AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




La MAJ du 1er septembre est là ! Cliquez ici pour la découvrir !
Un event est en cours ! Venez lancer le dé ici pour découvrir l'état de votre personnage !
Tentez votre chance au Lucky Spin pour remporter des lots inédits !




 

 Becoming so numb feat. Baek Jae Geon & Zhao Yuan







avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Amour : Avec Hyun Hee de corps. Et d'esprit, avec... Non. Impossible.

Nombre de victimes : 14
Coupons : 393
Contenu du sac : .
Son smartphone + écouteurs
Trois paquets de Mild Seven
Une paire de lunettes
Un hoodie
Un pantalon d'uniforme de rechange
La moitié d'un paquet de chewing-gums (pamplemousse)
Un foulard de femme
Une trousse de voyage rose (1 gel anti-bactérien, 1 brosse à dent, 1 petit kit d'entretien à lentilles cornéennes, 1 mini pot vide, une pince à épiler)


Un zippo
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Une petite boîte de pansements adhésifs (18)
Une carte de l’île
Une lampe torche avec piles
25 allumettes
Contenant de 25ml d'essence à briquet
Un plaid


Deux petites bouteilles d’eau

Couteau en céramique
Un revolver avec 4 balles dans son chargeur

Avatar : Wu Kris
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : LaMarquise
Messages : 2651
Activité RP : 6









   Jeu 1 Juin - 9:16

Le 20 juin 2017 || 21h47
Le Pub
Les cuisines

Le pub. Hua Feng s’était arrêté quelques instants, à l’abri de l’obscurité d’une ruelle, pour reprendre son souffle. L’obscurité était tombée depuis une petite heure maintenant. C’était le silence le plus absolu dans la ville depuis qu’il avait entendu un hurlement à vous glacer le sang, quelques quinze minutes plus tôt. Pas un qu’il reconnaisse. Et ça ne concernait que Zhao Yuan, parce qu’il n’aurait pu en reconnaître un autre pour l’heure. C’était une bonne chose sachant que le volontaire était son partenaire pour le moment et que le grand Chinois avait le ferme désir de le garder en vie ! Chose pas très difficile à faire vu les motivations et l’entraînement militaire de son compagnon, c’est bien vrai… mais une tuile vous tombait vite sur la tête ici. Il fallait rester extrêmement prudent.

C’était d’ailleurs ce à quoi s’appliquait présentement Hua Feng. Il avait couru sur une bonne distance pour arriver ici un peu avant l’heure du rendez-vous qu’ils s’étaient donnés, Zhao et lui. 22h, l’heure du crime. Ou plus exactement celle à laquelle ils devaient se rejoindre au petit pub de cette ville fantôme. Mais il y avait déjà quelqu’un. Il le voyait par la fenêtre. Il ne pouvait toutefois dire, en partie parce qu’il était trop loin et en partie parce que le carreau était noirci de crasse, s’il s’agissait bel et bien de l’homme qu’il s’attendait à rejoindre… Alors il attendait, histoire d’avoir tout son souffle avant d’aller potentiellement aux devants d’une confrontation qui certes ne lui tentait pas, mais serait inévitable s’il ne s’agissait pas du volontaire.

Pile au moment où Hua Feng compte se remettre en marche toutefois, il fronce les sourcils, l’air encore plus grave qu’à l’habitude. Deux silhouettes entrent rapidement dans le pub… et il a tout juste le temps de se plaquer contre un mur pour qu’une des deux, la plus petite qui servait visiblement de guet, ne le voit pas. Et s’il ne distingue toujours pas grand-chose là-dedans, il voit toutefois ce qui s’y déroule… Une attaque surprise.

« Zhao… »

Hua Feng n’attend même plus. Il se maudira plus tard d’avoir une réaction aussi vive dans le seul but de sauver le seul type assez fou de cet endroit pour avoir désiré y être largué volontairement. Pour l’heure, le Chinois n’est que actions et réactions. Mais pas stupide, il pile devant la porte et l’ouvre très lentement, son cœur battant si fort dans sa poitrine qu’il n’aurait même pas été surpris que les trois âmes vivantes de ce lieu l’entendent malgré les bruits de la lutte qui avait à présent commencée.

C’est la fille qui subit les conséquences de son expérience dans un tel enfer. Hua Feng l’attrape par la mâchoire, dos à elle. Elle a un petit glapissement et pour sa part, menaçant et grave, il grogne :

« Eh ! »

Juste ça. C’est suffisant pour que l’autre, un type nettement plus grand, se retourne rapidement vers lui, relâchant sa proie qui tombe au sol. Dès que le regard du mec se pose sur lui, la réaction de Hua Feng est immédiate et sans appel : il tord si bien la tête de la fille que ses vertèbres craquent d’une façon qui n’augure rien de bon. Elle tombe au sol, inerte. Morte. Un cri de rage monte de l’autre mais Hua Feng a un pas sur le côté. Il attrape une chaise, la fracassant sur le dos de son assaillant. Il voyait le genre. Puissance brute et aveuglé par la rage… il ne valait pas grand-chose. Juste assez pour réussir à lui foutre son poing dans le ventre. Mais malgré la douleur et les quelques points lumineux qui dansent devant ses yeux, Hua Feng a assez d’esprit et l’autre est assez ralenti pour que la patte qui lui était restée dans les mains lui serve de pieu de fortune. Dans le cœur, approximativement. Si le contexte était autre, ce serait presque drôle…

Hua Feng observe un instant les corps étendus au sol. Pour qui pensait que c’était facile de tuer d’un barreau de chaise… Il fallait être parcouru par une bonne dose d’adrénaline pour ce faire. Et c’était exactement l’état dans lequel était présentement Hua Feng. Il finit par détacher son regard de ses victimes, essayant de ne pas songer au fait qu’encore une fois, un grand froid s’était pris de lui, comme s’il avait simplement balayé quelques poussières indésirables devant sa porte. Il saute plutôt souplement de l’autre côté du bar pour aller rejoindre la fine silhouette tombée au sol.

