AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Bienvenue sur LetIn !




 

 Jab me and I'll beat you (terminé !)







avatar
Âge : Vingt-et-un ans.
Vague : Première vague
Amour : Célibataire

Coupons : 64
Contenu du sac : Un paquet de cigarettes - Un briquet - Une ceinture - Une tenue de rechange - Son collier fétiche - Un plug (piercing) - Son livre d'histoire sur le Japon préféré - Un déodorant - Un chapeau - Quinze comprimets d'ecstasy

Une miche de pain - Une barre de céréales - Deux ou trois bouteilles d'eau - Une carte de l'île avec ses zones - Une boussole - Une lampe torche

Un lot de 3 cartes postales parisiennes vierges

Avatar : Setsuna (Morrigan)
Statut RP : Disponible
Pseudo : Kaede
Multicomptes : Hasegawa Elian

Messages : 39
Activité RP : 6









   Dim 18 Juin - 23:00

Jab me and I'll beat you


Le dix-huit juin vers vingt-deux heures...

Cela faisait trois jours qu'il était arrivé sur cette île et il n'y avait pas rencontré âme qui vive. Ou disons qu'il avait seulement entr'aperçu quelques personnes. Par précaution, il s'était dit qu'il serait plus précautionneux de tâtonner le terrain avant de s'attaquer aux autres. La règle prioritaire à ce jeu n'était-elle pas de survivre ? Une carte et une boussole en main, il avait exploré les lieux mais cette île était immense. Il y avait tant d'endroits à découvrir, à ratiboiser et peu de temps.
Mais avoir été militaire rendait déjà la chose plus facile. Il savait se camoufler, marcher à pas feutrés et il possédait encore tant de cartes en main. Se cacher le temps de fouiller cette île et de voir où pouvait se trouver les meilleurs angles de vue, cachettes, etc. Il ne pourrait tous les citer mais il sut survivre durant ces trois jours sans se retrouver confronter à ses ennemis. Ce fut malgré tout épuisant à faire et le temps par ici était humide. Ce n'était toujours pas facile de pouvoir courir à tout-va et faire attention à ses provisions.
Disons aussi qu'il était un peu tombé dans la dépravation avant de se retrouver sur cette île. Après avoir été renvoyé en tant que militaire, il avait repris ses études mais avait tout aussi bien fini par dealer de la drogue. Il n'avait pas touché énormément à la drogue qu'il avait dealé, donc il n'en était pas au point d'être en manque. Cependant, il n'avait pas pu s'empêcher d'emporter un sachet avec lui pour plus de confort bien que cela ne lui ferait rien s'il finissait entre d'autres mains. Le principal était qu'on ne lui vole pas son paquet de cigarettes.
En tout cas, à avoir fréquenté une nouvelle fois les bas quartiers, il avait un peu oublié comment survivre en milieu hostile le plus convenablement possible. Comme faire attention à ses provisions. Il y faisait attention mais, même en mangeant peu, il avait l'impression qu'elles diminuaient déjà à vue d'oeil. Et qu'avait-il eu pour arme pour tuer ses ennemis ? Trois cartes postales parisiennes. Allons donc, qu'irait-il faire avec ça ? Tuer un moustique ? Car, eux, ils étaient en nombre insurmontables sur cette île. Heureusement ne semblaient-ils pas être attirés par lui. Le chemin était long vers la victoire de cette quête mais il ne perdait pas espoir. Il croyait en ses capacités.

Le ciel était tombé depuis longtemps en cette journée du dix-huit juin. La journée avait été aussi éreintante que la dernière. Il avait couru, il avait cherché à visiter davantage cette île. Elle était immense, il n'arriverait pas à s'y retrouver. Il fallait procéder étape par étape, réfléchir avant d'agir. Si elle était aussi grande, il fallait la diviser et c'était ce qu'il allait faire.
Il était temps de se poser un peu quand il tomba sur un endroit insolite à son goût. Un cinéma. Bien entendu, dévasté. Il décida d'y aller jeter un œil et se dit qu'il pourrait s'y poser quelques instants s'il n'y avait personne. Cela faisait longtemps qu'il n'était pas allé au cinéma : les derniers films qu'il avait dû voir étaient ceux sur l'histoire à l'université mais il se souvenait plus de ceux qu'il avait pu voir lors de son service militaire. En soi, plus des documentaires que de films. Il n'avait pas été très fan du cinéma, avait préféré les sorties dans les bas quartiers avec ses ami(e)s. Puis, le cinéma, en Corée du Sud, n'était pas donné alors il avait largement préféré dépenser son argent ailleurs.
Il y entra et se fit le plus discret possible jusqu'à découvrir qu'il n'y avait personne ici. Il avisa des sièges à peu près intacts qui lui permettraient une bonne assise pour se reposer une bonne demi-heure. Pas plus. Il ne pouvait pas se permettre plus et il devrait ensuite bouger ailleurs de peur d'être attrapé... Voire tué. Il s'installa et poussa un long soupir. Il ne mit pas longtemps à s'endormir mais d'un sommeil peu profond comme il avait toujours eu jusqu'à maintenant.
Néanmoins, cette fois-ci, il dut avoir un sommeil plus profond qu'à l'accoutumée car il n'entendit pas quelqu'un s'approcher de lui. Ce qui le réveilla fut la douleur qu'il ressentit à la lèvre juste à côté du piercing qu'il avait au labret. Réveillé, il tenta de se ruer sur son agresseur mais celui-ci avait largement eu le temps de se dégager.

« Enfoiré !, s'emporta-t-il alors qu'il l'entendait rire, Et, en plus, ça te fait rire ! »

Enfin, il le jucha. Ils faisaient à peu près la même taille mais ce blondinet était plus gringalet que lui. Il enleva ce avec quoi il lui avait trouvé la lèvre et qui s'avérait être une boucle d'oreille, grimaça, cracha du sang et l'attrapa vivement par le bras pour tenter de lui faire avaler cette fichue boucle d'oreille. Puis, il l'attrapa par les cheveux et le regarda d'à peu plus près.

« On envoie des prostituées pour jouer à ce jeu, mh ? »
lumos maxima


Dernière édition par Okamoto Keith le Ven 23 Juin - 15:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Nombre de victimes : 0
Coupons : 447
Contenu du sac :

- Une miche de pain
- Deux bouteilles d'eau (1L5)
- Une carte de l'île avec ses zones
- Une boussole
- Une lampe torche (avec piles)


- Un sachet de bonbons
- Rero, son ancien serpent, à présent plastiné
- Une palette de fards à paupière
- Un boxer de rechange
- Un élastique
- Un foulard
- Une vieille clé

- Un falchion


Avatar : Luvia (Canival)
Statut RP : Disponible
Pseudo : INCUBUS / 夢魔
Multicomptes : Kanno Samran

