AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Bienvenue sur LetIn !




 

 True Dread || Matsuda Hiro







avatar
Âge : 18 ans
Vague : Première vague
Contenu du sac :

► Une miche de pain
► Une barre de céréales
► Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
► Une carte de l'île avec ses zones
► Une boussole
► Une lampe torche (avec piles)


► Un collier qui renferme le portrait de sa mère
► Une boîte d’antalgique (24)
► Une tenue de rechange
► Une peluche anti-stress
► Un peigne
► Une montre
► Trois pinces à cheveux
► Un imperméable de poche
► Du fil dentaire
► Un coupe ongles

► Une arbalète de poing avec 6 carreaux


Avatar : Kudo Kôsei
Statut RP : Disponible
Pseudo : INCUBUS / 夢魔
Multicomptes : Mikami Izumi

Messages : 26
Activité RP : 5









   Lun 19 Juin - 23:03




Hôpital
Le 28 juin 2017 : 23h40

Le sang tambourinait comme jamais dans ses oreilles. Il avait l’impression d’entendre les battements de son cœur tout autour de lui, comme si celui-ci venait à les projeter jusqu’à l’extérieur de son corps, résonnant contre les murs des ruelles. Etait-ce son imagination ? Aux moindres de ses pas, il ne pouvait s’empêcher de trembler. Ses jambes étaient si lourdes... La peur, poison glacial qui s’immisçait jusque dans ses chairs crispées, suintait par chacun de ses pores, le pétrifiait sur place. Samran avait peur, oui. Comme à chaque jour, chaque heure, chaque minute et chaque secondes qu’il passait sur l’île. Il avait peur ; à tel point qu’il finissait par penser que, plus que tout autre chose, c’était bien elle qui finirait par venir à bout de lui. Il ne s’imaginait pas survivre un instant : comment aurait-il pu ? Il était...si faible. Si faible, oui. Et cela le dégoûtait au plus haut point : car il l’avait toujours été. Ne le réalisait pourtant que maintenant, alors qu’il était seul à seul face à lui-même, face à cette nature qu’il se méprisait d’avoir. Car plus que d’être faible, il était lâche. Bien trop lâche pour tenter de se battre. Il ne faisait que fuir. Repousser l’échéance de sa mort. Et ce lorsqu’il ne tentait pas de l’écourter.
Il tentait de ne sortir que la nuit, bien trop effrayé par la lumière du jour qui le rendait plus discernable. Capuche rabattue jusqu’aux yeux, il frôlait les murs des ruelles dans la nuit noire, effrayé à l’idée de se faire repérer. Il n’osait même pas imaginer la suite des événements s’il venait à tomber sur un autre joueur plus hostile que lui –en bref, certainement tous les autres joueurs qu’abritaient l’île. Le souffle court, il gardait les yeux baissés, regardant tout juste le bout de ses pieds qui progressait sur le béton de jais. Chaque pas lui était insoutenable. Malgré lui, il tremblait tellement qu’il avait l’impression de ne plus pouvoir tenir sur ses jambes. Alors qu’il s’arrêta pour reprendre sa respiration, il crut entendre un bruit