« Yuan ?! », appelle-t-il avec une inquiétude qu’il aurait préféré être capable de taire, mais dans cette situation, impossible d’être entièrement maître de lui visiblement… Pourtant, il semblait être on ne peut plus en contrôle. Mais son regard en croise un étranger… et Hua Feng fait un bond sur le côté pour ne pas être trop près de celui qu’il venait de sauver de la mort un peu malgré lui. Vu la peur brillant dans le regard du gamin toutefois, Hua Feng n’arrivait pas à regretter, hein… Il n’était pas un monstre non plus. Loin de là. « Ne fais pas de mouvement brusque. Je ne vais pas te faire du mal… sauf si tu m’y obliges. »

Hua Feng analyse un moment le jeune homme du regard… Mais il semble croire que c’est safe puisque finalement, il tend une grande main masculine au garçon, histoire de l’aider à se remettre debout.

« Reste pas là, viens… », marmonne le Chinois en poussant un petit soupir. « Tu… »

Mais il s’interrompt net. Il tourne la tête vers l’entrée, ayant entendu un peu de bruit. Et son regard croise celui de biche de Yuan… Depuis combien de temps était-il là…?

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

THE SURVIVOR


« La vérité, c’est que quelques uns étaient déjà des monstres avant de venir ici [...] Puis, il y a des gens comme moi. Des gens qui ont déjà tués avant d’être envoyé sur cette île damnée… » © FRIMELDA


No one knows what it's like to LOVE the WOLF:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Invité

avatar








   Jeu 1 Juin - 22:16


becoming so numb.
20 juin 2017, 21h47. vieux pub

Cela fait maintenant cinq jours que je suis retrouvé bloqué sur cette maudite île. Cinq jours, c’est peu et pourtant, je me sens déjà perdre patience, venant même à douter de ma santé mentale. Il faut dire que cette île est une véritable épreuve, de quoi devenir fou. J’en viens même à me demander s’il est possible de survivre ici sans y sombrer dans la folie. Je vois le mal partout et j’ai toujours l’impression qu’on me suit, même lorsque je suis pourtant seul. À force d’être autant sur mes gardes, je commence à me méfier de tout, au point de même m’imaginer des ennemis. Je deviens parano, je le sais et mon manque de sommeil commence à se faire ressentir. Je dors peu, de peur de me faire surprendre par l’ennemi en pleine nuit. Je ne me contente que de quelques heures. Contrairement aux autres étudiants qui ont décidé de s’allier, je reste seul, continuant de jouer les solitaires même lorsque ma survie est en jeu. C’est stupide, mais pour l’heure, je suis bien trop méfiant pour m’allier avec qui que ce soit. Je ne veux pas prendre le risque de m’allier avec quelqu’un qui pourrait me trahir sans la moindre hésitation. Cette île est si indomptable, imprévisible, elle réserve des tas de surprises. Et je sais maintenant, que je dois m’attendre à tout ; à l’improbable comme au pire. Ces quelques jours me l’ont bien fait comprendre, avec notamment les retrouvailles avec mon meilleur ami. Je ne pensais pas que notre prochaine rencontre se passerait ainsi, et encore moins ici. Il est si différent, c’est comme s’il était devenu une toute autre personne. Je suis certain que c’est cet endroit qui l’a changé. Il n’y a qu’à voir ceux qui sont prêt à tuer pour se donner une chance de survivre et faire perdurer le jeu. Ce sont sûrement les plus fous. Ou bien, peut-être sont-ils les plus censés ? J’en sais rien. Je ne sais plus quoi penser. À cela s’ajoute ces petits mots que je reçois le matin, à mon réveil, me faisant clairement comprendre que mes planques sont loin d’être aussi secrètes que je le pensais. Je deviens alors davantage méfiant. Trop méfiant.

C’est pour cela que, plutôt que de chercher un endroit pour dormir, je préfère profiter de la nuit pour faire un peu d’exploration. Il y a pas mal de coins dans la ville où je ne me suis jamais aventuré et ce soir, je compte bien faire quelques découvertes et peut-être même agrandir mon inventaire. J’avance donc dans ce qui semble être le quartier branché, essayant de me faire le plus discret possible. J’avance dans l’obscurité, gardant ma lampe torche bien à l’abri dans mon sac, ne voulant pas prendre le risque de me faire remarquer bêtement. Très vite, mes pas me mènent jusqu’au pub, un endroit où je n’y ai jamais mis les pieds. Par chance, j’y trouverais sûrement quelque chose d’intéressant, peut-être même à bouffer. C’est donc sans hésitation que j’y entre, ne prenant pas même la peine de jeter un coup d’œil aux alentours avant d’y entrer. Je dépose mon sac dans un coin et commence donc à fouiller le lieu. Sans vraiment savoir pourquoi, je me dirige stupidement vers la caisse poussiéreuse, cherchant à y connaître son contenu. Etant usé par le temps, je n’ai pas trop de mal à forcer son tiroir, y découvrant alors quelques billets. Tiens, c’est con, ça nous aurait bien servi à ma mère et moi. Je soupire alors, rangeant les billets à leur place, ça ne me servira à rien ici. Il vaut mieux que je continue de chercher. À peine ai-je le temps de fermer le tiroir, que j’entends soudainement des bruits de pas. Merde. Je me retourne alors et remarque un garçon plus grand et plus vieux que moi, à l’air peu commode. Une fille est également là, semblant monter la garde. Je me suis laissé piéger comme un débutant. C’est inévitable, va falloir que je me batte.

Ce n’est pas comme s’il me laissait le choix, le voilà qui fonce déjà vers moi. Avec agilité, j’évite son premier coup, l’esquivant de côté avant de lui balancer mon pied en plein dans le ventre. Je profite de sa perte d’équilibre et viens abattre mon poing contre sa mâchoire. Néanmoins, ma peur m’oblige inconsciemment à retenir un minimum mes coups. Je n’ai pas envie de l’affronter, j’veux juste qu’il me foute la paix. Mais tout ce que j’ai réussi à faire, c’est de l’énerver d’avantage. Il grogne sous la douleur mais s’en remets bien vite, plus rageur qu’auparavant. Avec force, mon dos vient s’abattre contre le mur avant qu’il n’envoie à son tour, son poing en direction de mon visage. Je me prends un premier coup, puis un deuxième et finalement, je viens cogner violemment mon front contre le sien, cherchant désespérément à me dégager de là. Quel coup idiot, cela nous assomme tous les deux. Je tente de bouger, mais avant que je ne puisse aller bien loin, sa main vient se resserrer autour de mon cou. Putain, il a une telle force que je sens que je vais bientôt manquer d’air.