Messages : 176
Activité RP : 38









   Lun 19 Juin - 0:35


La journée avait été longue. Après avoir marché sous un soleil de plomb, Izumi s’était arrêté quelques instants pour ne pas perdre de ses forces dans l’un des hangars qui bordaient la ville fantôme. C’était ici qu’il avait fait la rencontre d’Hiro, jeune homme assez singulier qui lui avait permis de passer le temps pendant un court instant. Qui l’avait fait rire –comme cela arrivait souvent avec lui. La discussion avait été intéressante, mais bien trop brève à son goût. En fin de compte, ce qui lui manquait le plus ici semblait être les interactions avec les autres « pions ». Seul, il éprouvait un certain mal à s’amuser de façon convenable. Quoique. Cela dépendait des jours, très certainement. Mais aujourd’hui, alors qu’il avait eu l’occasion d’échanger avec quelqu’un, il restait particulièrement sur sa fin. Il n’avait pas eu le temps d’exprimer tout son potentiel exécrable. Car oui, il fallait bien avouer que cela lui manquait, de taper sur le système des autres. Percevoir la rage des autres, leur exaspération...cela était presque devenu son quotidien, au lycée. Et il aurait aimé retrouver cela dans ce formidable jeu. Il voulait ressentir, une fois encore, l’excitation que lui procurait ses petits méfaits. Oh, rien de bien méchant –cela était pour le moins discutable- ; il agissait plutôt avec espièglerie, plus dans le but d’énerver que de blesser. Il voulait...se distraire, simplement.
La pause qu’il avait faite lui avait redonné toute son énergie ; il en avait même à revendre. Depuis son plus jeune âge, il s’était même toujours senti plus productif la nuit : l’heure était parfaite pour gagner la ville, moins discernable pour les autres joueurs qui avaient pu investir les lieux avant lui. Il n’y avait aucun doute sur le fait que l’endroit concentrait la présence humaine. Il était après tout bien plus facile de dormir à l’abri d’un bâtiment qu’en pleine nature. Mais était-ce plus raisonnable ? Il en doutait. Après tout, le simple fait de dormir pouvait être suicidaire, sur cet île. Pour l’instant, les méthodes qu’il avait trouvé était de dormir en haut des arbres, ou bien encore à moitié enseveli sous la terre, à la manière des serpents : cela ne payait pas de mine, mais était bel et bien efficace. Arrivé dans la ville, il traîna un moment discrètement dans les rues avant d’entrer dans un vie bâtiment qui lui paraissait intéressant ; cela avait tout l’air d’un ancien cinéma. Pourquoi pas, après tout ? Il trouvait le lieu amusant. Certainement ne rencontrerait-il personne dans un tel endroit, mais cela ne lui coûtait rien d’y jeter un coup d’œil.
Et il avait visiblement bien fait d’y jeter un coup d’œil, oui.
Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il découvrit que quelqu’un y dormait ! Lui qui avait pourtant pensé ne tomber sur personne et qui, de surcroît, s’ennuyait à mourir...quel coup du destin ! Cela ne faisait aucun doute : il devait absolument saisir l’opportunité qu’il venait de tenir. Quelle insouciance de dormir si profondément, pensait-il, sourire narquois aux lèvres. Il aurait été plus que facile de le tuer dans son sommeil, lui qui ne semblait même pas se réveiller alors qu’il se tenait près de lui, le détaillant un instant. Izumi regarda le jeune homme avec intérêt, s’installant sur le siège devant lui,  accoudé au dossier pour lui faire face. Il aimait bien son visage, à regarder de plus près. Il y avait bien plus désagréable, en effet ~. La façon dont il fronçait ses sourcils tout en dormant lui était même amusante, à tel point qu’il désirait les titiller du bout des doigts. Il se retint cependant. Ce n’était pas une bonne idée ; il allait finir par se réveiller. Et le Japonais comptait le réveiller d’une manière...bien plus divertissante. Ses yeux, espiègles, se posèrent un instant sur les piercings qu’il avait ; il les trouvait plaisants. Ceci dit...peut-être n’y en avait-il pas assez à son goût. Il eut un moment d’hésitation, avant de fouiller dans son sac. S’il ne se trompait pas, il devait bien l’avoir avec lui...
La réaction de l’étudiant fut plus qu’amusante. Sans hésiter, Izumi avait enfoncé de toutes ses forces la boucle d’oreille dans sa lèvre, la perçant juste à côté du labret. Le sang jaillit immédiatement, alors que l’autre ouvrait les yeux avec fureur. Oh ~ il était assez effrayant, avec son regard assassin. Dans un rire, il s’écarta à temps, manquant de se faire attraper. Le jeune homme semblait assez irrité par son geste, se ruant sur lui avec rage. Les mots qui lui hurla ne firent que redoubler son rire. Oui, c’était exactement ce dont il avait besoin ; provoquer ce genre de réaction. Un peu déçu, le Japonais se fit malgré tout attraper assez vite ; il avait beau tenter de se dégager de la poigne de son vis-à-vis, ce dernier semblait avoir une force bien plus conséquente que la sienne. Essayant d’étouffer son rire qu’il ne parvenait à arrêter, il pinça fortement les lèvres, empêchant l’autre de lui mettre en bouche la boucle d’oreille qu’il venait d’utiliser. Clairement, l’étudiant ne rigolait pas. Il se saisit brutalement de ses cheveux pour le regarder de plus près, sa voix tonnant avec force. Izumi soutint son regard sans ciller, n’étant absolument pas effrayé en dépit de sa position. Ses mots lui décrochèrent un sourire carnassier. Lui, une prostituée ? Hilarant ! On ne la lui avait jamais sortie, tiens... Son rire s’échappa encore une fois de ses lèvres. Remarquant l’étrange collier qu’il portait, il ne put s’empêcher de venir le toucher du bout des doigts. On aurait dit une sorte de laisse, avec la petite boucle qui y était rattachée. Sans réfléchir, il tira doucement dessus pour approcher un peu plus son visage du sien. La vue du sang qui coulait de sa lèvre inférieure était incroyablement satisfaisante. « Tout comme on y envoie des clébards, visiblement » ironisa-t-il alors qu’il continuait de jouer avec l’accessoire. Ses yeux revinrent vers les siens alors qu’il lui gratta gentiment sous le menton, de la même façon qu’il l’aurait fait pour un animal. « Tout doux, d’accord ? » minauda-t-il de manière ingénue, désireux de l’énerver davantage. Tant qu’à faire, il comptait pousser le jeu à son maximum : il en avait besoin.

_________________


« ONLY GOD CAN JUDGE ME »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : Vingt-et-un ans.
Vague : Première vague
Amour : Célibataire

Coupons : 64
Contenu du sac : Un paquet de cigarettes - Un briquet - Une ceinture - Une tenue de rechange - Son collier fétiche - Un plug (piercing) - Son livre d'histoire sur le Japon préféré - Un déodorant - Un chapeau - Quinze comprimets d'ecstasy

Une miche de pain - Une barre de céréales - Deux ou trois bouteilles d'eau - Une carte de l'île avec ses zones - Une boussole - Une lampe torche

Un lot de 3 cartes postales parisiennes vierges

Avatar : Setsuna (Morrigan)
Statut RP : Disponible
Pseudo : Kaede
Multicomptes : Hasegawa Elian

Messages : 39
Activité RP : 6









   Lun 19 Juin - 23:31

Jab me and I'll beat you


Le dix-huit juin vers vingt-deux heures...

