AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




La MAJ du 1er novembre est là ! Cliquez ici pour la découvrir !
Un event est en cours ! Venez lancer le dé ici pour découvrir l'état de votre personnage !
Tentez votre chance au Lucky Spin pour remporter des lots inédits !




 

 Lost Memory feat. Bae Se Jin







avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Amour : Le seul autre loup de cette île...

Nombre de victimes : 16
Coupons : 625
Contenu du sac : .
Son smartphone + écouteurs
Trois paquets de Mild Seven
Une paire de lunettes
Un hoodie
Un pantalon d'uniforme de rechange
La moitié d'un paquet de chewing-gums (pamplemousse)
Un foulard de femme
Une trousse de voyage rose (1 gel anti-bactérien, 1 brosse à dent, 1 petit kit d'entretien à lentilles cornéennes, 1 mini pot vide, une pince à épiler)
Une bible


Un zippo
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Une petite boîte de pansements adhésifs (18)
Une carte de l’île
Une lampe torche avec piles
25 allumettes
Contenant de 25ml d'essence à briquet
Un plaid


Deux petites bouteilles d’eau
Vitamines (25 comprimés)
Pot de café instantané (à moitié vide)


Couteau en céramique
Un revolver avec 4 balles dans son chargeur

Avatar : Wu Kris
Statut RP : Indisponible
Pseudo : LaMarquise
Messages : 2844
Activité RP : 6









   Ven 26 Mai - 9:05

Samedi le 17 juin 2017
19h55, l'extérieur de la scierie

Hua Feng était à bout de souffle. Voilà près de dix minutes qu’il courrait derrière une fille qui s’enfuyait dans la direction inverse, forcément ! C’était logique, il ne pouvait clairement pas le lui reprocher. Au jeu de l’endurance par contre, il commençait à avoir peur qu’elle gagne…! Il était conscient de la trouille qu’il était en train de ficher à ce tout petit bout de femme… mais se doutait qu’au final, elle serait heureuse qu’il la poursuive de cette façon. Oui oui, ni plus, ni moins ! Mais pour l’heure, le grand Chinois se concentrait seulement sur sa cible… et bon sang, une vraie petite antilope, celle-là ! Elle le mène d’ailleurs à un endroit où il n’était jamais allé… et Hua Feng a quand même un regard derrière lui. Allait-il pouvoir retrouver Zhao avant que la nuit n’ait complètement tombée ? Ils étaient déjà près de l’obscurité totale et il ne connaissait pas du tout ce coin de l’île…

Il s’arrête net de courir en arrivant sur le chantier d’une ancienne scierie, vraisemblablement. Son regard artificiellement bleu s’étrécit, observant autour de lui avec attention. À sa gauche, il entend encore les pas précipités quelques secondes avant que le bruit ne s’interrompe, signe qu’elle avait finalement opté pour une cachette, sûrement à bout de souffle elle aussi. Dans l’air planait une odeur de bois pourri mêlé à celui de la forêt dense qui poussait tout autour. Ça aurait pu être plus désagréable, mais ce n’était pas non plus le parfum rêvé. Par contre, les cachettes étaient infinies ici, lui semblait-il… Et il commençait à avoir peur de tomber sur plus gros que le petit agneau qu’il poursuivait jusque là !

Hua Feng effectue donc une retraite stratégique vers un amas de bois déjà coupé qui pourrissait là depuis sûrement plusieurs décennies. Plus rien ne saurait en être tiré, à présent… et lorsqu’il pose sa main sur un des morceaux, il la retire rapidement, une petite grimace de dégoût s’apparentant plus à la colère de s’être fait surprendre s’invite sur son visage ! Maintenant qu’il était à couvert, toutefois, Hua Feng pouvait s’aventurer à hausser la voix. Pas crier… Il n’était pas fou. Mais parler assez fort pour que la jeune femme l’entende.

« Je ne te veux aucun mal. », assure-t-il d’abord calmement, même s’il avait conscience de l’absurdité de telles paroles. Elle ne le croira jamais, hein… « Je voulais te rendre quelque chose. »

Lentement, il contourne sa cachette, en sortant donc par là où il n’était pas rentré… et il se dirige lentement, mais sûrement jusqu’à l’endroit où il pensait avoir entendu la jeune femme s’arrêter. C’était une approximation… mais elle paie fort heureusement. Il la voit tapis dans un coin, entre un amas de bois et une vieille scie sur table. Lorsque leurs regards se croise, il grimace un peu. La pauvre petite chose était terrifiée… Quel âge avait-elle ? Elle lui semblait si jeune et en même temps, il n’avait jamais été très doué pour mesurer l’âge des gens à la louche. On pouvait parfois être si surpris…

Mais Hua Feng ne laisse pas durer le suspense. Il n’avait vraiment pas envie d’effrayer cette pauvre fille inutilement, surtout qu’il était vrai qu’il ne voulait absolument pas lui faire mal. Il glisse plutôt sa main dans la poche intérieure de sa veste pour en sortir un morceau de papier qu’il lui tend. Et en fait, si avec l’obscurité grandissante on eût dit un papier, la jeune demoiselle allait vite réaliser qu’il s’agissait plutôt d’une photo. Y apparaissait un garçon. Son copain, peut-être. Ou un membre de sa famille. En tout cas, il devait être important pour elle pour qu’elle traîne sa photo jusqu’ici, n’est-ce pas ?

« Tu as laissé tomber ça. Je voulais te la rendre. », explique finalement Hua Feng, n’esquissant pas de sourire pour adoucir son visage aux traits trop sévères, mais prenant une voix moins rude malgré tout. « C’est ton copain ? »

En vrai… Ça ne l’intéressait pas tant que ça. Il fallait comprendre : Hua Feng était ce genre d’homme qui n’était de base pas très curieux à propos des autres. Mais, ça l’aiderait peut-être à faire passer la peur et le choc que de parler de quelqu’un qu’elle aimait, alors il lui offrait cette opportunité. Après tout, il avait une petite dette à payer, là…

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

THE SURVIVOR


« La vérité, c’est que quelques uns étaient déjà des monstres avant de venir ici [...] Puis, il y a des gens comme moi. Des gens qui ont déjà tués avant d’être envoyé sur cette île damnée… » © FRIMELDA


No one knows what it's like to LOVE the WOLF:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : 1ère vague
Amour : /

Nombre de victimes : 2
Coupons : 239
Contenu du sac : ★ Une photo de son frère
★ Son portable avec chargeur
★ Une écharpe
★ Un carnet et un crayon
★ Une tenue de rechange
★ Un plaid
★ Son nécessaire de toilette de voyage (1/4 d'un petit savon en bloc, 5 cotons démaquillant, un petit flacon de shampoing (1/4), une brosse à dent, un petit tube de dentifrice (1/Cool, un paquet de mouchoir, un spray nasal à l'eau de mer, 6 serviettes hygiéniques)
Une carte de l'île avec ses zones
★ Une boussole
★ Une lampe torche (avec piles)
★ Une casquette (trop d'utilité... merci)

★ Une bouteille d'eau (50cL)
★ Deux bouteilles vide (50cL)
★ Un sachet de pilules de drogue (12)
★ Deux caramels

★ Revolver 6 coups avec 5 balles
★ Canon d'une arme (Inutilité totale mais sac troué toussa)

Avatar : Kim Shin Yeong
Pseudo : Frost
Multicomptes : Baek Jin Hwan & Lee Ye Won

Messages : 531
Activité RP : 1









   Ven 26 Mai - 23:12


Samedi le 17 juin 2017
19h55, l'extérieur de la scierie

Je ne sais pas depuis combien de temps je cours. Deux minutes ? J’ai plutôt l’impression que ça en fait 20. En réalité, cela fait 10 minutes que je cours comme une dératée pour sauver ma vie. Après ma mauvaise rencontre sur la plage, alors même que je venais tout juste de poser le pied sur cette fichue île, un type m’est tombée dessus. En fait, il m’a plutôt fait tomber pour me poser des questions. Je n’en suis pas morte, il m’a même donné quelques conseils mais… cette rencontre était bizarre, je dois bien le dire. Après ça, je me suis terrée, cachée et j’ai bougée. J’ai failli entrer dans une zone dans laquelle je ne devais pas être aussi, à cause d’un sens de l’orientation plutôt limité. Mais voilà, j’ai survécu. Jusqu’à maintenant. Je continue à courir, le plus vite possible, pour aller le plus loin possible de ce fou dangereux qui veut surement me tuer. Il sera déçu de trouver que mon arme est une casquette… Je me demande qui je vais bien pouvoir tuer avec une casquette…

Lorsque la scierie se profile enfin devant moi, je continue à courir et je m’y engouffre pour aller me cache. J’espère ne voir personne. J’espère ne pas attirer trop l’attention sur moi. Je me cache donc et je reste là. J’essaie de ne pas recommencer à pleurer. J’inspire, j’expire. Et d’un coup, je me rends compte du bruit que je fais. Trop de bruit. Alors je plaque ma main contre ma bouche et j’essaie de me calmer, pour faire moins de bruit. Je vais m’en sortir. Je vais m’en sortir. Je ne vais pas mourir. Ca va aller. Je frémis un peu. Je ferme les yeux quelques instants, pour essayer de me calmer. Ne pas laisser la panique m’envahir. Lorsqu’il commence à parler, j’ouvre les yeux et j’écoute. Il dit ne pas vouloir me faire du mal. C’est un slogan ici ? « Allez approche, je ne vais pas te faire de mal ». Est-ce qu’ils se rendent compte que ce n’est absolument pas crédible ? Lequel finira vraiment par essayer de se jeter sur elle pour l’égorger ?

Il veut me rendre quelque chose. Quoi ? Qu’est-ce que j’ai pu perdre ? Si je cherche, je vais faire du bruit. Je vais faire du bruit et l’attirer. Et lorsqu’il apparaît dans mon champ de vision, la panique déferle à nouveau. J’aimerais m’enfuir, me redresser soudainement et le bousculer pour m’en aller. Mais je suis figée. Je suis juste figée, je ne peux plus bouger. Est-ce lui ? Celui qui va me tuer ? Celui qui va prendre ma vie ? Mais non. Il sort un papier, un bout de papier. Que… qu’est-ce que… ? Lorsque je le saisis, je remarque que c’est la photo de mon frère. Chin Ho. Il me manque tellement. Je tends la main, tremblante. Je me sens idiote, je me sens faible et je le déteste à peu près autant que je me déteste moi, pour avoir eu si peur. Comment ne peut-on pas avoir peur ? Je grimace un peu puis je dis : « Merci… merci beaucoup… ». Je la range puis je lève à nouveau les yeux sur lui pour lui dire : « Mon frère, mon jumeau. C’était… » J’hausse un peu les épaules puis j’enfouis mon visage dans les mains avant de les passer dans mes cheveux. Je soupire longuement et je lui dis : « Tu ne veux pas me tuer ? Pourquoi ? » Bien sûr, je ne veux pas l’inciter à le faire, mais c’est étrange quand même. Je ne comprends pas pourquoi les gens ne jouent pas. Peut-être qu’ils ont peur ? Qu’ils sont naturellement bons ? Après tout, certains ont été tirés au sort. Je voulais être avocate, ou médecin. Pas quelqu’un du genre à tuer quelqu’un d’autre en théorie. Bon, en pratique, il y a eu quelques ratés. Mais voilà. Je me redresse et me relève en le regardant, curieuse et encore un peu intimidée.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

Fighting to survive in a war with the darkest horrors


Le monde change. Et nous sommes contraints de changer avec lui pour survivre. Peut-être que nous ne pourrons plus jamais nous regarder dans un miroir, mais si nous voulons avoir une chance de le faire, alors il faudra survivre. Et, je ne compte pas me laisser mourir.


Dernière édition par Bae Se Jin le Mar 6 Juin - 12:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Amour : Le seul autre loup de cette île...

Nombre de victimes : 16
Coupons : 625
Contenu du sac : .
Son smartphone + écouteurs
Trois paquets de Mild Seven
Une paire de lunettes
Un hoodie
Un pantalon d'uniforme de rechange
La moitié d'un paquet de chewing-gums (pamplemousse)
Un foulard de femme
Une trousse de voyage rose (1 gel anti-bactérien, 1 brosse à dent, 1 petit kit d'entretien à lentilles cornéennes, 1 mini pot vide, une pince à épiler)
Une bible


Un zippo
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Une petite boîte de pansements adhésifs (18)
Une carte de l’île
Une lampe torche avec piles
25 allumettes
Contenant de 25ml d'essence à briquet
Un plaid


Deux petites bouteilles d’eau
Vitamines (25 comprimés)
Pot de café instantané (à moitié vide)


Couteau en céramique
Un revolver avec 4 balles dans son chargeur

Avatar : Wu Kris
Statut RP : Indisponible
Pseudo : LaMarquise
Messages : 2844
Activité RP : 6









   Mar 30 Mai - 9:01

Pauvre gamine. Elle était vraiment morte de peur. Hua Feng ne retient pas un petit soupir. C’était vraiment barbare, ce jeu de merde… Il regrettait de ne pas avoir essayé de tuer ceux qui étaient venus le chercher dans sa chambre cette fois. Oui, il serait mort à coup sûr alors qu’ici, il avait des chances, quoique très minimes à son avis, de s’en sortir. Mais au moins aurait-il pu leur faire assez mal pour qu’ils regrettent le temps que leurs plaies cicatrisent. Et surtout, il n’aurait pas eu à violenter à nouveau des jeunes paumés… comme elle. Elle était toute tremblante, toute pleurante presque. Pauvre gosse. Hua Feng hésite... mais finalement, dans un second soupir alors qu’elle lui explique que sur cette photo, c’est plutôt de son frère jumeau dont il s’agit, il lui tend la main… et agite les doigts, histoire de l’encourager à la saisir plutôt que de rester plantée au sol, à prendre le froid et l’humidité.

« Viens. Reste pas assise par terre. », invite Hua Feng tout en lui faisant un petit signe de tête pour l’encourager à se remettre sur ses pieds avec son aide. Elle allait tomber malade et ce n’était clairement pas le bon moment pour ça. Pourtant, elle n’avait encore rien vu… Si cette folie durait encore longtemps, et ça semblait calculé pour que ce soit le cas, ça allait à un moment être l’hiver… Bref. Inutile d’être encore plus défaitiste que d’habitude, hein ? « Désolée de t’avoir fait flipper. Mais ça valait la peine finalement, non ? Ton jumeau alors… Tu es de la classe originelle ou tu es arrivé le 15 ? Il est avec toi ? »

Il essayait de lui changer un peu les idées, là. Et non, Hua Feng ne se méfiait pas trop. Il aurait peut-être dû. Après tout, il n’en savait rien. Cette belle gosse était peut-être juste en train de lui faire un superbe numéro de comédienne aguerrie. Mais il ne lui semblait pas que ce soit le cas et il prenait le parti de lui faire confiance à ce niveau pour l’instant. Levant une main, il dégage doucement quelques brins de scie des longues mèches soyeuses.

« Pourquoi je ne veux pas te tuer ? », répète Hua Feng. Il soupire. Encore. Il allait finir par manquer d’air à ce stade, hein… Haussant les épaules, il a un geste pour montrer l’endroit. Il parlait plus de l’île que de la scierie par contre. « Eh bien, le but du jeu cette fois c’est de faire équipe, non ? »

Alors pourquoi ne pas se donner une chance de réussir ? Bon en vrai, il n’allait pas traîner avec elle. C’eût été contreproductif. Et surtout, avec Zhao dans les parages, c’était une mauvaise idée. Le volontaire ne voudrait pas s’encombrer… et ça n’étonnerait pas Hua Feng qu’il décide de régler le problème assez radicalement. Il voulait le garder à l’œil, pas alimenter ses « bonnes raisons » de tuer.

« Retourne-toi. », demande soudainement Hua Feng. Ça devait tomber comme un cheveu sur la soupe, mais bon. «Aller, retourne-toi. Je vais pas te manger. »

Il saisit sans douceur mais sans violence non plus une épaule menue pour inciter la jeune femme à se tourner. Alors que ce soit de bon cœur ou malgré elle, elle n’a pas vraiment le choix de le faire ! Il tire sur son collier… Mais il fait trop noir et finalement, Hua Feng fouille dans le sac de la gamine pour y sortir sa lampe torche qu’il braque deux secondes sur son collier. Il a un petit sourire… Puis range sagement la lampe dans son sac et tend la main devant elle, par-dessus son épaule.

« Donne. La photo. Tant qu’à y être, je vais la ranger. Et tu es bleue. Comme moi. En tout cas, c’est ce qu’on m’a dit et j’ai de bonnes raisons de croire celui qui m’a dit ça. », annonce Hua Feng. Il a un petit sourire pour elle lorsque leurs regards se croisent à nouveau et demande donc : « Qu’est-ce que tu penses de ça ? Tu veux voir ma couleur, peut-être ? »

Il lui montrerait.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

THE SURVIVOR


« La vérité, c’est que quelques uns étaient déjà des monstres avant de venir ici [...] Puis, il y a des gens comme moi. Des gens qui ont déjà tués avant d’être envoyé sur cette île damnée… » © FRIMELDA


No one knows what it's like to LOVE the WOLF:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : 1ère vague
Amour : /

Nombre de victimes : 2
Coupons : 239
Contenu du sac : ★ Une photo de son frère
★ Son portable avec chargeur
★ Une écharpe
★ Un carnet et un crayon
★ Une tenue de rechange
★ Un plaid
★ Son nécessaire de toilette de voyage (1/4 d'un petit savon en bloc, 5 cotons démaquillant, un petit flacon de shampoing (1/4), une brosse à dent, un petit tube de dentifrice (1/Cool, un paquet de mouchoir, un spray nasal à l'eau de mer, 6 serviettes hygiéniques)
Une carte de l'île avec ses zones
★ Une boussole
★ Une lampe torche (avec piles)
★ Une casquette (trop d'utilité... merci)

★ Une bouteille d'eau (50cL)
★ Deux bouteilles vide (50cL)
★ Un sachet de pilules de drogue (12)
★ Deux caramels

★ Revolver 6 coups avec 5 balles
★ Canon d'une arme (Inutilité totale mais sac troué toussa)

Avatar : Kim Shin Yeong
Pseudo : Frost
Multicomptes : Baek Jin Hwan & Lee Ye Won

Messages : 531
Activité RP : 1









   Lun 5 Juin - 16:24


Samedi le 17 juin 2017
19h55, l'extérieur de la scierie

Survivre à ma première course poursuite : check. Mais seulement parce que le garçon n’a pas envie de me tuer. C’est une bonne chose. C’est étrange mais c’est une bonne chose. Et je suis plutôt contente que ça soit le cas, parce que je peux reprendre mon souffle et me calmer pour enfin arrêter de trembler. Et même si je ne suis pas totalement contre l’idée de tuer des gens, j’ai quand même eu la peur de ma vie. Et je retournerais sans doute pleurer sur mon sort dès que nos chemins se seront séparés. Parce que je ne veux plus jamais avoir peur de cette façon. J’ai cru que j’allais faire une crise cardiaque avant même d’avoir pu tenter de me cacher. D’ailleurs, parlons-en. Me cacher. La prochaine fois, il faudra que je trouve une meilleure cachette. Il faut vraiment que je visite l’île, que je la découvre et que je l’apprenne pour découvrir les endroits où il est possible de se cacher, où on peut rester isolé pendant un temps, le temps qu’un prédateur sur deux jambes armé jusqu’aux dents ne passe et ne décide de changer de proie. Parce que je suis toujours aussi désarmé qu’à mon arrivée et que le besoin commence à se faire cruellement sentir d’avoir quelque chose pour me défendre. Peut-être que je pourrais trouver une grosse branche ? Ou une pierre ? Cela serait déjà mieux que rien non ? Je reviens à la réalité pour l’entendre m’inciter à me relever et j’attrape sa main tendue pour accepter son aide. Je le remercie d’un sourire sincère et plus rassuré qu’avant. Je retrouve mon calme progressivement. Il reprend la parole pour s’excuser et j’acquiesce un peu : « Ce n’est rien de toute façon, j’en verrais d’autres et des pires probablement… Oui, ça en valait la peine. ». Je reste silencieuse quelques secondes avant de répondre : « Je suis de la première vague, et non il n’est pas là. En fait, il n’a aucune chance d’arriver un jour, et c’est tant mieux pour lui… Enfin… » Ma voix s’éteint et je détourne le regard. Non, j’imagine qu’il aurait sans doute préféré vivre. Mais vivre pour être ici ? Sincèrement, je ne crois pas. Je crois qu’il est bien mieux là où il est. Je préfère le savoir mort, mais en paix, quelque part dans un autre endroit, un paradis, un autre univers, une réincarnation ou je ne sais trop quoi d’autre plutôt qu’ici, sur cette île, plongé dans l’enfer sur terre. J’hausse un peu les épaules et je le regarde de nouveau.

Il répond à ma question sur le fait de ne pas me tuer. Faire équipe, bien sûr, mais avec ceux de sa couleur. Ce qui semble vouloir dire que si je ne le suis pas, alors il me tuera. Est-il suffisamment armé pour le faire ? A-t-il seulement la volonté de tuer ? Je n’en sais rien. De mon côté, il faut probablement que j’arrête de clamer que je compte le faire aussi, peut-être, à un moment donné. Parce que si je continue à le faire, alors les autres voudront surement me tuer avant que je ne commence mon œuvre de mort. Bon, certes, dans tous les cas ils voudront me tuer : si je ne me bats pas parce que je suis une proie facile, si je me bats parce que je serais un danger potentiel pour eux. Il n’y a pas de juste milieu sur cette île hein ? Bon en même temps, si personne ne joue le jeu, nous mourrons tous à un moment où à un autre, de façon aléatoire alors… Autant faire quelque chose. Et puis je ne suis pas prête à mourir. Mais je ne suis pas encore assez bien établie sur l’île pour être vraiment stratégique. Finalement j’acquiesce et je dis : « D’autant plus qu’une équipe est notre meilleure chance de survie n’est-ce pas ? » Mais au final, il n’en restera quand même qu’un. Et que l’équipe finira par éclater, à un moment où à un autre. Je ne sais pas si c’est vraiment une bonne chose de faire confiance aux autres, même à ceux de ma couleur. Déjà parce que soyons clair : il y a de grandes chances pour que je ne connaisse jamais ma véritable couleur. Mais bon.

Perdue dans mes pensées, je l’entends me demander de me retourner avant qu’il ne le fasse pour moi. Je me retrouve dos à lui, dans une position de faiblesse absolue. Je maudis mon instant d’inattention et retient mon glapissement de terreur. J’essaie de me calmer alors qu’il ouvre mon sac en tirant sur mon collier. Je vois un éclair de lumière, puis je l’entends me parler à nouveau. De la photo. Il veut la ranger. Alors je lui donne et je l’écoute toujours. Quand il a fini je me tourne. Je suis bleue. D’après lui. Et lui aussi le serait. Alors du coup, je sors à nouveau ma lampe et je lui dis : « Même si tu as de bonnes raisons de le croire, je peux toujours regarder à nouveau. » Et puis moi, je veux bien vérifier. Je le contourne et je regarde en me dressant sur la pointe des pieds pour vérifier allumant ma lampe pour voir le reflet bleu et je l’éteins aussi. Je la range dans mon sac que je bascule à nouveau sur mon dos enfilant mon autre lanière et je lui dis : « C’est ça tu es bleu… Qui te la dit ? Et comment ça se fait que tu lui fasses confiance ? » Je ne sais pas si je peux lui faire confiance, mais une chose semble certaine, il est bleu aussi donc il n’a probablement pas de raison de me mentir, d’autant plus que je ne semble pas très dangereuse là. Enfin, je verrais ça plus tard. C’est dommage qu’on ne puisse pas regarder soi-même, mais bien sûr, cela ôterait une partie du plaisir de ce jeu sordide. Quant à celui qui me fait face, j’avoue être curieuse. Curieuse de savoir avec qui il peut bien faire équipe et pourquoi il lui fait confiance comme ça. C’est un peu étonnant, je dois bien l’avouer, mais peut-être qu’il connait un autre bleu ?

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

Fighting to survive in a war with the darkest horrors


Le monde change. Et nous sommes contraints de changer avec lui pour survivre. Peut-être que nous ne pourrons plus jamais nous regarder dans un miroir, mais si nous voulons avoir une chance de le faire, alors il faudra survivre. Et, je ne compte pas me laisser mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Amour : Le seul autre loup de cette île...

Nombre de victimes : 16
Coupons : 625
Contenu du sac : .
Son smartphone + écouteurs
Trois paquets de Mild Seven
Une paire de lunettes
Un hoodie
Un pantalon d'uniforme de rechange
La moitié d'un paquet de chewing-gums (pamplemousse)
Un foulard de femme
Une trousse de voyage rose (1 gel anti-bactérien, 1 brosse à dent, 1 petit kit d'entretien à lentilles cornéennes, 1 mini pot vide, une pince à épiler)
Une bible


Un zippo
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Une petite boîte de pansements adhésifs (18)
Une carte de l’île
Une lampe torche avec piles
25 allumettes
Contenant de 25ml d'essence à briquet
Un plaid


Deux petites bouteilles d’eau
Vitamines (25 comprimés)
Pot de café instantané (à moitié vide)


Couteau en céramique
Un revolver avec 4 balles dans son chargeur

Avatar : Wu Kris
Statut RP : Indisponible
Pseudo : LaMarquise
Messages : 2844
Activité RP : 6









   Lun 12 Juin - 0:00

Des pires ? Oui. Elle en verrait effectivement des pires puisqu’il n’avait pas l’intention de lui faire du mal. Certains voudraient la tuer. D’autres voudraient jouer. Il y avait des gens affreux sur cette île. Et cette île rendait certaines personnes affreuses, aussi. C’était dur, la loi du plus fort... Hua Feng détestait ça et il était certain que cette fois-ci ne serait pas différente. Quoi qu’il en soit, cette photo était effectivement d’une grande valeur pour la jeune fille puisque la frousse qu’elle avait eu était visiblement pardonnée par le retour du précieux objet entre ses mains. Ça rendait Hua Feng un peu songeur. Il n’avait encore jamais rencontré qui que ce soit de si important à ses yeux. Pas au point de chérir une photo de cette personne. Et peut-être que l’espace d’un bref instant, le Chinois envie-t-il son interlocutrice à ce sujet. Ce devait être doux malgré les douleurs que ça engendrait, surtout sur cette île, loin de la personne aimée...

Hua Feng comprend mal ensuite en quoi le jumeau de la fille ne peut pas arriver sur l’île. Dans un premier temps, il songe au fait qu’il doit être plus vieux... Ensuite, il se flagelle mentalement ! Jumeau, Hua Feng... Jumeau ! Il avait donc le même âge que cette fille ! Alors l’évidence se révèle à lui... et après ce petit moment de blanc confus, il acquiesce.

« Mes condoléances. », murmure le Chinois, parce que c’est ce qu’il lui semblait avoir tiré de tout ça. Mais... « Oui. Il est mieux pour lui de ne pas avoir mis les pieds ici. La mort sur cette île est inévitable et parfois affreuse. »

Il n’allait pas lui mentir pour la rassurer. Il fallait qu’elle soit consciente de tout ça... Et qu’elle ne fasse pas confiance trop vite, ce qui semblait être en train d’arriver. Mais Hua Feng n’allait pas réprimander. Il comprenait qu’elle en ait besoin, malgré tout. Quant à cette histoire d’équipe, le jeune homme acquiesce gravement. Il savait de quoi il parlait, après tout...

« Oui. Une équipe reste notre meilleure chance. », assure-t-il sans l’ombre d’un sourire, extrêmement sérieux. C’était tout sauf une blague... Ils avaient les deux pieds dans cette situation infernale et il était bon d’avoir toutes les cartes en main pour bien comprendre le jeu. « Et si elle est de la même couleur que toi, c’est mieux. Pas de trahison... Puisque tout le monde peut quitter librement s’il ne reste que leur couleur... »

Puis, elle semble vouloir voir sa couleur elle-même... Et puisque avoir un second avis n’était pas de trop, surtout si ça venait d’une jeune fille qui semblait assez inoffensive, Hua Feng acquiesce brièvement. Si elle faisait un mouvement brusque ou fouillait dans son sac, il allait frapper sans attendre. Elle le contourne... et, eh bien, Hua Feng fini par poser un genou au sol pour l’aider parce qu’à avoir la tête qui culmine à 1m87 de la terre, c’est pas trop pratique pour les jolies petites demoiselles d’y jeter un coup d’oeil ! Il se relève finalement, se tournant vers l’étudiante en opinant gravement. Bleu. Il savait, oui...

« J’ai un compagnon pour l’instant, Zhao Yuan. Il ne joue pas le jeu comme nous, mais n’a aucune raison de me mentir vu sa stratégie et son but. », explique lentement le Chinois tout en poussant un petit soupir. Il n’allait pas dire que Zhao était le volontaire, non. Disons que ce serait un peu compliqué de faire avec sa conscience après ça... Mais ça l’amène par contre à quelque chose d’autre qui lui semblait secondaire, mais qui pouvait toujours être pratique : « Comment tu t’appelles ? Moi c’est Xiao Hua Feng. »

Il avait prononcé son nom lentement, habitué aux difficultés que pouvaient éprouver les Coréens à le répéter correctement ou même à s’en rappeler !

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

THE SURVIVOR


« La vérité, c’est que quelques uns étaient déjà des monstres avant de venir ici [...] Puis, il y a des gens comme moi. Des gens qui ont déjà tués avant d’être envoyé sur cette île damnée… » © FRIMELDA


No one knows what it's like to LOVE the WOLF:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : 1ère vague
Amour : /

Nombre de victimes : 2
Coupons : 239
Contenu du sac : ★ Une photo de son frère
★ Son portable avec chargeur
★ Une écharpe
★ Un carnet et un crayon
★ Une tenue de rechange
★ Un plaid
★ Son nécessaire de toilette de voyage (1/4 d'un petit savon en bloc, 5 cotons démaquillant, un petit flacon de shampoing (1/4), une brosse à dent, un petit tube de dentifrice (1/Cool, un paquet de mouchoir, un spray nasal à l'eau de mer, 6 serviettes hygiéniques)
Une carte de l'île avec ses zones
★ Une boussole
★ Une lampe torche (avec piles)
★ Une casquette (trop d'utilité... merci)

★ Une bouteille d'eau (50cL)
★ Deux bouteilles vide (50cL)
★ Un sachet de pilules de drogue (12)
★ Deux caramels

★ Revolver 6 coups avec 5 balles
★ Canon d'une arme (Inutilité totale mais sac troué toussa)

Avatar : Kim Shin Yeong
Pseudo : Frost
Multicomptes : Baek Jin Hwan & Lee Ye Won

Messages : 531
Activité RP : 1









   Sam 24 Juin - 20:48


Samedi le 17 juin 2017
19h55, l'extérieur de la scierie

Cette photo, c’est un peu tout ce qu’il me reste de mon frère. C’est aussi ce qu’il me reste de raison. C’est un peu comme une ancre qui me retient à la réalité, à la moralité. Même si cette ancre m’a déjà laissée dériver un peu de l’autre côté de la ligne quand j’ai décidé de commencer à dealer. Comme lui. Mais ici, les choses sont différentes. Il ne faut pas grand-chose pour perdre la tête, devenir un fou dangereux qui n’a qu’un seul but : tuer. Je ne veux pas perdre l’esprit. Si j’arrive à quitter cette île je veux pouvoir me reconstruire et terminer mes études pour devenir médecin. C’était ce que je voulais faire, ce que je voulais être : quelqu’un de bien qui soigne les gens. A la mort de mon frère, je me suis un peu égarée, mais j’aurais retrouvé mon chemin. Si le hasard n’avait pas décidé de m’en empêcher. Aujourd’hui, tout ça me semble si dérisoire. Il ne reste qu’une seule chose : la survie. Et je ne sais pas si j’en serais capable. Peut-être bien que je mourrais d’ici quelques heures. Au mieux quelques jours. Mais je ne mourrais pas sans me battre. Je n’abandonnerais pas, je n’en ai pas le droit. Je vis pour nous deux à présent. Lorsqu’il me présenté ses condoléances, je souris un peu, acquiesçant pour le remercier. Puis je lui réponds : « J’ai cru comprendre ça oui. Et puis, il y a les cris, le sang… ». Oui. C’est bien assez flippant comme ça. Je crois bien n’avoir eu jamais aussi peur de marcher. Lorsque je trouve une cachette et que je dois en partir, c’est l’horreur. Tendre l’oreille, regarder partout, commencer à courir quand on entend un craquement de branche ou qu’on a l’impression d’entendre des pas. La paranoïa est probablement ce qu’il y a de pire sur cette île.

J’ai largement compris que je n’ai pas intérêt à traîner ou à être inattentive. Je dois être constamment aux aguets. Et trouver de meilleures cachettes à l’avenir. Si je veux survivre, je vais devoir être bien plus ingénieuse que les autres et arrêter de laisser traîner mes affaires aussi. Ne plus rien perdre, même si concrètement, je n’ai pas réellement peur de perdre ma casquette. Perdre une arme si redoutable pourrait vraiment être dangereux pour moi. La conversation continue sur les équipes. J’aimerais bien y croire, mais je dois dire que la chance ne me sourit pas tellement dernièrement, j’ai ce mauvais pressentiment que quelque chose va capoter si je m’en sors. Mais bon, nous n’en sommes pas là. Loin de là. Une équipe de la même couleur que nous, ça c’est certain. C’est là que les choses se compliquent un peu. Et s’il m’avait menti ? Si en réalité je n’étais pas bleue ? Et si la prochaine personne à me croiser me donnait une autre couleur ? Bon, il y a bien Yuan, bien sûr. Il m’a aidée, et tout. Mais… J’ai l’impression que les choses m’échappent ici, que je ne peux faire confiance à personne. Il se pense bleu, je lui confirme cela, alors peut-être qu’il voulait que je sois bleue pour ne pas que je le tue ? Mais en même temps, je n’ai pas l’air très dangereuse ? Il ne doit pas tellement me redouter. Je ne sais pas. Honnêtement, je n’en sais rien. Je suis fatiguée, et je ne sais pas si je dois croire tout ça ou non. Peut-être bien que je ne jouerais jamais pour l’équipe… Je retiens mon soupire. La stratégie… c’est bien quand elle vient de moi, mais quand elle est contre moi… Peut-être bien que je le ferais, mentir à quelqu’un pour lui faire croire que nous sommes de la même couleur. Et peut-être que ça marchera, ou peut-être pas. Il faudra que je sois une bonne bluffeuse. Est-ce que j’en suis une ? Je réussissais bien à faire le mur, à vendre de la drogue et à ne rien laisser paraître au lycée ? J’ai bien réussi à faire croire que je remontais la pente de mon chagrin après la mort de mon frère. Peut-être bien que je suis une bonne menteuse. Je verrais bien. Je reprends pour dire : « Alors j’imagine que même si nous ne restons pas ensemble en quittant cet endroit, cela fait quand même de nous des alliés… ». C’est une façon de lui dire qu’il pourra compter sur moi, s’il a des ennuis à un moment donné et que nous nous recroisons. Dans le fond, je ne suis pas une fille méchante. « Tu es as déjà croisé d’autres ? Des joueurs bleus ? »

Il reprend la parole en répondant à ma question sur la personne qui lui a dit ça. Je fronce les sourcils en entendant le prénom et le nom. Je penche aussi un peu la tête à la suite de ses paroles. Honnêtement qu’elles étaient les chances qu’il me parle de ce type qui m’a fait tomber à mon arrivée sur l’île ? Très faible j’imagine. C’est une étrange coïncidence. Et bien sûr, je me demande de quelle stratégie il peut bien me parler. Il recommence à parler en me demandant comment je m’appelle puis se présente lui-même. Un chinois, à priori. Et il a prononcé son nom suffisamment lentement pour que je puisse le comprendre. C’est plutôt sympathique de sa part. Je souris un peu avant de demander : « Et comment il le joue ? » j’avoue être très curieuse, cependant j’ajoute : « C’est la première personne que j’ai croisée sur l’île. Yuan. Il m’a fait tomber avant de me relever pour… » je cherche mes mots, littéralement, ne sachant pas très bien comment définir notre conversation entre me brutaliser et m’aider. Je finis par continuer : « M’aider d’une façon un peu brutale… » Il comprendra sans doute ce dont je veux parler s’il fait vraiment route avec lui. Je n’ai pas de raison de cacher notre rencontre, de toute façon s’il en parle à Yuan il est possible que lui-même s’en rappelle et le lui raconte. Enfin s’il se rappelle de mon prénom et pas de ce fichu surnom dont il m’a affublée. Je termine en complétant : « Bae Se Jin… En d’autres circonstances j’aurais probablement été enchantée mais là… ». Je souris un peu amusée cependant. L’humour et l’espoir semblent être les seules choses qu’il me reste, même si l’espoir s’amenuise à vue d’œil.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

Fighting to survive in a war with the darkest horrors


Le monde change. Et nous sommes contraints de changer avec lui pour survivre. Peut-être que nous ne pourrons plus jamais nous regarder dans un miroir, mais si nous voulons avoir une chance de le faire, alors il faudra survivre. Et, je ne compte pas me laisser mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Amour : Le seul autre loup de cette île...

Nombre de victimes : 16
Coupons : 625
Contenu du sac : .
Son smartphone + écouteurs
Trois paquets de Mild Seven
Une paire de lunettes
Un hoodie
Un pantalon d'uniforme de rechange
La moitié d'un paquet de chewing-gums (pamplemousse)
Un foulard de femme
Une trousse de voyage rose (1 gel anti-bactérien, 1 brosse à dent, 1 petit kit d'entretien à lentilles cornéennes, 1 mini pot vide, une pince à épiler)
Une bible


Un zippo
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Une petite boîte de pansements adhésifs (18)
Une carte de l’île
Une lampe torche avec piles
25 allumettes
Contenant de 25ml d'essence à briquet
Un plaid


Deux petites bouteilles d’eau
Vitamines (25 comprimés)
Pot de café instantané (à moitié vide)


Couteau en céramique
Un revolver avec 4 balles dans son chargeur

Avatar : Wu Kris
Statut RP : Indisponible
Pseudo : LaMarquise
Messages : 2844
Activité RP : 6









   Lun 3 Juil - 10:23

Les cris. Le sang. Ils peuplaient les cauchemars de Hua Feng depuis un bon moment, maintenant. Tellement qu’ici, il ne les relevait qu’à peine. Ce n’était probablement que le choc post-traumatique de revivre tout ça, n’est-ce pas ? Ça allait passer. Il allait à nouveau se réveiller en pleine horreur et constater de lui-même les affres qui se produisaient autour de lui. Les ressentir à leur juste valeur. Avoir peur… Hua Feng prend une profonde inspiration tout en détournant le regard, n’ayant plus envie de penser à ça. De fait, il ne répond pas à la demoiselle, laquelle semblait de toute façon se concentrer sur ce qui avait été dit à peine une minute plus tôt. C’était bien. C’était la preuve qu’elle était attentive et intelligente. C’était là des caractéristiques nécessaires pour survivre à long terme. Elle semblait toute innocente et toute jeune à ses yeux, mais peut-être que la gamine en avait plus dans le ventre qu’elle ne voulait bien le montrer, qui sait. Quoi qu’il en soit, elle s’intéresse de près à cette histoire de d’équipe, ce qui n’était pas une mauvaise chose en soi.

Et si Hua Feng ne lui propose pas spontanément de se joindre à lui, c’est plus par égoïsme qu’autre chose… Il préférait encore faire route avec Yuan, quoique d’une couleur différente, pour avoir de meilleures chances de survie. Et encore une fois, le Chinois ne s’autorise pas à y penser trop longtemps, sous peine de ressasser encore une fois des idées noires… Alors il acquiesce simplement à la question que lui pose la demoiselle. Parce qu’elle pouvait en effet compter sur lui si elle gardait toute sa tête, disons.

« Oui. Tu pourras compter sur moi. », promet-t-il, levant une main pour glisser le bout d’un de ses doigts contre le collier en métal que la jeune fille portait autour de son cou. « Notre couleur nous lie d’une certaine façon. Ce n’est pas plus mal. C’est plaisant de savoir qu’on peut se fier à quelqu’un. »

Quant aux autres joueurs bleus, il secoue négativement la tête sans même se donner le temps de réfléchir. S’il en avait croisé un dont il aurait été sûr de la couleur, Hua Feng s’en serait rappelé, forcément. Ce n’était pas le cas. Il n’avait croisé que des factions ennemies… Pour ce que ça changeait pour lui jusqu’à présent, de toute façon…

« Non. Ils semblent bien se cacher, les bleus… », marmonne-t-il en poussant un petit soupir. Toutefois, il se devait de faire une mise en garde à la jeune fille ne serait-ce que pour s’assurer qu’elle ne se jette pas dans la gueule du loup, avec ses airs de petit chaperon rouge. « Mais même si un autre joueur est bleu, ne lui donne pas toute ta confiance. Garde toujours un doute… on ne sait jamais quel genre de joueur c’est réellement. »

Par contre, la réaction de la petite le surprend à la suite. Il est évident que le nom de Yuan lui dit quelque chose… et Hua Feng reste attentif, attendant patiemment qu’elle reprenne la parole, peut-être pour poser une question à ce sujet ou simplement pour confirmer. Et c’est cette deuxième option qui vient finalement. Elle connaissait donc Yuan. C’était bien particuliers… Et ça l’était encore plus qu’elle n’affichait pas un air paniqué ou dégoûté pour le coup ! Yuan lui aurait-il laissé une impression favorable ? Hua Feng en garde le silence un petit moment, songeur. Il était surpris… mais agréablement. Peut-être que ça lui montrait son compagnon sous un angle nouveau qu’il n’aurait jamais osé soupçonner. Toutefois, il ne semblait pas non plus avoir été complètement à côté du personnage, disons… et un sourire étire finalement les lèvres du grand Chinois, qui pousse un petit soupir pour le coup !

« Ah oui, c’était clairement le même Yuan. Il a sa façon de faire. C’est un militaire déjà à son âge, après tout… », explique lentement Hua Feng. Par contre, il était quand même un peu surpris qu’elle lui demande quel genre de tactique il avait. « Il ne t’a pas dit pourquoi il était sur l’île ? »

Peut-être que si Yuan avait tenu sa langue à ce sujet, Hua Feng n’allait pas l’expliquer pour lui…

« Disons juste qu’il ne joue pas exactement comme les autres. », convient lentement le bleu, tout en haussant lentement les épaules. C’était le cas de le dire… « Mais il est prévisible, c’est une bonne nouvelle pour qui veut voyager avec lui. »

Et ça, c’était lui ! Quoi qu’il en soit, il obtient finalement le prénom de la demoiselle. Ou plutôt, son nom complet pour le coup. Hua Feng a un petit « ah » de compréhension pour le coup. Ok… Yuan lui avait bel et bien parlé de cette gamine. Et étrangement, il semblait l’avoir trouvée attachante ! Il lui avait même parlé d’un léger strabisme… Du coup, Hua Feng observe plus attentivement le regard de la demoiselle. Eh bien. Quelles étaient les chances pour qu’ils se tombent dessus aussi rapidement après que Yuan lui en ait parlé, hein ?

« Yuan semble penser que tu as encore de la valeur à montrer. », convient finalement Hua Feng tout en réajustant soigneusement les bretelles de son sac à dos sur ses épaules. « Alors donne-lui raison et joue intelligemment. Tu pourrais peut-être bien t’en sortir. »

Sur ce, Hua Feng a un petit sourire pour la jeune fille. Il ne voulait pas l’effrayer mais plutôt l’encourager un peu !

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

THE SURVIVOR


« La vérité, c’est que quelques uns étaient déjà des monstres avant de venir ici [...] Puis, il y a des gens comme moi. Des gens qui ont déjà tués avant d’être envoyé sur cette île damnée… » © FRIMELDA


No one knows what it's like to LOVE the WOLF:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : 1ère vague
Amour : /

Nombre de victimes : 2
Coupons : 239
Contenu du sac : ★ Une photo de son frère
★ Son portable avec chargeur
★ Une écharpe
★ Un carnet et un crayon
★ Une tenue de rechange
★ Un plaid
★ Son nécessaire de toilette de voyage (1/4 d'un petit savon en bloc, 5 cotons démaquillant, un petit flacon de shampoing (1/4), une brosse à dent, un petit tube de dentifrice (1/Cool, un paquet de mouchoir, un spray nasal à l'eau de mer, 6 serviettes hygiéniques)
Une carte de l'île avec ses zones
★ Une boussole
★ Une lampe torche (avec piles)
★ Une casquette (trop d'utilité... merci)

★ Une bouteille d'eau (50cL)
★ Deux bouteilles vide (50cL)
★ Un sachet de pilules de drogue (12)
★ Deux caramels

★ Revolver 6 coups avec 5 balles
★ Canon d'une arme (Inutilité totale mais sac troué toussa)

Avatar : Kim Shin Yeong
Pseudo : Frost
Multicomptes : Baek Jin Hwan & Lee Ye Won

Messages : 531
Activité RP : 1









   Mer 5 Juil - 22:37


Samedi le 17 juin 2017
19h55, l'extérieur de la scierie

Cette île abîme les âmes, elle abîme les cœurs. Elle rend les jeunes inhumains, cruels, sauvages. Tout ça pour leur apprendre une leçon. Pour leur faire comprendre la vie. Mais quelle vie ? A quoi bon les envoyer au pays des psychopathes ? Quelle leçon pourront-ils vraiment tirer de cela et quels adultes équilibrés pourront vraiment devenir les survivants ? Après avoir tué d’autres adolescents ? Après avoir été couvert du sang d’un autre juste pour survivre ? Et certain même pour le plaisir de tuer ? Se Jin ne comprend pas, elle ne comprend définitivement pas. Elle ne peut pas, parce que c’est trop dur. C’est trop dur pour son âme sensible de future médecin. Elle qui voulait sauver des vies, la voilà au milieu d’une île infestée de tueurs. L’ironie du sort, n’est-ce pas ? Peut-être ira-t-elle rejoindre son frère plus tôt que prévu ? Mais pas maintenant. Même si elle y a cru, elle ne mourra pas maintenant. Elle détaille le chinois, plutôt curieuse. Elle se demande comment il est arrivé là. Par le hasard aussi mais… mais quand ? Elle ne se souvient pas l’avoir vu avec les autres, ceux de sa vague, mais peut-être qu’elle n’a pas fait attention et que sa mémoire n’est pas la meilleure. Il lui répond assez vite qu’elle pourra compter sur lui. Elle aimerait pouvoir lui dire la même chose, mais elle ne sait pas si elle survivra, elle ne sait pas si elle sera capable de tuer quelqu’un d’autre. Mais elle veut survivre, elle le veut vraiment. « C’est rassurant oui… On doit se sentir vraiment très seuls ici… ». Tellement seuls. Est-ce là, la condition humaine ? Finir seul de cette façon ?

Elle grimace un peu. Elle n’aurait pensé finir de cette façon. Elle n’aurait pas pensé devoir faire ce genre de choix. Dealer était peut-être le principal grand choix de sa vie. Etre comme son frère ou suivre sa propre route. Ou un peu des deux. Aujourd’hui les choses sont différentes, tellement différentes… vivre ou mourir. Rester innocente ou devenir une meurtrière et même si les lois la protègent, qui protégera sa conscience ? Qui l’aidera à affronter sa culpabilité ? Elle acquiesce un peu et demande : « Il y a des joueurs qui ne jouent que pour eux hein… ? ». Qui tueront tout le monde. Elle soupire : « Et ceux qui ne voudront que prendre les ressources et s’enfuir, en poussant les plus faibles pour qu’ils meurent en premier… ». Un peu comme dans les films. Le genre de profiteurs qui pillent et n’hésitent pas à pousser les autres pour qu’ils meurent d’abord. Cela ne donne pas envie de faire une équipe. C’est tellement compliqué. Comment choisir ? Et comment affronter la solitude ? Quels risques encourir ?

Puis, la conversation dévie sur Yuan, le garçon qu’elle a rencontré en arrivant sur l’île. Il a posé beaucoup de questions, il lui a donné des conseils mais ne s’est pas réellement épanché. Peut-être parce qu’elle n’a pas posé les bonnes questions. Elle n’en sait trop rien. Elle l’écoute. Un militaire… Et une tactique particulière ? De la prévisibilité ? C’est étrange tout ça. « Non, nous n’avons pas parlé de ça… » Elle est songeuse et pensive du coup. Très curieuse aussi. Elle reprend : « Le fait d’être prévisible ne fait-il pas de lui une proie facile ? ». C’est étrange tout ça. Elle a du mal à comprendre, c’est une évidence. Elle se demande bien ce qui peut se passer dans sa tête et comment il peut jouer de cette façon. Lorsqu’elle se présente, il semble comprendre. Se Jin ne peut s’empêcher de sourire amusée. Elle demande curieuse : « Aurais-je déjà ma réputation ? ». Un instant, elle se dit qu’il lui a surement parlé de son surnom. S’il l’a fait, elle l’égorgera à leur prochaine rencontre juste pour qu’il arrête de l’appeler comme ça auprès des autres joueurs. Elle sourit un peu.

D’ailleurs, en réponse, il lui explique un peu la façon de penser de Yuan. De la valeur hein… Oui, ça c’est le moins qu’on puisse le dire. Elle a un sacré caractère, et ça, elle le montrera à qui voudra le voir. Hors de question de se laisser martyriser. Même si elle est terrifiée, même si elle prendra probablement de sacrés coups. Elle ne veut pas se laisser faire, elle ne veut pas les laisser gagner, ça jamais. Jamais de la vie. Elle acquiesce et dit : « J’essaierais… Je compte bien lui montrer qu’il a eu raison de ne pas me tuer… ». Enfin… c’est étrange de vouloir faire ses preuves de la sorte non ? C’est vraiment bizarre. « A ton avis, il y a une technique pour survivre ? Un truc qui pourrait nous permettre de sortir du lot ? ». Elle veut bien essayer, mais elle veut bien un coup de main quand même. Parce que bon, il y a une différence entre savoir compter et tenir des comptes dans les ruelles sombres et le fait de survivre sur une île complètement morbide…


-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

Fighting to survive in a war with the darkest horrors


Le monde change. Et nous sommes contraints de changer avec lui pour survivre. Peut-être que nous ne pourrons plus jamais nous regarder dans un miroir, mais si nous voulons avoir une chance de le faire, alors il faudra survivre. Et, je ne compte pas me laisser mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Amour : Le seul autre loup de cette île...

Nombre de victimes : 16
Coupons : 625
Contenu du sac : .
Son smartphone + écouteurs
Trois paquets de Mild Seven
Une paire de lunettes
Un hoodie
Un pantalon d'uniforme de rechange
La moitié d'un paquet de chewing-gums (pamplemousse)
Un foulard de femme
Une trousse de voyage rose (1 gel anti-bactérien, 1 brosse à dent, 1 petit kit d'entretien à lentilles cornéennes, 1 mini pot vide, une pince à épiler)
Une bible


Un zippo
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Une petite boîte de pansements adhésifs (18)
Une carte de l’île
Une lampe torche avec piles
25 allumettes
Contenant de 25ml d'essence à briquet
Un plaid


Deux petites bouteilles d’eau
Vitamines (25 comprimés)
Pot de café instantané (à moitié vide)


Couteau en céramique
Un revolver avec 4 balles dans son chargeur

Avatar : Wu Kris
Statut RP : Indisponible
Pseudo : LaMarquise
Messages : 2844
Activité RP : 6









   Dim 9 Juil - 6:33

Seul ? Sûrement, oui. Mais Hua Feng avait toujours été plutôt solitaire. Avec la présence, même si très taciturne tout comme lui, de Yuan, il ne se sentait donc jamais vraiment seul et finalement, les moments où ils se séparaient pour aller rôder chacun de leur côté, découvrir de nouvelles zones, trouver quelque chose à se mettre sous la dent, c’était aussi un peu ses moments pour se retrouver avec lui-même. Ça ne lui déplaisait pas. Mais Hua Feng comprenait ce que cette solitude pouvait représenter pour la jeune fille qui se tenait devant lui présentement. Oui. Seul… On se sentait seul. C’était une solitude qui vous bouffait, dans laquelle vous étiez enfermé sans possibilité de vous en sortir. Finalement, peut-être que Yuan permettait non seulement à son enveloppe corporelle de s’en sortir, mais aussi à son esprit. C’était, malgré les désavantages flagrants qu’on pouvait y voir, une collaboration précieuse, tout compte fait. Ça le rendait longuement songeur pour le coup. Il ne l’avait pas vu ainsi et c’était encore plus facile d’accepter de faire route avec le volontaire, ce qui n’était pas gagné d’avance jusque-là.

Puis, une question qui touchait probablement encore la solitude, mais surtout la survie cette fois-ci. Ces bleus dont ils ne pouvaient être certains des motivations. Auxquels ils ne pouvaient réellement donner leur confiance. Ceux-là qui ne jouaient peut-être pas en équipe, pour quelques raisons que ce soit. Pour la gloire, pour la folie…

« Oui. Que pour eux… », murmure pensivement Hua Feng, son regard artificiellement bleu à nouveau posé sur la mignonne demoiselle. Puis, elle lui parle de meurtre indirect et à nouveau, Hua Feng ne peut qu’être d’accord, le montrant cette fois-ci d’un signe positif de la tête, son air toujours aussi grave. « Te trouver une équipe solide peut t’aider à les éviter, ceux-là. »

Parce qu’il y avait malgré tout des avantages non négligeables à voyager en équipe et Hua Feng ne voulait pas que Se Jin croie qu’il la décourageait de le faire. C’était sûrement sa façon la plus sûre de rester en vie, d’ailleurs. Il fallait simplement qu’elle choisisse prudemment avec qui elle faisait route. Puis, Zhao… Il y a un moment de silence du côté de Hua Feng avant que finalement, il n’acquiesce pour convenir de ce que la demoiselle venait de signaler. Toutefois, il y avait quelques nuances chez l’autre Chinois qu’il fallait bien faire…

« C’est un militaire. Il a un plan et il s’y conforme. En ça, il est prévisible. Quand on est dans son camp, du moins. Et c’est un avantage non négociable. Pour ceux qui n’y sont pas toutefois… eh bien, ils ne connaissent pas son plan et par conséquent, il est beaucoup moins prévisible d’un coup. Ne le sous-estime pas. », assure Hua Feng tout en ayant un petit sourire bref pour Se Jin. Quant à la réputation que cette dernière se traînait peut-être, le Chinois a un rire bas, mais assez rare pour être souligné ! Il a même un petit clin d’œil pour la jeune fille, convenant : « Oui, quelque chose comme ça. Il t’aime bien, je crois. »

Ce qui était vraiment étonnant en soi ! Mais pas désagréable à constater. Zhao Yuan pouvait donc avoir des sentiments, tiens donc ! Mais de ça, Hua Feng n’en avait jamais douté. Par contre, il n’aurait jamais cru le voir s’enticher d’une joueuse, c’est vrai. Puis, la voilà qui lui montre un peu son aspect combatif, quelque chose qu’il n’aurait pas soupçonné chez elle. Ça faisait beaucoup de surprises sociales pour aujourd’hui, non ?

« Je comprends ce qu’il t’a trouvé… », convient vaguement Hua Feng avant de hausser les épaules. « Montre-lui. Il va apprécier. Si le volontaire t’aime bien, il faut en profiter. Mais il est loin d’être stupide alors fais-le innocemment. »

Quant à la technique pour survivre, il hésite… Il savait, bien sûr. Sinon, il ne s’en serait pas sorti une première fois… Mais il hésitait à le dire de cette façon.

« Eh bien… », murmure lentement le Chinois avant de finalement se décider, tranchant : « Apprendre à tuer. C’est la seule chose à faire… Être indépendante. Et donc tuer… »

Il n’y avait pas de solution miracle. Oh, le Battle Royale pouvait se gagner autrement, mais c’était la voie la plus sûre.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

THE SURVIVOR


« La vérité, c’est que quelques uns étaient déjà des monstres avant de venir ici [...] Puis, il y a des gens comme moi. Des gens qui ont déjà tués avant d’être envoyé sur cette île damnée… » © FRIMELDA


No one knows what it's like to LOVE the WOLF:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 17 ans
Vague : 1ère vague
Amour : /

Nombre de victimes : 2
Coupons : 239
Contenu du sac : ★ Une photo de son frère
★ Son portable avec chargeur
★ Une écharpe
★ Un carnet et un crayon
★ Une tenue de rechange
★ Un plaid
★ Son nécessaire de toilette de voyage (1/4 d'un petit savon en bloc, 5 cotons démaquillant, un petit flacon de shampoing (1/4), une brosse à dent, un petit tube de dentifrice (1/Cool, un paquet de mouchoir, un spray nasal à l'eau de mer, 6 serviettes hygiéniques)
Une carte de l'île avec ses zones
★ Une boussole
★ Une lampe torche (avec piles)
★ Une casquette (trop d'utilité... merci)

★ Une bouteille d'eau (50cL)
★ Deux bouteilles vide (50cL)
★ Un sachet de pilules de drogue (12)
★ Deux caramels

★ Revolver 6 coups avec 5 balles
★ Canon d'une arme (Inutilité totale mais sac troué toussa)

Avatar : Kim Shin Yeong
Pseudo : Frost
Multicomptes : Baek Jin Hwan & Lee Ye Won

Messages : 531
Activité RP : 1









   Dim 9 Juil - 16:53


Samedi le 17 juin 2017
19h55, l'extérieur de la scierie

Je dois bien avouer que je suis beaucoup plus calme. L’endroit calme doit surement y être pour quelque chose. Je regarde autour de nous pour repérer un peu les lieux aussi. Je retiens ce que je vois, notamment la disposition des lieux. Puis, je regarde si je vois quelqu’un se profiler à l’horizon mais cela ne semble pas être le cas. Je suis plutôt contente de pouvoir rester tranquille quelques instants. Au moins quelques minutes de calme, en compagnie de quelqu’un de gentil. Oui. Et puis, le fait d’avoir vu la couleur de son collier et d’avoir eu une double confirmation de ma propre couleur me tranquillise un peu. Vu ce qu’il semble me dire, je suis sure de pouvoir leur faire confiance. C’est étonnant. Ils sont littéralement les premiers que j’ai rencontrés sur cette île. Je ne m’attendais pas à tant de gentillesse… Mais au moins, cela me permet de savoir que je pourrais compter sur eux. Même si Yuan n’est pas de ma couleur – enfin je n’en sais rien – je sais au moins qu’il ne me tuera pas si je l’approche à nouveau et que j’ai une question. Je le regarde. Le chinois est différent de l’autre. Ses yeux bleus sont presque perturbants. Pourtant, ce n’est pas la première fois que je vois des asiatiques aux yeux bleus. C’est étrange à quel point cela pourrait être qualifié de courant. Je ne sais pas pourquoi, mais c’est comme ça. Je retiens mon soupire quand il me répond. J’avais donc vu juste. Mais j’imagine que je vais croiser des tas d’autres personnes qui auront d’autres raisons de tuer et de jouer. Et qu’il va vraiment falloir que je me méfie. Même des bleus. Il faudra du temps avant de faire confiance. Mais l’équipe est plutôt une bonne chose, une bonne idée. La meilleure stratégie pour moi actuellement. Alors j’acquiesce simplement. Je crois qu’il n’y a rien de plus à dire pour le moment. Au moins sur ce sujet. Il m’appartient maintenant de rester vigilante et de ne pas accorder ma confiance à n’importe qui.

Il m’explique un peu qui est Yuan. Il me parle de sa stratégie et mais aussi de ses plans qui sont moins prévisibles pour ceux qui ne les connaissent pas. J’acquiesce un peu, c’est plus clair maintenant. Puis, il me conseille de ne pas le sous-estimer. Je ne peux m’empêcher de sourire un peu amusée et de répondre : « Non, non, aucune chance que ça n’arrive. Il a l’air de savoir ce qu’il fait et ce qu’il veut c’est certain… ». Pour le reste, je suis plutôt rassurée d’apprendre ça. Qu’il m’apprécie. Il n’aura peut-être pas envie de me tuer dans l’immédiat. Mais bon, je n’en doutais pas vraiment. Même si clairement, je sais que les choses peuvent changer, que le vent peut tourner et que j’ai tout intérêt à être forte et à ne pas me laisser aller. Il faut que je fasse mes preuves, si je veux survivre. Alors je les ferais, oh ça… oui, je les ferais. Je le regarde et j’acquiesce à nouveau, esquissant un léger sourire. C’est plutôt courant pour moi. Qu’on m’aime bien. Je ne suis pas le prototype de la fille détestable, même si je peux parfois avoir du caractère, la plupart du temps je suis avenante, joyeuse et sociable. Alors oui. Mais je ne suis pas juste une fille sans cervelle qui sourit tout le temps. Peut-être que c’est ça qui plaît aux gens. Je ne me suis jamais vraiment posé la question. Dans le fond, je m’en moque un peu. Une seule chose me rassure : même si je n’ai qu’une casquette pour me défendre, je trouverais comment m’en sortir. Et d’ailleurs, je pense que j’aurais de quoi faire usage de mes pilules : les troquer ou les utiliser pour droguer des gens. Je ne suis pas totalement sans défense. Les autres s’en rendront rapidement compte.

Il reprend la parole et je l’écoute. Oui, évidemment, il y a du profit à tirer de cette situation c’est certain, mais pas d’une façon intéressée. Je n’aurais jamais eu l’idée de tenter de le manipuler. Déjà parce que je suis probablement une très mauvaise menteuse et ensuite parce qu’il me fait suffisamment peur pour que je n’essaie pas. D’ailleurs je réponds : « Je m’en doute. Il s’en rendrait compte. Et puis, ce n’est pas mon genre. J’aime bien faire les choses par moi-même quand je peux… Et sinon, j’apprendrais à le faire… ». Par contre, lui prouver ma valeur et que j’en vaux la peine pourrait lui donner l’envie de m’apprendre d’autres choses. Voilà comment je pourrais tirer mon épingle du jeu. Mais pour ça, il faut que je survive et ensuite, il pourrait être intéressant que je développe des capacités. Apprendre à mentir par exemple ne serait pas une mauvaise idée. Je mettrais aussi peut-être les quelques notions de soin que je connais. Vouloir devenir médecin, ça pousse à s’intéresser au milieu. Ce sont de longues études, n’est-ce pas ? Il faut être sûr que c’est ce qu’on veut faire. Alors il faut lire, parler avec des professionnels et s’entraîner un peu pour découvrir si on supporte la vue du sang. Je ne suis pas extraordinaire, mais je sais faire des pansements et je pourrais probablement recoudre de petites plaies. Bref, devenir indispensable. Voilà ce que je dois faire.

Il répond ensuite à ma question et j’acquiesce. Apprendre à tuer. Ça c’est… c’est terrifiant, c’est horrifiant. Je ne sais pas. C’est trop bizarre, très étrange de même envisager cette possibilité. Je le regarde, peut-être un peu plus pâle. « L’indépendance ça ne me posera pas de problème… Du reste… Je veux survivre. Mais il va falloir passer cette ligne… ». La ligne invisible de la moralité qui pose qu’on ne doit pas tuer les gens. La ligne invisible de ma moralité qui me pousse à vouloir sauver les gens. Sur cette île, il ne s’agira pas de les soigner, pas de les sauver, mais plutôt de les tuer. Je le regarde un moment puis je demande : « Tu l’as déjà fait ? ». J’aimerais savoir ce que ça fait. J’avoue être curieuse, vouloir savoir dans quoi je vais m’engager, parce que concrètement… ça me fait peur et je me sens déjà coupable. Je suis plutôt ambivalente en fait : à certains moments je veux survivre et je suis prête à tout pour cela, mais à d’autres je n’envisage même pas de le faire tant cela me paraît horrible.

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

Fighting to survive in a war with the darkest horrors


Le monde change. Et nous sommes contraints de changer avec lui pour survivre. Peut-être que nous ne pourrons plus jamais nous regarder dans un miroir, mais si nous voulons avoir une chance de le faire, alors il faudra survivre. Et, je ne compte pas me laisser mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






avatar
Âge : 19 ans
Vague : Première vague
Amour : Le seul autre loup de cette île...

Nombre de victimes : 16
Coupons : 625
Contenu du sac : .
Son smartphone + écouteurs
Trois paquets de Mild Seven
Une paire de lunettes
Un hoodie
Un pantalon d'uniforme de rechange
La moitié d'un paquet de chewing-gums (pamplemousse)
Un foulard de femme
Une trousse de voyage rose (1 gel anti-bactérien, 1 brosse à dent, 1 petit kit d'entretien à lentilles cornéennes, 1 mini pot vide, une pince à épiler)
Une bible


Un zippo
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Une petite boîte de pansements adhésifs (18)
Une carte de l’île
Une lampe torche avec piles
25 allumettes
Contenant de 25ml d'essence à briquet
Un plaid


Deux petites bouteilles d’eau
Vitamines (25 comprimés)
Pot de café instantané (à moitié vide)


Couteau en céramique
Un revolver avec 4 balles dans son chargeur

Avatar : Wu Kris
Statut RP : Indisponible
Pseudo : LaMarquise
Messages : 2844
Activité RP : 6









   Jeu 13 Juil - 15:21

Hua Feng sourit et a même presque un petit rire alors que la jeune fille lui assure que Zhao semble savoir non seulement ce qu’il fait, mais surtout ce qu’il veut. C’était une excellente description du jeune homme et pour le coup, le Chinois a un petit clin d’œil pour la demoiselle, qui avait su voir juste en une rencontre qui fut probablement très brève. C’était une bonne nouvelle pour elle, indéniablement ! Savoir juger si rapidement la personnalité des autres était un atout majeur sur cette île. Il l’admirait pour ça. Elle était toute jeune mais finalement, il avait quand même foi en elle. Puis, hochement de tête positif de la part de Hua Feng lorsque la gamine ajoute que si elle mentait à Yuan, il allait forcément s’en rendre compte. Évidemment. Mais c’était un bon point pour elle que de le savoir et de ne pas faire les idiotes dès qu’elle le rencontrerait à nouveau ! Tous ne pouvaient pas se vanter d’être ainsi faits et généralement, ils étaient les premiers à perdre la partie.

Quant à faire les choses elle-même, Se Jin avait définitivement une longueur d’avance sur bien d’autres concurrents, c’était l’évidence même aux yeux de l’homme. Et il en avait vu d’autres, mine de rien…

« Je n’entendrai pas ton nom aux haut-parleurs. », assure-t-il, mettant toute sa confiance dans les aptitudes de survie de Se Jin. « N’oublie jamais que ce n’est pas de ta faute, quoi que tu fasses. Si tu avais pu choisir, tu n’aurais pas été ici. »

Elle y avait été envoyée contre son gré. C’était important pour ne pas perdre la tête, surtout après le premier meurtre, si elle se rendait vraiment jusque-là. Quoi qu’il en soit, la demoiselle perd quelques-unes de ses belles couleurs soudainement, n’appréciant de toute évidence pas le fait qu’il ait parlé de meurtres. Meurtres qu’elle allait devoir commettre, il va sans dire… C’était bien la partie qui choquait, présentement. Par contre, elle semble étonnamment lucide à ce sujet et même si elle est bouleversée, Se Jin assure qu’elle devrait franchir cette ligne un jour, ce à quoi le taciturne Hua Feng ne répond que par un hochement de tête. Et il acquiesce une seconde fois très rapidement, pour répondre à la question de Se Jin quant à ce que lui-même avait fait ou pas, ses traits sévères se durcissant un peu. La vérité, c’est qu’il n’avait pas encore pris de vies pendant l’édition actuelle du Battle Royale, mais… Ça viendra, il le savait. Et de toute façon, elle ne demandait pas s’il avait tué dans les deux derniers jours. De toute façon, l’homme ne comptait pas élaborer davantage.

Même que finalement, il a quelques pas vers l’arrière, son regard parcourant rapidement les alentours pour s’assurer qu’ils n’étaient pas surveillés par quelques détraqués qui voudraient les prendre en otage. Pointant une direction, Hua Feng explique au cas où elle ne saurait pas encore, ce qui était fort possible puisqu’ils n’étaient pas ici depuis assez longtemps pour avoir parcouru l’île dans son ensemble :

« Il y a un lac par là-bas. Ça devrait encore être calme, si tu cherches un endroit où te poser. »

Finalement, il a un petit signe de la tête pour la jeune fille. Elle devait avoir déjà compris que leurs chemins se séparaient ici. Mais peut-être allaient-ils se revoir, si elle mettait ses bonnes résolutions en marche. Il avait encore de l’espoir pour elle là où, à l’instant où il l’avait rattrapée dans cette vieille scierie désaffectée, il avait cru qu’elle était déjà perdue. Il ne fallait pas juger par l’apparence ici et même lui parfois se laissait prendre à ce jeu… Bref, maintenant il était temps de retrouver Zhao.


Hors Jeu:
 

-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-✩-

THE SURVIVOR


« La vérité, c’est que quelques uns étaient déjà des monstres avant de venir ici [...] Puis, il y a des gens comme moi. Des gens qui ont déjà tués avant d’être envoyé sur cette île damnée… » © FRIMELDA


No one knows what it's like to LOVE the WOLF:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Lost Memory feat. Bae Se Jin

Page 1 sur 1