C’est à ce moment-là qu’une nouvelle voix se fait entendre. Je regarde en direction de celle-ci et remarque un jeune homme qui a réussi à immobiliser la fille. Mon adversaire le regarde avec rage, me lâchant immédiatement au moment même où le garçon craque le cou de son équipière. Choqué, je reste à terre, écarquillant les yeux. Je pensais pas assister à ça… Les deux se mettent alors à se battre et malgré la force de l’autre, c’est le nouvel arrivant qui a l’avantage. Tout se passe si vite, il explose une chaise sur le dos de la brute, se prend un coup et très vite, lui plante le bout de bois en pleine poitrine. Enfonçant le pieu au niveau de son cœur, on aurait clairement dit qu’il avait affaire à un vampire. Choqué, j’observe ces cadavres gisant sur le sol, regardant le sang s’échapper du corps inerte du garçon. J’entends sa voix mais ne l’écoute pas, mon regard refusant de quitter ces corps inanimés. Finalement, le jeune homme s’approche et mon regard rencontre alors le sien. Il semble surpris, se reculant rapidement. Il devait sûrement s’attendre à quelqu’un d’autre. Il me met alors en garde, mais je l’écoute avec peu d’attention. Vient-il réellement de tuer deux personnes, à lui tout seul ? Mes yeux viennent de nouveau se poser sur ses victimes, comme pour être sûr que ceci n’est pas une illusion. Mais non, ils sont bien là, couchés sur le sol. Je déglutis nerveusement tout en reportant mon attention sur lui. L’inconnu me tend alors la main et j’hésite un moment avant de la saisir, me relevant alors. Mais bien vite, il s’interrompt dans ses mots et semble regarder en direction de la porte. J’en fais de même et remarque un autre garçon. Je me recule alors vivement de mon sauveur, ayant peur qu’il s’agisse de nouveau d’un piège. Bordel, ne me dites pas qu’il s’agit encore d’un duo qui va également tenter de m’attaquer ! « C’est un piège… ?! » dis-je dans un murmure, cherchant à ne pas sombrer dans la panique. D’un geste brusque, je viens ramasser mon sac avant de reporter mon attention sur le premier garçon. Je reste sur mes gardes. Mes yeux font la navette entre les deux étudiants et finalement, je m’adresse à celui qui m’a sauvé. « Toi, je t’ai déjà vu… Sur le bateau, t’es arrivé il y a quelques jours… En même temps que moi. » C’est plus une constatation qu’une question. Mon regard se porte ensuite sur l’autre garçon et je fronce alors les sourcils. « Toi, en revanche. Je t’ai jamais vu. » dis-je avec une certaine méfiance dans la voix. Oui, je me méfie toujours des inconnus et même de ceux qui m’ont sauvé la vie.
Revenir en haut Aller en bas






avatar
Âge : 17 ans
Vague : Classe originelle
Nombre de victimes : 17
Coupons : 431
Contenu du sac : .
• Une tenue de rechange
• Un vieil uniforme + sous-vêtements
• Une casquette
• Une écharpe + bonnet
• Un briquet
• Une paire de chaussures de marche
• Une paire de gants de travail
• Un petit plaid
• Une montre à remontage automatique
• Dix analgésiques
• Un bandage et ses agrafes
• Flacon antiseptique format voyage
• Un thermos d'eau fraîche
• Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
• Deux bâtons de viande séchée
• Une carte de l'île avec ses zones
• Une boussole
• Une lampe torche (avec piles)
• Bracelet en paracorde
• 3 grenades lacrymogènes
• Un poing américain couvert de pointes
• Chapelet
• Lentilles bleues et produit à lentilles

Avatar : Luhan (Ex EXO)
Statut RP : Disponible
Pseudo : MyPandaa
Multicomptes : Park Hyun Hee & Kim Yeong Jae

Messages : 1344
Activité RP : 4









   Dim 4 Juin - 13:18



C’était un peu tard pour se donner rendez-vous, 22h. En centre ville et avec la nuit qui tombait à toute vitesse c’était néanmoins un risque que Hua Feng et lui avaient décidés de prendre. Le but, avec ces quelques heures de plus à s’allouer, c’était de pouvoir pousser plus loin leurs investigations. En moyenne Hua Feng et lui ne passaient que les quelques heures de la nuit ensemble ou, s’ils décidaient de changer de coin, les heures de marche. Leur binôme était encore tout frais… Mais il fonctionnait bien pour le moment et quoi que les aléas de la vie sur l’île les ai parfois mit en retard ils s’étaient toujours retrouvés.

Ce soir le rendez-vous était au pub et Yuan avait perdu du temps à se cacher, aux abords de la ville, pour n’être pas ni repéré ni suivit jusqu’ici. Il avait sa journée dans les jambes aujourd’hui et la faim, la soif et la fatigue jouaient un peu sur ses humeurs. Il comptait bien pallier à chacun de ces petits soucis ce soir mais fallait-il encore rejoindre le point de rendez-vous pour ça. Or la soirée s’annonçait plein de surprises elle aussi…

En arrivant au pub, Yuan ne peut que constater par les fenêtres crasseuses et les quelques lumières allumées à l’intérieur qu’il y avait du mouvement. Le pub n’était pas le seul endroit allumé… Mais définitivement le seul où il avait vu des silhouettes se dessiner par les carreaux rendus opaques. C’était bien sa vaine. Hua Feng était-il là ? Et surtout : vivant ?

Yuan était resté caché un bref instant… Avant de finalement prendre le partit d’aller voir. Grenade lacrymogène à la main non dégoupillée il avait remonté sa chemise sur son nez, au cas où… Mais lorsqu’il franchit la porte c’est simplement pour voir la haute silhouette de Hua Feng qui lui tourne le dos. Il y a un craquement sinistre et une courte silhouette tombe soudainement au sol, une flopée de cheveux noirs venant cacher son visage et son cou à présent en angle bizarre…

Quant à la suite de la bagarre elle est à la fois redoutable et violente avec une fin qui surprendrait presque Yuan. Pas qu’il ait oublié que Hua Feng était un survivant d’une autre épreuve… Mais c’était tout autre chose que de le voir en action et compétent. Parce qu’il en fallait de la force pour pénétrer une poitrine humaine avec un pied de chaise… Il était bien placé pour en parler : il l’avait fait aussi durant la première semaine de juin… Il avait dû peser de tout son poids et ça lui avait prit une énergie folle.

