AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



FERMETURE DU FORUM





 

 Maintenant je suis la Mort, le destructeur des mondes ▬ Ooda Nôei







avatar
Âge : 18 ans
Vague : Classe originelle
Amour : Peut-être en progression

Nombre de victimes : 6
Coupons : 0
Contenu du sac : ▬ Calepin à dessin presque neuf
▬ Calepin à dessin complet
▬ Matériel à dessin (crayons, fusains, gomme, craies, bâtonnets de graphite et estompe en papier)
▬ Portable et son chargeur
▬ Un iPod

▬ Tenue de rechange
▬ Cape de pluie
▬ Duvet de voyage
▬ Médaille d'or de natation
▬ Gourmette en or
▬ Bracelet en perles colorées
▬ Veste de camouflage

▬ Trousse de toilette (gel douche 1/4, brosse à dent, peigne, un tube de dentifrice)
▬ Petite trousse de secours (désinfectant 1/2, 1 bande, 1 compresses, 5 pansements, déodorant)
▬ Ecstasy (10)
▬ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)

▬ Une carte de l'île avec ses zones
▬ Une boussole
▬ Une lampe torche (avec 2 lot de piles : 50% | 100%)
▬ Un mousquet (pistolet) + deux munitions
▬ Cran d'arrêt

Avatar : Bang Seong Jun
Pseudo : Frost
Multicomptes : Bae Se Jin - Lee Ye Won - Nae Lily

Messages : 115
Activité RP : 1









   Jeu 20 Juil - 22:29

Le 17 juin, 14h30
A la salle de gym

Même si l’île ne regorge pas de richesse, trouver des ressources est plus facile qu’il ne le pensait. Il arrive à trouver un peu de nourriture quant à l’eau, quand il ne trouve de bouteille, il récolte l’eau de la nature aussi ingénieusement qu’il le peut, en se servant d’objets divers qu’il ramasse ça et là. La vie ici est bien plus rude que la vie en ville. Mais sa vie à lui n’a jamais été vraiment tendre alors ans le fond, ça ne le dérange pas. Il n’a pas eu beaucoup de mal à s’adapter. Bien sûr, il ne se fait pas une joie de devoir tuer les gens et tant qu’il le peut, il l’évite. Mais pour se défendre, il n’y a pas de tabou. Il n’hésite pas à rendre chaque coup qu’on lui porte ou qu’on tente de lui porter. Hors de question de se laisser faire. Et Jin Hwan a du mordant à revendre, c’est une certitude. Il est fort et il est accroché à la vie comme un molosse à son os. Il ne se laissera pas faire et quittera l’île. Il veut retrouver le confort d’une douche chaude et le goût sucré des fruits qui sont bien trop fades ici. Mais en attendant, il continue d’explorer l’île à la recherche de nourriture et d’objets divers qui pourraient l’aider. Il ne s’encombre pas cependant ne gardant que le nécessaire. Il n’a plus de pain et il garde sa barre de céréale pour ce jour où il ne trouvera rien, pour ces jours où l’estomac vide, il errera comme une âme en peine. Pour avoir quelques heures de plus. C’est un joker qu’il veut conserver. Alors il l’a rangée dans son sac et la garde précieusement. De la même façon, il a gardé 4 de ses 8 gâteaux pour gagner quelques heures quand il en aura réellement besoin. L’urgence. Il a l’esprit de survie, c’est certain, et il est rationnel. Il ne peut pas faire d’orgie de nourriture pour apaiser son stress. Quel stress ? Jin Hwan n’en ressent pas. Il ne s’en encombre pas, il a un grand besoin de se vider la tête pour mieux réfléchir. Pour mieux s’adapter.

Le voilà dans la zone 2. Il explore, il fouille. Il cherche des choses utiles et cherche aussi des joueurs verts qu’il pourrait identifier pour ne pas risquer de les tuer. Ou de les tuer si ceux-ci n’envisagent pas de jouer en équipe. Hors de question de se faire trahir. Malheureusement, il n’y a guère que des ruelles coupes gorges ici. Mais il ne s’en effraie pas, il s’y fond, sans bruit, sans laisser de trace de son passage. Il souhaite aller jusqu’au garage pour voir s’il ne pourrait pas trouver un peu d’huile à faire brûler. Mais avant, il va jusqu’à la salle de gym. Une boisson énergétique, une altère pour frapper les autres, c’est à voir. Il pourrait bien trouver des choses intéressantes. Peut-être même un tapis de gym sur lequel s’étendre la nuit. Il n’entretient jamais de grands espoirs mais il sait qu’il pourrait avoir un peu de chance. Et ici, il faut aussi compter sur la chance de temps en temps. En complément du talent, cela peut faire des merveilles. Mais la chance tourne également, alors il peut être bon d’avoir un plan de secours. Un dernier atout dans sa manche. Voilà pourquoi Jin Hwan ne se repose pas sur ses lauriers. Il avance et s’investi à fond dans le jeu. Il pousse alors la porte et s’avance dans le hall, explorant. Il jette un œil partout, cherchant toute trace de quelqu’un qui pourrait l’attaquer. Il continue son exploration jusqu’à la salle où devaient se trouver les appareils aux vues des marques. Certains sont encore là, mais il ne voit pas de poids. Et alors qu’il avance un peu plus, un bruit attire son attention juste avant qu’on ne se jette sur lui. Il parvient avec peine à l’esquiver et le combat s’engage. Il n’a jamais fait de sport mais la vie dans les rues lui a permis d’acquérir une bonne droite et quelques coups précis qui lui permettent de continuer à maintenir son adversaire à distance lui laissant une chance de fuir. Mais non, il s’acharne. Alors sans prévenir, il sort son arme et plutôt que de tirer connaissant l’instabilité de cette arme, il s’en sert pour frapper la tête du garçon une fois, puis une deuxième. Il vacille et tombe, mort. Il se redresse un peu, essoufflé et un peu secoué de ce qui vient d’arriver. L’espace d’un instant, sa main tremble et il se penche un peu pour essayer de passer son angoisse. Mais voilà, dans son besoin de retrouver son souffle et son calme, il ne voit pas l’autre personne qui se lance sur lui, dans le but visible de venger le garçon qu’il vient de tuer.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-



It's hard to live in this hell...

