … « Oui, je suis né à Osaka, tu connais ? » Demanda le Japonais avec un léger sourire. « C'est une très belle ville tu sais, et un beau pays que j'aurais aimé visiter ... » Lui qui voulait vivre à Tokyo, il n'avait jamais eus l'occasion d'y mettre les pieds … « Tu es déjà aller au Japon toi ? » Demanda le joueur mauve qui voulait partager un peu avec Thaksin ce qu'il avait put voir. Un sentiment que beaucoup de personne ont lorsqu'ils en rencontrent d'autres. Mais que le plus jeune n'a jamais vraiment connu. Il pensait que c'était quelque chose de rare un moment pareil, mais des personnes en avaient tous les jours. Il découvrait enfin ce qu'était la sociabilité et la vie réel. « Tu sais dire des choses en Japonais ? » Peut-être qu'il allait découvrir que son interlocuteur parlait un peu sa langue maternelle. « Tu viens de la NEC pas vrai ? » Il ne savait pas si à part le Coréen les étudiants ici apprenaient le Japonais … « Je n'ai pas pus rencontrer beaucoup de Japonais quand j'étais enfants, le seul qui avait accepté d'être mon ami, il l'a agressé … » Et c'était à ce moment là qu'il avait plonger … « Je ne veux pas qu'il te fasse la même chose … Tu es un ami cher à mes yeux que je ne veux pas perdre à présent ... »

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-


I want to stay here ... A pathetic Paranoia ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Vague : Deuxième vague
Nombre de victimes : 1
Coupons : 80
Contenu du sac : ► Une miche de pain
► Une barre de céréales
► Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
► Une carte de l'île avec ses zones
► Une boussole
► Une lampe torche (avec piles)
► 4 pastilles d'assainissements pour l'eau
► Bracelet
► Livre d’astronomie
►Porte clé laser
►Pot d’encre de chine
►Pinceau
►T-shirt de rechange
►Bouteille d’eau
►Photographie
►Epingle à cheveux
►Revolver (chargé de quatre balles)

Avatar : Jung Taekwoon (Leo)
Pseudo : MikaXIII - Mika
Messages : 234
Activité RP : 6

En ligne








   Ven 18 Aoû - 20:28





Ce n’était pas de la pitié. Bien des personnes tendaient la main à leur prochain par pitié, peut être parfois pour se donner bonne conscience en se préoccupent de cas “sociaux”. Le blondinet était le genre de personnes vers qui personne ne se tournait, parce qu’ils avaient peur : peur parce qu’il ne pensait pas, ne fonctionnait pas comme eux, peur parce que le pouvoir de l’imagination était parfois si puissant qu’il pouvait rapidement devenir hors de contrôle.
Personne ne s’approcherait de lui par pitié.
Thaksin pensa à toutes les personnes qui avaient dû user de chantages affectifs sur un jeune homme qui avait simplement besoin d’un peu d’attention, et qui surtout n’avait jamais demandé à être différent, à éprouver tellement de sentiments qu’ils finissaient par saigner hors de son corps.

Le jeune homme avait toujours pensé que l’être humain cachait une source de folie en chacun d’eux, mais que les vrais fous étaient ceux qui dirigeaient l’asile.
Ceux qui pensaient qu’enfermer et torturer des jeunes était une façon valable de les soigner, et dont le jeune homme avait de toute évidence été victime.

Il était facile pour Thaksin de reconnaître quelqu’un ayant souffert de maltraitance dans leur besoin viscéral d’un peu d’attention, et la façon que le jeune homme avait de l’aggriper ne le trompais pas. Il s’accrochait à lui comme à la dernière chose qui pourrait le maintenir en vie.
Peut être était ce le cas. Une petite voix effrayante lui murmura dans l’oreille. Peut être qu’il était mourant. Après tout, il avait vu des infirmiers vider des lits. Il avait vu...entendu des jeunes passer d’un hurlement a un affreux silence avant de disparaître mystérieusement.
La panique assaillit le jeune homme : hors de question qu’il laisse le garçon mourir. Il serra sa main dans la sienne.

« Merci … Tu es vraiment un ange tombé du ciel, j'en connaîs peu qui aurait perdu leur temps pour un fou ... » Thaksin le savait, mais il secoua la tête doucement en souriant, caressant ses cheveux. Ses paroles suivantes, cependant, étaient sincères.
“ Tu n’es pas fou...tu penses simplement sur un autre niveau que les autres. Je … c’est ce que je pense en tout cas.”
Rien qui ne mérite l'emprisonnement et la torture. Il avait besoin qu’on l’aide. Qu’on l’apprécie et qu’on le lui montre, tout simplement, pour qu’il se rende compte qu’il avait des bonnes raisons de se battre contre ses hallucinations.
C’est alors que le garçon se tourna vers l'endroit où était censé se trouver l’origine de sa tourmente, et sembla réellement surpris de voir que l’entité n’était plus là, à le fixer de ses petits yeux en attendant de pouvoir se repaître de sa sanité.
Il s’empressa de le partager au jeune homme, qui lui offrit un sourire radieux.

« Tu avais raison … Tu es incroyable … Comment tu as fait ça ? » Le thailandais n’avait aucune intention de s’approprier un quelconque pouvoir divin. Un peu d’attention et de sécurité était ce qu’il fallait au jeune homme pour retrouver son équilibre.
“A deux, on se sent en sécurité, et ce que tu vois ne peux pas se nourrir des émotions positives, n’est ce pas ?” Il soupira doucement. “Je sais que ce n’est pas facile d’en avoir dans cet endroit mais...crois moi, ca marche.”
Le coup de la pensée positive ne marchait pas que pour faire voler des enfants dans un dessin animé Disney avec une certaine fée Clochette. Elle servait aussi à combattre les mécanismes d’auto défense incontrôlée d’une personne atteinte de maladie mentale.


Il aurait voulu le laisser tranquille, le laisser se reposer. Après tout, il n’était pas psy, ce n’était pas son travail de diagnostiquer et de soigner ce trouble qui l’habitait. Mais ce fut plus fort que lui. Le long regard que lui lanca Shiro finit de le décide à prendre la parole pour lui demander quelle forme prenait l’homme qui le suivait constamment.
Heureusement, la réponse ne se fit pas attendre.
« Je crois que la première fois que je l'ai vu, c'était quand j'avais cinq ans ... »
Cinq ans… Le jeune homme resta sans voix. C’était jeune, pour commencer à avoir des visions. Le jeune homme vivait avec elles depuis bien trop longtemps..
« Lorsque je suis très en colère, il vient pour se venger, quand j'ai très peur, il se manifeste aussi et quand je suis très triste, il s'en prend directement à moi. » Le jeune homme continua à caresser doucement ses cheveux, l’encourageant à continuer d’un sourire ému. Ce pauvre garçon était de toute évidence atteint d’un trouble schizophrène. Celui ci pouvait prendre plusieurs formes pour la personne le subissant : parfois, c’était séparé de lui, des visions et des voix dans leur tête. Parfois, les patients les plus atteints épousaient parfaitement leurs différentes personnalités.  « Mes émotions négatives sont une ouverture pour lui et il s'en sert à sa guise … J'arrive pas à l'arrêter … Je ne veux pas qu'il blesse les autres ... »

Sentant la panique remonter en Shiro, le thaïlandais s’empressa de prendre son visage entre ses mains, caressant doucement ses joues.
“Hey, Shiro. Tout va bien. Tu vois, il était là et je vais bien. Je sais. Je suis sur que tu es bien assez fort pour t’opposer à lui.” Il hésita une seconde et murmura. “Si tu veux, je pourrais t’aider.”
Il se demanda si il était réellement prudent de chercher à en savoir plus. Shiro était de toute évidence vraiment perturbé. Le mieux aurait été de retrouver quelqu’un qu’il connaissait, et avec qui lui se sentirait en sécurité. Mais c’était plus fort que lui. Il voulait prêter main forte à ce garçon qu’il ne connaissait pas.

Peut être parce qu’il voyait dans ses yeux l’homme qu’il aurait pu être.

“Est...ce qu’il te parle ?”

Il caressa légèrement la joue de Shiro, avant de murmurer. “Est ce que quelqu’un t’a déjà aidé à éradiquer cette partie sombre de son miroir.