derrière lui. Le nippo-thaïlandais se figea sur place. Avait-il tellement peur qu’il se faisait des films ?... Il glissa un regard derrière son épaule, ne distinguant pas la moindre chose dans la ruelle obscure. Néanmoins, les bruits semblaient s’être arrêtés. Peu rassuré pour autant, il se remit vite en route, pressant le pas. A peine venait-il de faire cela qu’il entendit de nouveaux bruits s’élever une nouvelle fois dans la ruelle. Des bruits de plus en plus forts. De plus en plus proches. Des bruits de pas : plusieurs. Il eut si peur qu’il crut s’effondrer en plein milieu de la rue, tétanisé. Y avait-il ne serait-ce qu’un seul espoir de fuite ?...
Samran se rua dans le premier bâtiment qu’il vit, celui-ci se révélant être un hôpital totalement délabré. C’était stupide. Il le savait. Il ne faisait que s’enfermer dans un lieu clos avec ses poursuivants. Mais avait-il seulement la possibilité d’en faire autrement ? Dans sa lâcheté, il se bornait à penser que non : il n’avait pas eu le choix. La peur lui nouait la gorge alors que souffle s’emballait dans ses poumons. Respirer. Il devait respirer. Coûte que coûte. Il sentait son corps s’engourdir de plus en plus, tremblant comme une feuille contre sa volonté. Ils étaient là. Juste derrière lui. Il entendait très clairement les quelques rires qui résonnaient dans son dos. Ils jouaient avec lui. Au vue de la distance qui les séparait, il était impossible que le jeune homme puisse les semer : ils ne faisaient que prendre leur temps, tels des chats jouant avec leur misérable souris. Samran avait beau tenter de serpenter à travers les dédales de couloirs avec l’énergie du désespoir, il ne parvenait à leur échapper. Il y avait toujours une silhouette pour le surprendre à l’encadrement d’une porte ou le tournant d’une allée. Combien étaient-ils ?... Aucun son ne parvenait à sortir de sa gorge nouée alors que des pleurs muets baignaient peu à peu ses joues de larmes. Alors il allait mourir de cette façon, dans cet endroit ? C’était tellement injuste, insupportable... Qu’avait-il bien fait pour mériter ça ?...
Finalement, lassés par ce petit jeu, ses assaillants se décidèrent à se commencer les choses sérieuses. Avant même qu’il ne puisse réagir, le jeune homme se fit entraîné vers l’arrière, tiré par sa capuche. Projeté avec violence dans une chambre, son épaule buta douloureusement contre les pieds en métal d’un lit alors que l’angle d’une des barres mordit violemment dans la chair de sa joue. Il ne sentit même pas la morsure de l’acier dans sa peau, tétanisé par les quatre silhouettes qui se dressaient dangereusement devant lui. Incapable de trouver la force de s’enfuir, il se prit la tête entre les mains tout en se recroquevillant au pied du lit. Il ne pouvait s’empêcher de pleurer, attendant le coup qui allait tomber : l’attente était tout simplement abominable.