Quand la maison s'effondre il faut partir. Recommencer tout, ailleurs et autrement. Mais le meilleur espoir n'est pas la fuite. Ici, le meilleur espoir est le jeu. Jouer pour qu'une équipe soit la dernière présente sur l'île. Une seule équipe. La sienne.
© Bernard Werber
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité

avatar








   Dim 23 Juil - 16:51

Maintenant je suis la Mort,
le destructeur des mondes
Le 17 Juin, à 14h30

Deux jours, deux jours et demi depuis qu'il était arrivé sur cette île, sur ce plateau de jeu. Dès son débarquement, il avait trouvé un jeune homme, Shiro, avec lequel tenter de comprendre tout ce qui les entourait. Malheureusement, leur rencontre avait été un véritable échec puisqu'un groupe de plusieurs personnes s'était lancé à leur poursuite, les forçant à se séparer. Nôei avait tourné autour de la plage avant de tomber sur un fantôme de son passé qu'il n'aurait jamais cru revoir - et encore moins dans de telles conditions. Elian et lui avaient eu le temps de discuter quelques minutes et Nôei avait très vite compris que son ancien ami avait complètement oublié jusqu'à même son existence dans ce monde. Tout allait sens dessus dessous et, en parcourant les lieux avec sa carte, le joueur vert ne savait plus trop où il en était. Il alignait un pied après l'autre en prenant garde de ne pas se faire repérer par d'autres étudiants qui s'étaient pris dans le jeu. Lui, il n'avait encore tué personne.
Il soupira, replia sa carte qu'il rangea dans son sac pour prendre sa bouteille d'eau en échange. Il s'installa quelques secondes derrière un buisson afin de reprendre ses esprits et de voir où est-ce qu'il se situait. Il but une gorgée, leva le visage vers le ciel dans lequel le soleil cognait puis versa un peu de son eau sur sa tête pour se rafraîchir. Combien étaient-ils sur cette foutue île ? Combien d'étudiants avaient succombé à ce jeu ? Cela lui arriverait-il à son tour ? Ce n'était pas avec une sarbacane qu'il irait bien loin... Heureusement qu'il était plutôt doué de ses poings, ayant pratiqué la boxe depuis des années avant tout ça. Enfin, un nouveau soupir s'échappa d'entre ses lèvres. Il remit sa bouteille dans son sac et reprit sa route vers sa destination qui n'était autre que la salle de gym. Nôei tentait de trouver des ressources qui lui permettrait de tenir le plus longtemps possible sans avoir trop faim.
Avec précaution, il sortit des buissons pour rejoindre un espèce de sentier et pénétrer dans cette pseudo-ville déserte. Il avait pas mal marché depuis la veille, n'ayant pas eu le temps de se reposer plus de quelques heures, de peur de se faire attraper par les plus avides de chair fraîche. Il espérait avoir le temps de découvrir toute sa carte avant de prendre la décision de tuer ou non ceux qui se présentaient à lui...
Doucement, mais sûrement, ses yeux tâchant d'analyser tout ce qui l'entourait pour obtenir de quelconques informations, le japonais parvint jusqu'à la destination qu'il avait repéré sur sa carte. Cette salle serait un début de recherches avant qu'il ne se rende plus au coeur de la ville - en espérant qu'il ne soit pas trop fréquenté. Quoiqu'il en soit, Nôei décida de faire le tour de l'établissement avant de pénétrer à l'intérieur par une vitre brisée. Il sauta par-dessus l'encadrement, mais à peine y fut-il qu'il entendit du remue-ménage. Sourcils froncés, le joueur vert se faufila dans la salle, se cachant derrière un tas d'ordures qui traînait dans le coin. Il aperçut, très vite, un autre joueur tuer sa victime, lui assénant plusieurs coups avant de se relever. Nôei se demanda s'il ne serait pas plus prudent pour lui de revenir plus tard quand surgit un nouvel attaquant. Tout comme lui, il s'était caché dans un coin et s'attaquait maintenant au tueur de la précédente victime.
Ni une, ni deux, sans réellement réfléchir, le japonais sauta sur ses pieds et se rua sur son adversaire en criant à l'autre de faire attention - par réflexe. Ils roulèrent par terre, Nôei prit le dessus et sans se contrôler ou penser au bien ou au mal de la situation, il asséna un violent coup de poing à sa victime. Un coup, puis deux, trois... Nôei sentait une rage lui monter dans le ventre et frapper lui permettait de se libérer de cette sensation. Ce ne fut qu'une fois à bout de souffle qu'il se redressa pour se laisser tomber sur un tapis au sol, son regard planté sur ce qu'il venait de faire avant de se diriger vers l'autre survivant.

« Salut, lâcha-t-il. Je m'appelle Nôei. »

Il passa une main dans ses cheveux avant d'ajouter :

« C'est ma première victime. »

La situation était plutôt caucasse tant et si bien qu'il ne savait pas de quelle manière réagir face à ses propres agissements. Lui qui se demandait un instant plus tôt s'il ferait un jour partie des tueurs de l'île venait clairement d'avoir la réponse. Mais, le pire dans tout ceci, était qu'il ne se sentait peut-être pas aussi coupable qu'il devrait l'être suite à ce meurtre. Voilà comment le gouvernement souhaitait voir ses étudiants.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas






avatar
Âge : 18 ans
Vague : Classe originelle
Amour : Peut-être en progression

Nombre de victimes : 6
Coupons : 0
Contenu du sac : ▬ Calepin à dessin presque neuf
▬ Calepin à dessin complet
▬ Matériel à dessin (crayons, fusains, gomme, craies, bâtonnets de graphite et estompe en papier)
▬ Portable et son chargeur
▬ Un iPod

▬ Tenue de rechange
▬ Cape de pluie
▬ Duvet de voyage
▬ Médaille d'or de natation
▬ Gourmette en or
▬ Bracelet en perles colorées
▬ Veste de camouflage

▬ Trousse de toilette (gel douche 1/4, brosse à dent, peigne, un tube de dentifrice)
▬ Petite trousse de secours (désinfectant 1/2, 1 bande, 1 compresses, 5 pansements, déodorant)
▬ Ecstasy (10)
▬ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)

▬ Une carte de l'île avec ses zones
▬ Une boussole
▬ Une lampe torche (avec 2 lot de piles : 50% | 100%)
▬ Un mousquet (pistolet) + deux munitions
▬ Cran d'arrêt

Avatar : Bang Seong Jun
Pseudo : Frost
Multicomptes : Bae Se Jin - Lee Ye Won - Nae Lily

Messages : 115
Activité RP : 1









   Lun 7 Aoû - 23:13


Le 17 juin, 14h30
A la salle de gym

Tout s’est passé très vite. Trop vite pour lui. Ce garçon sorti de nulle part contre lequel il a du se défendre. Et celui qui après a voulu venger son ami. Jin Hwan a entendu une voix lui demandant de faire attention. Alors il se tourne et se recule pour être sûr de ne pas être touché. Il reste à bonne distance et du coup, regarde autour d’eux pendant que les deux joueurs roulent au sol. Puis, il entend les coups. Il regarde et remarque que c’est son sauveur qui a le dessus. Jin Hwan détourne le regard n’aimant pas particulièrement le spectacle et pendant que l’autre fait pleuvoir une rage de coup et en profite pour vérifier qu’il n’y a pas d’autres joueurs embusqués dans la pièce qui pourraient vouloir s’en prendre à eux. Il revient finalement et l’autre finit par se redresser et commence à parler. Il se présente. Il a une façon étrange de le faire. « Euhm… ». Drôle de présentation. Ce type vient de tabasser un autre joueur à mort, dans une espèce de frénésie étrange et effrayante. Et lui-même vient de tuer un joueur. Il ne sait pas trop si c’est vraiment le moment de se présenter. Et encore moins d’une façon aussi désinvolte. Lorsqu’il reprend la parole pour dire que c’est sa première victime, Jin Hwan se rend compte que c’est également sa première victime. Un garçon. Il regarde le cadavre quelques secondes avant de finalement relever la tête et de dire : « Et moi Jin Hwan… ». Il n’est pas enchanté, mais il n’est jamais enchanté de nouvelles rencontres, mais ce n’est pas uniquement relié à l’île ou à ce garçon en particulier. Cependant, il lui adresse un léger sourire. Même s’il n’a pas vraiment le cœur à sourire parce que le contexte n’est pas vraiment engageant, il le fait quand même. Pour essayer de détendre un peu l’atmosphère, pour ne pas vexer un tueur potentiel. Enfin non. Il n’est plus un tueur potentiel. Ils ne le sont plus.

A son tour il dit : « C’est ma première victime aussi… ». C’est étrange. Mais il l’a fait pour survivre. Il voulait survivre. Oui. Alors il n’a pas vraiment eu le choix. Et maintenant qu’il regarde le corps de celui qu’il vient de tuer, il se rend compte qu’il ne regrette pas vraiment. C’est plutôt étrange de ne pas vraiment se sentir coupable. Maintenant que le choc est passé, il est plus calme, il redevient lui-même. Il se contente de rationnaliser tout ça, de mentaliser. Pour ne pas placer d’émotion dans ce genre atroce. Car les émotions se transformeraient en sentiment et que cela pourrait le bousculer. Et il ne peut pas se le permettre ici. Il doit être fort. Il l’a toujours été à présent ? Et ce fonctionnement, il le connait bien. Il n’a jamais été du genre à se morfondre, à s’apitoyer. Alors pourquoi commencer maintenant. Il s’occupera de son âme et de sa conscience plus tard. Il regarde à nouveau la pièce. Puis finalement, il s’approche et consulte la couleur de celui qu’il vient de tuer. Rouge. Il cherche un instant pour voir s’il trouver quelque chose qui pourrait lui en apprendre un peu plus sur son identité. Il ne veut pas que le garçon reste un visage anonyme. C’est étrange, non ? Il regarde et finalement trouve une carte sur laquelle il est inscrit Lee Il Nam. Voilà, c’est fait. Il sait maintenant. Il ferme les yeux un instant puis se redresse et dit : « On devrait peut-être bouger. On va peut-être attirer d’autres joueurs décidés à nous attaquer… ». Oui, Jin Hwan se dit qu’ils ont tout intérêt à bouger. Ils n’ont plus rien à faire ici, l’organisation viendra récupérer les corps. Lui, il ne veut pas rester ici plus longtemps. C’est trop angoissant.

Spoiler:
 

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-



It's hard to live in this hell...

Quand la maison s'effondre il faut partir. Recommencer tout, ailleurs et autrement. Mais le meilleur espoir n'est pas la fuite. Ici, le meilleur espoir est le jeu. Jouer pour qu'une équipe soit la dernière présente sur l'île. Une seule équipe. La sienne.
© Bernard Werber
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité

avatar








   Mer 9 Aoû - 12:28

Maintenant je suis la Mort,
le destructeur des mondes
Le 17 Juin, à 14h30

C'était un sentiment plus qu'étrange qui s'était emparé de Nôei. Il avait l'impression d'avoir commis la chose la plus abominable sur Terre et, pourtant, il ne se sentait pas coupable pour le moins du monde. Est-ce que cela y était ? Est-ce qu'il commençait sérieusement à perdre les pédales ? Le jeu avait été finalement bel et bien inscrit dans son esprit et c'était pour ça. Pour ça que tuer était quelque chose de tout à fait normal pour lui. Mais cela était loin de l'être. Qui était-il pour avoir le droit de vie ou de mort sur un autre être humain ? Depuis son enfance, il n'avait lui-même été qu'un rebut de la société, qu'un nom sur plusieurs listes et voilà que cet Enfer recommençait en ce moment. Il avait réussi à s'en sortir, des années plus tôt, hors de question que cela ne soit pas le cas sur ce plateau de jeux grandeur nature.
Il balança son nom à son interlocuteur, sans trop savoir pourquoi, mais surtout pour dire quelque chose. Pour ne pas que ce meurtre reste trop longtemps dans les esprits des deux joueurs qui venaient de commettre exactement la même chose à quelques minutes à peine d'intervalle. Nôei finit par se redresser pour acquiescer d'un bref mouvement du visage au nom de l'étudiant qui se tenait en face de lui. Il était plus grand que lui, en taille, et son nom lui confirma le fait qu'il était d'origine coréenne. Ce n'était pas étonnant du tout, puisqu'ils avaient tous été envoyé depuis le Nouvel Empire de Corée.
A son tour, le japonais rejoignit le corps de sa victime pour vérifier la couleur de son collier (mauve) et fouiller dans ses affaires au cas où il y aurait quelque chose d'intéressant. Il agissait comme si cela sonnait à l'instar d'une évidence, ou qu'il avait déjà fait cela et il ne put retenir un frisson d'effroi qui traversa sa colonne vertébrale. Heureusement, il n'eut pas le temps de s'interroger davantage car Jin Hwan prit les devants en déclarant qu'ils ne devraient pas rester dans les environs.

« Oui, allons-y », accepta le joueur vert en empoignant son sac à dos pour le rehausser sur ses épaules.

Et maintenant ? Maintenant qu'est-ce qui allait se passer ? Recevrait-il une quelconque forme de prestige ? Avait-il accompli un acte de bravoure ? Foutaises. Il n'avait commis d'une barbarie et une scène impitoyable qui resterait pour toujours gravée dans son esprit - et probablement celui de son camarade aussi. Ils avaient pris part au jeu en ce jour et rien ne pourrait effacer les actes qu'ils avaient commis.
Tandis qu'ils quittaient ensemble la salle de gym, Nôei décida de reprendre la parole pour ne pas demeurer dans ce silence pesant. Lui ressassait cet instant de cruauté et il se doutait que Jin Hwan devait en faire de même de son côté.

« Tu es arrivé il y a longtemps par ici ? l'interrogea-t-il. Moi, ça fait deux jours que je suis là... c'est trop étrange de penser que rares seront ceux qui repartiront chez eux. »

Il ne voulait pas le dire dans l'immédiat, mais lui était déterminé à rentrer chez lui. Il serait l'un des derniers à se tenir debout et à quitter cette île maudite. Il avait une revanche à prendre sur la société et il commençait à voir cet endroit comme une énième chance qu'on lui offrait.
Sortant de l'établissement, le regard de Nôei tomba sur un petit coin d'eau. Il fit signe à son camarade de s'y diriger. Il fallait absolument qu'il lave ses mains encore pleines d'un sang qui n'était pas le sien. Le visage décomposé de la jeune femme resurgit dans son esprit... qu'il chassa en se raclant la gorge.

« Personne ne mérite plus que d'autres de vivre », lâcha-t-il tout en s'accroupissant dans la flaque d'eau pour frotter ses mains l'une contre l'autre.