Dormir était important pour tout le monde donc ça l'était pour Keith. Pourtant, il n'avait jamais été un gros dormeur. Il n'avait pas une seule subi d'insomnies sauf en cas de maladie ou autre dérapage artificiel. Par exemple, lors des soirées où il s'était drogué et qu'une ou deux femmes l'entouraient de leurs bras. Disons qu'on pouvait dire qu'il se reposait à sa manière comme il le pouvait et que cela lui était nécessaire la plupart du temps. Mais, de temps en temps, son corps avait besoin d'un sommeil réparateur comme ce soir-là. Pas forcément un long sommeil : une demi-heure pouvait suffire comme dix minutes ou encore une heure. Mais, il en avait besoin. Qu'est-ce que le hasard ou le destin ou que savait-il avait-il fallu lui mettre sur le dos un taré pareil ?

Il le tenait toujours fermement par les cheveux quand le blanc-bec se décida à agir en la boucle de son collier pour rapprocher son visage du sien. Il continua de soutenir son regard mais crut défaillir en l'entendant lui rétorquer que lui ne savait pas qu'on y envoyait des chiens. Plaît-il ? Le pire survint quand il lui caressa le menton et il ne perdit pas de temps pour lui asséner un coup de pied dans le ventre. Ayant le dessus, il ne se fit pas prier pour l'attaquer autant qu'il le put mais la partie devint moins drôle quand il s'arrêta essoufflé et que sa proie se mit à rire.
Il le regarda se redresser et fronça les sourcils. Normalement, il n'aurait pas pu se relever alors il y avait un hic quelque part. Ressentait-il la douleur ? Ne souhaitant pas qu'il se moque encore lui, il décida de procéder autrement. Il le plaqua au sol et commença à l'étrangler. Cela eut un effet surprenant sur lui et son ennemi dut bien se rendre à l'évidence que cette fois-ci cela faisait mal comme il se mit à gigoter. Cependant, Keith n'était pas encore au bout de ses surprises et le jeu n'en valant pas la chandelle à son goût, il le relâcha. Il se recula et passa une main dans ses cheveux, puis sur sa lèvre. Cela faisait un mal de chien pour si peu.

Il se souvenait parfaitement du jour où il s'était fait percer à la lèvre. C'était son premier piercing si on omettait ceux faits aux oreilles. Il se l'était fait avant l'armée lors de ses seize ans. Il avait été facile de se faire percer sans l'accord d'un parent vu les fréquentations qu'il avait. Cela lui avait fait mal vu la manière dont il avait été fait mais le plus dur avait été d'en prendre soin. Maintes fois, il s'était dit qu'il devrait le retirer mais il réussit à le garder. Cela était normalement proscrit à l'armée mais il sut également y passer outre.
Puis, il se fit celui à l'arcade en rentrant au pays. Pour aucune autre raison précise. Voulait-il se donner un air rebelle ? Quand on le connaissait, on rirait de cette question. Keith était de plus près la gentillesse incarnée quand il n'était plus un inconnu à nos yeux même s'il savait se montrer incommensurablement impulsif. Il aimait taper, il ne pourrait le nier mais seulement ceux qui le méritaient et ce blanc-bec le méritait amplement.
Il n'avait pas eu de chance d'être tombé sur Keith car il le tuerait. Ils étaient tous ici pour survivre et les règles étaient unanimes : il n'y aurait qu'un seul gagnant. Sincèrement, il ne savait pas ce qu'il ferait avec tout l'argent qu'on leur offrirait pour avoir gagné ; peut-être bâtirait-il un monde meilleur ou peut-être se logerait-il une balle dans la tête d'avoir été juste un crétin fini. Non, il n'était pas comme ça. Il n'avait jamais songé à mettre fin à sa vie parce que, même si elle avait été misérable, il ne voyait justement pas ce qu'il pourrait connaître de pire.

Il s'avança vers sa proie toujours allongé au sol et s'accroupit près de lui. À le regarder de plus près, il n'avait pas une sale tête mais il ne pouvait plus se le voir dès qu'il avait pris la parole. Il voyait très bien quel genre de personne il était et il était clair qu'ils ne pourraient jamais s'entendre. Bon, mais il y avait plus important à faire.

« Par quoi est-ce que je commence ? »

Il eut soudainement une idée. Ne lui avait-il pas troué la lèvre avec la boucle d'oreille qui avait fini perdue au sol ? Sans crier gare, il lui arracha le piercing qu'il avait tout à droite et regarda avec exaltation le sang se répandre sur son menton jusqu'à sa pomme d'Adam et plus bas encore. Le sang coulait à flot et c'était une vue très délicieuse à regarder.

« Comme ça, on est quitte, ne le crois-tu pas ? »

Il se mit à rire à son tour mais, en le voyant la bouche entrouverte, il voulut s'assurer de quelque chose. Il lui attrapa le menton et découvrit sa langue ciselée en deux. Allons donc, quel drôle de personnage. Il le relâcha et se releva avant de le relever avec force à son tour pour le traîner jusqu'à la scène. Là, il le força à s'asseoir sur l'un des sièges devant et fit tournoyer entre ses doigts l'anneau qui lui avait retiré brutalement.
Puis, il resta là à le regarder. Cela l'amusait car il aurait pu le tuer aussi facilement qu'il avait pu lui trouver la lèvre. Le sang continuait encore de couler sur sa gorge mais beaucoup moins qu'auparavant. Il s'en remettrait mais il allait à avoir du mal à manger dans les jours à venir. Il devrait le tuer. Après tout, il n'aimait pas perdre son temps mais il n'aimait pas non-plus qu'on vienne le déranger durant son sommeil. Il allait en faire voir de toutes les couleurs à cet abruti. La soirée promettait d'être longue...
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Nombre de victimes : 0
Coupons : 447
Contenu du sac :

- Une miche de pain
- Deux bouteilles d'eau (1L5)
- Une carte de l'île avec ses zones
- Une boussole
- Une lampe torche (avec piles)


- Un sachet de bonbons
- Rero, son ancien serpent, à présent plastiné
- Une palette de fards à paupière
- Un boxer de rechange
- Un élastique
- Un foulard
- Une vieille clé

- Un falchion


Avatar : Luvia (Canival)
Statut RP : Disponible
Pseudo : INCUBUS / 夢魔
Multicomptes : Kanno Samran