Quoi qu’il en soit… Yuan était impressionné… Et d’autant plus prêt à ne pas négliger le côté létale du bleu… Il parlait peu, économisait ses actions… Mais une fois lancée, c’était une vraie machine. Ca ne manquait pas d’une sorte de charme militaire, à son avis. Bref.

Yuan arque un sourcil en voyant Hua Feng bondir de l’autre côté du bar. Allons bon… Tout ça pour sauver quelqu’un ? Sérieusement ? Mais le pire est d’entendre la voix stressée de Hua Feng l’appeler. Yuan ne savait pas tellement s’il devait se sentir vexé ou pas que l’autre chinois ait cru qu’il aurait pu se planquer de cette manière !

Néanmoins quand Hua Feng apparaît à nouveau debout c’est accompagné d’un garçon qu’il ne connait pas. Il fait à peu près sa taille, plus ou moins sa corpulence à quelques détails près… Il avait des traits bien dessinés et les joues encore un peu rondes de l’enfance. C’est lui qui reprend la parole le premier et Yuan ne s’intéresse pas trop à sa question. La suite n’est guère plus intéressante à son avis… Des informations qu’il avait plus ou moins déjà devinées.

« T’es un grand perspicace toi… »

Yuan s’accroupit près de la fille, venant défaire de ses épaules inertes son sac à dos avec l’ambition très claire de fouiller dedans. Et s’adressant à Hua Feng :

« Tu vas le tuer lui aussi ? »

Ca pouvait peut être répondre à la question de l’inconnu quant à la situation même si en toute honnêteté ce n’était pas un piège.

« Ce gosse à le chic pour se mettre dans les problèmes. D’abord ces deux là et ensuite le volontaire. »

Et Yuan laisse planer très volontairement le doute sur lequel des deux était le volontaire : lui ou bien Hua Feng. Avec son air de chien de garde contre ses airs juvéniles et les meurtres qu’il venait de commettre, Hua Feng en portait plus facilement le chapeau que lui, non ?

« Il va falloir qu’on aille ailleurs. Par principe. »

Yuan est obligé de tiré un peu sur une lanière du sac, pas aidé par le poids mort qu’était la fille et vu le craquement dans la manœuvre il lui a sûrement déboîté une épaule ou quelque chose du style. Pas que ça le préoccupe beaucoup.

« C’était intéressant… On reconnait là le type qui a l’habitude de ce genre d’exercice… Mais tu pensais vraiment que moi je serais allé me planquer ? »

Intéressant et impressionnant… Mais il y avait peut être un côté mutin chez Yuan de dire ce genre de choses… Juste pour voir comment leur petit camarade allait prendre cette information qui disait que Hua Feng n’en était pas à son coup d’essai ! Se réintéressant à lui, d’ailleurs :

« Tu es de quelle couleur ? Tu le sais ? »

Et pour en revenir à Hua Feng :

« Tu vérifies ? »


-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

>> Mes RPs <<




SWEETDREAMS
Sweet dreams are made of this. Who am I to disagree ? I travel the world and the seven seas. Everybody' s looking for something. Some of them want to use you. Some of them want to get used by you. Some of them want to abuse you. Some of them want to be abused.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Amour : Avec Hyun Hee de corps. Et d'esprit, avec... Non. Impossible.

Nombre de victimes : 14
Coupons : 393
Contenu du sac : .
Son smartphone + écouteurs
Trois paquets de Mild Seven
Une paire de lunettes
Un hoodie
Un pantalon d'uniforme de rechange
La moitié d'un paquet de chewing-gums (pamplemousse)
Un foulard de femme
Une trousse de voyage rose (1 gel anti-bactérien, 1 brosse à dent, 1 petit kit d'entretien à lentilles cornéennes, 1 mini pot vide, une pince à épiler)


Un zippo
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Une petite boîte de pansements adhésifs (18)
Une carte de l’île
Une lampe torche avec piles
25 allumettes
Contenant de 25ml d'essence à briquet
Un plaid


Deux petites bouteilles d’eau

Couteau en céramique
Un revolver avec 4 balles dans son chargeur

Avatar : Wu Kris
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : LaMarquise
Messages : 2651
Activité RP : 6









   Mer 7 Juin - 0:05

Hua Feng pince les lèvres et arque les sourcils, signe que l’intervention du garçon ne lui plaisait guère. D’ailleurs, après une seconde de silence, sa voix grave se fait à nouveau entendre, cette fois sur un ton légèrement railleur. Avec les émotions de ce qu’il venait de faire, le Chinois était un peu moins patient… C’était plutôt rare en soi et il fallait le voir pour le croire.

« Oui, c’est ça, un piège. Avec mes copains, on s’est dit que j’allais en tuer deux juste pour réussir à t’attraper. C’est que tu es un gros poisson, hein… », marmonne-t-il, sarcastique au possible. Non, il n’y avait aucun piège là-dessous… Il était simplement certain d’avoir sauvé quelqu’un de très différent d’une mort certaine, d’où sa brève stupeur. Il s’en était déjà remis, pour sa part ! « Je ne les connaissais pas. »

Il avait rajouté ça juste au cas où l’autre n’aurait pas eu les idées assez claires pour comprendre le sarcasme pourtant même pas dissimulé dans ses propos ! Mais il devait se calmer. Ça ne lui ressemblait pas d’être amer pour si peu. Son regard va jusqu’à Yuan, lequel il observe quelques secondes. C’était bizarre de se faire regarder ainsi par le type avec lequel il voyageait depuis peu. Il avait la désagréable impression d’être devenu fascinant en très peu de temps et la raison pour laquelle c’était le cas le dégoûtait un peu, à dire vrai. Zhao commence à fouiller ses victimes et Hua Feng fronce les sourcils, ce qui était assez impressionnant sur son visage déjà grave au naturel !