_________________



« MONSTERS ARE REAL, AND GHOSTS ARE REAL TOO. THEY LIVE INSIDE US, AND SOMETIMES, THEY WIN. »

― Stephen King

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 21 ans
Vague : Première vague
Amour : No way

Nombre de victimes : 6
Coupons : 207
Contenu du sac : ▲ Zippo
▲ Paquet de cigarettes (28)
▲ Lunettes de soleil
▲ Brosse à dent
▲ Agenda
▲ Stylos
▲ Téléphone portable
▲ MP3
▲ Pansements infirmiers
____________________

▲ Une miche de pain
▲ Une barre de céréales
▲ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
▲ Une carte de l'île avec ses zones
▲ Une boussole
▲ Une lampe torche (avec piles)

▲ Un lot de 3 stabilos
▲ Tablette de morphine (10 comprimés)
▲ Pompe de bronchodilatateur (presque plein)
▲ Petite palette de fard à paupière (6 fards)



Avatar : Yo-ka (Diaura)
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : Dixy
Multicomptes : Nishimura Shiro

Messages : 340
Activité RP : 35









   Jeu 22 Juin - 17:56



Hiro déambulait sur le trottoirs délabré du centre-ville, son bras blessé toujours plier contre son torse et maintenu par son bandage qu'il avait fait un peu à la va vite. Quelle idée il avait eus de venir se paumer ici ? Peut être qu'après son récent meurtre il se sentait un peu plus sûr de lui pour traîner dans ce genre d'endroit … Ses yeux se posèrent sur son bras qui n'avait aujourd'hui plus aucune douleur mais qui restait toujours aussi inutilisable. Il avait passé une nuit affreuse pour ne pas dire des plus abominable … Déjà qu'il ne dormait jamais longtemps la nuit mais là avec la douleur qui le réveillait sans cesse et l’empêchant de fermer l’œil, il était dans un état qui laissait à désirer … Alors pourquoi risquer de venir en plein centre-ville dans cet état ? A dire vrai il avait décider de chercher une arme et de voir s'il pouvait avoir plus de chance par là … Cela devenait de plus en plus vital pour lui, dans son état actuel il devait avoir de quoi se défendre, les gens profiterons sans aucun doute de ses blessures pour l'attaquer alors s'il n'était pas armé correctement s'en était finis de lui … Le blond-brun s'immobilisa en entendant des pas précipités de l'autre côté de la rue. Comme si un groupe de personnes se lançaient dans une course effréné. Il tourna le visage avant de s'accroupir et de se cacher derrière l'un des arbustes présent non loin. Il se concentra sur le bruit et tourna le regard de l’autre côtés, ils étaient passés dans la rue adjacente pour poursuivre plus loin.

Il avait la magnifique confirmation que les malades et les joueurs qui sont là pour tuer avaient tendance à traîner par ici. Mais si c'était bel et bien un combat qui allait se jouer d'ici peut il devrait rester aux alentours pour voir s'il n'y avait pas quelques armes à récupérer sur les cadavres … Si le dernier survivant était blessé aussi au moins ils auraient le même handicapes et ça paraissait plus jouable pour le blond-brun. Ce dernier se dirigea prudemment vers l'endroit où il avait perçus les bruits la dernière fois. Ses sens l'amenèrent directement devant un hôpital désaffectés, putain qu'il avait horreur de ça … Il y avait beaucoup à y faire là dedans et s'il y en a un qui avait l'âme d'un tortionnaire, la victime passait un mauvais quart d'heure … Hiro était près à parier que c'était déjà arrivé … Il devait y avoir tout un tas de seringues encore ou autres ustensile dangereux … Une chose était certaine il n'allait pas s'y attarder … Le Japonais se précipita à l’intérieur en entendant que les pas se trouvait à l'étage supérieur de l’hôpital. Caché dans l'ombre, il progressa jusqu'à l'escalier où des faisceaux lumineux attirèrent son attention. Il les suivit discrètement avant de s'arrêter pour se cacher derrière un mur un voyant un homme passer à toute allure dans le couloirs. Hiro avait presque arrêter de respirer mais s'il savait qu'ils poursuivaient quelqu'un, il saurait qu'ils ne seraient pas assez concentrer pour l'entendre.

Les bruits cessèrent alors et le blond-brun en profita pour se glisser dans le couloirs. Il passa devant l'une des chambres dont la porte était légèrement entrouverte. Un coup d’œil par l'interstice suffit pour lui confirmé que le groupe se trouvait là. Cependant il fut légèrement décontenancé en voyant que c'était du un contre quatre et que le un en question était en position fœtale, incapable de bouger … On était pas rendu … S'il essayait de les repousser pour qu'il le laisse tranquille, il allait y laisser sa peau … En temps normal il n'aurait pas réussit mais avec un bras ne moins c'était mission impossible … Il comptait sur l'effet de surprise profitant du fait qu'ils ne l'avait pas vu mais serait-ce suffisant ? Cependant Hiro ne prit même pas le temps de réfléchir lorsqu'il vit que l'un d'eux souleva son arme au dessus du garçon assis au sol … Son regard se posa sur une seringue remplis d'un liquide turquoise par terre … Dans la panique et la violence ils ont dût le faire tombé … Ni une, ni deux Hiro se saisit de l'objet et fonça sur le premier homme le plus en recul de la scène principale. Il planta la seringue dans sa gorges avec violence et appuya sur le piston pour faire couler le produit dans ses veines. L'homme tomba à terre et commença à convulser sous les yeux d'Hiro. Il ne savait pas ce qu'il y avait dedans mais ça ne devait pas être des plus net …