Messages : 176
Activité RP : 38









   Mar 20 Juin - 0:34


En voyant le visage de son interlocuteur se durcir, il laissa échapper un énième rire. Il était vraiment flippant, lorsqu’il le regardait avec cette tête là ! Ses yeux le fusillaient sur place. C’était tout simplement grisant. Quand Izumi se sentait d’humeur aussi déchaînée –et que l’attitude de son vis-à-vis ne faisait que l’enflammer un peu plus- il devenait incontrôlable, brûlant de provoquer. De piquer. Et, visiblement, il avait fait mouche en le cajolant comme un vulgaire animal. Chez les hommes comme les femmes –chez les autres- la meilleure chose à frapper était l’orgueil. Il supposait, brièvement, qu’il avait su porter atteinte à cette sphère égocentrique. Les coups fusèrent instantanément. Le pied de l’inconnu vint se loger avec violence dans son ventre, le faisant brièvement suffoquer. Et il n’eut pas même le temps de reprendre sa respiration que l’autre venait déjà lui asséner de nouveaux coups. Mais, loin de souffrir, Izumi n’en était qu’hilare. C’était presque trop facile, pensait-il distraitement alors qu’il se faisait allégrement malmener. La douleur n’ayant pas le moindre impact sur lui, ce genre de situation n’avait que le don de l’amuser. S’il comptait réellement lui faire mal, il avait intérêt à jouer bien plus sérieusement. Son assaillant finit par s’arrêter, essoufflé d’avoir dépensé tant d’énergie pour rien. Déjà, le Japonais se remettait sur ses pieds, époussetant avec flegme ses vêtements. C’était précisément dans ce genre de moment qu’il bénissait sa « particularité ». L’air interloqué qu’affichait son agresseur –quoique, était-ce vraiment son agresseur, étant donné qu’il avait ouvert les hostilités ?- le fit ricaner davantage. Certainement n’y avait-il rien de meilleur que cela. Néanmoins, Izumi cessa de rire alors qu’il se jetait une nouvelle fois sur lui pour le maintenir au sol, mains fermement plaquées contre sa gorge. Ah. Avait-il déjà découvert le pot aux roses ? C’était...particulièrement fâcheux. Quand bien même l’étudiant ne souffrait pas de cette nouvelle douleur, il sentait plus que clairement l’air lui manquer, suffoquant un peu plus à chaque seconde. Et il avait beau tenter de se dégager de sa prise, niveau force, il était clair qu’il ne faisait pas le poids contre ce type. Devait-il finalement regretter de l’avoir cherché ?
Finalement, l’autre joueur le lâcha, lui permettant de regagner son souffle. Izumi sentit l’air rentrer dans ses poumons avec soulagement. Ouah. C’était bien la première fois qu’on tentait cette technique avec lui, ce qui était visiblement plutôt concluant. S’il avait continué, certainement serait-il venu à mourir, pas vrai ? C’était tout simplement effrayant. Et tout bonnement jouissif à la fois. En témoignage de la folie douce qui avait pris possession de lui depuis si longtemps, il se montrait presque impatient quant à la suite des événements. Il ne put s’empêcher de frémir lorsque le jeune homme reporta son attention sur lui, s’accroupissant à ses côtés. Oh, il comptait continuer à le violenter ? Le torturer, peut-être ?
Sans prévenir, et à la plus grande surprise d’Izumi, il porta une main à ses lèvres, lui arrachant avec violence un de ses piercings se trouvant à l’extrémité de sa lèvre. Le Japonais sursauta plus par frayeur que par douleur, quand bien même un léger picotement se fit sentir au coin de sa bouche. Il dut cligner plusieurs fois des yeux pour réaliser ce qu’il venait de se passer, sentant subitement le sans couler à flot sur son menton et le long de sa gorge. Sérieusement ? Mais...sérieusement ?! Il venait vraiment de lui déchirer la lèvres sans plus de cérémonie, comme une véritable brute ? L’autre étudiant lui prit alors le menton, inspectant il ne savait trop quoi. Etait-il satisfait de ce qu’il venait de faire ? A l’écoute de son rire, cela semblait pour le moins évident. Encore trop choqué pour réagir véritablement, il se laissa traîner sans douceur sur une chaise au devant de la pièce. Ses yeux regardèrent l’anneau qui brillait dans la semi-pénombre au doigt de son vis-à-vis. Il avait encore du mal à réaliser ce qu’il venait de se passer. Mais, une fois que la scène percuta finalement son esprit, il partit soudainement d’un faible rire. Faible rire qui se mua en un ricanement hystérique. Izumi n’arrivait pas à s’arrêter ; il dut se pencher vers l’avant, bras serrés contre son ventre pour tenter de se calmer. Le sang qui dégoulinait en continu de ses lèvres perla le long de son menton, venant tâcher la moquette du cinéma. Son haut, lui aussi, prenait une teinte des plus charmantes. Il redressa son buste avec difficulté, main plaquée contre les yeux. « Quelle brute, je vous jure ~ ..... »articula-t-il, hilare. Cela le faisait beaucoup rire, oui. Le tuait. Jamais personne –mais alors JAMAIS- ne s’était permis de se comporter de la sorte envers lui ; de jouer sur le même plateau de jeu. C’était amusant. Excitant au possible. Lorsqu’il parvint à se calmer, il essuya brièvement le sang qui tachait tout son menton du revers de sa main tatouée. Il fixait le jeune homme d’un regard espiègle, quoiqu’un peu dérangé. Par cette provocation, il s’embrasait totalement. « Peut-être sommes nous quittes, mais... » Il s’arrêta, se laissant un peu plus aller sur le dossier de son siège alors qu’il laissait sa langue fendue s’attarder sur sa plaie, la léchant d’un air presque absent. « ...mais tu vas continuer de jouer avec moi, pas vrai ? » Il y avait une note féline dans sa voix. Izumi commençait à dérailler. Il se remit à rire. « Tu me plais bien ~ ! » lança-t-il finalement avec franchise. Pour lui plairait, il lui plaisait, oui. Et pas qu’un peu. C’était la première fois que quelqu’un lui répondait sur le même ton avec autant d’entrain. Il s’étira doucement, penchant la tête sur le côté alors que quelques mèches de cheveux blanc lui tombaient devant les yeux. « Tu ne voudrais pas t’amuser avec la prostituée ? » La demande était faussement ingénue, presque candide. Izumi ne l’était pourtant pas.

_________________


« ONLY GOD CAN JUDGE ME »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : Vingt-et-un ans.
Vague : Première vague
Amour : Célibataire

Coupons : 64
Contenu du sac : Un paquet de cigarettes - Un briquet - Une ceinture - Une tenue de rechange - Son collier fétiche - Un plug (piercing) - Son livre d'histoire sur le Japon préféré - Un déodorant - Un chapeau - Quinze comprimets d'ecstasy

Une miche de pain - Une barre de céréales - Deux ou trois bouteilles d'eau - Une carte de l'île avec ses zones - Une boussole - Une lampe torche

Un lot de 3 cartes postales parisiennes vierges

Avatar : Setsuna (Morrigan)
Statut RP : Disponible
Pseudo : Kaede
Multicomptes : Hasegawa Elian

Messages : 39
Activité RP : 6









   Mar 20 Juin - 12:42

Jab me and I'll beat you


Le dix-huit juin vers vingt-deux heures...