« Non. Je ne vais pas le tuer. À quoi bon ? », demande-t-il en marmonnant un peu, trop concentré qu’il était à ne pas exploser au sujet des victimes. Il trouvait que Zhao prenait ses aises, à dire vrai… Et ça ne lui plaisait pas du tout. Par contre, il tique encore un peu à cette histoire de volontaire. C’était voulu, d’être aussi vague ? Mais Hua Feng n’était pas homme à protester beaucoup, sauf quand c’était vraiment nécessaire. Et il y avait plus urgent pour le moment. Alors il se contente d’un petit regard pour le garçon apeuré qu’il avait sauvé d’une mort certaine… puis en revient finalement à l’autre Chinois. « Arrête ! »

Hua Feng fronce encore une fois les sourcils, lançant un regard colérique mais pas mauvais à son compagnon de route. Ses victimes, son butin. Il n’avait pas le choix de mettre des limites. Yuan était homme à ne pas les connaître par lui-même…

« C’est moi qui les fouillerai. Laisse-les où elles sont. », demande-t-il sans que ce soit pour autant une suggestion. Par contre, il était bien d’accord : ils allaient devoir bouger et vite. Mais pas avant d’avoir réglé une ou deux petites choses. Tout en attrapant l’autre garçon par le bras, pas avec une grande douceur mais en même temps, ce n’était pas non plus une poupée de porcelaine, il le force à se retourner et à pencher la tête. « Bouge pas… »

Parce que tant qu’à ça, Yuan avait raison : aussi bien jeter un coup d’œil à sa pastille. Sa découverte est d’ailleurs bien brève et il relâche finalement la petite chose tremblante. Dieu, comment est-ce qu’il allait survivre ici encore longtemps, celui-là ? Ah… mais il ne fallait pas juger trop vite. Il en avait vu des comme lui se maintenir la tête hors de l’eau jusqu’à la toute fin. Parfois se planquer aidait. Pas à gagner… mais à survivre longtemps.

« C’est quoi ton nom ? Moi c’est Xiao Hua Feng. Lui c’est Zhao Yuan. », présente très brièvement le Chinois avant de finalement avoir un petit geste de la main pour montrer le collier du garçon. Qu’il le sache déjà ou pas, c’était quand même une bonne chose d’avoir un autre avis, puisqu’on ne pouvait pas se fier à n’importe qui ici. « Tu es . Comme moi. »

Sur ce, il a un petit signe de la tête pour le jeune homme, histoire d’essayer de paraître plus amical. Il n’allait pas dire tout haut qu’il était mauve, non. Mauve, c’était la couleur du volontaire. Mauve, c’était la couleur de la mort… Alors il était . Un point c’est tout. Sur ce, le grand Chinois passe de l’autre côté du comptoir, histoire de retourner auprès de ses victimes. Il reste un instant debout à côté de Yuan, le toisant de haut… et finalement, il murmure :

« J’ai vu comment tu m’as regardé. Ça n’a rien d’impressionnant… Ne me regarde plus comme ça. Pas pour cette raison-là… »

Sur ce, il détourne rapidement le regard, se penchant pour commencer à fouiller ses victimes. Parce qu’il fallait malgré tout faire son possible pour survivre… et qu’ils pouvaient avoir des trucs intéressants sur eux…

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

THE SURVIVOR


« La vérité, c’est que quelques uns étaient déjà des monstres avant de venir ici [...] Puis, il y a des gens comme moi. Des gens qui ont déjà tués avant d’être envoyé sur cette île damnée… » © FRIMELDA


No one knows what it's like to LOVE the WOLF:
 


Dernière édition par Xiao Hua Feng le Jeu 21 Sep - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : Classe originelle
Nombre de victimes : 17
Coupons : 431
Contenu du sac : .
• Une tenue de rechange
• Un vieil uniforme + sous-vêtements
• Une casquette
• Une écharpe + bonnet
• Un briquet
• Une paire de chaussures de marche
• Une paire de gants de travail
• Un petit plaid
• Une montre à remontage automatique
• Dix analgésiques
• Un bandage et ses agrafes
• Flacon antiseptique format voyage
• Un thermos d'eau fraîche
• Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
• Deux bâtons de viande séchée
• Une carte de l'île avec ses zones
• Une boussole
• Une lampe torche (avec piles)
• Bracelet en paracorde
• 3 grenades lacrymogènes
• Un poing américain couvert de pointes
• Chapelet
• Lentilles bleues et produit à lentilles

Avatar : Luhan (Ex EXO)
Statut RP : Disponible
Pseudo : MyPandaa
Multicomptes : Park Hyun Hee & Kim Yeong Jae

Messages : 1344
Activité RP : 4









   Ven 4 Aoû - 16:25



Visiblement Hua Feng était sur les nerfs après les deux meurtres dont il s’était rendu coupable. Il avait beau porter des lentilles, Yuan n’avait aucune difficulté à imaginer les pupilles en dessous d’un noir profond en dessous, vu l’humeur qu’il lui sortait. Mais Yuan arrête, d’humeur un peu plus égale bien qu’il soit toujours impressionné. Il avait eu de la chance de tomber sur ce joueur là pour faire équipe. Il y avait une part de hasard, une inconnue dans son choix de départ… Mais Hua Feng remplissait son rôle au-delà de ses espérances. Ça pouvait se révéler dangereux mais pour le moment Yuan comptait surtout sur les atouts qui ça mettait dans sa manche.

Le voilà qui se fait réprimander pour les sacs… Et bien qu’il grogne un peu, Yuan obtempère, beau joueur. Le voilà donc qui s’éloigne des deux corps, jetant quand même un coup d’œil curieux, se demandant si une arme pouvait en émerger. Il y avait peu de chance… Ou alors ces deux là étaient des abrutis… Mais sait-on jamais.

« Dépêche toi. Je veux voir s’il y a un truc intéressant. »

Yuan se montre néanmoins plus patient que ses mots n’en donnaient sans doute l’impression, laissant à Hua Feng la latitude d’aller jeter un coup d’œil au collier du type qu’il avait sauvé en le prenant pour lui. Il oscillait toujours entre deux réactions à ce propos… une certaine satisfaction ou bien une légère vexation ! Mais bon, vu les circonstances il savait qu’il devait plutôt s’en voir satisfait. S’ils n’avaient pas eu un spectateur, Yuan l’aurait probablement gratifié d’un sourire !