En entendant cela les autres se tournèrent vers le joueur bleu qui n'avait pas bien calculé cette éventualité … L'autre homme présent sortit une arme à feu et la pointa sur Hiro qui se retrouva au dépourvu face à une telle situation. N'ayant pas le temps de plus réfléchir il se saisit des cheveux d'une des filles pour la mettre devant lui. Il espérait que le bouclier humain allait lui être utile et fut surprit que l'autre tir tout de même tuant sa coéquipière qu'il ne voulait pas vraiment viser à dire vrai … Hiro profita de la surprise des deux autres pour aller mettre son poing dans la figure du garçon qui tomba à terre sous la force du coup. Avant que la fille ne passe à l'attaque, il la poussa ailleurs mais sa nuque heurta avec violence une des barres en métal du lit la tuant sur le coup. Il lui restait le dernier homme plus coriace que les autres … Son adversaire tenta de lui tirer dessus mais il s'avérait qu'il n'ait plus aucune munition, une chance pour le blond-brun qui put envoyé un coup de pied à son adversaire. Ce fut un échec car l'autre homme lui attrapa la cheville et le fit tomber au sol commençant à le rouet de coup de pieds. Il n'allait pas en ressortir indemne une fois encore … En désespoir de cause le Japonais saisi un morceau de verre par terre et l'abattit à plusieurs reprises dans sa jambe. Ce qui se passa ensuite Hiro ne parvint pas à le contrôler … L'homme qui le frappait bascula sous les coups du joueur bleu. Ce dernier en profita pour porter plusieurs coups dans la poitrine de l'homme à l'aide de son morceau de verre.

L'adrénaline était si forte et la peur d'avoir fait ça si grande qu'il ne s'arrêta pas avant un moment, même s'il avait arrêter de bouger depuis un moment … Lorsqu'Hiro cessa enfin son massacre il jeta le morceau de verre maculé de sang de l'autre côté de la pièce. Il tenta de reprendre sa respiration et de réaliser ce qu'il venait de faire … Dans la panique il venait de tuer quatre personnes pour en sauver une seule … Pourquoi ? Le Japonais porta une de ses mains gantées à son visage et en regardant ses doigts ces derniers étaient parsemés de sang, il en avait des traces sur ses joues et près de ses lèvres … Il culpabilisait de ce qu'il venait de faire, comment avait-il put ? Il se souvint qu'il n'était pas seul au moment où il est arrivé, qu'il n'ait pas fait tout ça pour rien … Il tourna rapidement son visage en direction de l'autre garçon plongeant ses yeux dans les siens. Il avait l'air parfaitement inoffensif.

« Tu n'as rien ? » Demanda tout de même le Japonais malgré le cœur battant de regret de ce qu'il venait de faire … Six victimes en deux jours ça commençait à être grave … Sans rien ajouter de plus Hiro fouilla les cadavres à la recherche de quelque chose d’intéressant car c'est tout de même pour ça qu'il était venus … La première chose qu'il regarda fut le revolver de l'autre homme mais à entendre les pièces qui se baladait à l’intérieur celui-ci était inutilisable … Sans doute casser au moment de la chute … Il jeta l'arme contre un mur énervé d'avoir fait tout cela pour rien. « Et merde ... » Pesta le Japonais. Il aurait peut être plus de chance la prochaine fois …

_________________
   
Hey loser, please take advantage of me. “I'm ruler.”Who is your master now ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 18 ans
Vague : Première vague
Contenu du sac :

► Une miche de pain
► Une barre de céréales
► Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
► Une carte de l'île avec ses zones
► Une boussole
► Une lampe torche (avec piles)


► Un collier qui renferme le portrait de sa mère
► Une boîte d’antalgique (24)
► Une tenue de rechange
► Une peluche anti-stress
► Un peigne
► Une montre
► Trois pinces à cheveux
► Un imperméable de poche
► Du fil dentaire
► Un coupe ongles

► Une arbalète de poing avec 6 carreaux


Avatar : Kudo Kôsei
Statut RP : Disponible
Pseudo : INCUBUS / 夢魔
Multicomptes : Mikami Izumi