Cette personne était tarée. Dans tous les sens du terme. Il en avait connu des comme lui mais pas possédant un tel degré de folie. Honnêtement, il ne savait pas comment agir car il savait plus ou moins que quoiqu'il ferait cela ne résoudrait pas le problème. Cette personne continuerait à lui taper sur le système et à avoir la main mise sur le jeu installé entre eux. La seule solution était de le tuer mais, se sentirait-il forcément mieux après avoir arraché la tête de son corps ? Certainement pas.
Bon, et si on partait du principe que cette personne était folle, qu'en était-il de lui ? Il avait toujours été un être à part. Il ne le savait pas mais il était intellectuel. C'était pour cette raison qu'il s'en était toujours sorti aux examens et, bien que beaucoup de personnes aient eu du mal à reconnaître sa valeur, les faits étaient là et ils n'avaient pas les moyens de faire autrement. À la fin de son lycée, on essaya donc de le pousser à partir dans une assez bonne université qui accepterait un délinquant comme lui. Quelle surprise eurent-ils en le découvrant rejoindre l'armée. Ils furent déçus mais cela lui importait peu. C'était lui qui était déçu.
De quoi était-il déçu ? De la vie ? Il ne le savait pas lui-même. Lorsque son père était parti avec une autre femme, il n'avait pas été étonné. Il s'était même dit : « Bon vent ! ». Cela avait été plus qu'insupportable de rentrer le soir et de le découvrir avec une autre femme que sa mère au bras et d'entendre cette dernière piquer des crises. L'état de sa mère ne s'améliora pas quand il partit mais il ne s'en soucia guère. Pour lui, ses parents ne l'avaient jamais aimé alors, pourquoi devrait-il faire attention à leur petite personne ? Il avait mieux à faire.
Se sentait-il malheureux ? Probablement. Il n'avait pas pleuré une seule fois d'avoir une vie misérable. Il se disait que c'était comme ça et pas autrement. Au fond, il y était habitué alors cela ne lui fit rien d'apprendre qu'on l'envoyait à un jeu à la mort alors qu'il n'avait que vingt-et-un ans. Ce n'était ni le hasard, ni une coïncidence : c'était le destin. Il devait être un être abject pour qu'on lui fasse subir tant d'injustices et peut-être allait-il mourir sur cette île. Il ne serait pas une grande perte et ce n'était pas plus mal. Même s'il gagnait, il ne savait pas ce qu'il ferait avec tant d'argent alors autant que ce soit un autre qui gagne et que lui disparaisse de la Terre comme son existence n'avait jamais été souhaité.
Avait-il été souhaité ? Quand il vivait encore chez ses parents, ceux-ci ne lui avaient parlé que peu ou, s'ils l'avaient fait, cela avait été que pour des reproches. Cependant, il n'avait pas une seule fois entendu ses parents dire qu'ils regrettaient de l'avoir mis à la vie. Alors, pourquoi ne s'étaient pas occupés de lui ? Pourquoi avaient-ils préféré être égoïstes que de l'élever ? C'était simplement incompréhensible.

« Quelle brute, je vous jure ~... ». Oui, il le savait. Il ne connaissait que la violence, il était incapable de communiquer. C'était plus facile comme, certainement parce qu'on ne lui avait pas appris à faire part de ses pensées. On pourrait le croire calme en le voyant mais ce n'était que les apparences. Il continua d'observer le blanc-bec qui lui faisait face en s'amusant avec le piercing qu'il le lui avait arraché. Il pencha la tête sur le côté en entendant ses questions et se remit à rire avant de lâcher :

« Tu me saoules. Je me barre. »

Il balança son piercing près de ses pieds et feignit de partir. Le blondinet pris encore une fois au piège en le rattrapant, il attrapa son poignet et l'envoya valser contre le mur face à lui. Le temps qu'il se remette de ce coup, il partit près de leurs sacs mais fouilla dans celui-ci de son ennemi. Il fut plus que satisfait d'y trouver un falchion. Il en avait de la chance celui-ci d'avoir eu une arme pareil ! Il aurait aimé avoir une arme comme celui-ci... Bien qu'il savait comment mettre fin à la vie de quelqu'un de bien d'autres manières.
La lame en main, il s'approcha du blondinet et l'attrapa pour les cheveux pour les lui couper. Pour les avoir aussi longs, cela signifiait qu'il devait les aimer. Quel tête allait-il faire après qu'il lui eut coupé ses cheveux ? Est-ce que son visage se décomposerait-il ? En tout cas, lui aussi avait plus d'un tour dans son sac et ne se laisserait pas facilement faire.

« Désolé mais il n'y a que les femmes qui m'intéressent, dit-il, Fais-toi pousser une poitrine et on en reparlera, continua-t-il, Parce que les cheveux longs ça ne suffit pas. »

Il le traîna encore une fois sur le devant de la scène en le tirant par les cheveux, ou du moins ce qu'l en restait. Il le jeta au sol et lança son arme au loin avant de s'installer à son tour dans l'un des sièges.

« Déshabille-toi pour voir et dis-moi quel est ton nom. »

Il devrait partir car il ne s'était pas assez reposé. Mais, devoir marcher et retrouver un autre endroit où il pourrait se reposer ou dormir le temps de quelques instants l'épuisait plus que de rester avec cette personne. Le jeu continuait et, pour l'instant, il avait de nouveau le dessus. Il l'observait avec insistance, trouvant tous ses tatouages et piercings particulièrement intéressants. Puis, il en vint à se demander pour quelle raison avait-il pu être envoyé ici. Il savait qu'il n'y avait pas que de mauvaises têtes mais celui-ci était fou alors il ne serait pas étonné d'apprendre qu'il avait peut-être commis quelque chose de grave avant de terminer sur cette île.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Nombre de victimes : 0
Coupons : 447
Contenu du sac :

- Une miche de pain
- Deux bouteilles d'eau (1L5)
- Une carte de l'île avec ses zones
- Une boussole
- Une lampe torche (avec piles)


- Un sachet de bonbons
- Rero, son ancien serpent, à présent plastiné
- Une palette de fards à paupière
- Un boxer de rechange
- Un élastique
- Un foulard
- Une vieille clé

- Un falchion


Avatar : Luvia (Canival)
Statut RP : Disponible
Pseudo : INCUBUS / 夢魔
Multicomptes : Kanno Samran