Mais moi, moi... Moi je rentre chez moi bientôt.
Codage par Libella sur Graphiorum
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas






avatar
Âge : 18 ans
Vague : Classe originelle
Amour : Peut-être en progression

Nombre de victimes : 6
Coupons : 0
Contenu du sac : ▬ Calepin à dessin presque neuf
▬ Calepin à dessin complet
▬ Matériel à dessin (crayons, fusains, gomme, craies, bâtonnets de graphite et estompe en papier)
▬ Portable et son chargeur
▬ Un iPod

▬ Tenue de rechange
▬ Cape de pluie
▬ Duvet de voyage
▬ Médaille d'or de natation
▬ Gourmette en or
▬ Bracelet en perles colorées
▬ Veste de camouflage

▬ Trousse de toilette (gel douche 1/4, brosse à dent, peigne, un tube de dentifrice)
▬ Petite trousse de secours (désinfectant 1/2, 1 bande, 1 compresses, 5 pansements, déodorant)
▬ Ecstasy (10)
▬ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)

▬ Une carte de l'île avec ses zones
▬ Une boussole
▬ Une lampe torche (avec 2 lot de piles : 50% | 100%)
▬ Un mousquet (pistolet) + deux munitions
▬ Cran d'arrêt

Avatar : Bang Seong Jun
Pseudo : Frost
Multicomptes : Bae Se Jin - Lee Ye Won - Nae Lily

Messages : 115
Activité RP : 1









   Sam 19 Aoû - 23:08


Le 17 juin, 14h30
A la salle de gym

De belles foutaises ce jeu. Dresser des adolescents à devenir des tueurs, des meurtriers sanguinaires et dépourvus de sens moral. Jin Hwan se demande à quoi pourront bien leur servir leurs fameuses statistiques. C’est n’importe quoi pour lui, ça n’a aucun sens. Les adultes sont censés protéger les enfants. Voilà ce qu’on apprend dans les contes, ce que les instits leur apprennent. Mais pour Jin Hwan les adultes n’ont jamais été protecteur, au contraire. Encore une fois, les choses se confirment. Le gouvernement les a tous envoyés ici. Il ne les a pas protégés, bien au contraire. Il les pousse à la mort, en passant par des étapes de tortures physiques et psychologiques. Jin Hwan se dit qu’une partie de lui est morte lorsqu’il a tué ce garçon. Il aurait pu parler d’une partie de son enfance s’il en avait eu une. Oui, aujourd’hui, une partie de lui s’est enfuie, a disparu. Comme celle qui est morte quand il a dû dormir sur un banc, dehors, la première fois. Mais bon, il ne s’attarde pas. Enfin, il ne s’attardera pas. Comme d’habitude. Nôei et sa première victime. Une rencontre dans une situation vraiment étrange. Vraiment sordide. Cependant, il accepte de bouger alors Jin Hwan jette un dernier regarde à la ronde, il rassemble ses esprits, vérifie qu’il a toutes ses affaires puis sort de la salle de gym. Il ne reviendra peut être pas ici tout de suite.

Sur la route, il écoute Nôei reprendre la parole. C’est un peu triste tout ça… Jin Hwan se rassemblera rapidement pour reprendre son chemin avec acharnement. Il n’est pas du genre à s’effondrer, c’est certain. Il répond : « Je suis de la classe originelle ». Il reste silencieux un instant. Le pauvre n'est là que depuis deux jours et il commence très fort le jeu. Surement un adversaire redoutable. Jin Hwan regarde partout, méfiant, s'attendant à voir débarquer n'importe qui, de n'importe où. Puis, il dit : « Désolé pour toi... C'est pas terrible comme fête d'arrivée ». Il n'y a rien à dire de plus n'est-ce pas ? Cette île c’est l’enfer. C’est vraiment dommage d’arriver là, d’être jeté dans l’océan pour devoir gagner une île. Enfin… pour ceux qui y arrivent. Le fait d’être là montre qu’il a eu beaucoup de chance où qu’il a été plus fort que les autres.

Il ne peut pas s'empêcher de rire un peu, sans doute cynique. Il ne peut pas s'en empêcher car ils arrivent tous avec la même envie. Rentrer... Et que très peu y arriveront... L'espoir est peut-être vain sur cette île. Peut-être qu'il ne vaut mieux pas en avoir. Ou peut-être que si. Jin Hwan n'en sait rien. Il regarde les rues, son regard balayant chaque endroit derrière lesquels pourrait se cacher un autre joueur. Les murets, les poubelles, les encadrements de portes ou les fenêtres. Mais il ne voit rien. Il reprend la parole pour dire : « Je l'espère pour toi... » il marque une pause et complète : « Si tu y croit et que tu te bats suffisamment fort… Tu auras peut-être une chance... ». Il n'est pas engageant, il s'en rend compte. Mais Jin Hwan ne se voit pas lui dire : Mais oui, bien sûr. Je suis sur que tu rentreras chez toi, et que tu reprendras ta vie là où tu l'as laissée. Ça serait lui mentir, très largement. Il a entendu de nombreux noms annoncés par les hauts parleurs. De nombreux morts et il sait qu'il y en aura encore et encore. Jusqu'à ce que ce soit son nom qu'on entende, où qu'il rentre enfin chez lui.

Il continue à marcher jusqu’à trouver un endroit abrité, dans lequel s’installer. Personne ne les verra et ils verront les autres arriver au besoin. Il range son mousquet à l’arrière de son jean puis sort l’un de ses bouteilles pour boire un coup, avant de la ranger puis demander : « Tu connais déjà ta couleur ? Tu as déjà croisé d’autres joueurs ? ». Il peut bien l’aider un peu. Qu’est-ce que ça changera ? Il aurait sans doute aimé qu’on fasse pareil pour lui à son arrivée sur l’île. Mais ses camarades et lui ont ramassé les plâtres. Ils ont du tout découvrir par eux même, tout apprendre et survivre sans personne. Il sait à quel point cela doit être horrible d’arriver là, de devoir affronter des joueurs déjà là depuis un moment, qui connaissent déjà l’île, qui ont pour certains plusieurs victimes et de nombreuses stratégies. Il demande : « Nôei, c’est japonais ? ».

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-



It's hard to live in this hell...

Quand la maison s'effondre il faut partir. Recommencer tout, ailleurs et autrement. Mais le meilleur espoir n'est pas la fuite. Ici, le meilleur espoir est le jeu. Jouer pour qu'une équipe soit la dernière présente sur l'île. Une seule équipe. La sienne.
© Bernard Werber
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité

avatar








   Dim 10 Sep - 15:28

Maintenant je suis la Mort,
le destructeur des mondes
Le 17 Juin, à 14h30

Il hocha la tête en signe de dénégation. Effectivement, il y avait mieux comme fête d'arrivée, mais il savait qu'il ne devait pas non plus s'en plaindre étant donné qu'il était là, toujours bel et bien vivant. Il avait survécu au naufrage, son collier n'avait pas explosé comme certains corps dont le sang s'était bien vite répandu sur le sable pourtant si blanc, si pur. Aujourd'hui, il avait une fois encore échappé à la mort... mais en la donnant lui-même. Sa première victime, une jeune femme. Il ignorait encore de quelle manière il devait réellement réagir. Est-ce qu'il pouvait s'en féliciter car il avait, pour le coup, sauvé en quelque sorte son interlocuteur ? Est-ce qu'il devait s'en blâmer de commencer à participer à ce jeu macabre ? Nôei était un peu perdu et préférait avancer dans l'immédiat au lieu de s'asseoir contre un arbre et remuer dans tous les sens ses songes. Cela ne donnerait rien de bon, maintenant, à chaud.
Néanmoins, même perdu, le joueur vert ne doutait pas une seule seconde qu'il ne sortirait pas vivant pas de cette île. Il était hors de question de perdre, de ne pas être capable de se surpasser. Il avait sa famille à rejoindre et il voulait les rendre plus fier que jamais - même si cela pouvait paraître assez étrange. Seraient-ils vraiment fiers de savoir leur fils être un meurtrier ? Un meurtrier, certes, mais un survivant avant tout. Depuis sa naissance, il avait du apprendre à se battre, à ne pas se laisser marcher sur les pieds. La vie était un cadeau, mais elle était tout autant du poison que Nôei avait un peu trop vite ingurgité. Ses mains propres en surface, il se releva pour suivre son interlocuteur.

« Oui, j'y crois, et j'y croirais encore tant que je n'ai pas la preuve que je peux rentrer chez moi, ajouta-t-il. Et toi alors, personne ne t'attend de l'autre côté de cette foutue île ? »

Parce que c'était ça, le plus important. C'était de savoir que l'on était pas seul et que l'on était attendu de pieds fermes. Sinon il était clair que cela ne servait à rien de se battre ; autant se laisser exploser, se jeter d'une falaise ou bien s'offrir à un joueur beaucoup plus déterminé que soi. Aucune de ces possibilités ne plaisaient à Nôei. Lui vivrait encore de longues années.
Finalement ils dénichèrent un endroit où se mettre à l'abri le temps de reprendre une certaine contenance. Jin Hwan sortit sa bouteille d'eau de son sac pour boire une gorgée et Nôei fit de même, sentant sa gorge trop sèche.

« J'ai rencontré un joueur qui a débarqué en même temps que moi. A vrai dire, je ne sais toujours pas pourquoi, mais je l'ai aidé à survivre pour ne pas que son collier explose, je me demande ce qu'il devient... Mais je n'ai pas encore entendu son nom résonner, haussa-t-il les épaules en s'adossant contre le mur. On a été séparé, mais on a regardé nos couleurs ensemble. Je suis de la faction verte. »

Dire sa couleur était comme marcher sur des oeufs. A tout moment, Jin Hwan aurait pu lui sauter dessus, mais Nôei savait se défendre alors il n'avait pas peur de lui. Cependant, il guettait sa réaction, se demandant de quelle faction il était lui aussi. Puis l'atmosphère se détendit et le brun abandonna un petit rire.

« Japonais, oui, mais je crois surtout que c'est une fantaisie de mes parents pour que je sois unique. J'ai été adopté, alors je ne sais pas vraiment quel est mon prénom. Mais j'aime celui-ci, sourit-il. Tu as toujours habité en Corée ? »

C'était assez étrange, dans un tel contexte, d'arriver à se poser et de discuter comme si de rien n'était. Cependant, c'était loin d'être déplaisant, même pour une personne tel que Nôei qui passait plus de temps à agir qu'à parler. Il avait l'impression que tout changeait.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas






avatar
Âge : 18 ans
Vague : Classe originelle
Amour : Peut-être en progression

Nombre de victimes : 6
Coupons : 0
Contenu du sac : ▬ Calepin à dessin presque neuf
▬ Calepin à dessin complet
▬ Matériel à dessin (crayons, fusains, gomme, craies, bâtonnets de graphite et estompe en papier)
▬ Portable et son chargeur
▬ Un iPod

▬ Tenue de rechange
▬ Cape de pluie
▬ Duvet de voyage
▬ Médaille d'or de natation
▬ Gourmette en or
▬ Bracelet en perles colorées
▬ Veste de camouflage

▬ Trousse de toilette (gel douche 1/4, brosse à dent, peigne, un tube de dentifrice)
▬ Petite trousse de secours (désinfectant 1/2, 1 bande, 1 compresses, 5 pansements, déodorant)
▬ Ecstasy (10)
▬ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)

▬ Une carte de l'île avec ses zones
▬ Une boussole
▬ Une lampe torche (avec 2 lot de piles : 50% | 100%)
▬ Un mousquet (pistolet) + deux munitions
▬ Cran d'arrêt

Avatar : Bang Seong Jun
Pseudo : Frost
Multicomptes : Bae Se Jin - Lee Ye Won - Nae Lily

Messages : 115
Activité RP : 1









   Dim 10 Sep - 22:31


Le 17 juin, 14h30
A la salle de gym

Il écoute le garçon lui répondre qu'il continuera d'y croire. C'est une bonne chose. Tant qu'il y croira, il pourra se battre. L'espoir est un moteur. Le jour où il commencera à perdre espoir, alors il verra s’éloigner ses possibilité de retour. Encore et encore. Jin Hwan lui n’a personne à retrouver mais il veut retrouver la ville, le confort. Son avenir. Il veut pouvoir se construire une vie digne de ce nom. Le coréen y croit, il le veut. Il n’a pas traversé une enfance digne de l’enfer pour mourir ici sur cette foutue juste parce qu’il n’a pas eu de chance et qu’il a fait partie de la classe originelle. Il répond : « Personne d'important en tout cas. Cela ne m'empêchera pas de faire partie de ceux qui rentreront ». Il est plutôt neutre lorsqu’il dit cela. Mais il y croit, il y croit vraiment. Il se donnera les moyens d’y parvenir d’ailleurs, ça c’est une certitude. Sans sourciller. Pas après pas. Marche après marche. Il franchira tous les obstacles, un par un. Il observe les lieux, profitant du calme. La compagnie de l’autre garçon n’est pas désagréable. Il est plutôt gentil, enfin en apparence. Suffisamment fort pour tuer quelqu’un au besoin, mais suffisamment agréable pour converser l’espace d’un instant.

L’autre lui explique qu’il a sauvé quelqu’un lorsqu’il s’est retrouvé dans l’eau avec sa vague d’arrivée. Et que ce garçon lui a donné sa couleur. Jin Hwan le regarde. Ce n’est pas donné à tout le monde d’être sauvé dans l’eau pour gagner l’île. Alors il se contente de dire : « De toute évidence il semble faire bon usage de la chance que tu lui as offert » et il appuie ses paroles d’un signe de tête saluant la gentillesse de l'autre joueur. Gentillesse ou quoique cela puisse être, il faut bien le dire. Dans le fond, cela lui importe guère. De son côté, Jin Hwan n'est pas du genre gentil, mais non plus du genre méchant. Ceci dit, personne ne l'a aidé lui, on a plutôt tenté de le noyer. Heureusement, il est toujours là pour pouvoir jouer le jeu et se venger. Il compte bien le faire. Mais Nôei n'est pas celui qui a tenté de le noyer au contraire, il lui probablement sauvé la vie. Puis, il constate à voix haute : « Un joueur vert... » il reste songeur un instant avant de dire : « Moi aussi, je suis vert. Deux personnes me l'ont affirmé et j'ai de bonnes raisons de les croire ». Il le regarde un instant. Cela fait d’eux deux joueurs de la même équipe. Ils sont donc alliés d’autant plus qu’ils souhaitent tous les deux rentrer chez eux. C’est une bonne nouvelle. Encore plus sachant qu’ils sont tous les deux prêts à tuer. « J’imagine que cela fait de nous des alliés dans nos objectifs respectifs de regagner le continent… » Il le regarde interrogateur pour savoir ce que l’autre en pense.

Jin Hwan jette un œil attentif aux alentours. Les rues sont calmes, un peu trop surement. Peut-être que ce duo meurtrier était tombé sur d'autres joueurs avant de tomber sur les deux garçons ? Il ne le sait pas, mais c'est comme ça. Il reste quand même aux aguets, juste au cas où quelqu'un surgisse de derrière une porte. Il ne préfère pas encore avoir une mauvaise surprise. Cependant, il demande pour poursuivre la conversation : « Celui-là est sympa. Tu sais ce qu'il signifie ? ». Puis, il reste silencieux un moment, avant de répondre à la question de Noêi : « Toujours oui. A Séoul, je n'ai jamais quitté la ville, sauf peut-être pour un ou deux voyages scolaires, mais rien de plus ». Il regarde à nouveau autour d’eux, puis tourne dans une rue et après quelques mètres, ils arrivent à l’école. Jin Hwan prend le temps d’observer les lieux avant de s’engager vers la porte, pénétrant dans le lieu. Il inspecte du regard chaque partie du hall de l’école puis se tourne à nouveau vers Nôei. « Tu as déjà croisé d’autres joueurs verts ? ». Question stratégique, bien évidemment.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-



It's hard to live in this hell...

Quand la maison s'effondre il faut partir. Recommencer tout, ailleurs et autrement. Mais le meilleur espoir n'est pas la fuite. Ici, le meilleur espoir est le jeu. Jouer pour qu'une équipe soit la dernière présente sur l'île. Une seule équipe. La sienne.
© Bernard Werber
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité

avatar








   Dim 24 Sep - 21:19

Maintenant je suis la Mort,
le destructeur des mondes
Le 17 Juin, à 14h30

En sauvant la vie de Shiro, Nôei n'avait pas trop su comment réagir. Oui, il l'avait aidé à se tirer de la zone qui n'avait pas tardé à devenir interdite, mais à peine moins d'une heure plus tard ils avaient du se séparer, Nôei emportant les poursuivants dans sa direction ; et il s'en était sorti en les semant. Cela avait été un véritable coup de chance, lui qui n'en avait jamais trop eu au cours de sa vie. Il avait couru comme si le diable était à ses trousses, n'ayant pas spécialement envie de se jeter dans la bataille de cette manière, sans trop y avoir réfléchi au préalable, et il avait réussi à grimper dans un arbre sans se faire voir. Ainsi il avait pu passer un moment au calme et analyser la situation critique dans laquelle il se trouvait.
Jin Hwan lui apprit finalement qu'il était lui aussi un joueur vert et cela tira un sourire à Nôei, au moins il n'était pas tout seul dans cette équipe. C'était toujours intéressant de savoir sur qui on pouvait compter, et même s'il venait juste de le rencontrer, Nôei avait une impression relativement bonne de son vis-à-vis. Après, de toute évidence, ils étaient sur un jeu grandeur nature et il était aisé de berner les autres avec différentes techniques... Le Japonais se plaisait cependant à croire que s'il avait voulu le tuer, il aurait déjà tenté quelque chose envers lui.

« Il ne nous reste plus qu'à éliminer tous les autres pour que l'on puisse s'en tirer vivants, haha... » rit-il nerveusement en se passant une main dans les cheveux, repensant à ce visage décomposé qui avait sans doute commencé sa décomposition dans la salle de sport.

Autour d'eux, l'endroit paraissait assez calme, mais ils ne devaient pas pour autant se reposer sur leurs lauriers. Ils avaient montré l'un à l'autre qu'ils étaient suffisamment forts pour se débarrasser d'un ennemi, mais Nôei n'osait pas encore imaginer si un groupe de plusieurs personnes leurs tombait dessus. Lui n'avait pas obtenu une arme qui lui permettrait de se défendre au corps à corps, et il ignorait celle de son camarade vert. Il valait donc bien mieux tendre l'oreille et demeurer aux aguets, prêts à s'enfuir ou à combattre si la situation le demandait vraiment.

« Ma mère a toujours aimé la culture française et elle m'a dit, un jour, qu'en France, mon prénom existe mais il ne s'écrit pas de la même manière. Elle l'aimait bien, tout simplement, j'imagine, raconta-t-il à Jin Hwan. Et toi, ton prénom a un signification ? »

Leurs pas les amenèrent vers l'école où ils pénétrèrent avec prudence.

« Oui, deux personnes avant toi. J'ai sauvé Shiro, donc, et puis j'ai retrouvé un vieil ami d'enfance, hier. C'était assez étrange comme retrouvailles, mais je n'aurais jamais pensé le revoir un jour et encore moins ici », ajouta-t-il avant de se figer et de faire un signe en direction d'une salle de classe non loin d'eux.

Il avait cru entendre du bruit, comme si quelque chose était tombé, un verre brisé peut-être. Lentement, il s'avança, se courbant sous la fenêtre vitrée qui donnait sur la classe en question, avant de pousser un petit peu la porte qui grinça, lui faisant esquisser une grimace. Il fit plusieurs signes à Jin Hwan pour lui signaler qu'il devait y avoir quelqu'un à l'intérieur, qu'il valait mieux se tenir prêt à attaquer plutôt qu'être attaqué, avant de donner un grand coup de pied dans la porte et de s'avancer au milieu de la pièce dévastée. Son coeur tambourinait dans sa poitrine tandis que ses yeux cherchait désespéremment une personne à incriminer, mais il ne s'agit de rien d'autre que d'une sorte d'écureuil qui se dépêche de se cacher dans un trou sous le grand bureau - qui devait être celui d'un professeur. Nôei ne put s'empêcher de laisser un petit rire s'échapper d'entre ses lèvres, soulagé dans le fond que cela ne soit qu'un animal.

« J'ai vraiment cru qu'il y avait quelqu'un ! »
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas






avatar
Âge : 18 ans
Vague : Classe originelle
Amour : Peut-être en progression

Nombre de victimes : 6
Coupons : 0
Contenu du sac : ▬ Calepin à dessin presque neuf
▬ Calepin à dessin complet
▬ Matériel à dessin (crayons, fusains, gomme, craies, bâtonnets de graphite et estompe en papier)
▬ Portable et son chargeur
▬ Un iPod

▬ Tenue de rechange
▬ Cape de pluie
▬ Duvet de voyage
▬ Médaille d'or de natation
▬ Gourmette en or
▬ Bracelet en perles colorées
▬ Veste de camouflage

▬ Trousse de toilette (gel douche 1/4, brosse à dent, peigne, un tube de dentifrice)
▬ Petite trousse de secours (désinfectant 1/2, 1 bande, 1 compresses, 5 pansements, déodorant)
▬ Ecstasy (10)
▬ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)

▬ Une carte de l'île avec ses zones
▬ Une boussole
▬ Une lampe torche (avec 2 lot de piles : 50% | 100%)
▬ Un mousquet (pistolet) + deux munitions
▬ Cran d'arrêt

Avatar : Bang Seong Jun
Pseudo : Frost
Multicomptes : Bae Se Jin - Lee Ye Won - Nae Lily