Messages : 26
Activité RP : 5









   Ven 23 Juin - 16:34


Le coup ne tomba pas. Du moins pas sur lui. Samran tremblait de tout son corps. Il entendait du bruit. Il entendait un vacarme non loin de lui, précisément là où se trouvaient tous ses assaillants. Ces derniers semblaient...lutter ? Contre qui –contre quoi-, il ne le savait pas. Peut-être ne voulait-il pas savoir. Trop terrorisé pour oser jeter immédiatement un coup d’œil à ce qu’il se tramait, il resta prostré dans son coin. Que diable se passait-il ? Le jeune homme, engourdi par la peur, avait du mal à réfléchir. Il continuait toujours de pleurer en silence. Il ne voulait pas se faire d’idée. La mort était inévitable. Maintenant ou dans dix secondes, tout pouvait se terminer : tout allait certainement se terminer. Et c’était atroce, injuste. Depuis le début, il savait qu’il était condamné. Mais pourquoi cela devait-il être si douloureux ?...
Après de longues secondes, voyant que la lutte continuait dans la pièce, le Nippo-thaïlandais risqua à redresser faiblement la tête. La scène qu’il vit lui décrocha un long frisson d’horreur. Morts. Ils étaient tous morts. Presque tous. Il n’en restait qu’un, sur lequel un nouvel arrivant semblait s’acharner. Médusé, Samran le vit planter avec frénésie un bout de verre dans la poitrine de l’autre, comme incapable de s’arrêter. Un cri muet s’échappa de ses lèvres blafardes. Cet homme...venait de tous les tuer ? Tous les quatre ? Et en si peu de temps ? Ce n’était pas possible. Sur quel genre de monstre était-il tombé ? Peut-être aurait-il était préférable pour lui de se faire tuer sur le champ par tous les autres, finalement... Lorsqu’il se retourna vers lui, le jeune homme sursauta de terreur. Depuis son arrivée sur l’île, il n’avait jamais vu quelqu’un d’aussi imposant. Son apparence était si étrange et le sang qui maculait son visage lui donnait un air effrayant. Il voulut reculer précipitamment, buta cependant contre le lit. Il allait lui aussi le tuer, pas vrai ? Sentant sa respiration s’étrangler dans sa gorge, sa poitrine se souleva violemment sous le coup de l’émotion. Il n’osait même plus respirer. Et l’autre étudiant qui gardait son regard fixé sur lui... Se demandait-il de quelle façon le tuer ? Par automatisme, il se recroquevilla une nouvelle fois, la tête prise entre les coudes. Il n’avait même plus la force de supplier pour sa vie. L’autre ne l’aurait certainement jamais écouté, de toute façon.
« Tu n'as rien ? » A ses mots, Samran leva son visage baigné de larmes vers lui. Il venait de lui parler ? De lui demander s’il allait bien ? Il ne répondit pas tout de suite, encore choqué. L’autre jeune homme semblait se désintéresser de lui et alla fouiller les quatre cadavres qui jonchaient à présent la chambre. L’odeur de sang –de mort- qui régnait dans la pièce lui donnait la nausée. Voir le sang noir se répandre en grosses flaques autour de lui manquait de le faire vomir. Quelle était cette horreur... C’était ça, le but de ce jeu ? La destruction massive et sanguinaire ? Cette pensée ne fit que redoubler ses larmes. Il ne pouvait pas. Il ne pouvait pas tuer de cette façon. Il ne pouvait pas tuer tout court. Ne le pourrait jamais. « Tu... » Les mots sortaient difficilement dans sa bouche. La peur le faisait hoqueter. « ...Tu vas m-me tuer ?... » se risqua-t-il à demander de sa voix brisée. Il le dévisagea de ses grands yeux noirs, tentant de savoir ce que cet homme avait derrière la tête. Il ne l’avait tout de même pas sauvé, si ?... Son attention fut attirée une nouvelle fois vers tous les corps sans vie. « Comme eux ?... » Son murmure était d’une faiblesse absolue. Il ne savait plus quoi faire. Plus quoi penser. Il avait peur. Toujours et encore. Il avait si peur... Les larmes affluèrent encore. Perdu, il cacha son visage dans ses mains tremblantes. « Je ne veux pas mourir... » sanglota-t-il. Il ne voulait pas mourir, non. Même s’il savait parfaitement que cela était impossible, il se permettait de le penser. Il se permettait d’y croire encore. Stupidement.

_________________



« MONSTERS ARE REAL, AND GHOSTS ARE REAL TOO. THEY LIVE INSIDE US, AND SOMETIMES, THEY WIN. »

― Stephen King

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 21 ans
Vague : Première vague
Amour : No way

Nombre de victimes : 6
Coupons : 207
Contenu du sac : ▲ Zippo
▲ Paquet de cigarettes (28)
▲ Lunettes de soleil
▲ Brosse à dent
▲ Agenda
▲ Stylos
▲ Téléphone portable
▲ MP3
▲ Pansements infirmiers
____________________

▲ Une miche de pain
▲ Une barre de céréales
▲ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
▲ Une carte de l'île avec ses zones
▲ Une boussole
▲ Une lampe torche (avec piles)

▲ Un lot de 3 stabilos
▲ Tablette de morphine (10 comprimés)
▲ Pompe de bronchodilatateur (presque plein)
▲ Petite palette de fard à paupière (6 fards)



Avatar : Yo-ka (Diaura)
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : Dixy
Multicomptes : Nishimura Shiro

Messages : 340
Activité RP : 35









   Ven 23 Juin - 17:58



Il venait de massacrer quatre personnes de sang froid … Pour les trois premières encore ça aurait put être prit pour un accident mais honnêtement pour la dernière ça restait à se demander … Vu comment il avait abattu son morceau de verre plusieurs fois dans la poitrine de ce gars là … C'était à en glacer le sang, même Hiro était sous la panique après son geste. Pourtant il sentait au fond de lui que c'était ce qu'il devait faire … Pas que tuer devienne quelque chose de bien mais il devait mettre de côté ses paroles philosophique, pour sauver la vie des plus faibles il ne pouvait pas passer par d'autres étapes. Il fallait qu'il arrête de se voiler la face … Il était venu pour une arme et il avait récolter une nouvelle façon de penser. S'il devait recommencer pour se défendre ou dans l'intérêt de la justice dans ce cas il le ferait … Son rôle de master prenait un sens de plus en plus net à ses yeux, il comptait bien former son équipes, pour ceux qui voulaient le suivre quel que soit leur couleurs, étaient la bienvenue, pour les autres mieux valait ne pas s'imposer en ennemi alors … Parce que si sa vie ou celle de ses équipiers est en danger il n'hésiterait pas … Après allez savoir pourquoi il venait de défendre ce gars … Même pas besoin d'être méfiant, à le voir trembler comme une feuille Hiro savait qu'il n'avait rien à craindre de lui. C'était peut être pour ça qu'il lui avait laisser une chance de s'en sortir en l'aidant à se sortir de cette mauvaise passe …

A sa question sur son état l'autre jeune homme ne répondit pas, encore sous le choc de ce qu'il venait de voir sans doute. N'importe qui de chétif le serait. Il se demandait d'ailleurs comment il faisait pour être encore conscient … Il s'attendait à ce qu'il tombe dans les pommes après cela, mais ce ne fut pas le cas. Il pleurait d'effroi et semblait terrorisé mais rien d'autre. De ce qu'en voyait Hiro, il n'avait pas l'air d'être blessé, pas de quoi se presser. Le blond-brun n'attendit donc pas de réponse en particulier et continua de fouiller ses victimes. Avoir un revolver inutilisable entre les mains le faisait bouillir de rage … Mais il comptait bien trouver quelque chose d'utile sur les cadavres. Du moins il l'espérait sinon il allait être très en colère d'avoir prit un risque pour rien ..."Tu..." A l'entente de la voix de l'autre jeune homme, Hiro arrêta dans ses mouvements de fouille pour tourner légèrement la tête sur le côté sans vraiment le regarder, signe qu'il l'écoutait. "...Tu vas m-me tuer ?..." Le Japonais soupira un peu avant de se tourner complètement vers son homologue qui paraissait effrayé par lui. "Comme eux ?.."

« Tu crois vraiment que si j'avais voulus te tuer je ne l'aurais pas fait avant ? » Demanda Hiro d'une voix calme pour ne pas plus effrayer son semblable. « T'as rien à craindre de moi, j'attaque pas les personnes sans défenses. » Annonça Hiro d'une voix sûre de lui. Il avait gagné en charisme depuis la veille où il avait bien faillit vomir après ses meurtres involontaires.

Le Japonais se remit à ses recherche et fouilla sur le corps de la dernière fille qu'il n'avait pas encore inspecté. Rien, rien et re rien … Le joueur bleu allait vraiment finir par s'énerver … Comment il pouvait ne rien trouver de cette manière ? Il serra les dents essayant de relativiser en se disant qu'il avait sauver une vie au moins … "Je ne veux pas mourir..." Hiro se retourna vers l'autre étudiant qui venait de se recroqueviller encore plus sur lui même. Le blond-brun se redressa pour se mettre en face de lui, les bras croisés.

« Calme-toi, arrête de geindre, je vais rien te faire. » Lui assura le joueur bleu. Il espérait seulement qu'il ne se mette pas à paniquer trop violent parce que les réactions pouvaient parfois être excessives. Il espérait par exemple que l'autre n'allait pas hurler, ça risquerait de rameuter toute la ville et Hiro serait bien obligé de lui faire fermer sa bouche ... Le blond-brun s'accroupit en face de Samran, les coudes sur ses genoux légèrement écartés. « Comment tu t'appelle ? » Demanda le Japonais qui tentait de voir si son moral n'était pas trop grandement atteint. Certes avec le sang sur le visage ça ne rendait pas Hiro plus rassurant … Ce qu'il comprit après coup … Il s'essuya les joues avec sa manches puis regarda à nouveau son interlocuteur. « Et surtout comment t'as fais pour te mettre dans un merdier pareil ? »

_________________
   
Hey loser, please take advantage of me. “I'm ruler.”Who is your master now ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 18 ans
Vague : Première vague
Contenu du sac :

► Une miche de pain
► Une barre de céréales
► Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
► Une carte de l'île avec ses zones
► Une boussole
► Une lampe torche (avec piles)


► Un collier qui renferme le portrait de sa mère
► Une boîte d’antalgique (24)
► Une tenue de rechange
► Une peluche anti-stress
► Un peigne
► Une montre
► Trois pinces à cheveux
► Un imperméable de poche
► Du fil dentaire
► Un coupe ongles

► Une arbalète de poing avec 6 carreaux


Avatar : Kudo Kôsei
Statut RP : Disponible
Pseudo : INCUBUS / 夢魔
Multicomptes : Mikami Izumi

Messages : 26
Activité RP : 5









   Mar 27 Juin - 0:44


Ses grands yeux brillants de larmes fixaient l’homme qui se retourna un instant vers lui. Ce dernier n’avait pas manifesté une quelconque hostilité à son égard, mais la scène qu’il avait pu voir l’avait terrorisé. Plus que clairement, il avait bien perçu dans son dernier geste une frénésie indéniable. L’image du verre qui rentrait cruellement dans la poitrine de son agresseur lui restait encore en mémoire. Finissait-on réellement par devenir aussi violent, après quelques temps sur cette maudite île ? Cela l’effrayait. Plus que tout, il ne voulait pas terminer de la sorte. L’idée de tuer quelqu’un...lui était impensable. Impossible. L’inconnu finit par lui répondre. Sa voix était étrangement calme pour une personne qui venait de tuer quatre autres en quelques secondes, pensa-t-il, tremblant un peu plus. Ses paroles eurent cependant l’effet d’amoindrir sa crainte : il n’avait pas tort. S’il comptait le tuer, il aurait eu l’occasion de le faire depuis un petit moment. Néanmoins...pouvait-on réellement faire confiance à quelqu’un, ici ?... « sans défenses » : il avait raison. Samran était sans défense. Pire que cela, il était incapable. Tout bonnement incapable de protéger sa vie.
Lorsqu’il lui demanda d’arrêter de se lamenter, cela ne fit que redoubler ses larmes. Oui, il se lamentait. Ne faisait que cela. Mais qu’aurait-il pu faire d’autre ? Il releva finalement les yeux vers le joueur qui venait de s’accroupir face à lui. Comment pouvait-il rester si calme quant à la situation qui venait d’arriver ? Etait-il seulement humain ?... Et tout ce sang sur son visage... Le Nippo-thaïlandais avait beau tenter de ne pas fixer son attention sur les tâches qui maculaient son visage si particulier, mais il ne parvenait à s’en empêcher. Ses yeux revenaient toujours vers ces marques obscures qui couvraient certains endroits de sa peau. Et dire qu’il s’agissait de celui de ses agresseurs...étrangement, il n’arrivait même pas à en éprouver de la joie. Juste de l’horreur. Il tenta de prendre une grande inspiration pour faire cesser partiellement les tremblements qui agitaient ses membres. Il devait se calmer. Se calmer. L’homme face à lui avait dit ne pas lui vouloir de mal et il le croyait. Il n’avait pas l’air méchant, en dépit de son apparence inquiétante. Il voulait lui faire confiance. Mais ce n’était pas suffisant pour faire stopper les larmes qui glissaient de temps à autre sur ses joues livides. « Sa-sam...r-ran... » bégaya-t-il, les mots ne parvenant pas à franchir ses lèvres. Pourquoi n’arrivait-il même pas à dire son prénom ?! « Samran » rectifia-t-il d’une traite, se faisant violence pour maîtriser les tremblements de sa voix. Maladroitement, il essuya les larmes qui lui brouillaient les yeux du dos de la main et ramena un peu plus ses jambes contre lui-même. Il se détendit un peu plus en le voyant finalement essuyer le sang qu’il avait sur le visage. C’était-il rendu compte que cela ne faisait qu’effrayer le jeune homme ? Samran le trouvait un peu moins effrayant, mais la scène de mort restait encore gravée dans sa mémoire, donnant une allure bien sombre à cet étrange personnage.
A sa question, il baissa les yeux, ses longs cils noirs découpant un croissant obscur sur le haut de ses pommettes. Comment avait-il fait ?... « Je marchais...ils me suivaient... » Sa voix recommençait à trembler, extrêmement faible. Il ne voulait pas se souvenir de cette peur insoutenable. « Alors je suis entré ici... » murmura-t-il. Cela avait été un mauvais choix. Un très mauvais choix, même. « ...mais ils m’ont piégé » Evidemment que c’était un piège. Mais il ne l’avait réalisé que trop tard. Trop tard : comme d’habitude. Il eut quelques secondes de silence avant qu’il ne se décide à relever les yeux vers lui. « Merci...merci de m’avoir sauvé » Car il l’avait bel et bien sauvé, pas vrai ?... En le regardant plus attentivement, il remarqua son bras blessé. Son expression se pétrifia. Il venait...de tous les tuer dans cet état ?... Jusqu’à quel point cette personne pouvait être forte ?... « To-ton bras... » souffla-t-il avec faiblesse, un air peiné au visage. Ça avait l’air si douloureux...

_________________



« MONSTERS ARE REAL, AND GHOSTS ARE REAL TOO. THEY LIVE INSIDE US, AND SOMETIMES, THEY WIN. »

― Stephen King

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

True Dread || Matsuda Hiro

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dread scorpion
» True Blood
» Let your love come true
» True blood.
» Caly & Jayden ♥ True love never dies? (FINI)