Messages : 176
Activité RP : 38









   Mar 20 Juin - 17:17


« Tu me saoules. Je me barre. »
Quoi ?! Déjà ?... Non, ce n’était pas vrai ! Il ne pouvait pas partir comme ça , pas déjà ! Et dire qu’il était si content d’avoir trouvé quelqu’un qu’il pouvait provoquer de la sorte... Ce n’était vraiment pas amusant de couper cours à son petit jeu de la sorte. Izumi avait pourtant cru que l’autre répondait à ses provocations en y mettant du cœur à l’ouvrage. N’était-il pas satisfait de lui taper dessus et de l’humilier comme il venait de le faire ? Le Japonais ne comprenait pas. C’était si injustice... malgré lui, il se sentait piquer dans son orgueil. Il détestait qu’on l’ignore de la sorte. Ignorant le piercing qu’il venait de jeter à ses pieds, il tenta de le rattraper. Non, non, non et non ~ ce n’était pas suffisant ! Le jeune homme était complètement déchaîné et il refusait de le laisser partir sans plus de cérémonie. Quitte à l’ignorer, autant l’avoir fait depuis le début -ce qui, en y réfléchissant avec un peu de recul, aurait été impossible pour quelqu’un qui venait de se faire percer la lèvre de la sorte...
Néanmoins, il ne s’agissait que d’une feinte. Surpris lorsqu’il se retourna vers lui, l’autre étudiant lui agrippa le poignet pour l’envoyer valser contre le mur le plus proche. Le bruit que fit sa tête en rencontrant le plâtre dur fut particulièrement désagréable. Immunisé contre la douleur du choc, Izumi n’en était pas moins complètement secoué. L’espace de quelques secondes, il ne vit plus qu’un rideau noir devant ses yeux. Le jeune homme avait visiblement une force qui le dépassait de très loin. Il l’entendit s’éloigner de lui plus qu’il ne le vit, encore sonné par l’impact. C’était à peine s’il pouvait se tenir sur ses jambes, ayant l’impression de perdre l’équilibre à chaque seconde. Quelque part, il espérait ne pas avoir un quelconque traumatisme. En distinguant le joueur revenir vers lui avec son sabre en main, il fit la grimace. Oulah. Cela ne lui annonçait rien de bon... Il ne comptait pas lui trancher la tête pour si peu, si ? Non pas qu’Izumi avait peur, mais il était déconcerté. C’était vraiment dommage de terminer le jeu après si peu de temps passé sur l’île. Il aurait aimé s’amuser bien plus... Cependant, son agresseur ne parut pas s’intéresser à un de ses points vitaux ; loin de là : il se mettait à lui couper les cheveux. Le Japonais s’offusqua un instant. « Mais qu’est-ce que tu fais ?!.. » Il tenta de se dégager de sa poigne, mais la tête lui tournait encore trop pour parvenir à le faire. Il regarda ses cheveux tomber sur le sol avec un air choqué. On lui avait souvent menacé de les lui couper, mais jamais il n’aurait cru cela arriver. Pour le coup, il rigolait beaucoup moins. Autant pour le piercing, il pouvait tolérer –ce n’était pas ça qui manquait sur son visage- mais alors les cheveux...Pourquoi avait-il fait ça ?! Il afficha une expression irritée alors qu’il toisait l’autre. Bon. Il fallait prendre sur lui. C’était un jeu et certes, il ne pouvait pas s’en sortir à tous les coups. Il fallait bien qu’il en subisse de temps en temps les conséquences. Mais...mais ses cheveux, quand même... Lui qui les aimait tant...
Il eut un sourire amer en entendant ce qu’il lui lançait. Oh, monsieur était donc l’un de ces hommes qui ne se revendiquaient qu’intéressés par les femmes pour garder un semblant de « virilité » ? Risible. Il se demandait bien ce qu’il pouvait trouver à ses créatures qui lui inspiraient tant de dégoût. « Trop dommage, ces trucs me débectent »railla-t-il avec ironie. Et il ne plaisantait pas lorsqu’il disait cela. Il ignora cependant royalement son dernier commentaire, encore irrité. C’était pour une raison aussi stupide qu’il venait de lui taillader aussi impitoyablement les cheveux ? Izumi n’eut même pas le temps de faire quoi que ce soit qu’il revenait déjà à la charge, le traînant sans douceur jusqu’au devant de la salle pour l’envoyer au sol. Le Japonais serra les poings, mais trouva néanmoins la force de sourire. Il en fallait davantage pour le déstabiliser totalement.
Et maintenant, il lui demandait de se déshabiller ? « Pour voir » ? Et voir quoi, au juste ? Le jeune homme ne parvenait à comprendre ce qu’il avait derrière la tête. Etait-il si peu intéressé qu’il le laissait entendre ? Ou cherchait-il simplement à l’humilier ? Dans tous les cas, Izumi se moquer de pousser le jeu un peu plus loin. La surprise du coup des cheveux retombée, il sentait son déchaînement revenir au galop. Sans plus attendre, l’étudiant retira son haut, dévoilant tatouages et piercings qui étaient dissimulés sur le tissus. Il passa une main sur son torse, comme s’il voulait les caresser du bout des doigts. Ils étaient ses petits bijoux. Les yeux toujours baissé vers son buste, il se mit à parler. « Je m’appelle Izumi. » Il releva finalement les yeux, le regardant avec provocation. « Et toi ? » Comment devait-il nommer cette brute ? Il était quelque peu curieux quant à son nom... Descendant la main jusqu’à son pantalon, il s’arrêta. Il ne voyait pas l’intérêt de lui donner ce qu’il voulait sans rien en retour. Cela n’était pas suffisant pour l’amuser. Agilement, le Japonais se releva, puis vint s’installer sur les genoux de l’autre joueur. Rapprochant son visage du sien, il vint mordre le cartilage d’une de ses oreilles de ses petits crocs. Le sang de sa lèvre vint tinter son lobe percé. « Pour voir la suite, il faut payer un peu plus cher, en revanche ~ .. » susurra-t-il avant de laisser glisser sa langue fendue le long de sa mâchoire. Il adorait se comporter de la sorte avec les personnes qui étaient susceptibles de le rejeter. Peut-être avait-il vraiment des penchants masochistes, en fin de compte.

_________________


« ONLY GOD CAN JUDGE ME »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : Vingt-et-un ans.
Vague : Première vague
Amour : Célibataire

Coupons : 64
Contenu du sac : Un paquet de cigarettes - Un briquet - Une ceinture - Une tenue de rechange - Son collier fétiche - Un plug (piercing) - Son livre d'histoire sur le Japon préféré - Un déodorant - Un chapeau - Quinze comprimets d'ecstasy

Une miche de pain - Une barre de céréales - Deux ou trois bouteilles d'eau - Une carte de l'île avec ses zones - Une boussole - Une lampe torche

Un lot de 3 cartes postales parisiennes vierges

Avatar : Setsuna (Morrigan)
Statut RP : Disponible
Pseudo : Kaede
Multicomptes : Hasegawa Elian

Messages : 39
Activité RP : 6









   Jeu 22 Juin - 1:09

Jab me and I'll beat you


Le dix-huit juin vers vingt-deux heures...

Il ne s'en rendait pas compte mais il était aussi fou que la personne qui lui faisait face. Au fond, l'avoir envoyé sur cette île réveillait en lui son côté le plus sombre. Jamais auparavant n'aurait-il agi comme il l'avait fait envers son interlocuteur. Il était un délinquant, et ? Il dealait de la drogue avant de venir ici, et ? Il ne s'était pas montré violent envers son entourage, ni envers ses clients. Il aurait pu après avoir vécu auprès d'une mère dépravée et ayant eu des petits-amis dont la quasi totalité était brutal. Il aurait pu mais, même si Keith aimait la bagarre, il ne s'était retrouvé bringuebalé dans certains que par inadvertance et ne s'était servi que de ses poings.
Cette île était là pour mettre en éveil des penchants extrêmement fâcheux. Il n'était pas sans savoir que cela aurait de pires conséquences chez d'autres personnes. D'ailleurs, quelques unes ne le supporteront probablement pas et se donneront la mort ou la chercheraient près de leurs ennemis. Lui, cela l'indifférait totalement comme la plupart du reste. À l'heure actuelle, il était plutôt en train de se demander si son interlocuteur était devenu fou sur cette île ou bien avant. À en juger par son comportement, cela devait être avant et il se demandait ce qui le retenait encore à lui arracher la tête de son corps.
Avoir coupé ses cheveux eut l'effet qu'il attendait. Il avait senti tout son être s'enflammer en voyant sa tête dépitée, il était fier d'avoir réussi à reprendre le dessus. Il n'aurait pas cru qu'il tenait autant à ses cheveux au lieu que les babioles qui ornaient ses lèvres. Oui, c'était beau les piercings à la lèvre ou autre part sur le corps mais, lui, ce blanc-bec en possédait trop. Le plus hilarant survint quand il lui communiqua son horreur envers les femmes. Ce n'était même pas surprenant. Une personne comme lui ne devait être bonne qu'à être prise ou du moins c'était ce qu'il pensait.
En tout cas, bien qu'il venait de commettre des actes qu'habituellement il n'aurait pas commis, il ne se sentait pas mal pour le moins du monde. Il était toujours aussi calme, seulement quelque peu énervé d'avoir un idiot pareil face à lui. Mais, il ne trouvait pas cela normal. Il aurait dû réagir autrement mais, après tout, qu'en serait-il lorsqu'il aura tué sa première victime ?