“Est ce quelqu’un a envisagé de t’aider à le déloger ?”
Ses parents, peut être, le jeune homme ne pouvait qu’espérer que le garçon avait eut une enfance heureuse et épanouie.
Finalement, ce fut à son compagnon de lui poser une question très embarassante à laquelle il semblait réellement vouloir une réponse.

« Tu en fais beaucoup pour moi et j'aimerais vraiment pouvoir te rendre ce que tu m'offre. Personne n'avait fais ce geste avant toi. Qu'est-ce qui te pousse à le faire, alors que tu ne me connaît pas ?... »
Le jeune homme se mordit la lèvre un moment, hésitant à répondre. Puis il vit le regard du jeune homme, et ne put s’empêcher de voir la confiance qu’il lui accordait déjà au travers de ses prunelles brunes, aussi il finit par reprendre la parole.
“C’est juste que… je sais ce que tu traverses. Je ne l’ai jamais vécu à ce point, mais je sais ce que c’est que de voir des choses que les autres ne voient pas. Je sais a quel point il est horrible d’être seul quand on a peur.”
Le jeune homme pensa soudainement à Jayden, et à sa façon qu’il avait eu de l’entourer de ses bras, dans le lac, pour l’apaiser.
“En plus, on est tous ici, sans couleurs. C’est le moment de s’entraider.”

Le jeune homme décida qu’il avait assez tourmenté le garçon pour un moment, et comprit que le mieux était encore de le distraire un peu en lui parlant du passé, et notamment de son pays d’origine et de ses études.
« Juste avant d'arriver sur l'île j'étudiais à Séoul. » Le plus vieux hocha la tete. Il était définitivement plus jeune que lui, maintenant qu’il y pensait. Il ne devait même pas étudier à la faculté.
« Oui, je suis né à Osaka, tu connais ? » Thaksin sourit et hocha la tete, se souvenant de ses premières vacances à l’étranger en compagnie de ses parents. Osaka, tout particulièrement, était une ville riche et chaleureuse. « C'est une très belle ville tu sais, et un beau pays que j'aurais aimé visiter ... » Le jeune homme haussa un sourcil, surpris.

“Tu ne l’as jamais visité ? Tu es venu t’installer ici trop tot ?” Il y eut une légère pause, avant le plus jeune ne se remette à parler. Il ne semblait plus faire vraiment attention à sa douleur, ce qui était très bon sgne.
« Tu es déjà aller au Japon toi ? » Le jeune thaïlandais sourit avant d’acquiescer. Bien évidemment, il n’y avait voyagé que deux fois : une fois pour profiter des plages de Sapporo, et une autre pour profiter des étendues de glace de Yokohama. “Un peu. Mais je n’en ai que de vagues souvenirs. Je me rappellerai surtout de l’odeur des fleurs de cerisier” avoua t’il.  
Thaksin avait toujours beaucoup utilisé ses sens pour se rappeler de certaines choses. Sinon il ne possédait pas la meilleure mémoire.
« Tu sais dire des choses en Japonais ? » Thaksin éclata d’un léger rire qu’il dissimula derrière sa main. “Oh non ! Non malheureusement, je ne sais que dire le strict nécessaire. Mais je suis prêt à apprendre. Avec grand plaisir.” Il lui fit un petit clin d’oeil.

« Tu viens de la NEC pas vrai ? » Thaksin acquiesça, bien que le seul nom de son gouvernement lui mettait la chair de poule.  « Je n'ai pas pus rencontrer beaucoup de Japonais quand j'étais enfants, le seul qui avait accepté d'être mon ami, il l'a agressé … » Le jeune homme sursauta, ne s’attendant pas à ce qu’Il ne revienne dans la discussion, eux qui avaient fait autant de progrès.
« Je ne veux pas qu'il te fasse la même chose … Tu es un ami cher à mes yeux que je ne veux pas perdre à présent ... »
Le jeune homme se pencha vers lui, souriant de son éternel sourire doux et chaleureux comme un bon feu de cheminée. “Comme je t’ai dit, je ne crains rien. Et encore moins quand on est comme ca, tous les deux.”

Thaksin se pencha encore vers lui, comme si il allait lui raconter quelque chose tout prêt de son oreille.
“Tu veux que je te dises un secret, Shiro ?”

Il hésita quelques secondes, et finit par se lançer.

“Moi aussi, je vois des choses qui n’existent pas.”

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

beautiful liar
I see myself in the mirror and I ask myself
Will it really make you happy if I let you go? Kim Thaksin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 20 ans
Vague : Première vague
Amour : Entiché d'un certain Nippo-Coréen ~

Coupons : 146
Contenu du sac : • Gel super-fixant (plein)
• Trousse de maquillage : (palette de fard à paupière, poudre de riz blanche, petite bouteille de fond de teint, rouge à lèvres et eyeliner noir.)
• Parapluie pliable cassé
• Lentilles de couleur
• Vêtements de rechange
• Petit cristal de roche
• Petite boîte à musique
• Paire de faux-cils + colle
• Photo polaroid d'un bâtiment
• Boîte de médicaments antipsychotiques (24 cachets)

--------------------------------------------

• Une miche de pain
• Une barre de céréales
• Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
• Une carte de l'île avec ses zones
• Une boussole
• Une lampe torche (avec piles)

----------------------------------------

• Revolver

Avatar : Aki (Arlequin)
Statut RP : Indisponible
Pseudo : Dixy
Messages : 162
Activité RP : 3









   Mer 30 Aoû - 14:54



La présence rassurante de Thaksin surpassait son angoisse et ses larmes ne semblait être plus qu'un mauvais souvenir. Quand il était seul, Shiro ne parvenait jamais à se calmer, il pouvait pleurer et hurler pendant des heures seul la fatigue viendrait à bout de ses crises, cela c'était toujours produit ainsi. Mais il n'avait jamais eus la chance auparavant d'avoir une présence réconfortante durant ses crises et il n'y a que sur l'île qu'il avait rencontrer des personnes capable d’apaiser ses sanglots. Lorsqu'il était avec une personne à l'aura bienveillante il parvenait à se contrôler et à faire taire ses larmes. Les atrocités qu'on leur faisait subir dans cet asile c'était de l'histoire ancienne, il y avait encore des gens qui avaient bonne conscience et qui se comportait comme des héros, des piliers sans lesquelles les plus faibles ne peuvent pas avancer … Sans la présence du Coréen ce soir Shiro n'aurait jamais survécus … Il le savait, il l'aurait tué … C'est pour cette raison que le Japonais le remercia de lui être venus en aide. "Tu n’es pas fou...tu penses simplement sur un autre niveau que les autres. Je … c’est ce que je pense en tout cas." Le Japonais leva les yeux vers ceux de son interlocuteur buvant ses paroles et attendant la suite de sa phrase qui ne vint finalement pas …

Le Japonais reposa sa tête contre le plus âgé sentant son cœur décélérer peu à peu et la fatigue reprendre le dessus. Cependant Shiro croyait en la magie ou plus précisément les miracles, il était possible que son interlocuteur en soit un à lui tout seul pour avoir repousser cette créature. "A deux, on se sent en sécurité, et ce que tu vois ne peux pas se nourrir des émotions positives, n’est ce pas ?" Shiro fit un signe de tête négatif en essayant de raisonner comme le Coréen qui avait l'air d'en connaître un sacré rayon. "Je sais que ce n’est pas facile d’en avoir dans cet endroit mais...crois moi, ça marche." Avoir des pensées positives pour s'en sortir ? Shiro n'y avait jamais penser mais à chaque fois qu'il apparaissait toutes bonnes pensées s'envolaient, seul la panique et l'effroi demeurait …

« Comment on fais pour penser positivement si on est seul ? » Demanda le blond à pics qui avait peur de se retrouver de nouveau dans une situation similaire … Comme pour spécifié à son aîné qu'il ne voulait pas que cela arrive, Shiro resserra sa main dans la sienne.

Le Japonais raconta un peu son expérience ainsi que la première fois où il l'avait vu. Là où tout à commencer … Remonter dans son passé lui était douloureux et repenser au mal qu'il avait fait autour de lui provoqua de nouvelles larmes qui se massèrent devant ses yeux. "Hey, Shiro. Tout va bien. Tu vois, il était là et je vais bien. Je sais. Je suis sur que tu es bien assez fort pour t’opposer à lui." Le Japonais avait toujours essayer de le faire mais il était bien trop puissant, bien plus que lui pauvre humain inutile … Les paroles encourageantes de son interlocuteur parvinrent tout de même à le détendre en se disant qu'au moins une personne croyait en lui. "Si tu veux, je pourrais t’aider." Shiro releva les yeux vers l'autre garçon tout en se redressant pour le regarder en face et lui adresser un petit sourire.

« Tu pourrais ? » Le Japonais voulait s'en débarrasser et Thaksin était sans doute l'une des seuls personnes à pouvoir le faire. « Je ne voudrais pas trop en demander d'autant plus que ce ne sera pas facile … J'aimerais que tu sois à mes côtés pour m'aider à le chasser définitivement de mon esprit. Je pense qu'il n'y a que toi qui peut réellement m'aider ... » Avoua le Japonais en lui adressant un regard remplie de gratitude.

"Est...ce qu’il te parle ?" Se renseigna alors le plus âgé sous le regard concentré du blond. Ce dernier reposa sa tête sur les jambes de Thaksin en se rappelant de tout ce qu'il avait put lui murmurer avant d'essayer de le tuer … Combien de fois il avait faillis y rester à cause de cette chose ? "Est ce quelqu’un a envisagé de t’aider à le déloger ?"

« Il me parles juste avant d'essayer de me tuer … Pas avant ... » C'était un peu comme une alarme ou un signal de danger pour Shiro qui avait su le déterminer … Pendant un moment le Japonais profita du silence pour réfléchir et trouver des réponses bien clairs afin de facilité la tâche de Thaksin. C'est alors qu'il songea à sa deuxième question en ouvrant les yeux en grand. Il avait peut-être trouver la solution et la personne de confiance pour cela. « Si ! Il y a un autre étudiant comme moi sur l'île ! » Annonça le Japonais en se redressant d'un seul coup comme s'il avait eut l'idée du siècle. « Il a lui aussi un monstre qu'il veut combattre et on s'est promis de les chasser tout les deux ensemble ! » Lui apprit le Japonais. « Nous n'avons pas eus l'occasion de nous revoir depuis mais nous voulions essayer de faire ressortir nos double personnalités pour les faire communiquer ensemble et voir si cela pouvait nous permettre de les contrôler ... » Plus il en parlait plus l'idée était stupide au final … Pourtant elle paraissait construite et sûr quand il en avait parler à Min Hyuk … « Nous avions besoin d'une personne avec des connaissance pour orchestrer tout ça et qui parvienne à trouver une faille ou quelque chose pour qu'on puisse les contrôler, voir les détruire ... » Expliqua le Japonais en baissant les yeux sur les draps froissés. Il les releva pour les plonger dans ceux de son ami. « Tu es la personne de confiance qui pourrait diriger cette opération et mener à bien l’expérience … Je ne veux pas trop t'en demander, tu as déjà fait beaucoup ce soir ... » Dit-il en lui souriant un peu.

D'ailleurs le Japonais venait à se demander pourquoi aider un inconnu alors qu'il aurait put simplement de rien faire. Une chose qu'il ne voyait pas envisageable de la part des autres êtres sauf s'il y avait quelque chose derrière. "C’est juste que… je sais ce que tu traverses. Je ne l’ai jamais vécu à ce point, mais je sais ce que c’est que de voir des choses que les autres ne voient pas. Je sais a quel point il est horrible d’être seul quand on a peur." Shiro entrouvrit la bouche en buvant ses parole et l'attention qu'il y mettait le faisait oublier la douleur du traitement. "En plus, on est tous ici, sans couleurs. C’est le moment de s’entraider." Le Japonais avait la même manière de penser et même en dehors de l'hôpital, pour lui les couleurs ne comptaient pas. Tout le monde était humain et mieux valait s'entraider quelque soit le but de tout à chacun. Le Japonais compta un peu ses origines en lui expliquant qu'il aurait bien aimé connaître un peu mieux son pays. "Tu ne l’as jamais visité ? Tu es venu t’installer ici trop tot ?" Le Japonais fit un signe négatif de la tête en essayant de ne pas repenser à ces pièces capitonnés dépourvu de la lumière du jour …

« J'ai passer la plus grande partie de ma vie enfermé à l'asile. » Lui expliqua le Japonais qui n'avait maintenant plus de secret pour Thaksin. « On m'as envoyé là bas à onze ans et j'en suis ressortis il y a peu, un an, deux peut être tout au plus ... » Lui apprit-il. « Mais j'ai eus l'occasion de voir des cartes postales du Japon accroché sur les murs de la salle commune, c'est la seule chose qui m'a laissé imaginé que le Japon est un pays splendide. »

Seule ses photos étaient là pour lui rappeler qu'il y avait bien des paysages magnifique au dehors, un monde à part entière où mener une vie paisible et c'est ce que se répétait sans cesse le Japonais quand il avait des baisses de morale. Shiro lui demanda s'il était aller au Japon, peut-être que lui pourrait lui en dire plus. "Un peu. Mais je n’en ai que de vagues souvenirs. Je me rappellerai surtout de l’odeur des fleurs de cerisier" Cette odeur Shiro avait put la sentir certain printemps où les médecins les autorisait à sortir dans la cours arrière de l'hôpital. Il voyait ces couleurs rosés au loin et lui rappelait ses pic-niques au parc avec ses parents alors qu'il n'était encore qu'un petit garçon. Quant à la question de parler Japonais son interlocuteur ne mit pas longtemps à lui répondre. "Oh non ! Non malheureusement, je ne sais que dire le strict nécessaire. Mais je suis prêt à apprendre. Avec grand plaisir." Un sourire plus lumineux que précédemment éclaira ses lèvres, comme si sa peine et la peur l'avait quitté maintenant qu'il était accompagner de ce nouvel allié.

« J'aimerais bien t'apprendre le Japonais ! J'adore partager avec les autres et ma langue maternelle c'est tout ce que je peux transmettre ici. » Lui apprit le Japonais dont la crainte s'était effacé au contact du Coréen.

Shiro lui posa des tas d'autres questions partageant également ses angoisses concernant le danger qui guettait son entourage proche. "Comme je t’ai dit, je ne crains rien. Et encore moins quand on est comme ca, tous les deux." Le Japonais entoura la taille de son aîné de ses deux bras en collant le côté de sa tête à son torse pour lui spécifier qu'il ne voulait pas qu'il s'en aille.

« Alors passe la nuit avec moi ... » Lui demanda le Japonais en n'ayant même pas vu l'heure avancé de la nuit.

"Tu veux que je te dises un secret, Shiro ?" Ce dernier planta son regard dans le sien avant de hocher la tête de manière positive voulant savoir ce secret que lui proposait son interlocuteur. "Moi aussi, je vois des choses qui n’existent pas." Le blond à pics resta sur le choc de cette nouvelle regardant Thaksin avec de grands yeux. Lui aussi vivait la même chose ? Pourquoi ne voyait-il pas ce monstre alors ? Peut être que Shiro ne voyait pas les mêmes choses ou que Thaksin n'était pas atteint des mêmes trouble. Le Japonais se disait même qu'il disait ça pour le rassurer mais il le voyait mal mentir …

« Tu es malade toi aussi ? Tu as la même chose que moi ? » Shiro n'arrivait pas à faire la différence et ce secret n'était pas assez clair pour lui, il voulait en savoir plus. « Qu'est-ce que tu vois qui n'existe pas par exemple ? » Lui demanda le plus jeune écoutant avec attention ce qu'il allait lui dire. Le blond à pics posa son dos contre l'oreiller en regardant le Coréen avec attention. « Est-ce que ce sont des choses qui te font peur aussi ? Quelque chose que je puisses t'aider à faire disparaître ? » Il se savait pas aussi utile que Thaksin dans le domaine et bien moins expérimenté sur le plan psychologique mais s'il pouvait apporter sa pierre à l'édifice il le ferait avec plaisir.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-


I want to stay here ... A pathetic Paranoia ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Vague : Deuxième vague
Nombre de victimes : 1
Coupons : 80
Contenu du sac : ► Une miche de pain
► Une barre de céréales
► Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
► Une carte de l'île avec ses zones
► Une boussole
► Une lampe torche (avec piles)
► 4 pastilles d'assainissements pour l'eau
► Bracelet
► Livre d’astronomie
►Porte clé laser
►Pot d’encre de chine
►Pinceau
►T-shirt de rechange
►Bouteille d’eau
►Photographie
►Epingle à cheveux
►Revolver (chargé de quatre balles)

Avatar : Jung Taekwoon (Leo)
Pseudo : MikaXIII - Mika
Messages : 234
Activité RP : 6

En ligne








   Ven 1 Sep - 8:23





Thaksin ne pouvait pas faire des miracles. Pourtant, il aurait aimé que ce soit possible : qu’il puisse effacer toutes les peurs et les angoisses de Shiro d’un coup de baguette magique. Il y avait une raison pour laquelle les maladies mentales étaient parmis les plus difficiles à soigner : personne ne pouvait comprendre entièrement l’esprit : on pouvait déduire des comportements, diagnostiquer des troubles et les mettre dans des petites cases pour se rassurer, mais finalement, ces maladies restaient là, car l’esprit se défendait des agressions extérieures comme ils le pouvaient.

Parfois, il créait des personnes, des présences réconfortantes, comme c’était le cas pour Thaksin. Parfois, celui ci créait une chose plus effrayante, agissant comme un véritable appel à l’aide.
Et des fois, finalement, ces choses étaient si puissantes et incompréhensibles que certaines personnes préféraient les ignorer, les mettre là ou elle ne pouvait pas les atteindre : c’était ce qui s’était surement passé avec Shiro. Il était habitué à ce qu’on aie peur de lui, et c’était la première réaction naturelle de l’homme devant quelque chose qu’il ne saisissait pas complètement.

« Comment on fais pour penser positivement si on est seul ? » Le jeune homme se retrouva déstabilisé par une telle demande. Il se rendit à nouveau compte que Shiro avait réussi à survivre seul jusqu’ici, ce qui était en soit une preuve de sa force. Mais il avait raison, maintenant, il lui fallait trouver quelqu’un pour l’aider.

“Je vais parler à Haruto. Normalement tu ne le seras plus, seul.” Il pouvait comprendre la peur du jeune homme à l’idée de retourner dans la forêt pour se retrouver à nouveau en tête à tête avec lui même. Le thailandais sentait le froid s'immiscer dans ses os à cette simple idée.
Le moment était mal choisi, cependant. Il se devait de se concentrer sur Shiro, auquel il annonca qu’il pourrait l’aider dans la mesure du possible.

« Tu pourrais ? » Le thailandais ne voulait pas le voir poser trop d’espoir en lui d’un coup, aussi il s’empressa de préciser.
“Je peux te soulager un peu… ta maladie, c’est quel chose qui prend du temps et des soins pour qu’elle ne parte entièrement. Ce ne sera pas miraculeux.” Murmura t’il, lui lancant un regard désolé. Encore une fois, il aurait aimé être plus efficace. Mais quoi qu’il fasse, cela resterait sûrement bien mieux que ce qu’il avait subi auparavant.
« Je ne voudrais pas trop en demander d'autant plus que ce ne sera pas facile … J'aimerais que tu sois à mes côtés pour m'aider à le chasser définitivement de mon esprit. Je pense qu'il n'y a que toi qui peut réellement m'aider ... » Le garçon sourit doucement. “Je ne serais peut être pas à tes cotés, mais je peux te donner quelques conseils pour le tenir à distance.”

Pour l’aider, cependant, Thaksin se devait de savoir quelques choses sur lui : allait à l’aveuglette risquerait de déclencher une nouvelle crise chez le jeune homme, qui s’était enfin calmé.
« Il me parles juste avant d'essayer de me tuer … Pas avant ... » Le jeune homme hocha la tête, et essaya d’imaginer ce qu’il ferait si ses hallucinations étaient aussi hostiles. Il perdrait pieds, c’était évident. « Si ! Il y a un autre étudiant comme moi sur l'île ! » Thaksin sursauta légèrement et l’observa, surpris.
“Vraiment ? Comment s’appelle t’il ?” Se pourrait t’il que le garçon évoque Min Hyuk ? Le garçon qu’il avait amené lui même jusqu’ici et sur lequel il avait veillé plusieurs heures ? leurs cas semblaient finalement très similaires. « Il a lui aussi un monstre qu'il veut combattre et on s'est promis de les chasser tout les deux ensemble ! » Le jeune homme hocha la tête. C’était déjà une bonne chose.

« Nous n'avons pas eus l'occasion de nous revoir depuis mais nous voulions essayer de faire ressortir nos double personnalités pour les faire communiquer ensemble et voir si cela pouvait nous permettre de les contrôler ... » Le jeune homme haussa les sourcils. Cela semblait dangereux, et il s’empressa de le dire à Shiro.
“Shiro, il faut absolument que vous gardiez l’ascendant sur ces personnalités. Si vous leur offrez votre corps, vous serez coincés.” murmura t’il. Et qui sait ce qu’ils pourraient faire tous les deux si leurs personnalités étaient aussi sanglante que l’imaginait l’apprenti psychologue.

« Nous avions besoin d'une personne avec des connaissance pour orchestrer tout ça et qui parvienne à trouver une faille ou quelque chose pour qu'on puisse les contrôler, voir les détruire ... » Finalement, oui… Si les choses pouvaient se passer dans une bonne condition, ce serait avec quelqu’un d’extérieur ayant les capacités de les raisonner. Thaksin sembla sérieusement réfléchir, quand la voix du garçon le sortit de nouveau de ses pensées.
« Tu es la personne de confiance qui pourrait diriger cette opération et mener à bien l’expérience … Je ne veux pas trop t'en demander, tu as déjà fait beaucoup ce soir ... » Le jeune homme rosit. Il n’était sur d’être un assez bon expert pour bénéficier d’autant de confiance. Mais en même temps…
“Je ne sais pas si je suis assez qualifié pour ca...mais si un jour vous décidez de sauter le pas, alors je ferais de mon mieux pour vous aider.”

Pour lui, il était naturel de prêter main forte à quelqu’un dans le besoin, en particulier quand celui ci semblait faire écho à ce qu’il pourrait devenir, un jour. Les visions de Thaksin n’avaient pas la même emprise sur lui que sur Shiro, mais qui pouvait lui promettre que cette île ne le rendrait pas complètement fou ?
Peut être que la mort serait alors une douce délivrance, si il perdait ce qui faisait son essence même. Il ne supporterait tout simplement pas de revenir en étant une personne différente.

« J'ai passer la plus grande partie de ma vie enfermé à l'asile. » Thaksin écarquilla les yeux, choqué. L’asile ? Shiro était à peine un adulte, comment avait t’il pu passer la plupart de sa vie chez les fous ? C’était une solution de dernier recours. « On m'as envoyé là bas à onze ans et j'en suis ressortis il y a peu, un an, deux peut être tout au plus ... » Le garçon était sans voix. Il ouvrit la bouche.
“Je…”
« Mais j'ai eus l'occasion de voir des cartes postales du Japon accroché sur les murs de la salle commune, c'est la seule chose qui m'a laissé imaginé que le Japon est un pays splendide. » Aurait t’il eu encore des larmes à pleurer ce soir, le jeune homme aurait craqué, car malheureusement, l’idée qui lui avait trotté dans la tête depuis le début était confirmée.
“Shiro… je suis désolé. J’espère vraiment que tu auras l’occasion d’y retourner.” Il prit sa main. “Tu étais...bien traité, au moins? A l’asile.”

Le jeune homme lui même n’avait pas été vraiment familiarisé par le pays du soleil levant : ses parents lui avaient toujours dit énormément de bien dessus, y ayant vécu pendant quelques années, puis ils y étaient finalement retourné, bien que Thaksin soit à l’époque trop petit pour en avoir un quelconque souvenir. Cependant, il y a des choses qui ne s’oublie pas, de toute évidence.

« J'aimerais bien t'apprendre le Japonais ! J'adore partager avec les autres et ma langue maternelle c'est tout ce que je peux transmettre ici. »

Le visage de Thaksin s’illumina en voyant que Shiro était si heureux à l’idée de lui apprendre quoi que ce soit, qu’il en avait presque oublié sa douleur. Elle ne tarderait pas à refaire surface, mais tant que le thaïlandais pouvait détourner son attention de celle ci, il ne s’en ferait pas prier.
“Avec grand plaisir.”

Soudainement, le jeune homme se rend compte qu’ils parlaient depuis près d’une … voir deux heures, il n’avait pas compté. Quand le garçon assure à Shiro qu’il est très bien, le jeune homme le serre contre lui.
« Alors passe la nuit avec moi ... » Thaksin fut surpris devant une telle demande. Shiro n’était pas quelqu’un de farouche… Bien sur, le thaïlandais prenait des risques en dormant aussi près de lui, des risques que que sa double personnalité se réveille et s’attaque à lui. Il n’aurait pas du, mais il s’entendit dire.
“Tout ce que tu veux.” Le lit était un peu petit, mais assez spacieux pour les acceuillir tous les deux.

Pour que Shiro se sente totalement en confiance avec lui, Thaksin se décida à lui révéler une chose dont il n’avait parlé à personne d’autre que Jayden, qui était à part. Il savait cependant qu’avec Shiro, son secret serait bien gardé, et qu’il le comprendrait.
La surprise dans les yeux de son compagnon le fit légèrement sourire.

« Tu es malade toi aussi ? Tu as la même chose que moi ? » Thaksin secoua un peu la tête. “Je n’ai pas exactement la même maladie que toi.” En tout cas, celle ci n’avait pas été diagnostiquée : les hallucinations de Thaksin étaient dues à sa narcolepsie, en grande partie. « Qu'est-ce que tu vois qui n'existe pas par exemple ? » Pour Shiro, c’était comme lui raconter une histoire...pour Thaksin, raconter cette histoire était comme se bruler le coeur avec de l’eau chaude. “Je vois...des amis. Mes amis.” Il sourit faiblement. “Ils sont morts il y a longtemps, mais je pense que mon coeur n’est pas encore prêt à l’accepter...mon esprit non plus d’ailleurs.”
Il se sentait...en confiance. Une chose rare. Peut être qu’il avait finalement autant besoin de parler que son vis à vis.
« Est-ce que ce sont des choses qui te font peur aussi ? Quelque chose que je puisses t'aider à faire disparaître ? » Le jeune homme rit doucement.
“Non, ils ne me font pas peur… en fait, c’est rassurant. Ils apparaissent quand j’ai peur et je me sens protégé.”
Il glissa sa main dans les cheveux blonds du jeune homme, comme pour le remercier silencieusement de sa gentillesse.
“Je ne suis pas sur d’avoir envie d’arrêter de les voir” avoua t’il. Il savait qu’il se devait de tourner la page, depuis 7 ans, et que ces hallucinations ne faisaient que le tromper...mais il ne pouvait pas se résoudre à s’en débarrasser.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

beautiful liar
I see myself in the mirror and I ask myself
Will it really make you happy if I let you go? Kim Thaksin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 20 ans
Vague : Première vague
Amour : Entiché d'un certain Nippo-Coréen ~

Coupons : 146
Contenu du sac : • Gel super-fixant (plein)
• Trousse de maquillage : (palette de fard à paupière, poudre de riz blanche, petite bouteille de fond de teint, rouge à lèvres et eyeliner noir.)
• Parapluie pliable cassé
• Lentilles de couleur
• Vêtements de rechange
• Petit cristal de roche
• Petite boîte à musique
• Paire de faux-cils + colle
• Photo polaroid d'un bâtiment
• Boîte de médicaments antipsychotiques (24 cachets)

--------------------------------------------

• Une miche de pain
• Une barre de céréales
• Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
• Une carte de l'île avec ses zones
• Une boussole
• Une lampe torche (avec piles)

----------------------------------------

• Revolver

Avatar : Aki (Arlequin)
Statut RP : Indisponible
Pseudo : Dixy
Messages : 162
Activité RP : 3









   Sam 9 Sep - 23:23



L’esprit était une chose bien complexe, sans doute la plus complexe du corps humain. En sachant les possibilités infinies qu’il y avait à ça, les maladies mentales restaient les plus difficiles à gérer. Pourtant si on y mettait du sien et qu’on parvenait à faire travailler la partie du subconscients on serait presque capable de devenir un surhomme. Mais pour le Japonais il était presque impossible de l’envisager alors il demanda à Thaksin comment trouver une pensée positive lorsqu’on est seul. "Je vais parler à Haruto. Normalement tu ne le seras plus, seul." Un sourire illumina le visage de Shiro lorsque le plus grand lui parla de cette offre, son cœur se mit à battre un peu plus à l’idée de passer plus de temps avec le ténébreux en se disant qu’il ne pourrait ainsi plus trouver d’excuse pour ne pas se confier sur ses sentiments. C’était flippant d’un côté, mais d’un autre il voulait savoir ce qu’en pensait le plus âgé. Le fait que Thaksin lui promette une pareille chose le rendait reconnaissant envers lui, tellement qu’il ne put s’empêcher d’incliner la tête à plusieurs reprises, profondément redevable à l’apprenti psychologue. Quant à la question si le plus grand pouvait l’aider à éradiqué son problème, la réponse ne fut pas une surprise. "Je peux te soulager un peu… ta maladie, c’est quel chose qui prend du temps et des soins pour qu’elle ne parte entièrement. Ce ne sera pas miraculeux." Il opina positivement de la tête, il le savait qu’il ne pourrait jamais vraiment s’en débarrassé et il n’avait pas besoin de médecins pour lui confirmer. Mais si Thaksin pouvait lui donner un petit coup de pouce ce serait déjà un grand pas.

Evoquer ne serait-ce que ce qui caractérise ça suffit à lui faire dresser les poils de la nuque, rien qu’à l’idée d’y repenser un frisson d’effroi le parcourus. Mais c’est alors qu’une information capitale lui revint en tête concernant cette expérience qui pourrait faire la différence pour lui et un autre étudiant de l’île. Il se hâta de prévenir le plus âgé qui avait l’air surpris et à la fois enthousiaste. "Vraiment ? Comment s’appelle t’il ?" Demanda avec entrain Thaksin, avec un peu de chance il le connaissait sans doute ce qui pourrait être un plus pour les deux garçons.

« C’est Min Hyuk, peut-être que son prénom te dis quelque chose ? » Espéra Shiro en fixant le Coréen de ses grands yeux clairs. « On se ressemble beaucoup lui et moi et il se trouve qu’on a eus la malchance d’être atteint de la même maladie ! »

Il est vrai qu’il ne pouvait pas faire plus hasardeux comme coïncidence ! Le plus jeune partagea alors son idée de laisser sortir leur personnalité respective afin que ces dernières puissent communiquer entre elles. Mais apparemment l’apprenti psychologue voyait cela d’un mauvais œil jugeant sans doute cela trop dangereux. "Shiro, il faut absolument que vous gardiez l’ascendant sur ces personnalités. Si vous leur offrez votre corps, vous serez coincés." Le Japonais perdit peu à peu son sourire à cette hypothèse. A dire vrai il savait certains des risques que cela comportait mais il n’avait pas imaginé que cela puisse aller aussi loin … Rester coincé ? Est-ce que c’était possible que leur personnalité puisse totalement s’emparer d’eux sans jamais les laisser tranquille ? Shiro avait toujours eus peur de ça mais ça ne lui était jamais arrivé, généralement le plus longtemps ou il avait tenu le siège de son esprit était une semaine. La pire sans doute qu’il ait passé enfermé dans cette cellule d’isolement à s’automutiler et à combattre ce monstre dans son esprit. Il ne fallait pas laisser la faiblesse les gagner sinon cela pouvait devenir dangereux en effet.

Shiro parla alors de son idée de confier à Thaksin la tâche de les soutenir durant cette expérience et de mener les opérations pour que tout se déroule au mieux durant la séance. Il n’y avait personne d’autre d’aussi qualifié pour cela et il le savait, c’est pour ça que sa proposition s’orienta inévitablement vers lui. "Je ne sais pas si je suis assez qualifié pour ca...mais si un jour vous décidez de sauter le pas, alors je ferais de mon mieux pour vous aider." Le début de la phrase de son interlocuteur affecta un peu le blond en se disant qu’ils ne pourraient donc pas tenter l’experience. Mais à la suite de sa phrase le Japonais retrouva le sourire et sauta presque sur le Coréen pour l’étreindre en guise de remerciement.

« Je suis sûr que tout se passera très bien en ta présence, merci beaucoup Thaksin, sans toi on ne pourras jamais essayer. » Avoua-t-il avant de se reculer un peu pour regarder son interlocuteur avec un léger sourire.

Parler de son passé le replongea dans ces moments de noirceur mais cela le libérait aussi d’un poids de le dire à quelqu’un. En dehors de sa famille et des personnes présentes à l’hôpital psychiatrique dans lequel il a séjourné durant toute sa jeunesse, il ne l’avait jamais dit à qui que ce soit. Mais il sentait que Thaksin était assez concerné dans sa maladie pour le lui dire. Il lui faisait confiance et parler avec lui n’était pas difficile. Il avait l’impression qu’enfin quelqu’un arrivait à le comprendre. "Je…" Commença l’apprenti psychiatre qui resta sans voix face au récit aberrant mais réel du petit blond à pics. "Shiro… je suis désolé. J’espère vraiment que tu auras l’occasion d’y retourner." Lorsque le plus âgé prit la main de Shiro, ce dernier regarda son geste avant de plonger ses yeux dans les siens en refermant ses doigts pour serrer un peu plus la main de son aîné. Il se sentait soutenu par lui malheureusement il voyait peu de chance pour lui de retourner un jour dans son pays natal. "Tu étais...bien traité, au moins? A l’asile." Le jeune homme sembla réfléchir un instant avant de relever la tête.

« Oui, enfin je pense … On avait le droit de sortir prendre l’air une fois par jour si on avait été calme. Et on pouvait jouer à des jeux de société avec les autres patients si on prenait nos médicaments quotidiens. » Expliqua-t-il en se replongeant dans la scène. « Les gardiens n’étaient pas très patients avec nous, et les médecins suivaient le traitement sans vraiment s’inquiéter de savoir si on avait mal ou non, mais je suppose que c’était les ordres qui leur ont été transmis ? » Shiro n’en était pas sûr mais il ne se souvenait pas avoir reçus le moindre geste de douceur de la part de l’équipe soignante. « Si on ne faisait pas ce qu’ils demandaient ils nous enfermaient des jours en salle d’isolement, et ils nous forçaient à aller en bloc opératoire pour les électrochocs, tous les jours, ils disaient que si on ne le faisait pas on ne se soignerait jamais et on resterait toute notre vie dans cet hôpital. » Maintenant qu’il revoyait les images il était heureux d’avoir pu sortir grâce à l’aide de sa mère … Du moins c’est tout ce dont il se rappel, le fait qu’il s’agisse d’une fugue et donc d’un délit aux yeux du gouvernement Japonais lui échappait totalement, ça aurait pu sans doute mieux le raconter et ce qu’il s’était passé dans les moindres détails car c’est lui qui pilotait son corps le jour où il s’est enfuit.

L’idée de partager un peu de ses connaissances avec le plus âgé le rendait heureux. Il ne saurait dire pourquoi mais offrir était une chose qui plaisait au Japonais et étant donné que c’est tout ce qu’il avait sous la main pour le moment lui le proposa à Thaksin avec son sourire qu’il avait retrouvé depuis peu. "Avec grand plaisir." La réponse plu encore plus au jeune homme pour qui la douleur était passé un peu plus sous silence depuis qu’il échangeait avec le Coréen. Mais l’idée de passer la nuit seul encore une fois le terrorisait, il ne put s’empêcher de demander à Thaksin de la passer à ses côtés … De peur de le voir revenir il préférait que l’aura rassurante du Coréen soit auprès de lui. Il était conscient d’en demander beaucoup mais la peur l’empêchait de se taire … "Tout ce que tu veux." Le Japonais se sentit tout de suite mieux et se décala dans son lit pour laisser de la place à son aîné afin que ce dernier puisse aussi s’installer confortablement. Il savait que le lit était un petit peu restreint pour deux mais ils auraient de quoi passer une nuit convenable sans être l’un sur l’autre. Shiro envisageait même de dormir par terre si cela dérangeait le plus âgé.

Quel ne fut pas son choc lorsqu’il apprit que son nouvel ami avait une maladie mentale lui aussi, beaucoup de questions en découlèrent se questionnant sur le moindre détail, cherchant à savoir s’ils étaient similaires en certains points. "Je n’ai pas exactement la même maladie que toi." Une réponse qui fit un peu pencher la tête au Japonais qui attendait des explications plus précises de la part de son ami. "Je vois...des amis. Mes amis." Shiro se demandait si c’était plutôt négatif ou positif, mais c’était peut-être pas plus mal, même si ce n’était pas réel avoir du soutient imaginaire était une force, le Japonais aurait rêvé de pouvoir voir les personnes qui lui sont cher pour l’aider à avancer dans les moments difficiles. "Ils sont morts il y a longtemps, mais je pense que mon cœur n’est pas encore prêt à l’accepter...mon esprit non plus d’ailleurs." La nouvelle attrista le petit blond qui lui fit un regard désolé. Il ne pouvait rien y avoir de pire que le décès d’un proche, c’était la chose la plus malheureuse qui puisse arriver et Shiro respectait Thaksin pour y faire face tous les jours. "Non, ils ne me font pas peur… en fait, c’est rassurant. Ils apparaissent quand j’ai peur et je me sens protégé." Parfois voir les fantômes avaient quelques choses d’effrayant, peut-être que ce n’était pas vraiment le fruit de son imagination ? Shiro croyait au paranormal mais c’est quelque chose qui lui faisait peur et il ne voulait pas non plus se lancer dans des suppositions que Thaksin ne trouverait pas sérieuse à une heure aussi avancé de la nuit … "Je ne suis pas sur d’avoir envie d’arrêter de les voir" Lui confia alors Thaksin.

« Peut-être que tu as besoin de ça pour avancer et pouvoir les laisser partir ? » Supposa Shiro en se décalant un peu pour laisser de l’espace à Thaksin. Le blond à pics se coucha plus confortablement en position pour s’endormir quand le sommeil finirait par venir mais sans cesser de fixer son vis-à-vis d’un air intéresser. « Et s’ils étaient réel ? Je veux dire, tu vois peut-être les morts alors … ? » Le Japonais n’était pas vraiment sûr de ce qu’il avançait mais ce n’était pas pour donner de faux espoirs, il le pensait réellement. « Il t’arrive de voir d’autres personnes qui ne sont pas décédés ? » Le petit blond se mit sur le côté passant une de ses mains sous sa tête comme un enfant attendant son histoire avant d’aller dormir. Mais il voulait en connaître un peu plus sur les secrets de Thaksin. Il parlait beaucoup et cela pouvait durer des heures, mais tôt ou tard la fatigue finirait bien par se montrer …

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-


I want to stay here ... A pathetic Paranoia ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Vague : Deuxième vague
Nombre de victimes : 1
Coupons : 80
Contenu du sac : ► Une miche de pain
► Une barre de céréales
► Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
► Une carte de l'île avec ses zones
► Une boussole
► Une lampe torche (avec piles)
► 4 pastilles d'assainissements pour l'eau
► Bracelet
► Livre d’astronomie
►Porte clé laser
►Pot d’encre de chine
►Pinceau
►T-shirt de rechange
►Bouteille d’eau
►Photographie
►Epingle à cheveux
►Revolver (chargé de quatre balles)

Avatar : Jung Taekwoon (Leo)
Pseudo : MikaXIII - Mika
Messages : 234
Activité RP : 6

En ligne








   Jeu 14 Sep - 0:22





Thaksin savait une chose : Shiro avait besoin de quelqu’un. Quelqu’un de capable de l’ancrer dans la réalité, de le protéger et de lui donner une sensation de sécurité, même éphémère et illusoire. De toute évidence, vu la réaction de Shiro quand il avait mentionné Haruto, il semblait évidemment que cet inconnu était la personne qui correspondait à Shiro et qui l’aiderait à rester positif. A éloigner le plus longtemps possible ses démons, qui semblaient vouloir lui faire du mal. Le jeune homme se promit de trouver ce dénommé Haruto et de l'amener à Shiro, bien que la tâche ne s’annoncait pas évidente.

Soudainement, Shiro se met à lui parler d’un autre garçon atteint de sa maladie sur l’ile, avec qui il s’était promis de se débarrasser des monstres qui hantaient leur vie. Une description qui ne lui rappelait qu’une seule personne qu’il avait rencontré très peu de temps auparavant, dans ce même hôpital.
Son coeur se serra en pensant à Min Hyuk, à qui il n’avait pas pu rendre sa bouée, Jae Geon… Il espérait réellement qu’à l’heure qu’il était, le jeune homme avait pu le retrouver et lui avouer ses sentiments, comme il lui avait avoué vouloir le faire.

« C’est Min Hyuk, peut-être que son prénom te dis quelque chose ? » Le jeune homme sursauta. Bien qu’il avait espéré entendre ce nom là, il ne s’y était pas attendu. « On se ressemble beaucoup lui et moi et il se trouve qu’on a eus la malchance d’être atteint de la même maladie ! »
Pourquoi est ce que des personnes aussi douces et chaleureuses que Shiro et Min Hyuk se devaient de se battre constamment contre eux mêmes et des personnalités les dévorant de l’intérieur ? Cette constatation mina encore plus le moral du jeune homme, qui était déjà bien bas.
Il hocha la tête.
“C’est bien lui… Il était dans l’aile d’urgence hier… Je lui ai parlé.” Il ajouta, sachant que la question allait lui être posé. “Il va bien.”

Le blond lui parla alors de l’idée qu’ils avaient tous les deux eu, consistant à faire s’affronter leurs deux personnalités parasites, en espérant de les voir en quelques sortes s’autodétruire. Thaksin ne pouvait s’empêcher de douter de l'efficacité d’une telle expérience, car il savait que laisser deux personnalités aussi violentes prendre le dessus dans leur esprit pourrait être une grave erreur comme une idée intéressantes. Elle n’avait jamais été testée auparavant et finalement, qui était Thaksin pour réfuter une hypothèse qu’il n’avait jamais testé ? Mais il ne voulait pas tenter le diable. Deux personnalités comme celle de Edge et celle de Shiro étaient à la fois capable de se détruire l’une et l’autre, mais aussi de s’encourager à prendre l’ascendant sur leurs hôtes. Alors, ils se perdraient totalement.

Finalement, le garçon évoque la possibilité de le faire en présence de Thaksin. L’idée semble apaiser un peu le thaïlandais, qui commence à appréhender leurs envies avec beaucoup plus d’ouverture. Une troisième personne pouvant arbitrer l’échange et intervenir en cas de besoin n’était pas une mauvaise idée. En vérité, il commençait à découvrir un point de vue particulièrement intéressant.

« Je suis sûr que tout se passera très bien en ta présence, merci beaucoup Thaksin, sans toi on ne pourras jamais essayer. »
Thaksin sourit doucement, bien qu’il ne soit pas certain de mériter une telle confiance. Il se promit de les aider, au moins un jour, à s’en sortir. Peut être même pourrait t’il les suivre, une fois de retour en Corée.
Le jeune homme se devait de se raccrocher à ce genre d’espoir pour ne pas perdre pieds et se rendre compte qu’il ne serait peut être pas envie assez longtemps pour les rencontrer à nouveau et tenir sa promesse.

Alors, Shiro lui parle de son enfance au Japon, mais plus particulièrement de ses longues années passées dans un asile. Une situation qui n’était pas étonnante, car les maladies mentales étaient encore particulièrement tabou en Corée comme sur l’archipel. Les patients étaient considérés comme des déchets sociaux accaparant des ressources pour rien, et étaient placés dans ces horribles asiles qui leur donnaient une pale excuse pour un traitement, les rendant souvent plus fou qu’ils ne l’étaient à leur arrivée. Peu en ressortaient, et il avait bien peur que le jeune homme aie vécu ce genre de sévices pendant très longtemps.

« Oui, enfin je pense … On avait le droit de sortir prendre l’air une fois par jour si on avait été calme. Et on pouvait jouer à des jeux de société avec les autres patients si on prenait nos médicaments quotidiens. » Thaksin se pencha sur lui pour l’écouter, ses yeux se faisant doux. « Les gardiens n’étaient pas très patients avec nous, et les médecins suivaient le traitement sans vraiment s’inquiéter de savoir si on avait mal ou non, mais je suppose que c’était les ordres qui leur ont été transmis ? » Thaksin frémit, mais il savait que Shiro avait raison. Le plus souvent, les ordres venaient de bien plus haut. « Si on ne faisait pas ce qu’ils demandaient ils nous enfermaient des jours en salle d’isolement, et ils nous forçaient à aller en bloc opératoire pour les électrochocs, tous les jours, ils disaient que si on ne le faisait pas on ne se soignerait jamais et on resterait toute notre vie dans cet hôpital. »
Le garçon écarquilla les yeux, retenant une exclamation indignée. “Mais… c’est horrible. Mon dieu...Shiro...Ca a du être dur pour toi.” murmura t’il en glissant sa main dans ses cheveux. “Je te promets que tu n’auras plus à subir ca.” murmura le jeune homme, sincère.

Il savait que Shiro avait l’esprit occupé à présent, mais que la douleur du traitement ne tarderait pas à refaire son apparition, le replongeant sans aucune doute dans un état délirant. Il avait sans aucun doute peur, ce qui le poussa à demander à Thaksin si il pouvait rester dormir avec lui. Et bien que le garçon savait qu’il ne pourrait pas passer une nuit confortable dans cette situation, il s’empressa d’accepter, désireux de rassurer et de veiller sur le blond, qui n’avait pas eu énormément de gens sur qui compter pour le faire.
Il se glissa dans le lit un peu plus confortablement, glissant son bras engourdi plus près de son corps.

Il décida de confier à son nouvel ami sa propre maladie, sachant qu’il avait besoin de savoir qu’il n’était pas seul… Et qu’être malade ne voulait pas forcément dire qu’il était perdu. Il lui parla de ses amis… De Yoonjoon et des autres qui semblaient l’accompagner à chaque moment de sa journée, comme un voile le pesant et le protégeant à la fois, comme si il vivait en parallèle de ses souvenirs.
Des souvenirs qui semblaient prendre vie à chaque fois qu’il était perdu, qu’il avait peur, ou qu’il pensait à tout laisser tomber. Il avait besoin d’eux. Sans eux il savait qu’il finirait par s’écrouler.
C’était grâce à leur souvenir que Thaksin avait eu la force d’arriver jusqu’ici. De porter un jeune homme malade sur son dos et de courir jusqu’à l'hôpital, alors qu’il aurait été si facile de laisser le temps s’écouler. Ca aurait été rapide, et indolore… Et pourtant, il avait choisi de vivre et de se battre.

« Peut-être que tu as besoin de ça pour avancer et pouvoir les laisser partir ? » Thaksin laissa son compagnon s’installer plus confortablement, et vint poser sa tête sur le coussin, son corps lui faisant face alors qu’il se sentait dévisagé par son compagnons.
“Sans aucun doute…” murmura t’il. Mais était t’il prêt à accepter de ne plus les voir ? Le thaïlandais ne se sentait pas assez fort.
Alors, le japonais eut une réflexion qui le surprit. « Et s’ils étaient réel ? Je veux dire, tu vois peut-être les morts alors … ? » Le jeune homme fit la moue. Honnêtement, il y avait parfois pensé. C’était un scientifique avant tout, mais comment expliquer ses amis avaient commencé à lui apparaître comme par magie et mué de leur propre énergie ? Ca lui semblait totalement improbable.
“Je me suis fait à l’idée qu’ils ne sont que des morceaux de mon imagination… Me dire qu’ils sont encore la, avec moi… J’ai peur que ca me donne envie de … d’aller les rejoindre.” Il passa sa main sur son poignet, sentant sous ses doigts son unique cicatrice. La seule fois ou il avait cédé à la tentation.
« Il t’arrive de voir d’autres personnes qui ne sont pas décédés ? » Le jeune homme se met à caresser gentiment le front de son compagnon.

“Il n’y a qu’eux.” murmure le jeune homme un peu surpris, n’y ayant jamais pensé. Pourquoi voyait t’il que ses amis ? Pourquoi ne voyait t’il pas ses parents ni sa grand mère, alors qu’ils étaient eux aussi une source d’apaisement pour lui ?
Frissonnant, le jeune homme sembla regarder autour de lui.
“Je suppose que je ne saurais jamais…” soupira t’il. “Mais l’idée que les morts continuent de veiller sur nous est douce…”
Il lui sourit doucement.
“Tu devrais dormir… tu as besoin de repos. Beaucoup de repos.”


-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

beautiful liar
I see myself in the mirror and I ask myself
Will it really make you happy if I let you go? Kim Thaksin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 20 ans
Vague : Première vague
Amour : Entiché d'un certain Nippo-Coréen ~

Coupons : 146
Contenu du sac : • Gel super-fixant (plein)
• Trousse de maquillage : (palette de fard à paupière, poudre de riz blanche, petite bouteille de fond de teint, rouge à lèvres et eyeliner noir.)
• Parapluie pliable cassé
• Lentilles de couleur
• Vêtements de rechange
• Petit cristal de roche
• Petite boîte à musique
• Paire de faux-cils + colle
• Photo polaroid d'un bâtiment
• Boîte de médicaments antipsychotiques (24 cachets)

--------------------------------------------

• Une miche de pain
• Une barre de céréales
• Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
• Une carte de l'île avec ses zones
• Une boussole
• Une lampe torche (avec piles)

----------------------------------------

• Revolver

Avatar : Aki (Arlequin)
Statut RP : Indisponible
Pseudo : Dixy
Messages : 162
Activité RP : 3









   Lun 25 Sep - 15:57



Shiro n'avait put s'empêcher de parler de Min Hyuk, ils étaient atteint tous les deux de la même maladie et peut-être que par chance l'autre jeune homme le connaissait aussi. "C’est bien lui… Il était dans l’aile d’urgence hier… Je lui ai parlé." Le petit blond tourna un regard surpris vers Thaksin et à la fois inquiet en apprenant cela. Même s'ils ne s'étaient vu qu'une seule fois le plus jeune le considérait déjà comme un ami, comme beaucoup d'autre sur cette île et apprendre qu'il était aussi mal que lui le terrorisait. "Il va bien." Affirma le plus grand soulageant Shiro d'un poids. Il soupira un peu en apprenant cette nouvelle voyant déjà le pire se produire dans son esprit. Il avait déjà vu bien trop d'amis mourir quand il était encore en hôpital psychiatrique, il ne voulait plus que cela arrive encore … Pour ce qui est de leur petite expérience Thaksin sembla au début sceptique, cela pouvait être dangereux autant pour eux que pour lui. Car en plus du fait qu'ils soient peut être condamnés à ne jamais retrouver leur esprit tous les deux, Thaksin risquait tout aussi gros qu'eux s'ils s'en prenaient à lui … Shiro ne voulait plus avoir à faire du mal à qui que ce soit à cause de ce monstre qui ne lui en laissait pas le choix. Mais il sembla d'accord pour essayer et voir où cela menait.

Le plus jeune raconta son passé au Japon et ne put s'empêcher de parler de la période à l’hôpital psychiatrique. Elle concernait la plus longue partie de son existence et il était difficile de passer à côté. "Mais… c’est horrible. Mon dieu...Shiro...Ca a du être dur pour toi." Son but n'était pas d'inquiété le Coréen en face de lui et mit les mains devant lui comme pour dire que maintenant c'était finis, qu'il était sortie. "Je te promets que tu n’auras plus à subir ca."

« En effet, c'est du passé, je t'assure que je vais mieux maintenant. » Annonça le plus jeune avec un léger sourire. « C'est grâce aux gens comme toi que j'ai réussit à aller de l'avant. Même ici je me dis que c'est pas le pire ... » Au contraire, lui qui pensait qu'il avait été embarqué pour une nouvelle galère, ici au moins il n'était pas enfermé, il n'était pas livré en pâture à ce monstre seul à lutter contre lui dans le noir. Il avait la chance d'être aidé par des personnes exceptionnelles.

Shiro en apprit un peu plus sur Thaksin et son histoire le toucha profondément. Comment peut-on avancé lorsqu'on perd des êtres cher et lever la tête pour les regarder alors qu'ils ne sont plus. Ça pouvait être réconfortant comme l'expliquait le plus âgé mais comment ne pas pleurer en songeant qu'on ne pourras plus jamais rire avec eux, les serrer dans ses bras ? Le Japonais partagea ses hypothèse échangeant leur rôle pendant un petit instant en supposant que c'était nécessaire pour qu'il puisse faire le deuil de ses amis. "Sans aucun doute…" A moins que le plus grand ait le don de voir l'au-delà ? Beaucoup n'y croyaient pas mais Shiro était assez superstitieux et les fantômes il y croyait. C'est vrai après tout pourquoi les humains seraient les seuls à fouler la terre ? Et dans ce cas où iraient toutes ces âmes sans vie ? "Je me suis fait à l’idée qu’ils ne sont que des morceaux de mon imagination… Me dire qu’ils sont encore la, avec moi… J’ai peur que ca me donne envie de … d’aller les rejoindre." Shiro ouvrit de grand yeux avant d'attraper le bras de Thaksin.

« Ne fais surtout pas ça ... » L'implora presque le plus jeune qui plongea un regard triste dans le sien. « Je suis sûr qu'ils voudraient que tu continue d'avancer pour eux. » Shiro pencha un peu la tête, une expression de chagrin passa sur son visage. Il était très sensible aux autres et surtout à leur état d'esprit, il était capable de partager une émotion même si elle ne lui appartenait pas.

Le petit blond à pics demanda s'il ne lui arrivait pas de voir d'autres personnes mortes, cela pourrait lui donner des pistes sur la nature de ces visions. "Il n’y a qu’eux." Cela avait dût le choquer profondément pour qu'il ne voit qu'eux alors qu'il aurait aussi put avoir l'image de sa famille ou d'autres personnes auxquelles il tenaient. "Je suppose que je ne saurais jamais…" Personne en réalité ne pourras jamais le savoir, le monde des morts et le surnaturel restera à jamais un mystère pour l'homme … "Mais l’idée que les morts continuent de veiller sur nous est douce…" Le joueur mauve eut alors un petit sourire triste, même les personnes qui nous ont quittés peuvent rester auprès de soi, qu'on les voit ou pas, qu'on les entendent ou non. Shiro aimait y croire pour se dire qu'il était surveillé par des forces bienveillantes. "Tu devrais dormir… tu as besoin de repos. Beaucoup de repos." Thaksin avait raison, d'autant plus que la nuit n'allait pas tarder à s'achever pour eux … Ses yeux commençait à le piquer et la fatigue s'installait peu à peu.

« Toi aussi tu as sans doute besoin de repos après la nuit cauchemardesque que je t'ai fait passé. » Lui annonça le plus jeune en se laissant glisser sous les draps pour s'installer plus confortablement en position pour dormir. Il était ravi que le plus grand reste avec lui pour dormir et il pourrait ainsi plus facilement chasser ses démons et trouver le sommeil, autant l'un que l'autre. Alors le plus jeune se permis de se resserrer contre le Coréen une fois ce dernier mieux installé et ferma les yeux. « Je te remercierait jamais assez pour ton aide ... » Murmura le blond le visage un peu plus apaisé qu'il y a quelques heures. « Je te promet que je t'aiderais le moment venu, tu pourras compter sur moi ... » Il se jurait d'un jour remercier toutes ces personnes qui l'ont épaulé et l'apprenti psychologue en faisait partie. « Bonne nuit, fais de beaux rêves ... » Dit-il en se repliant un peu plus sur lui même et trouvant refuge auprès de Thaksin. La fatigue ne tarda pas à le gagné tandis qu'il plongeait peu à peu dans un sommeil sans rêve.  

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-


I want to stay here ... A pathetic Paranoia ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

sick ; ft n.shiro

Page 1 sur 1