Quoi qu’il en soit, une main sur une hanche, l’autre le long du corps, il observe d’un regard critique l’autre garçon. Hua Feng ne fait pas dans la dentelle, allant droit au but lorsqu’il lui regarde la couleur pendant que le jeune homme balbutiant se présente. Jae Geon. Bon.

Ça aurait pu en rester là. C’est d’autant plus vrai que Hua Feng se désintéresse autant de lui que c’est son propre cas. Ils échangent un regard qui valent bien des mots probablement… Et quand Hua Feng lui demande de ranger l’admiration qu’il lui avait porté l’instant d’avant, Yuan signale quand même :

« Je te respecte. »

Et si c’était nécessaire, il ajoute :

« Pas « pour ça » en particulier. Mais « pour ça » aussi. »

C’était aussi ce qui faisait leur collaboration, autant ne pas le nier. Sauf que Jae Geon se rappelle à eux… Yuan n’est pas sûr de comprendre mais visiblement il se remet mal de la mort des autres étudiants, ce qui fait arquer un sourcil à Yuan.

« Il n’a pas comprit que tu lui avais sauvé la vie ou quoi ? »

Visiblement non. D’ailleurs les larmes s’en mêlent… Puis des gémissements, des sanglots même… Yuan a un regard pour Hua Feng, comme si l’homme savait mieux que lui comment on arrête ce genre de réaction qui allait bientôt friser l’hystérie.

« S’il ne se calme pas très vite il va définitivement attirer du monde. »

Mais loin de le calmer, ces quelques mots semblent raviver ses sanglots et Yuan perd patience pour de bon. Il s’approche du garçon, qui recule à peine… Le contourne… Et d’un mouvement souple, presque trop gracieux pour ce que c’était, Yuan vient lui faire pivoter trop vite et trop fort les vertèbres cervicales, les brisant net dans un craquement semblable au crépitement de céréales plongées trop vite dans du lait froid.

Le corps tombe au sol, inerte… Et Yuan se justifie quand même :

« Il allait devenir incontrôlable. »

Il s’accroupit, ironisant un brin :

« Je peux le fouiller celui-là n’est-ce pas ? »

Par habitude Yuan jette un regard à son collier, même s’il savait déjà… Et voyant la pastille mauve il a un petit sourire en coin, relevant la tête vers Hua Feng, lui jetant un petit regard à la fois narquois et amusé. Ha… Il avait essayé ! Mais parfois certaines personnes ne peuvent pas être sauvées.


-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

>> Mes RPs <<




SWEETDREAMS
Sweet dreams are made of this. Who am I to disagree ? I travel the world and the seven seas. Everybody' s looking for something. Some of them want to use you. Some of them want to get used by you. Some of them want to abuse you. Some of them want to be abused.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Amour : Avec Hyun Hee de corps. Et d'esprit, avec... Non. Impossible.

Nombre de victimes : 14
Coupons : 393
Contenu du sac : .
Son smartphone + écouteurs
Trois paquets de Mild Seven
Une paire de lunettes
Un hoodie
Un pantalon d'uniforme de rechange
La moitié d'un paquet de chewing-gums (pamplemousse)
Un foulard de femme
Une trousse de voyage rose (1 gel anti-bactérien, 1 brosse à dent, 1 petit kit d'entretien à lentilles cornéennes, 1 mini pot vide, une pince à épiler)


Un zippo
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Une petite boîte de pansements adhésifs (18)
Une carte de l’île
Une lampe torche avec piles
25 allumettes
Contenant de 25ml d'essence à briquet
Un plaid


Deux petites bouteilles d’eau

Couteau en céramique
Un revolver avec 4 balles dans son chargeur

Avatar : Wu Kris
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : LaMarquise
Messages : 2651
Activité RP : 6









   Dim 6 Aoû - 7:58

Heureusement, Zhao n’insiste pas. Il cesse de fouiller ses victimes, bien que son regard ait un peu de mal à les quitter. Hua Feng pouvait comprendre… Lui aussi avait assez hâte de voir ce qu’elles avaient pu garder d’important sur elles. Une arme ? De la nourriture ? Un objet utile à leur survie ? C’eût été presque trop beau pour être vrai. Mais d’un autre côté, il s’en voulait amèrement de considérer les choses de cette façon… La culpabilité ne le rongeait toutefois pas autant qu’elle l’aurait dû et ça ne lui plaît guère. Mais il allait se pencher là-dessus une autre fois. Pour le moment, ils avaient encore un petit problème sur les épaules de toute façon… le garçon qu’il avait sauvé d’une mort certaine parce qu’il était convaincu que c’était Zhao, à la base… C’était un peu ironique de voir sa vie être sauvée parce qu’on vous prenait pour le volontaire, n’est-ce pas ? C’eût dû être le contraire, habituellement… m’enfin. Peu importe.

Il était d’ailleurs tout près de lui… mais c’est à nouveau son compagnon de route qui attire son attention, lui faisant tourner la tête en sa direction. Ça parle à nouveau de respect, après la demande qu’il avait faite… mais Hua Feng acquiesce brièvement, acceptant le compliment cette fois-ci. C’était plus simple comme ça et puis… dans sa situation, avoir le respect du volontaire n’était pas une mauvaise chose, malgré tout. Sauf qu’à côté de lui, ça geint soudainement… Il tourne vivement la tête vers le garçon alors que Yuan grogne dans son coin. Mais… il faisait de plus en plus de bruit, cet abruti ! Qu’est-ce qu’il faisait ??

« Arrête. C’est correct. On te fera pas de mal. », assure-t-il d’abord avec autant de douceur qu’il le pouvait, bien que ça ne soit pas duuuu tout sa tasse de thé. Il faisait des efforts, là ! Sauf que le garçon continue de chouiner et sentant une légère panique l’envahir, Hua Feng s’exclame : « Mais ferme ta gueule, bordel ! »

Pas la chose à faire, forcément… Et alors que la crise de larmes devient carrément ingérable et que Hua Feng craint que la suite ne soit des hurlements, carrément, son compagnon au collier mauve passe derrière le garçon… et presque comme s’il dansait, il lui casse la nuque. La réaction normale eût été de fermer les yeux. Pas lui. Il observe le corps tomber mollement à ses pieds, déglutissant quand même avec difficulté. Tout ça, en vain… Il aurait pu éviter de tuer ce soir, tant qu’à ça… Légèrement engourdit, Hua Feng quitte l’arrière du comptoir pour aller jusqu’à ses deux victimes inertes. Il avait bien vu Zhao jeter un coup d’œil au coller… et tout en fouillant ses propres victimes avec moins de dégoût qu’il l’aurait aimé, il se justifie un peu.

« Ce n’était pas contre toi… », marmonne l’homme, encore dans un léger état second qui ne l’empêcherait toutefois pas de répondre avec brio à une situation d’urgence. Mais il disait vrai… Ce n’était vraiment pas contre Yuan, ce mensonge. Il avait juste essayé de sauver ce pauvre type. « Bien sûr. C’est le tiens… Vas-y. »

Mais qu’il ne touche pas ses propres victimes, quoi ! Soupirant, Hua Feng trouve d’abord sur la fille un biscuit. Il l’observe un moment sans rien dire. Sympa, mine de rien…

« Le repas est servi. », grogne-t-il finalement, montrant la nourriture à son compagnon. Ça tombait bien. Il avait vraiment l’estomac dans les talons. Ils allaient le séparer en deux et pouvoir profiter d’un peu de sucre, disons. Il était assez gros pour que ce soit un minimum satisfaisant. Puis, il glisse le reste de ses trouvailles, cette fois sur le mec, dans son sac tout en expliquant : « Des allumettes et de l’essence à briquet. C’est parfait… j’ai un zippo sur moi. Et besoin de fumer une clope, définitivement… »

Se relevant, il revient près du bar, histoire de voir ce que Yuan avait bien pu trouver pour sa part. Il en profite pour séparer le cookie en deux parties égales, en tendant une à son compagnon.

« Alors ? », demande-t-il simplement en mordant dans sa part de biscuit. On ne savait jamais ce qui pouvait arriver dans quelques minutes alors aussi bien se remplir la panse tout de suite… « Il faut pas traîner dans le coin. Sûr qu’on nous a entendu. J’ai pas envie de découvrir s’ils sont assez fous pour venir voir… »

Définitivement pas…

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

THE SURVIVOR


« La vérité, c’est que quelques uns étaient déjà des monstres avant de venir ici [...] Puis, il y a des gens comme moi. Des gens qui ont déjà tués avant d’être envoyé sur cette île damnée… » © FRIMELDA


No one knows what it's like to LOVE the WOLF:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : Classe originelle
Nombre de victimes : 17
Coupons : 431
Contenu du sac : .
• Une tenue de rechange
• Un vieil uniforme + sous-vêtements
• Une casquette
• Une écharpe + bonnet
• Un briquet
• Une paire de chaussures de marche
• Une paire de gants de travail
• Un petit plaid
• Une montre à remontage automatique
• Dix analgésiques
• Un bandage et ses agrafes
• Flacon antiseptique format voyage
• Un thermos d'eau fraîche
• Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
• Deux bâtons de viande séchée
• Une carte de l'île avec ses zones
• Une boussole
• Une lampe torche (avec piles)
• Bracelet en paracorde
• 3 grenades lacrymogènes
• Un poing américain couvert de pointes
• Chapelet
• Lentilles bleues et produit à lentilles

Avatar : Luhan (Ex EXO)
Statut RP : Disponible
Pseudo : MyPandaa
Multicomptes : Park Hyun Hee & Kim Yeong Jae

Messages : 1344
Activité RP : 4









   Sam 12 Aoû - 12:06



Hua Feng ayant clairement perdu patience avant lui, Yuan ne s’attendait heureusement pas à des reproches. Mais il restait de la frustration… Et comme Yuan savait à présent que Hua Feng lui avait mentit sur la couleur du collier du garçon, il se doutait qu’une partie de cette frustration était liée aux efforts fournit pour le garder en vie qui s’étaient révélés vains. Il est d’ailleurs question de ce petit mensonge… Et Yuan assure :

« Ce n’est pas grave. »

Comme il tuait généralement plutôt « utile » et que Hua Feng avait déjà tué deux joueurs avant son petit mensonge, ça n’avait pas changé grand-chose à ses projets de découvrir la vérité. Et finalement il trouvait même plutôt intéressante cette manière de se sentir concerné qu’avait eu son partenaire.

« C’est juste dommage qu’il ne se soit pas montrer digne de ton petit coup de bluff. »

Mais bon… Peut être que la prochaine fois il jetterait lui aussi un coup d’œil au collier. Pas que la confiance était morte… C’était pas le cas. Mais au moins pour l’encourager à se montrer aussi concerné envers des personnes qui valaient bien davantage la peine qu’il se parjure auprès de lui.

Hua Feng va fouiller ses deux victimes… Et yuan en fait de même sur « Jae Geon », le retournant pour lui faire les poches avant de regarder dans son sac. Pas que sa fouille porte réellement ses fruits cependant. Hua Feng ne fait pas choux blanc de son côté. Il n’y avait rien d’extraordinaire mais ça restait du domaine du pratique pour certains des items. Yuan récupère sa moitié de cookie, remerciant l’autre chinois au passage avant d’en prendre une bouchée, reposant le reste à côté de lui le temps de terminer sa fouille du sac de sa victime.

« Rien d’aussi sympa malheureusement. »

Il fait quand même passer du sac du mauve au sien une écharpe et une casquette.

« Ça peut servir… Sans plus. »

Yuan tombe ensuite sur un téléphone portable qu’il prend dans une main, essayant de l’allumer… Et le petit appareil s’allume effectivement. Le regard de yuan va rapidement sur la batterie, commentant :

« 52 %. Il était économe. »

Mais bon… Le réseau était nul. Et puis en essayant de passer son pouce sur l’écran, Yuan découvre qu’il était protégé par un code de quatre chiffres. Il essai le traditionnel « zéro » répété quatre fois… Mais non.

« Tant pis. On va pas jouer aux devinettes et en vrai je vois pas vraiment ce qu’on en ferait. »

Mais avant de le jeter par dessus son épaule, au cas où :

« Tu le veux ? »

Yuan se relève, récupérant son sac qu’il passe par dessus son épaule puis le cookie, dont il engouffre ce qu’il reste. Ça allait lui donner un petit boost d’énergie pour qu’ils quittent cet endroit et aillent finalement plus loin que prévu.

« On peut y aller maintenant. Finalement ça nous aura surtout fait perdre du temps. »

Et ça restait regrettable même s’ils n’y pouvaient rien. Yuan commence à quitter les lieux… Puis hésite… Avant de se retourner pour faire un truc qu’il ne faisait pas souvent :

« C’était cool de ta part… Vexant… Mais cool. »

Qu’il se soit jeté dans la gueule du loup de cette manière en pensant que Jae Geon était lui… En pensant qu’il était en danger et qu’il avait besoin d’aide. Yuan savait que personne d’autre sur cette île ne l’aurait fait pour lui… Et il appréciait le geste à sa juste valeur. Finalement il se détourne à nouveau, enjambant le corps de la fille, près de la porte, pour sortir pour de bon. Ça avait tout de même été riche en enseignements, ce petit évènement imprévu...


-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

>> Mes RPs <<




SWEETDREAMS
Sweet dreams are made of this. Who am I to disagree ? I travel the world and the seven seas. Everybody' s looking for something. Some of them want to use you. Some of them want to get used by you. Some of them want to abuse you. Some of them want to be abused.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Amour : Avec Hyun Hee de corps. Et d'esprit, avec... Non. Impossible.

Nombre de victimes : 14
Coupons : 393
Contenu du sac : .
Son smartphone + écouteurs
Trois paquets de Mild Seven
Une paire de lunettes
Un hoodie
Un pantalon d'uniforme de rechange
La moitié d'un paquet de chewing-gums (pamplemousse)
Un foulard de femme
Une trousse de voyage rose (1 gel anti-bactérien, 1 brosse à dent, 1 petit kit d'entretien à lentilles cornéennes, 1 mini pot vide, une pince à épiler)


Un zippo
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Une petite boîte de pansements adhésifs (18)
Une carte de l’île
Une lampe torche avec piles
25 allumettes
Contenant de 25ml d'essence à briquet
Un plaid


Deux petites bouteilles d’eau

Couteau en céramique
Un revolver avec 4 balles dans son chargeur

Avatar : Wu Kris
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : LaMarquise
Messages : 2651
Activité RP : 6









   Ven 18 Aoû - 0:27

Zhao rassure…et ça étonne un Hua Feng qui lui jette un regard surpris pendant quelques secondes, avant qu’il n’en revienne à ce qu’il faisait, haussant lentement ses épaules massives. Et il était d’accord… C’était frustrant de voir ce type perdre la vie aussi stupidement après ce qu’il avait essayé de faire : la lui sauver ! Il ne pouvait pas vraiment en vouloir au volontaire, pour le coup. En vrai, il aurait peut-être même dû le remercier même s’il ne le fera pas. Parce qu’il savait qu’à un moment, dans l’urgence, il aurait perdu patience, voire vu complètement noir, un gouffre l’avalant tout entier pour le laisser encore plus vide devant ce qu’il aurait commis pendant ce petit coup de sang. Oui, il l’aurait tué et il le savait. Pour qu’il se taise. Pour qu’il n’attire pas d’autres prédateurs. Pas par instinct de survie, pourtant mais par colère. Puisque ce n’était pas arrivé, Hua Feng pouvait toujours se convaincre que ça n’aurait pas été le cas, merci à Yuan…

Il a donc finalement un petit signe de la tête pour son compagnon de route. Ce mensonge aurait vraiment pu le mettre mal, mais voilà… l’autre comprenait. Ça lui donnait clairement une dimension plus humaine à ses yeux.

« Je ferai pas deux fois la même erreur… », marmonne finalement Hua Feng, n’ayant pas à cœur de briser cette alliance pour des idiots. Il relève donc à nouveau la tête vers Zhao, histoire que ce dernier voit qu’il prenait vraiment le sujet à cœur. « Tu peux me faire confiance. »

Il a un petit soupir contrit alors que Zhao lui admet n’avoir rien trouvé d’intéressant de son côté. C’était bien leur veine. Tant qu’à tuer, ils auraient pu au moins trouver une arme. Quoique pour sa part il aurait pu tomber sur pire. Ils avaient un peu de sucre pour se donner de l’énergie et il allait pouvoir alimenter son zippo un bon moment avec l’essence. Ils n’allaient donc pas manquer de feu, ce qui était quand même une bonne nouvelle en soi. Par contre, il ne s’attendait pas trop à ce que Zhao lui tende soudainement un smartphone… et finalement, haussant les épaules, il le prend presque plus par automatisme qu’autre chose. Disons qu’on ne sait jamais, hein… Le grand Chinois range le petit appareil pourtant inutile dans son sac, puis remet ce dernier sur ses épaules. Peut-être qu’ils allaient y trouver une utilité un jour, pour peu qu’ils puissent le déverrouiller.

Il acquiesce ensuite, lui aussi prêt à partir. Mais un sourire ourle ses lèvres alors que Zhao fini par admettre que c’était cool de sa part d’avoir essayé de lui sauver la peau, même s’il en était un peu vexé. Ça le fait même rire, quoique brièvement, avant qu’il ne s’approche pour poser une main sur l’épaule du jeune homme. Ils sortent ainsi, Hua Feng assurant en même temps :

« Les accidents de parcours, ça arrive même aux meilleurs. Je suis là pour éviter que ça t’arrive… et vice-versa. Je sais que t’es un guerrier, Zhao. »

Et sur cette île, si les étudiants étaient prêts à tout sacrifier pour sortir d’ici et devenaient des meurtriers, ça n’en faisait pas pour autant des guerriers. La différence que faisait Hua Feng entre les deux était marqués… et Zhao serait probablement le seul qui pourrait un jour se vanter d’avoir eu un tel compliment de la part de son compagnon. Mais ils n’étaient pas encore assez intimes pour s’ouvrir davantage. Peut-être un jour… mais pour l’heure, mieux valait simplement reprendre la route, trouver un endroit où passer la nuit et commencer la journée du lendemain comme si rien n’était passé…

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

THE SURVIVOR


« La vérité, c’est que quelques uns étaient déjà des monstres avant de venir ici [...] Puis, il y a des gens comme moi. Des gens qui ont déjà tués avant d’être envoyé sur cette île damnée… » © FRIMELDA


No one knows what it's like to LOVE the WOLF:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Becoming so numb feat. Baek Jae Geon & Zhao Yuan

Page 1 sur 1