Le blondinet était très obéissant. Keith n'aimait pas particulièrement donner des ordres mais cela le satisfaisait pleinement quand on les exécutait. Quand il entendit son prénom, il ne put s'empêcher de rire.

« Izumi ? On dirait un nom de fille. »

Il n'eut pas le temps de dire autre chose que l'autre était déjà en train de déshabiller. Il ne savait même pas pourquoi il lui avait demandé de se déshabiller. Il le regarda enlever son haut et eut encore envie de rire. Mais il n'en eut pas non-plus le temps. Izumi s'approcha de lui et vint s'installer sur ses genoux où il lui communiqua qu'il fallait payer pour avoir la suite. Après quoi, il se permit quelques gestes inconvenants à son égard. Il lui attrapa avec force le menton et reprit la parole :

« Qu'est-ce que tu veux de la nourriture ?, le questionna-t-il sèchement, Sinon, pour ta gouverne, je m'appelle Keith. »

Il le garda sur lui et regarda son corps. Il étudia attentivement du regard ses tatouages parce qu'il trouvait cela particulièrement intéressant qu'il se soit tatoué de la sorte. Lui n'avait pas de tatouages mais il en souhaitait. Après, à savoir s'il en aurait l'occasion un jour. Il était aujourd'hui coincé sur cette île et pour une durée indéterminée. Il y avait plus de chances qu'il n'y laisse la vie qu'il n'en parte. Cela ne l'attristait pas. Il n'y avait personne qui l'attendait de l'autre côté de la rive.
Il repoussa Izumi et se redressa. Il attrapa délicatement une mèche de ses cheveux entre ses doigts et mit à sourire mauvais. Il tira sur ses cheveux et continua. Voyant que cela ne semblait provoquer aucune douleur chez son interlocuteur, il comprit : il était immunisé. Comment ? Il n'en savait rien mais cela voulait dire qu'il pouvait faire ce qu'il souhaitait : il n'aurait pas mal.

« Tu ne ressens pas la douleur. Est-ce que je peux te casser un doigt ? »

Il était fasciné. Il ne pensait pas rencontrer une personne comme Izumi en se retrouvant sur cette île. Il le plaqua une nouvelle fois au sol et attrapa l'une de ses mains entre la sienne. Puis, il ne se fit pas plus attendre et lui cassa l'annulaire. Alors, quelle serait sa réaction ?

Mais qu'est-ce qui lui prenait ?
lumos maxima

_________________
+we slow for no one+
Let the wind carry us, to the clouds, hurry up, alright. We can travel so far as our eyes can see. We go where no one goes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Nombre de victimes : 0
Coupons : 447
Contenu du sac :

- Une miche de pain
- Deux bouteilles d'eau (1L5)
- Une carte de l'île avec ses zones
- Une boussole
- Une lampe torche (avec piles)


- Un sachet de bonbons
- Rero, son ancien serpent, à présent plastiné
- Une palette de fards à paupière
- Un boxer de rechange
- Un élastique
- Un foulard
- Une vieille clé

- Un falchion


Avatar : Luvia (Canival)
Statut RP : Disponible
Pseudo : INCUBUS / 夢魔
Multicomptes : Kanno Samran

Messages : 176
Activité RP : 38









   Ven 23 Juin - 0:25


Il gardait ses yeux rivés sur cette personne. Elle était fascinante, d’un certain côté. Izumi avait rarement eu l’occasion de s’amuser autant avec quelqu’un depuis un petit moment. Qui aurait cru qu’il se ferait si durement traiter ? D’ordinaire, les gens osaient rarement aller aussi loin. Il passa pensivement sa langue sur sa lèvre déchirée qui saignait toujours de plus belle. Un goût de fer, écœurant, emplissait sa bouche. Etrange personnage que cet homme : peut-être aimait-il frapper, en plus d’être sincèrement remonté ? Allez savoir. Dans tous les cas, il attisait vivement sa curiosité. Au regard qu’il posait sur lui, le Japonais était clairement en mesure de dire qu’il le dégoûtait passablement. Très bonne nouvelle ! Il se ferait une joie de continuer sur cette voie-là, s’il était capable de provoquer un peu plus sa fureur. C’était un jeu. Un jeu particulièrement distrayant : dangereux. En entendant son commentaire sur son nom, il ne put s’empêcher de bouder légèrement. Izumi, un nom de fille ? C’était bien la première fois qu’on le lui sortait. Et...et ce type avait vraiment un problème, à le comparer si facilement à cette gent féminine qu’il détestait tant. Ou cherchait-il à le provoquer, lui aussi ?
La réaction de son vis-à-vis ne se fit pas attendre. Le jeune homme l’attrapa fermement par le menton pour lui répondre sèchement. Comme attendu, la réaction était quelque peu violente. Tant mieux. Izumi ne put s’empêcher de rire à la remarque du fameux « Keith ». S’il voulait de la nourriture ? Cette réponse le laissa profondément perplexe. Devait-il y voir un sous-entendu douteux, continuant ce qu’il avait commencé ? A tous les coups, il allait encore une fois finir par se faire frapper. L'autre ne rigolait pas, et le Japonais savait que chacun de ses mots était susceptible de le faire partir au quart de tour. Quelle joie. « Humn...je suppose que tout dépend de la nourriture en question ~ ?... » répondit-il finalement, un tantinet espiègle. Il fut tenté de le caresser une nouvelle fois mais se retint. A trop le provoquer, il allait finir dispersé en plusieurs morceaux à tous les coins du cinéma, ce qui, en soi, n’était pas une idée qui l’enchantait tellement. Mais il avait si envie de jouer avec lui...c’était peut-être un brin dommage qu’il soit d’un naturel si violent. Et Izumi ne croyait pas si bien dire.
Toujours assit sur lui, il le regarda tirer sur une mèche de ses cheveux fraîchement coupés, l’air presque blasé. Comment pouvait-il porter autant d’attention à ses cheveux plutôt qu’à lui ? Ce n’était pas très amusant. D’autant plus que l’étudiant ne ressentait pas grand chose lorsqu’il se divertissait de la sorte. Mais peut-être avait-il un fétiche ? ...chacun ses propres délires, après tout. Mais c’était bien la peine de lui avoir coupé ses cheveux si c’était pour finalement jouer avec. Néanmoins, les mots de Keith le sortirent de ses pensées. Qu’est-ce qu’il venait de lui demander ? Le Japonais le regarda avec des yeux ronds, se demandant s’il était sérieux. Un mot manqua de s’échapper de ses lèvres avant qu’il ne se retrouve une nouvelle fois plaqué au sol, son vis-à-vis se dressant au dessus de lui. Il voulut protester lorsqu’il attrapa sa main, mais n’eut pas le temps de la retirer. Déjà, une étincelle de douleur vint se faire sentir à l’extrémité de celle-ci, alors qu’un horrible craquement se fit entendre. Il n’avait pas...eh si. Si si, il venait très clairement de lui briser l’annulaire, comme ça. « Mais... » Il bégaya. Il avait beau ne pas être si sensible que cela, la sensation avait été malgré tout bien désagréable. « Mais tu es stupide ?... » Il le repoussa, se redressa faiblement. Il regarda son doigt ; il était complètement tordu en gonflé, maintenant. Génial. Izumi laissa échapper un long soupir. Il ne rigolait plus vraiment, pour le coup. Il leva les yeux vers Keith. « Ce n’est pas parce que je ne ressens que difficilement la douleur que tu as le droit de me péter tous les os, tu sais ? » Il eut pourtant un sourire. Ce n’était pas bien grave, simplement peu esthétique. « Puis pourquoi est-ce que tu m’as demandé si c’est pour finalement le faire ? » Il eut un faible rire. Il avait du mal à saisir cette personne, définitivement. « Mec, t’as vraiment un problème avec la violence ... » Il s’en remettrait. Mais néanmoins, le jeune homme demandait à se faire discipliner... Il partit d’un petit rictus, se rapprochant un peu plus de lui. « Tu veux peut-être que je t’aide à suivre une thérapie ? » Même dans ce genre de moment, l’étudiant parvenait à réagir de façon légère. Tout n’était que les aléas du jeu.