Messages : 115
Activité RP : 1









   Mer 4 Oct - 20:30

Le 17 juin, 14h30
A la salle de gym

Il ne répond pas lorsque l'autre joueur dit qu'il ne leur reste plus qu'à tuer tous les autres. Parce qu'ils viennent de tuer deux joueurs et que Jin Hwan n'est pas tellement sur de vouloir remettre ça. Et qu'il n'est pas sûr de vouloir faire face à la violence de celui qui lui a sauvé la vie. Même s'il lui est très reconnaissant, évidemment. Il regarde la rue dans laquelle ils sont. Il se demande si un jour cette île a été accueillante, si les gens ont été heureux d’y vivre. Il se demande si les rires des enfants résonnaient entre les murs. Aujourd’hui ce sont les pleurs et les cris qui résonnent contre les murs et le sang qui trempe le béton. Les choses sont différentes, mais comme Jin Hwan n’a jamais connu le passé de cette île, cela ne peut pas lui manquer. Et son passé à lui ne lui manque pas, il voudrait plutôt le fuir, bien au contraire. Peut-être que cela serait plus facile pour lui de mourir que de vivre mais non, il préfère prendre sa revanche sur la vie. « C'est très différent de chez nous, en France ? ». Il est curieux puisqu'il ne connait pas du tout ce pays. Il connait bien les autres pays asiatiques : la Chine, le Japon, la Thaïlande et autre, mais l'Europe est plus nébuleuse pour lui, surtout en ce qui concerne la culture. Une fois dans l'école, il se montre très prudent et attentif tout en continuant à parler. Il l'écoute lui répondre qu'il a rencontré deux joueurs verts avant lui et Jin Hwan trouve que c'est vraiment une bonne chose. « Peut-être qu'il en a une, mais pour la personne qui me l'a donné, ça ne devait pas avoir tellement d'importance au final ». Il hausse les épaules. Jin Hwan se moque de son nom, de ce que ça veut dire puisqu'il n'a pas réellement de famille. Cela ne compte pas. Quant à son prénom, il n'a pas réellement d'importance au final.

Avant qu'il ne réponde, il se fige et montre une salle de classe. Jin Hwan le regarde se courber pour passer sous la vitre qui donne dans la classe et pousser un peu la porte qui malheureusement grince. Il regarde ses signes divers qu'il ne comprend pas, mais dans l'essence il imagine que cela veut dire qu'il y a quelqu'un à l'intérieur. Et puisqu'il s'approche, il en conclut qu'il va entrer pour le surprendre avant d'être surpris. Mais c'est une mauvaise idée, s'il y a quelqu'un, il risque de se faire tirer dessus. Mais Nôei se redresse et donne un coup dans la porte pour l'ouvrir. Jin Hwan s'avance et regarde par la fenêtre pour trouver une salle de classe vide. Rien, nada. Au moins, c'est une bonne nouvelle et quand il dit qu'il a vraiment cru qu'il pensait qu'il y avait quelqu'un, Jin Hwan sourit un peu et hausse les épaules. S'il avait entendu un bruit, lui aussi aurait pensé ça. C'est un peu leur nouvelle vie maintenant. Il entre dans la classe et commence à fouiller un peu tout en disant : « Retrouver un ami d'enfance ici c'est un sacré hasard... ». Il tourne la tête vers lui pour le regarder et rajoute : « Et un sacré coup de malchance aussi, j'imagine ». Ce n'est pas très cool, vraiment. Lui s’est retrouvé là avec sa classe, une chance à une ou deux exceptions près il ne les appréciait pas. Mais il est un peu triste pour So Yeon qui n’a rien demandé à personne et qui se retrouve là. Il ne peut rien y faire, sauf la protéger. Heureusement, elle en est largement capable, ce qui réduit considérablement son travail. Finalement, il recommence à fouiller en demandant : « Selon toi, ils feraient des bons alliés ? ». Eh bien oui, s’ils sont verts, peut-être qu’ils pourraient construire quelque chose ensemble à un moment où à un autre.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-



It's hard to live in this hell...

Quand la maison s'effondre il faut partir. Recommencer tout, ailleurs et autrement. Mais le meilleur espoir n'est pas la fuite. Ici, le meilleur espoir est le jeu. Jouer pour qu'une équipe soit la dernière présente sur l'île. Une seule équipe. La sienne.
© Bernard Werber
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité

avatar








   Dim 19 Nov - 12:33

Maintenant je suis la Mort,
le destructeur des mondes
Le 17 Juin, à 14h30

A la question de son interlocuteur, Nôei se contenta de hausser les épaules, ne sachant pas vraiment quoi répondre. Il n’avait pas eu l’occasion de rester bien longtemps en France, n’étant qu’un passage dans un circuit qu’ils avaient fait.

« Ils parlent et rigolent fort, les Français », lâcha-t-il quand même en se remémorrant cet instant périlleux dans l’aéroport parisien. Mais parler du passé était assez étrange maintenant qu’il savait que tout cela n’était malheureusement plus que des souvenirs. Est-ce qu’ils reviendraient sur la terre ferme, d’ici quelques mois ? Est-ce qu’ils seraient l’équipe gagnante pour repartir d’où ils venaient ? Plus les jours et les heures passaient sur cette île et plus le Japonais s’interrogeait là-dessus – conservant néanmoins sa très grande envie de survivre et de ne pas tomber dans cet endroit.
Un instant plus tard, Nôei eut tous ses signes en alerte, ayant cru entendre un bruit dans la salle de classe. Après s’en être assuré, il fut soulagé de la trouver vide de tout être vivant, alors les deux joueurs verts purent fouiller dans les pupitres, au bureau du professeur, avec l’espoir vain de dénicher des vivres ou un objet quelconque qui pourrait leur être utile. Aux paroles de son interlocuteur, le blond hocha le visage, ses songes se dirigeant aussitôt vers ce fameux ami d’enfance. Elian, il l’avait connu tout jeune, quand leurs deux vies étaient trop difficiles à gérer. Lui avec son déménagement de familles d’accueil en familles d’accueils, et lui avec ses parents chez qui rien n’allait. Ensemble, ils avaient réussi à se remettre sur pieds, à se créer un petit monde qui qu’à eux dans lequel se réfugier quand tout partait de travers. Mais Elian avait une personnalité compliquée, toujours fatiguée et mal dans son corps, dans son esprit. Pendant plusieurs mois, le plus âgé avait fait de son mieux pour espérer le voir se battre davantage, obtenir une plus grande estime de lui-même, puis il avait rendu les armes.

« Je ne pensais jamais le revoir depuis que j’avais changé de famille d’accueil, mais encore moins sur cette île. Comme tu dis, ce n’est vraiment pas de chance ! »

Mais il savait qu’il donnerait sa vie pour lui, il lui avait promis de ne pas l’abandonner une seconde fois ; Elian était faible et Nôei était plus fort que lui. Il prendrait soin de son ami, quitte même à y laisser sa propre vie pour le sauver – il était encore loin de se douter qu’Elian perdrait la vie quelques semaines plus tard, sans qu’il n’y puisse rien faire.
Tandis que Jin Hwan fouillait d’un côté de la pièce, Nôei fit de même en ouvrant tous les tiroirs du bureau poussiéreux qui tenait encore debout par il ignorait quel miracle. Il n’y avait pas de quoi se réjouir, hormis peut-être quelques notes gribouillées sur des feuilles jaunies ?

« Shiro est un joueur mauve, quant à Elian, ce n’est pas notre couleur qui nous a le plus préoccupé, répondit alors le blondinet. Ce sont de bonnes personnes, mais elles sont faibles et elles ralentiraient une équipe. »

Autant être franc, non ? Nôei se rappellerait toujours de l’innocence de Shiro en découvrant un pistolet pour arme tandis que lui ne possédait qu’une vieille sarbacane avec cinq ridicules fléchettes empoisonnées. Certes, il avait sauvé la vie, sur la plage, à ce garçon, sans trop savoir pour quelle raison particulière, mais il ne ferait pas équipe avec lui, sinon il était certain de le voir mourir – car lui sauverait sa peau. Quant à Elian, les deux amis avaient opté pour se retrouver de temps en temps, cherchant des vivres seuls pour mieux les partager à deux quand ils se rencontraient.

« Il n’y a rien ici, finit par reprendre Nôei en se perchant un instant sur l’un des pupitres. Et toi, tu as rencontré d’autres joueurs vivants ? »

Il saisit son sac pour y attraper sa barre de céréales et y mordre une bonne bouchée dedans. Son ventre était sûrement la chose dont Nôei se préoccupait le plus depuis qu’il avait débarqué sur l’île. C’était un régime terrible qu’on leur imposait et pour lui qui faisait beaucoup de sport, mais qui mangeait énormément à côté par conséquent, c’était très dur.
Codage par Libella sur Graphiorum


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas






avatar
Âge : 18 ans
Vague : Classe originelle
Amour : Peut-être en progression

Nombre de victimes : 6
Coupons : 0
Contenu du sac : ▬ Calepin à dessin presque neuf
▬ Calepin à dessin complet
▬ Matériel à dessin (crayons, fusains, gomme, craies, bâtonnets de graphite et estompe en papier)
▬ Portable et son chargeur
▬ Un iPod

▬ Tenue de rechange
▬ Cape de pluie
▬ Duvet de voyage
▬ Médaille d'or de natation
▬ Gourmette en or
▬ Bracelet en perles colorées
▬ Veste de camouflage

▬ Trousse de toilette (gel douche 1/4, brosse à dent, peigne, un tube de dentifrice)
▬ Petite trousse de secours (désinfectant 1/2, 1 bande, 1 compresses, 5 pansements, déodorant)
▬ Ecstasy (10)
▬ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)

▬ Une carte de l'île avec ses zones
▬ Une boussole
▬ Une lampe torche (avec 2 lot de piles : 50% | 100%)
▬ Un mousquet (pistolet) + deux munitions
▬ Cran d'arrêt

Avatar : Bang Seong Jun
Pseudo : Frost
Multicomptes : Bae Se Jin - Lee Ye Won - Nae Lily

Messages : 115
Activité RP : 1









   Sam 9 Déc - 21:02


Le 17 juin, 14h30
A la salle de gym

L'autre joueur vert répond à la question de Jin Hwan sur les français en lui disant qu'ils parlent fort et rigolent fort. C'est une étrange façon de se tenir, mais cela reste assez vague : fort à quel point ? Sont-ils si démonstratif que ça ? Il ne peut pas vraiment se le figurer, alors au final cela ne change pas grand-chose. Mais il imagine assez un groupe d'ami parlant un peu fort, suffisamment pour que les gens autour ne les entendent et faisant aussi de grands signes avec les mains, communicatifs dans leurs émotions. Il imagine des rires qui s'étendent comme une traînée de poudre ou encore des gens s'éloignant d'un groupe d'amis se disputant. L'espace d'un instant, Jin Hwan est ailleurs et il apprécie en silence ces quelques secondes de relâchement. Il répond par un simple signe de tête, n'ayant pas grand-chose à dire de plus à ce propos, lui qui n'a jamais connu que son propre pays devenu aujourd'hui leur enfer commun.

Après un instant d'alerte où ils pensaient découvrir quelqu'un dans une salle de classe, ils commencent à fouiller les pupitres. Jin Hwan prête quand même attention aux alentours et à l'autre joueur. S'il n'a pas montré de signe d'agressivité, le coréen a toujours eu du mal à faire confiance, alors de temps à autre, il prête un coup d'œil rapide au blond qui fouille lui aussi les casiers. Et lorsqu'il reprend la parole pour lui répondre, évidemment, Jin Hwan écoute. Ce sont des informations qui sont bien plus importantes qu'elles n'en n'ont l'air. Il écoute donc l'autre garçon lui dire qu'il ne pensait plus le voir depuis son changement de famille d'accueil et affirmer à son tour que ce n'est pas de chance. Il lui adresse une légère moue désolée, avant de reprendre sa fouille. Ni trop empathique ni trop peu, Jin Hwan ne l'est pourtant pas réellement. Il se fiche pas mal de leur chance et de leur malchance, de la joie ou de la tristesse de ces retrouvailles. Lui, tout ce qui lui importe c'est de pouvoir rentrer chez lui.

Il l'écoute à nouveau lorsqu'il répond à sa question sur les alliés. Un joueur mauve, et son ami d'enfance à la couleur inconnue. De bonnes personnes mais faible. Mauvaise pioche donc. Silencieusement, il acquiesce la remarque sur le fait qu'ils ralentiraient une équipe. C'est dommage. Cependant il ajoute : « Si ton ami Elian est vert également, il pourrait quand même avoir une utilité. La force physique est un bon atout, mais elle ne fait pas tout ici... ». La finesse d'esprit, les bonnes stratégies et le travail d'équipe pourraient bien en être également. Et une équipe doit être complémentaire, non ? Même si pour l'heure, Jin Hwan n'envisage pas du tout de faire équipe avec un autre groupe. Il est très bien seul. Cependant, avoir des connaissances au sein de son équipe est plutôt une bonne chose. Il sait qui il pourrait tuer ou non.

Tandis qu'ils terminent de fouiller la pièce sans rien trouver, l'autre garçon reprend à nouveau la parole. Jin Hwan le regarde et répond : « Eh bien... Je connais ceux de ma classe qui sont toujours vivants. Mais je suis resté à distance pour le moment... ». Outre le fait que Jin Hwan n'était pas forcément apprécié, il est de nature solitaire et un peu paranoïaque. Il n'y a guère qu'en So Yeon qu'il a confiance. Il reprend la parole pour dire : « Et j'ai entre-aperçu quelques joueurs inquiétants... ». Il n'a ni noms ni couleurs, mais certains ont l'air redoutable, c'est certain. Avec précaution, il sort de la classe et va dans la suivante, recommencer à fouiller. Mais assez vite, il se rend compte qu'il n'y a rien non plus ici. Il s'apprête à prendre la parole quand il entend du bruit à l'extérieur. Il regarde Noêi et lui dit : « Nous devrions nous séparer et quitter les lieux avant qu’ils n’entrent... ». Il sort d’ailleurs de la classe et revient vers l’entrée avec beaucoup de prudence et en silence. Il observe longuement l’extérieur et une fois sûr de pouvoir sans danger il lui dit : « Bonne chance... J’espère avoir le plaisir de te revoir ! ». Puis il sort et s’éloigne rapidement en surveillant les alentours, jusqu’à finalement disparaître au coin d’une rue.

Spoiler:
 

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-



It's hard to live in this hell...

Quand la maison s'effondre il faut partir. Recommencer tout, ailleurs et autrement. Mais le meilleur espoir n'est pas la fuite. Ici, le meilleur espoir est le jeu. Jouer pour qu'une équipe soit la dernière présente sur l'île. Une seule équipe. La sienne.
© Bernard Werber
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé









   

Revenir en haut Aller en bas
 

Maintenant je suis la Mort, le destructeur des mondes ▬ Ooda Nôei

Page 1 sur 1