_________________


« ONLY GOD CAN JUDGE ME »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : Vingt-et-un ans.
Vague : Première vague
Amour : Célibataire

Coupons : 64
Contenu du sac : Un paquet de cigarettes - Un briquet - Une ceinture - Une tenue de rechange - Son collier fétiche - Un plug (piercing) - Son livre d'histoire sur le Japon préféré - Un déodorant - Un chapeau - Quinze comprimets d'ecstasy

Une miche de pain - Une barre de céréales - Deux ou trois bouteilles d'eau - Une carte de l'île avec ses zones - Une boussole - Une lampe torche

Un lot de 3 cartes postales parisiennes vierges

Avatar : Setsuna (Morrigan)
Statut RP : Disponible
Pseudo : Kaede
Multicomptes : Hasegawa Elian

Messages : 39
Activité RP : 6









   Ven 23 Juin - 15:39

Jab me and I'll beat you


Le dix-huit juin vers vingt-deux heures...

Il le repoussa encore une fois et partit près de son sac pour y récupérer son paquet de cigarettes. Cela avait été dur de résister à la tentation de fumer cigarette sur cigarette depuis qu'il était arrivé ici. Il avait pris un paquet entier dans son sac et, depuis trois jours, il n'avait fumé que deux cigarettes, ce qui voulait dire qu'il lui en restait vingt-trois cigarettes. Habituellement, il aurait déjà fumé plus de la moitié de son paquet alors autant dire que c'était loin d'être normal qu'il n'ait fait encore aucune victime et qu'il soit aussi calme. Il savait que s'il se laissait aller il n'aurait bientôt plus de cigarettes et cette idée lui était insupportable. Tout le monde ne fumait pas et certains n'étaient pas accros au point d'en emmener avec soi sur cette île à la mort.
Donc, c'était peut-être pour cela qu'il venait de laisser échapper un tant soit peu de violence vis-à-vis d'Izumi. Celui-ci pouvait le traiter de brute et de quelqu'un de stupide, cela lui importait peu. Il avait envie de fumer et il avait envie de partir de cette île ou encore qu'on lui envoie tout un tas de paquets de cigarettes pour qu'il puisse survivre sur cette île. Sans cigarettes, il commençait à être sur les nerfs. Il lui arrivait de temps en temps de trembler alors que cela ne faisait que trois jours qu'il était ici et qu'il avait malgré tout fumé deux cigarettes. Cette situation était insupportable.
Cigarette entre les lèvres, il tira une latte et poussa un long soupir de soulagement. Cela lui faisait tellement de bien. Il se sentait mieux. Il reporta son attention sur Izumi et se mit à sourire. Bon, il était temps de tirer les choses au clair, spécialement avec une personne comme Izumi.

« Un problème avec la violence ?, demanda-t-il, Peut-être, dit-il en haussant les épaules, En fait, j'aime les bagarres, c'est sûr. Après, je ne suis pas forcément porter sur la chose. »

Sa cigarette terminée, il l'éteignit dans le creux de sa main et la jeta plus loin.

« Mais sache juste que ta vue me débecte, reprit-il en ancrant son regard assassin au sien, Tu m'insupportes. Je n'ai qu'une seule envie : celle de te frapper jusqu'à n'en plus pouvoir. Essaie un peu de deviner pourquoi ? Je ne sais pas... Peut-être ton caractère insupportable. »

Il continua de le regarder et vit qu'il n'avait pas revêtu son haut. Qu'attendait-il de plus ? D'ailleurs, cela était étrange ce dont il avait parlé plus tôt. Sous-entendait-il qu'il souhaitait que tous les deux couchent ensemble ? À cette pensée, il explosa de rire et et eut du mal à se calmer. Il n'avait pas songé à coucher avec un homme car il ne s'était pas une seule fois senti attirer par l'un d'eux. Il n'y avait eu que les femmes qui l'avaient attirées. Il aimait touché à tout et essayait de nouvelles choses mais jamais il n'avait pensé à tester cette expérience. Il n'était donc qu'indifférent face à un corps d'homme à moitié dénudé.

« Mais dis-moi, pour que je vois la suite, il faudrait que je t'offre plus ou moins mon corps, c'est ça l'idée ? Sauf que tu ne m'intéresses pas. Je te l'ai déjà dit, dit-il, Alors, désolé mais va voir ailleurs. »

Toutefois, il ne pouvait pas partir sans lui faire un autre coup foireux. Il mit son sac sur son dos et s'approcha du blondinet. Il l'attrapa par le menton et fit semblant d'aller l'embrasser... Bien qu'il était loin de s'attendre à ce que celui-ci le prenne à revers et lui morde la lèvre inférieure. Il se retira bien avant qu'il ne le morde à sang et lui donna un violent coup de poing au visage. Il n'eut plus qu'à faire demi-tour et s'en aller. Il l'insupportait, il espérait ne jamais le revoir ou il ne savait pas ce qui le retiendrait de le tuer.
lumos maxima

_________________
+we slow for no one+
Let the wind carry us, to the clouds, hurry up, alright. We can travel so far as our eyes can see. We go where no one goes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Jab me and I'll beat you (terminé !)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )